José Ibáñez Martín

personnalité politique espagnole (1896-1969)

José Ibáñez Martín
Illustration.
José Ibáñez Martín en 1944.
Fonctions
Ministre de l'Éducation

(11 ans, 11 mois et 9 jours)
Chef de l'État Francisco Franco
Gouvernement Franco II, III, IV et V
Prédécesseur Pedro Sainz Rodríguez
Successeur Joaquín Ruiz-Giménez Cortés
Biographie
Nom de naissance José Ibáñez Martín
Date de naissance
Lieu de naissance Valbona (Espagne)
Date de décès (à 73 ans)
Lieu de décès Madrid (Espagne)
Nationalité Espagnol
Parti politique CEDA
FET y de las JONS
Entourage Leopoldo Calvo-Sotelo (gendre)
Diplômé de Université de Valence
Profession Diplomate
Professeur

Signature de José Ibáñez Martín

José Ibáñez Martín, né le à Valbona et mort le à Madrid, est un homme politique espagnol. Il est notamment ministre de l'Éducation puis ambassadeur d'Espagne au Portugal sous le régime franquiste.

BiographieModifier

 
Ibáñez au côté de l'ambassadeur allemand Hans-Heinrich Dieckhoff lors d'une visite au musée du Prado (1944).

Partisan de Miguel Primo de Rivera dans sa jeunesse, José Ibáñez Martín est député pour la Confédération espagnole des droites autonomes. Il est l'un des principaux membres de l'Association catholique nationale de propagandistes (es), mouvement de propagande qui a servi de base au parti monarchiste catholique, Action populaire (es). Il se rallie au camp nationaliste pendant la guerre civile espagnole et devient un fidèle de Franco[1]. Cependant, José Ibáñez Martín passe la plus grande partie de la guerre civile en Amérique latine, où il a été envoyé par Franco pour porter la cause nationaliste.

Nommé ministre de l'Éducation par le caudillo en 1939, poste qu'il occupe jusqu'en 1951[2], Ibáñez Martín procède au remplacement du système éducatif républicain par un système reposant sur les valeurs de l'Église catholique et les idées du régime franquiste.

Son influence s'accroît au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, alors que Franco cherche à écarter de son gouvernement les ministres ayant affiché leur soutien aux puissances de l'Axe. José Ibáñez Martín se voit alors confier le contrôle de la presse tout en conservant ses fonctions de ministre de l'Éducation[3].

De 1958 à 1969, José Ibáñez Martín est ambassadeur d'Espagne au Portugal.

BibliographieModifier

  • (es) Justo Formentín Ibáñez, Alfonso V. Carrascosa et Esther Rodríguez Fraile, José Ibáñez Martín y la ciencia española : el Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Madrid, CEU Ediciones, , 166 p. (ISBN 9788416477043).
  • (es) Pedro Carlos González Cuevas, « "Habitus" e ideología : El pensamiento político de Francisco Moreno y Herrera, Marqués de la Eliseda », Cuadernos de Historia Contemporánea, Madrid, Ediciones Complutense, vol. 18,‎ (ISSN 0214-400X).
  • (en) Paul Preston, Franco, Londres, Fontana Press, , 1024 p. (ISBN 978-0006862109).  
  • (es) Tomás Saorín Pérez et Yolanda Blasco Gil, « Universidad e Hispanidad : Tres décadas de trayectorias entrecruzadas del ministro José Ibáñez Martín y el catedrático exiliado Mariano Ruiz-Funes », Revista de Indias, Madrid, Conseil supérieur de la recherche scientifique, vol. LXXVII, no 269,‎ , p. 263-304 (ISSN 0034-8341, DOI 10.3989/revindias.2017.009).
  • (es) José Ramón Urquijo Goitia, Gobiernos y ministros españoles en la edad contemporánea, Madrid, CSIC, .  

Notes et référencesModifier

  1. Preston 1995, p. 497-498.
  2. Urquijo Goitia 2008, p. 135.
  3. Preston 1995, p. 538.

Liens externesModifier