Ouvrir le menu principal

Joe Eszterhas

scénariste américain
Joe Eszterhas
Nom de naissance Josef Eszterhas
Naissance (75 ans)
Csákánydoroszló, Hongrie
Nationalité Drapeau de la Hongrie hongroise
Drapeau des États-Unis américanisé
Profession Scénariste, producteur, journaliste, romancier
Films notables Flashdance
À double tranchant
Basic Instinct
Showgirls

Joe Eszterhas est un scénariste, producteur, journaliste et romancier américain, né le à Csákánydoroszló en Hongrie.

BiographieModifier

Enfance et formationsModifier

Josef Eszterhas est né en Hongrie et fut élevé dans sa prime jeunesse dans un camp de réfugiés en Autriche[réf. nécessaire]. Ses parents émigrèrent ensuite aux États-Unis, d'abord à New York, puis à Cleveland dans l'Ohio[réf. nécessaire].

CarrièreModifier

Joe Eszterhas travaille plusieurs années comme journaliste pour le célèbre magazine Rolling Stone à Los Angeles, mais décide de ne pas suivre sa rédaction lorsque celle-ci déménage pour New York, préférant rester sous le soleil de Californie[réf. nécessaire]. Il se recycle alors comme scénariste, et connait le succès avec des films comme La Main droite du diable (Betrayed) ou Basic Instinct. Mais en 1996, il est nominé aux Razzie Awards pour le plus mauvais scénario concernant deux films : Jade, et Showgirls, qui emporta la récompense. En 1999, Eszterhas est à nouveau nominé pour sa participation à An Alan Smithee Film à la 19e cérémonie des Razzie Awards ; il reçoit cette fois quatre « récompenses » : pire second rôle masculin (jouant son propre rôle), pire révélation, pire scénario et pire bande originale.

Il est également connu aux États-Unis pour ses romans sulfureux, tel American Rhapsody qui traite sur un ton sarcastique du Monicagate et de la sexualité des hommes politiques américains en général.

Vie privéeModifier

En 1974, Joe Eszterhas épouse Gerri Javor avec qui il a deux enfants et dont il divorce en 1994[réf. nécessaire]. Dans cette même année, il épouse Naomi Bakar qui lui donne naissance aux quatre enfants[réf. nécessaire].

En 1990, il a appris que son père fait d'ailleurs l'objet d'une enquête du département de la Justice des États-Unis pour avoir écrit de la propagande antisémite à Hongrie dans les années 1930 et 1940. Il refuse alors tout contact avec son père depuis cette révélation, et il regrette bien plus tard en disant : « Quand (mon père) était dans une maison de retraite hongroise, les infirmières n’arrêtaient pas à m’appeler et à me dire : qu’il est en train de mourir et il a besoin de me voir. Ne pas y aller le voir a été une énorme erreur. J'ai demandé à Dieu de me pardonner, et je ne pense pas que je serai pardonné »[1].

FilmographieModifier

BibliographieModifier

  • (en) 13 Seconds: Confrontation at Kent State, Dodd: Mead 1970, Mead, 1970
    Coécrit avec Michael Roberts.
  • (en) Charlie Simpson's Apocalypse, Random House, 1973
  • (en) Nark!, Straight Arrow Books, 1974
  • (en) Hollywood Animal, Alfred A. Knopf, 2004

Autobiographie
  • (en) Crossbearer: A Memoir of Faith, St. Martin's Press, 2008
  • (en) Heaven and Mel, Amazon Kindle Single, 2012

AnecdoteModifier

Dans la série animée Futurama de Matt Groening et David X. Cohen, au début du douzième épisode de la deuxième saison, Joe Eszterhas figure au générique d'un film écrit et réalisé par des robots, en tant que co-scénariste.

Notes et référencesModifier

  1. (en) Andrew Goldman, « Joe Eszterhas Sure Cleaned Up », sur New York Times, (consulté le 24 avril 2018).

Liens externesModifier