Jessie Redmon Fauset

écrivaine afro-américaine

Jessie Redmon Fauset ( (à 79 ans) est une afro-américaine qui s'est illustrée comme essayiste, romancière, éditrice et poète, une des figures fondatrices du mouvement littéraire et culturel dit de la Renaissance de Harlem. Son engagement en tant qu'éditrice littéraire a participé à la diffusion et à la valorisation de la littérature afro-américaines des années 1920 et 1930.

Jessie Redmon Fauset
Image dans Infobox.
Jessie Redmon Fauset
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Eden Cemetery (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université Cornell
Philadelphia High School for Girls (en)
Université de Pennsylvanie (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Membre de
Mouvement
Œuvres principales
Plum Bun (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

EnfanceModifier

Jessie Redmona Fauset[1],[2] (transformé plus tard en Jessie Redmon Fauset)[3] est née le à Fredericksville[4] (aujourd'hui Lawnside), dans le Comté de Camden[5] dans le New Jersey[6], au Snow Hill Center Township[3]. Elle est le septième enfant de Redmon Fauset, un pasteur de Église épiscopale méthodiste africaine, et d'Annie Seamon Fauset. Sa mère, Annie, décède peu de temps après la naissance de Jessie[7].

Redmon Fauset se remarie avec Bella Huff, une veuve d'origine juive occidentale convertie au christianisme, qui a trois enfants de son premier mariage. De ce remariage mixte naissent trois enfants dont l'écrivain Arthur Fauset (en)[8]. Bien que vivant dans des conditions sociales difficiles, Redmon Fauset comme Bella encouragent et valorisent les études scolaires auprès de leurs enfants.

ScolaritéModifier

Après ses études primaires, Jessie est acceptée à l'une des meilleures écoles d'enseignement secondaire et supérieur (High School) de l'état de Pennsylvanie, la Philadelphia High School for Girls (en)[9] ; Elle y est la seule et probablement première étudiante [10] d'origine afro-américaine[11],[12]. En 1900, elle quitte l'établissement avec le diplôme de fin d'études avec mention.

Jessie Fauset se présente pour être acceptée par le Bryn Mawr College, les membres du Conseil d'administration refusent son entrée à cause du climat ségrégationniste de l'époque mais impressionnés par son dossier, ils font les démarches nécessaires pour qu'elle obtienne une bourse d'études pour entrer à la Cornell University, d'Ithaca dans la banlieue de New York. Elle est la troisième afro-américaine à être acceptée à la Cornell University après Sara Winifred Brown (en)[13] et Emily Barringer (en)[14]. Pendant ses études, entre 1903 et 1904, Jessie est logée dans un internat qui deviendra en 1916 un des trois établissements formant The Sage Colleges (en)[13].

Elle passe avec succès le Bachelor of Arts (mention lettres classiques) en 1905[15]. Elle a également l'honneur d'être admise à société Phi Beta Kappa [15] de l'Université Cornell, elle la seconde afro-américaine après Mary Annette Anderson (en)[16],[17] à bénéficier de cette reconnaissance[18].

En 1919, Jessie Redmon Fauset soutient avec succès un Master of Arts de littérature française à l'Université de Pennsylvanie. En 1925, elle complète ses connaissances de la littérature française en suivant des cours à la Sorbonne de Paris[19],[20].

Carrière universitaireModifier

Après l'obtention de son Bachelor of Arts, elle pose sa candidature à l’Université de Philadelphie, qui la refuse à cause de la couleur de sa peau. En attendant mieux elle enseigne à la Douglass High School de Baltimore. Puis elle emménage à Washigton D.C où elle enseigne le français et le latin à la M Street High School (en) qui rebaptisée Dunbar High School (en) en 1916 [9].

Elle quitte l'enseignement en 1919 pour le reprendre en 1926 à la DeWitt Clinton High School (en) du Bronx à New York, jusqu'à sa retraite en 1944. Prise par ses cours, elle a de plus en plus de difficultés à écrire de manière créative[20].

La rédactrice du magazine The CrisisModifier

Entre 1919 et 1926 Jessie Redmon Fauset entre au magazine The Crisis, le journal de la NAACP.comme critique littéraire[21], elle y publiera également des traductions de textes français[22]. Elle devient l'une des collaboratrices de W. E. B. Du Bois. Jessie, tout au long des vingt-quatre numéros du magazine écrit de nombreux articles de recension de la production littéraire afro-américaines, rédige des poèmes, des historiettes, publie des interviews et gère la communication entre les contributeurs et le magazine.

C'est ainsi qu'elle fait connaître les auteurs liés au mouvement dit la Renaissance de Harlem, tels que Langston Hughes, Jean Toomer, Countee Cullen, et Claude McKay.

Parallèlement, Jessie est également directrice et auteure pour le magazine pour enfants afro-américains The Brownies' Book (en)[23],[24],[25],[26].

La Femme de LettresModifier

Entre 1924 et 1933, Jessie Redmon Fauset publie quatre romans, explorant la vie de afro-américains de la classe classe moyenne.

Vie personnelleModifier

En 1929, âgée de 47 ans, Jessie Fauset se marie avec Herbert Harris, un courtier en assurances. Herbert sera un soutien pour sa carrière littéraire.

En 1958. Herbert Harris décède, à la suite de quoi Jessie quitte New York pour s'installer à Philadelphie.

Le , elle décède des suites d'une attaque cardiaque.

Elle repose aux côtés de son époux, Herbert Harris, à l'Eden Cemetery (en) de Collingdale[27].

ŒuvresModifier

PoésieModifier

  • Rondeau, publié dans The Crisis Magazine, .
  • La Vie C’est La Vie, publié dans The Crisis Magazine,
  • Courage!' He Said, publié dans The Crisis Magazine,

RomansModifier

NouvellesModifier

  • Emmy, publiée par le magazine The Crisis. decembre 1912 et .
  • My House and a Glimpse of My Life Therein, publiée par le magazine The Crisis,
  • Double Trouble, publiée par le magazine The Crisis, ,

EssaisModifier

  • Impressions of the Second Pan-African Congress", publié par le magazine The Crisis. .
  • What Europe Thought of the Pan-African Congress, publié par le magazine The Crisis,
  • "The Gift of Laughter." in The New Negro: An Interpretation, par Alaine Locke, éd. Martino Fine Books, 1925, rééd. 2015
  • Dark Algiers the White, publié par le magazine The Crisis. 1925–26 (n°. 29–30)

Regard sur son œuvre littéraireModifier

Jessie Fauset a été, par ses nombreux articles dans The Crisis, l’un des écrivains les plus prolifiques de la Renaissance de Harlem[28],[29]. La critique, à cause des préjugés de l'époque, jugent ses romans et ses poèmes comme relevant du sentimentalisme romanesque. Depuis ses ouvrages ont été réévalués, en mettant en avance son exploration fine des positions et postures des afro-américains selon les nuances de couleur de la peau, les épreuves que subissent les femmes artistes vis-à-vis de la suprématie blanche, la complexité sociale des Afro-américains de leur rapport à une triple identité : la couleur de la peau, la classe sociale et le sexe[30],[31]. Le regain d'intérêt pour le travail de Jessie Fauset, est dû à l'explosion de la critique féministe noire du Black Arts Movement 1970-80, c'est ainsi que sont réédités deux de ses romans There Is Confusion[32] et Plum Bum[33]. [34].

Plum Bun , est devenu un texte de référence pour la compréhension de la Renaissance de Harlem.

Les théoriciennes du féminisme afro-américain placent l'écriture de Jessie Fauset, aux côtés de Nella Larsen, Zora Neale Hurston[35],[36] et d'autres femmes écrivains de cette période. Les études actuelles valorisent le travail de Jessie Fauset comme étant une renouveau du roman de mœurs semblable à Edith Wharton, Zona Gale et Edna Ferber.

Notes et RéférencesModifier

  1. (en) « Jessie Redmon Fauset | American author », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 9 juin 2019)
  2. Encyclopædia Universalis, « JESSIE REDMON FAUSET », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 9 juin 2019)
  3. a et b (en) Bigelow, Barbara C., Contemporary Black biography. profiles from the international Black community, vol. Volume 7, Detroit, Mich.: Gale Research Inc., (ISBN 9781414435350)
  4. (en-US) « Jessie R. Fauset (1882-1961) • BlackPast », sur BlackPast, (consulté le 9 juin 2019)
  5. (en-US) Academy of American Poets, « Jessie Redmon Fauset | Academy of American Poets », sur poets.org (consulté le 9 juin 2019)
  6. (en) « "Fauset, Jessie R. (1882-1961)". The Black Past: Remembered and Reclaimed. », sur blackpast.org (consulté le 3 décembre 2018)
  7. (en-US) « Jessie Redmon Fauset | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 10 juin 2019)
  8. « Arthur Huff Fauset papers, 1855-1983 », sur dla.library.upenn.edu (consulté le 10 juin 2019)
  9. a et b (en-US) « Jessie Fauset », sur Biography (consulté le 9 juin 2019)
  10. « Jessie Fauset: Harlem Renaissance », sur www.myblackhistory.net (consulté le 10 juin 2019)
  11. (en-US) « Jessie Redmon Fauset: Prolific Writer and Editor During the Harlem Renaissance », sur Black Then, (consulté le 10 juin 2019)
  12. (en-US) « Jessie Redmon Fauset, Influential Harlem Renaissance Writer & Editor », sur Literary Ladies Guide (consulté le 10 juin 2019)
  13. a et b « Early Black Women at Cornell », sur rmc.library.cornell.edu (consulté le 10 juin 2019)
  14. (en-US) Cornell University, « Making their mark: Cornell women through the ages », sur Medium, (consulté le 10 juin 2019)
  15. a et b (en) Sylvander, Carolyn Wedin, Jessie Redmon Fauset, Black American Writer.
  16. (en-US) « Mary Anderson », sur Middlebury History Online, (consulté le 10 juin 2019)
  17. (en) Evans, Stephanie Y., Recent Research Rewrites Society’s History With Identity of First Black Woman Member, vol. 70 : The Key Reporter, (lire en ligne), p3
  18. (en) « Early Black Women at Cornell », sur rmc.library.cornell.edu (consulté le 4 décembre 2018)
  19. (en-US) Sims, Janet, Jessie Redmon Fauset (1885-1961): A Selected Annotated Bibliography, Black American Literature Forum, vol. 14, no. 4,, (lire en ligne)
  20. a et b (en) « Jessie Fauset - American Literature - Oxford Bibliographies - obo », sur www.oxfordbibliographies.com (consulté le 10 juin 2019)
  21. (en-US) Jessie Redmon Fauset, « As to books », The Crisis,‎ , p. 66-68 (lire en ligne)
  22. (en-US) « The Crisis », sur Marxist.org, The Crisis,
  23. « Jessie Redmon Fauset (1885-1961): A Selected Annotated Bibliography », African American Review, St. Louis University,‎ , p. 147
  24. (en-US) « The Brownies' book. », sur Library of Congress, Washington, D.C. 20540 USA (consulté le 10 juin 2019)
  25. (en-US) Jessie Redmon Fauset, « The True Brownies », The Crisis,‎ , p. 285 (lire en ligne)
  26. (en-US) « The Brownies Book »
  27. (en-US) « Jessie Redmon Fauset Harris », sur Find a grave
  28. (en-US) Johnson, Abby Arthur., Literary Midwife: Jessie Redmon Fauset and the Harlem Renaissance, Phylon (1960-), vol. 39, no. 2, (lire en ligne)
  29. Nina Renata Aron, « Meet the woman who edited the greatest voices of the Harlem Renaissance », sur Timeline, (consulté le 11 juin 2019)
  30. (en-US) « Black Family (Dys)Function in Novels by Jessie Fauset, Nella Larsen, & Fannie Hurst by Licia Morrow Calloway, 2003 | Online Research Library: Questia », sur www.questia.com (consulté le 11 juin 2019)
  31. (en-US) « Rereading the Harlem Renaissance: Race, Class, and Gender in the Fiction of Jessie Fauset, Zora Neale Hurston, and Dorothy West by Sharon L. Jones, 2002 | Online Research Library: Questia », sur www.questia.com (consulté le 11 juin 2019)
  32. (en-US) Morgan Jerkins, « The Forgotten Work of Jessie Redmon Fauset », The New Yorker,‎ (ISSN 0028-792X, lire en ligne, consulté le 11 juin 2019)
  33. (en-US) Justine Goode, « Finding Jessie Fauset: Our Most Prized Forgotten Writer », sur Paperback Paris, (consulté le 11 juin 2019)
  34. (en-US) « Plum Bun by Jessie Redmond Fauset », sur Smart Bitches, Trashy Books (consulté le 11 juin 2019)
  35. (en-US) « Jessie Redmon Fauset, Literary Midwife of the Harlem Renaissance », sur Literary Ladies Guide (consulté le 11 juin 2019)
  36. (en-US) « Comedy, American Style by Jessie Redmon Fauset (1933) », sur Literary Ladies Guide (consulté le 11 juin 2019)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :