Jerzy Buzek

politicien polonais

Jerzy Buzek
Illustration.
Jerzy Buzek en 2010.
Fonctions
Député européen
En fonction depuis le
(16 ans, 3 mois et 10 jours)
Élection 13 juin 2004
Réélection 7 juin 2009
25 mai 2014
26 mai 2019
Circonscription Katowice
Législature 6e, 7e, 8e et 9e
Groupe politique PPE-DE (2004-2009)
PPE (depuis 2009)
Président du Parlement européen

(2 ans, 6 mois et 3 jours)
Prédécesseur Hans-Gert Pöttering
Successeur Martin Schulz
Président du Conseil des ministres de Pologne

(3 ans, 11 mois et 18 jours)
Président Aleksander Kwaśniewski
Gouvernement Buzek
Coalition AWS-UW
Prédécesseur Włodzimierz Cimoszewicz
Successeur Leszek Miller
Biographie
Nom de naissance Jerzy Karol Buzek
Date de naissance (80 ans)
Lieu de naissance Smilowitz (Pologne alors annexée au Troisième Reich)
Nationalité polonaise
Parti politique AWS puis PO
Profession Ingénieur en génie chimique

Signature de Jerzy Buzek

Jerzy Buzek Jerzy Buzek
Présidents du Conseil des ministres de Pologne
Présidents du Parlement européen

Jerzy Karol Buzek [ˈjɛʐɨ ˈbuzɛk] (Écouter), né le à Smilovice, localité de Silésie de Cieszyn (alors rattachée au Troisième Reich, aujourd'hui en République tchèque), est un universitaire et homme politique polonais.

Il est Président du Conseil des ministres du au , date à laquelle il a été remplacé par Leszek Miller à la suite de la déroute de l’Alliance électorale Solidarité (AWS) aux élections législatives.

Élu député européen en 2004 sur les listes de la Plate-forme civique (PO), il est président du Parlement européen de 2009 à 2012. Il est ainsi la première personnalité issue d'un pays d'Europe centrale et orientale (anciens pays communistes du centre et de l'Est de l'Europe) à exercer cette fonction.

JeunesseModifier

Membre de la famille Buzek, de religion protestante, active dans la politique polonaise depuis l’entre-deux-guerres, il fréquente l'école Juliusz Slowacki jusqu'en 1957, et obtient en 1963 un diplôme en génie chimique à l’École polytechnique de Silésie. Il travaille ensuite à l'institut d'ingénierie chimique de l'académie polonaise de sciences à Gliwice et défend sa thèse doctorale en 1969. Durant les années 1970, il mène des recherches dans le domaine de la protection de l'environnement[1].

En 1980, Jerzy Buzek devient membre du syndicat Solidarność. Il a eu ensuite des responsabilités importantes dans le syndicat dans les années 1980–1990. Il a été le secrétaire de quatre de ses meetings nationaux après la légalisation du syndicat. En , il publie illégalement le pamphlet S. Il cesse ses activités au sein du syndicat en 1987[1].

Parcours politiqueModifier

DébutsModifier

Buzek a ensuite fait partie de l’équipe d’experts de l’Alliance électorale Solidarité (AWS), travaillant notamment sur son programme économique. Élu en 1997 à la Diète (Sejm), la chambre basse du Parlement polonais, sur les listes de l’AWS, il démissionna alors de ses fonctions dans Solidarność. Buzek est devenu secrétaire du Mouvement social de l’AWS en 1999, puis en 2001 de l’ensemble de la coalition AWS.

Président du Conseil polonaisModifier

De 1997 à 2001, il a été président du Conseil des ministres, dirigeant la coalition de centre-droit formée de l’AWS et de l’Union pour la liberté, puis, à partir de 2001, le gouvernement minoritaire, de droite, de l’AWS. En tant que chef du gouvernement, il a impulsé quatre réformes principales, portant sur les retraites, la santé, l'éducation, et l’organisation politico-administrative du pays. Il a également conduit l'entrée de son pays dans l'Union européenne[2],[3].

Au Parlement européenModifier

 
Jerzy Buzek et José Manuel Durão Barroso en 2009.

Le il a été élu eurodéputé dans la circonscription de voïvodie de Silésie, sur les listes de la Plate-forme civique (PO), qui a rejoint le Parti populaire européen (PPE). À Strasbourg, il a siégé à la Commission de l'industrie, de la recherche et de l'énergie.

Tête de liste pour la Plate-forme civique aux élections européennes de 2009, un des deux candidats du PPE, avec Mario Mauro, à la présidence du Parlement européen, et a été élu président le , avec 555 voix pour sur 736 députés, le plus haut pourcentage jamais enregistré dans l'élection du président du Parlement européen[4]. Son mandat s'achève début 2012, conformément à un accord de réciprocité entre les deux principaux groupes du Parlement, et il est remplacé par le socialiste allemand Martin Schulz[5],[6].

En , il plaide pour la création d'une Communauté européenne de l'énergie lors de la cérémonie d’ouverture du campus du Collège d'Europe à Bruges[7].

Il quitte la présidence du Parlement européen le , étant remplacé par Martin Schulz dans le cadre d’un accord entre le PPE et le groupe socialiste.

Depuis, il est constamment réélu député européen.

Il appelle au boycott de l'élection présidentielle polonaise de 2020 dans le contexte de la pandémie de coronavirus[8],[9].

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « Biography of the President of the European Parliament », sur Columbia.edu.
  2. « POLOGNE : manifestation pour la démission du Premier ministre Jerzy Buzek », sur Le Monde, .
  3. « Crise politique en Pologne », sur Le Monde, .
  4. Marion Van Renterghem, « La deuxième vie de Jerzy Buzek », sur Le Monde, .
  5. « Parlement européen : début de la 7e législature », sur Vie-publique.fr, .
  6. Alex Joubert, « Un goût d’inachevé pour Jerzy Buzek », sur Taurillon.org, .
  7. « Jerzy Buzek plaide pour une Communauté européenne de l’énergie », Euractiv, 6 novembre 2009
  8. « Pologne: une élection présidentielle en pleine épidémie de Covid-19 », sur RFI, RFI, (consulté le 5 mai 2020).
  9. (en) The Associated Press, « Poland’s ex-leaders to boycott May presidential election », sur Daily Journal, (consulté le 5 mai 2020).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :