Jean Vénitien

artiste français

Jean Vénitien est un peintre et illustrateur français né le à Constantine (Algérie) et mort le à Chevreuse.

Jean Vénitien
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
(à 84 ans)
Chevreuse (Yvelines)
Nom de naissance
Jean Louis Léon Vénitien
Nationalité
Activités
Autres activités
Formation
Mouvement
Distinctions
Prix du Gouvernement de l'Algérie, 1932

Influencé par le postimpressionnisme et proche des peintres de la réalité poétique, une part de son œuvre (de 1946 aux années 1950) le rangea d'abord, avec André Fougeron, Boris Taslitsky et Jean Amblard, parmi les tenants du réalisme socialiste en France.

BiographieModifier

L'AlgéroisModifier

De lointaine ascendance italienne — une famille Di Stefano de Catane (Sicile) venue s'établir à Venise et dont un membre gagne la France où il est « dit Le Vénitien »[1] — Jean Vénitien naît à Constantine de l'union de Paul Vénitien, géomètre, et d'Alix Giraudet (morte en 1932). Il est encore tout jeune enfant lorsque ses parents partent s'installer dans la basse casbah d'Alger où Paul Vénitien devient décorateur de scène, notamment pour l'opéra d'Alger. Mobilisé au cours de la Première Guerre mondiale, ce dernier meurt, âgé de 33 ans, en 1919 des suites des inhalations de gaz de combat, faisant que Jean devient en novembre de cette année-là pupille de la Nation. Tout en poursuivant ses études secondaires, il suit les cours de l'École supérieure des beaux-arts d'Alger[2].

Le MontmartroisModifier

Jean Vénitien arrive à Paris en 1931 et entre dans la section peinture de l'École nationale supérieure des beaux-arts, portant aussitôt et durablement un vif intérêt pour la règle du nombre d'or appliquée à la peinture. Montmartrois[3], il épouse en 1931 une jeune fille originaire d'URSS et du nom de Tarkanoff (un fils, Jacques, leur naîtra en 1945), tandis qu'une bourse du Gouvernement de l'Algérie, qui lui attribuera son prix annuel en 1932, le soutient dans ses études : il est de la sorte également admis en 1932 à l'École nationale supérieure des arts décoratifs. Ces études qu'il finance en effectuant des travaux de peinture en bâtiment sont interrompues par son service militaire où il est brigadier-chef dans le train des équipages[2].

La première attirance politique nationaliste de Jean Vénitien pour les Croix-de-Feu du colonel François de La Rocque le fait adhérer durant quatre mois de l'année 1935 à la Ligue des Volontaires Nationaux, avant que les amitiés russes de son épouse ne fasse glisser sa sympathie vers l'extrême gauche. En peinture, il côtoie les peintres de la réalité poétique (Maurice Brianchon, Christian Caillard, Jules Cavaillès, Raymond Legueult, Roger Limouse, Roland Oudot, André Planson, Kostia Terechkovitch, commence à se faire un nom en tant que portraitiste et à participer aux salons parisiens (Salon des Tuileries, Salon des indépendants, Salon d'automne)[2].

C'est à son retour de mobilisation de 1939 en Algérie, dans le Service auxiliaire du train des équipages, que Jean Vénitien, avec son épouse, se rapproche du communisme. S'il évoquera lui-même l'exécution de deux artistes peintres communistes par l'occupant allemand comme initiateur de son militantisme, il n'adhère au Parti communiste français qu'en , son engagement dans l'Union des arts plastiques (syndicat des peintres d'obédience communiste dont le secrétaire général est son ami André Fougeron) suivant peu après. Installé au 4, square Desnouettes dans le 15e arrondissement de Paris[4], il est dès 1945 professeur de dessin et d'anatomie à l'Institut des hautes études cinématographiques encadré alors par d'autres militants communistes comme Georges Sadoul et Léon Moussinac, puis, au début des années 1950, professeur de dessin délégué à la Ville de Paris et à l'école communale de la rue de la Fraternité à Romainville[2].

L'art du portrait : réalisme socialiste et dissemblanceModifier

Les expositions collectives d'artistes communistes auxquelles va alors participer Jean Vénitien, notamment à la Maison des Métallurgistes à Paris, ses toiles militantes comme Le Fusillé, Le Jugement de Paris, Nous voulons la paix[5], Jacques Duclos à la tribune[6],[7], La Mort de Marx, La Mort d'Alfred Gadois, sont significatives de sa représentativité du réalisme socialiste en France que tant Francis Parent et Raymond Perrot, qui distinguent en lui « l'un des artistes contre qui, en 1948, la critique bourgeoise se déchaîne »[8], que Bernard Dorival[9] ou encore le Dictionnaire Bénézit[10] s'accordent à retenir comme trait dominant de son historicité.

Rappelant pour sa part le propos d'André Stil - « Le portrait, c'est un des sommets du réalisme socialiste »[11] - Jeannine Verdès-Leroux situe communément deux tableaux (tous deux contemporains du Portrait de Staline par Pablo Picasso) - Hommage à Marcel Cachin d'André Fougeron et Jacques Duclos à la tribune de Jean Vénitien « où l'on voit le député haranguer l'Assemblée nationale avec pugnacité » - comme peints « au plus fort de cette période marquée par ce qui fut appelé le culte de la personnalité » et comme archétypaux de la charge que reçoivent les artistes engagés de « trouver un pôle d'idéalisation et un pôle sinon épique, du moins de combat ». On observe ainsi que dans ces deux toiles, « il convient non de faire "ressemblant", mais de donner à voir les qualités du sujet »[7]. Cette relégation en seconde importance du "ressemblant" consterne cependant un Pierre Daix qui restitue son regard désapprobateur sur les deux mêmes toiles : « était-ce des portraits réalistes ? Reconnaissait-on un dirigeant communiste comme Duclos dans ce gesticulateur verdâtre ? Je me payai un éreintement politique acéré marquant le divorce flagrant entre les intentions et l'exécution »[6].

Après avoir peint un Portrait de Jules Moch qui lui est reproché, après également avoir participé à plusieurs voyages organisés en Europe de l'Est par le PCF, Jean Vénitien s'éloigne de celui-ci à partir de 1955. En 1958, avec sa nouvelle compagne, Marcelle Capy, il s'installe définitivement au prieuré Saint-Saturnin de Chevreuse qu'il va s'employer à sauver de la ruine[2],[12].

Le ChevrotinModifier

Ami de Roger Limouse, sa peinture va alors, outre des portraits majoritairement féminins et des natures mortes, s'orienter essentiellement vers le paysage à la faveur de ses nombreuses villégiatures en France (Arcachon, Pornic, Évian, Marcilly-sur-Eure, les bords de Seine, les environs de Saint-Antoine-l'Abbaye, village de l'Isère où il acquiert une résidence) et en Belgique (Bruges). À l'instar de chez Michel-Henry, des toiles associent un bouquet de fleurs au premier plan à un paysage en arrière-plan. Il est dans les années 1980 professeur à l'École nationale supérieure des beaux-arts où son enseignement fait encore ressortir sa passion pour la règle du nombre d'or. Il meurt en au prieuré Saint-Saturnin qui, après avoir été son atelier durant quinze ans, deviendra un centre d'art contemporain[12].

Contributions bibliophiliquesModifier

  • Henri Bassis, Bonheur en tête, portrait d'Henri Bassis par Jean Vénitien en frontispice, dix exemplaires numérotés constituant l'édition originale, Pierre Seghers éditeur, 1953 (consulter en ligne).
  • Pierre Osenat (préface de Jacques Prévert), Poèmes choisis, illustrations de Jean Vénitien et Guillemette Morand, Éditions Armand Henneuse, Paris, 1969.

ExpositionsModifier

Expositions personnellesModifier

 
Chevreuse, le prieuré Saint-Saturnin.
  • Galerie Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1944.
  • Eric Galleries, New York, à partir de 1964[2].
  • Galerie Durand-Ruel, Paris, 1966.
  • Frank Partridge Gallery, New York, avril 1967[13].
  • Séchoir à peaux, Chevreuse, novembre-décembre 2013, juin 2015.
  • Jean Vénitien. Rétrospective, Centre d'art contemporain du prieuré Saint-Saturnin, Chevreuse, mai-juin 2014, avril-juin 2018.
  • Château de Belleville, Gif-sur-Yvette, mars 2016.

Expositions collectivesModifier

CitationsModifier

  • « Quand j'avais 20 ans j'étais vieux, et maintenant que j'en ai 79, je suis jeune : l'ombre, le foncé font partie des débuts de la peinture — toujours — et la clarté vient à longueur d'années dans la pureté des tons, dans l'harmonie des couleurs qui font que l'on arrive à sortir de la peinture la noirceur de la non-peinture. » - Jean Vénitien, 1990[1]

RécompensesModifier

  • Prix du Gouvernement de l'Algérie, 1932[2].

Collections publiquesModifier

  AlgérieModifier

  États-UnisModifier

  FranceModifier

 
Chevreuse, le prieuré Saint-Saturnin

  RoumanieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Dit par Jean Vénitien dans le film d'Alain Rémond Jean Vénitien, l'homme à la casquette rouge, AAA Radio Vidéo, 1990.
  2. a b c d e f g h et i Claude Pennetier (dir.), Le Maitron. Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social, vol.12, Éditions de l'Atelier, 2016.
  3. André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, Éditions André Roussard, 1999.
  4. a et b Musée d'art moderne de la ville de Paris, Salon des Tuileries - XXIe exposition, catalogue, n°552, p. 41.
  5. Tableau reproduit dans Les Lettres françaises, no 309, .
  6. a et b Pierre Daix, J'ai cru au matin, collection « Vécu », Robert Laffont, 1976, p. 321.
  7. a et b Jeannine Vergès-Leroux, Au service du Parti - Le parti communiste, les intellectuels et la culture (1944-1956), Librairie Arthème Fayard / Éditions de Minuit, 1983, pp. 304-306.
  8. Francis Parent et Raymond Perrot, Le Salon de la Jeune Peinture. Une histoire, 1953-1983, Éditions Jeune Peinture / Imprimeurs libres, 1983, p. 8.
  9. Bernard Dorival, Les peintres du XXe siècle. Du cubisme à l'abstraction, 1914-1957, Éditions Pierre Tisné, 1957, p. 92.
  10. Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.14, p. 114.
  11. André Stil, André Fougeron - le pays des mines, préface du catalogue d'exposition, Fédération régionale des mineurs du Nord et du Pas-de-Calais, Lens, 1951, p. 24.
  12. a et b Ville de Chevreuse, Le prieuré Saint-Saturnin.
  13. « A cocktail preview of paintings by Jean Vénitien at the Frank Partridge Gallery », The New York Times, 30 mars 1967, p. 49.
  14. Patrick-F. Barrer, « L'Histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours », Arts et Images du Monde, 1992, p. 308.
  15. Szymon Piotr Kubiak, Loin de Moscou. Gérard Singer et l'art engagé, Êditions de la Maison des sciences de l'homme, Centre allemand d'histoire de l'art, Paris, 2020, p. 118.
  16. Jeannine Verdès-Leroux, « L'art de parti. Le Parti communiste français et ses peintres, 1947-1954 », Les fonctions de l'art, Actes de la recherche en sciences sociales, no 28, 1979, pp. 49-50.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Bernard Dorival, Les peintres du XXe siècle. Du cubisme à l'abstraction, 1914-1957, Éditions Pierre Tisné, Paris, 1957.
  • Jean Vénitien, Partridge Fine Arts Ltd., New York, 1967.
  • Pierre Daix, J'ai cru au matin, collection « Vécu », Robert Laffont, 1976.
  • Denis Milhau, « Présupposés théoriques et contradictoires du nouveau réalisme socialiste en France au lendemain de la Seconde Guerre mondiale », Art et idéologies. L'art en Occident, 1945-1949. Actes du 3e colloque d'histoire de l'art contemporain tenu au Musée d'Art et d'Industrie de Saint-Étienne les 18, 19 et , Centre interdisciplinaire d'étude et de recherche sur l'expression contemporaine / Imprimerie Le Hénaff, Saint-Étienne, 1978 (consulter en ligne).
  • Jeannine Verdès-Leroux, « L'art de parti. Le Parti communiste français et ses peintres, 1947-1954 », Les fonctions de l'art, Actes de la recherche en sciences sociales, no 28, 1979.
  • Jeannine Verdès-Leroux, Au service du Parti - Le parti communiste, les intellectuels et la culture (1944-1956), Librairie Arthème Fayard / Éditions de Minuit, 1983.
  • Francis Parent et Raymond Perrot, Le Salon de la Jeune Peinture. Une histoire, 1950-1983, Éditions Jeune Peinture / Imprimeurs libres, 1983.
  • Pierre Osenat, Jean Vénitien, Éditions Vision sur un peintre, 1984.
  • Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Arts et Images du Monde, 1992.
  • André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, Éditions André Roussard, Paris, 1999.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol.14, Gründ, 1999.
  • Lucie Fougeron, « Un exemple de mise en images : le "réalisme socialiste" dans les arts plastiques en France (1947-1954) », Sociétés et représentations, vol.1, no 15, 2003 (consulter en ligne).
  • « Jean Vénitien », L'Algérianiste, no 100, .
  • « Vénitien, un personnage haut en couleurs », Mémoire de Chevreuse, no 12, Association La Mémoire de la ville de Chevreuse, 2014.
  • Claude Pennetier (dir.), Le Maitron. Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social, vol.12, Éditions de l'Atelier, 2016 (consulter en ligne).
  • Olivier Fortin, « Les intellectuels communistes français et la culture néoréaliste italienne de 1945 aux années 50 », « La culture italienne en France au XXe siècle : circulation des modèles et transferts culturels », Cahiers d'études italiennes, no 28, 2019 (consulter en ligne).

FilmographieModifier

  • Jean Vénitien, l'homme à la casquette rouge, film d'Alain Rémond, textes de Michel Charon, AAA Radio Vidéo, Chevreuse, durée : 17'42", 1990 ([vidéo] visionner sur YouTube).

Liens externesModifier