Jean Studer (personnalité politique)

politicien suisse

Jean Studer
Illustration.
Jean Studer en 2019 dans l'enceinte du cinéma Capitole à Lausanne
Fonctions
Président du Conseil de banque de la Banque Nationale Suisse (CBNS)
Prédécesseur Hansueli Raggenbass
Conseiller d'État du canton de Neuchâtel
Élection
Réélection
Successeur Laurent Kurth
Conseiller aux États
Élection
Réélection
Législature 46e (1999-2003)
47e (2003-2007)
Successeur Pierre Bonhôte
Député au Grand Conseil du canton de Neuchâtel
Législature législature 1993-1997
législature 1997-2001
Biographie
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Paris
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Drapeau de la France France
Parti politique Parti socialiste suisse (PSS)
Profession Avocat
Homme politique

Jean Studer, né le à Paris, originaire de Trimbach (SO), est un avocat et une personnalité politique suisse membre des partis socialistes suisse et neuchâtelois. Président du Conseil de banque de la Banque nationale suisse (BNS) de 2012 à 2019, il est nommé président du Conseil d'administration de la Banque cantonale neuchâteloise en 2019. Depuis 2016, il est président du Conseil de fondation de la Cinémathèque suisse.

BiographieModifier

Cadet d’une famille de trois enfants, Jean Studer déménage rapidement avec sa famille de Paris à la Chaux-de-Fonds puis, en 1963, à Neuchâtel[1].

Il suit sa scolarité à Neuchâtel, s’intéresse jeune aux événements de Mai 68 et participe aux premiers spectacles de la troupe qui fondera plus tard le Théâtre de la Poudrière[2].

Jean Studer suit des études de droit et obtient en 1981 le brevet d’avocat. Il accomplit son école de recrues mais refuse de poursuivre ses obligations militaires et est condamné à une peine de 4 mois d’emprisonnement[2]. Immédiatement après sa sortie, il participe à la création d’une étude à Neuchâtel[3]. Il devient avocat indépendant au barreau. Il défend des causes très diverses, des actionnaires de l’ancien Crédit foncier neuchâtelois, historiquement proche du Parti libéral[4] aux responsables de la salle de rock La Case à Choc[5].

Jean Studer se lance en politique sous la bannière du Parti socialiste en qualité de secrétaire cantonal du Parti socialiste neuchâtelois en 1981[6]. Il est élu en 1988 au Conseil général de la ville de Neuchâtel.

En 1993, il devient député au Grand Conseil du Canton de Neuchâtel et préside notamment la Commission spéciale chargée de la révision totale de la Constitution cantonale.

Jean Studer est élu au Conseil des États en 1999 et préside la commission des institutions politiques de 2003 à 2005.

En 2002, Jean Studer se porte candidat au Conseil fédéral en remplacement de Ruth Dreifuss. Mais sa candidature n’est pas retenue par le Parti socialiste qui choisit de présenter deux femmes, dont la future élue Micheline Calmy-Rey[7].

En 2005, Jean Studer retrouve la politique neuchâteloise. Il est élu au Conseil d’État, dont il dirige le nouveau département de la justice, de la sécurité et des finances. Il est réélu en 2009 avec plus de 64 % des voix, un record à ce jour[8]. Il préside le Conseil d’État de 2009 à 2010.

Au Conseil d’État, Jean Studer sera à l’origine de plusieurs projets (fusion des polices, regroupement des tribunaux, fusion des Caisses de pension, soutien financier à la fusion des communes) et notamment d’une révision de la fiscalité de entreprises, qui sera largement acceptée en votation populaire, de même qu’une révision de la fiscalité des particuliers[9].

En 2008, Jean Studer initie un vaste programme de rénovation du parc pénitentiaire neuchâtelois[10],[11],[12]. Les établissements carcéraux de Bellevue et La Promenade (La Chaux-de-Fonds) sont modernisés et agrandis les années suivantes. Au cours de son dernier mandat, il doit également gérer la crise ouverte par l'évasion de l'établissement de Bellevue du détenu dangereux Jean-Louis B.[13].

En 2012, le Conseil fédéral nomme Jean Studer à la présidence du Conseil de banque de la Banque nationale suisse où il siégeait depuis 2007[14]. La même année, il démissionne du Conseil d’État neuchâtelois.

En , Jean Studer quitte son poste de président de la Banque nationale suisse au terme de la durée maximale de 12 ans de présence au sein de cette autorité[15]. En , il succède à Manuela Surdez en reprenant la présidence de la Banque cantonale neuchâteloise[16].

Jean Studer a exercé plusieurs mandats associatifs pour le Festival international du film fantastique de Neuchâtel (présidence)[17], l’Association Neuchâtel-Berlin (présidence)[18], la Société d’histoire de l’art en Suisse (membre du Conseil de fondation)[19] et l’Association Maison blanche (membre du comité)[20]. Jean Studer devient président du Conseil de fondation de la Cinémathèque suisse le [21].

RéférencesModifier

  1. « Jean et Pierre Studer, alter ego contrariés », sur www.letemps.ch, (consulté le 4 mars 2016)
  2. a et b « Jean Studer, le persuasif », sur www.rts.ch,
  3. « Cabinet BHS », sur http://etudebhs.ch
  4. « Cf. L’Express du 12 décembre 1995 », L'Express,‎
  5. « Cf. L’Express du 29 janvier 1999 », L'Express,‎
  6. « www.lexpressarchives.ch »
  7. « Succession de Ruth Dreifuss: le ticket socialiste »
  8. « 2e tour de l’élection au Conseil d'Etat du 26 avril 2009 »
  9. « Du chic - Réformes »
  10. ats / jzym, « Le canton de Neuchâtel va renforcer la sécurité des pénitenciers », RTS Info,‎ (lire en ligne)
  11. lgl, « La Chaux-de-Fonds: la prison de La Promenade inaugurée après huit ans de travaux », ArcInfo,‎ (lire en ligne)
  12. « Davantage de places et plus de sécurité à la prison de Gorgier (NE) », SwissInfo,‎ (lire en ligne)
  13. Serge Jubin, « Jean-Louis B., l’incompréhensible évasion », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  14. « Bank Council »
  15. Valère Gogniat et Yan Pauchard, « Jean Studer: «La BNS a permis au pays d’éviter une crise économique majeure» », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 24 octobre 2019)
  16. « Jean Studer reprendra la présidence de la Banque cantonale neuchâteloise », sur rts.ch, (consulté le 24 octobre 2019)
  17. « Jean Studer devient président du NIFFF »,
  18. « Comité Association Neuchâtel-Berlin »
  19. « Comité exécutif - Société d'histoire de l'art en Suisse »
  20. « Comité exécutif de l'Association Maison Blanche »
  21. « Jean Studer, nouveau président/neuer Präsident/nuovo Presidente/new President », sur www.cinematheque.ch, (consulté le 11 juillet 2016)