Jean-Baptiste Chassignet

poète baroque franc-comtois
Jean-Baptiste Chassignet
Naissance
Arms of Imperial City of Besançon.svg Ville libre de Besançon
Décès
Gray
Blason fr Franche-Comté.svg Comté de Bourgogne
Nationalité Franc-Comtois
Pays de résidence

Blason fr Franche-Comté.svg Comté de Bourgogne

(Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire)
Diplôme
Doctorat en droit
Activité principale
Formation
Auteur
Langue d’écriture Français
Mouvement Humanisme de la Renaissance, Baroque
Genres
Religieux, historique, poétique

Œuvres principales

Le Mépris de la vie et consolation contre la mort (1594)

Jean-Baptiste Chassignet, né en 1571 à Besançon et mort en 1635 à Gray, est un poète baroque de langue française.

BiographieModifier

Né à Besançon en 1571 et mort à Gray en 1635, Jean-Baptiste Chassignet est le fils d’un médecin et d'une dame de petite noblesse, Claude de Saline[1]. Il reçoit une formation humaniste, étudie au collège de sa ville, puis s'intéresse au droit qu'il apprend à l'université de DoleIl y obtient son doctorat, ce qui le mène à une carrière d’avocat fiscal et de conseiller au bailliage de Gray[2].

Attaché à sa province, il rédige des monographie sur l'histoire de la Franche-Comté. Mais dès l’âge de vingt-trois ans, il achève l’immense suite de 434 sonnets, répartis en neuf sections, qui a pour titre Le Mépris de la vie et Consolation contre la mort, publiée en 1594. Ce sont des sonnets souvent admirables et très représentatifs de la sensibilité de l’époque par leur ardeur sombre qui unit, par ses images, violent réalisme, âpreté du ton, ferveur mystique. C'est une œuvre édifiante et monstrueuse, fruit de l’angoisse d’un jeune humaniste, catholique fervent et moraliste obsédé par la mort et par la vanité du monde.

Il écrit ensuite des paraphrases de textes bibliques, sur les Douze Petits Prophètes (1601) et sur les Psaumes (1613).

L’œuvre de ce Franc-Comtois a été exhumée par les recherches entreprises depuis la Seconde Guerre mondiale sur la littérature baroque en France, notamment à la suite des travaux de Jean Rousset[3]. Il avait été une première fois sauvé de l'oubli par Gérard de Nerval qui publie, en , un Choix de poésies de Ronsard, Du Bellay, Baïf, Belleau, Du Bartas, Chassignet, Desportes, Régnier qu'il fait précéder d'une introduction[4].

ŒuvresModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Le Mépris de la vie et Consolation contre la mort (1594), Paris, Hachette Livre BNF, 2012.
  • Douze Petits Prophètes (1601)
  • Les Paraphrases sur les cent cinquante pseaumes de David, mis en vers françois, Lyon, Claude Morillon, (1613)
  • Citations in Jean Rousset, Anthologie de la poésie baroque française, Paris, Armand Collin, 1961 ; puis Paris, José Corti, 1988.

BibliographieModifier

  • J.-B. Chassignet, Le Mépris de la vie et consolation contre la mort, édition critique d'après l'original de 1594 par Hans-Joachim Lope, Genève-Paris, Droz-Minard, 1967
  • Raymond Ortali, Jean-Baptiste Chassignet : un poète de la mort, Genève, Droz, 1968
  • J.-B. Chassignet, Sonnets franc-comtois inédits : écrits au commencement du XVIIe siècle et publiés pour la première fois d'après le manuscrit original [1892] ; rééd. en fac-sim. avec introduction et notes de Théodore Courtaux, Genève, Slatkine reprints, 1969
  • (it) Michele Mastroianni, Jean-Baptiste Chassignet, tra manierismo e barocco: un'introduzione alla lettura del «Mespris de la vie et consolation contre la mort», Paris-Fiesole, Honoré Champion-Cadmo, 1998
  • [Collectif], Jean-Baptiste Chassignet, actes du Colloque du Centre Jacques-Petit, Besançon, 4, 5 et , présentés par Olivier Millet, Paris, Honoré Champion, 2003
  • Kjerstin Aukrust, Violences du corps : une étude du macabre chez Ronsard, Aubigné et Chassignet, Oslo, Université d’Oslo, 2008
  • (it) L'officina poetica di Jean-Baptiste Chassignet, Verceil, Mercurio, 2010

Notes et référencesModifier

  1. Schmidt, Albert-Marie., Poètes du XVIeme siècle, texte établi et présenté, Gallimard, (OCLC 88111214, lire en ligne)
  2. Notice d'autorité de la Bnf.
  3. Jean Rousset, La Littérature à l’âge baroque en France : Circé et le paon, Paris, José Corti, 1953 ; où l'auteur cite Chassignet aux côtés d'Agrippa d'Aubigné, Jacques du Perron et Jean de Sponde, p. 100
  4. lire en ligne sur Gallica

Liens externesModifier

Liens internesModifier