James Herbert

écrivain britannique

James Herbert, né le [1] dans le quartier d’East End à Londres et mort le dans le Sussex, est un auteur britannique spécialisé dans le genre de l’horreur.

James Herbert
James Herbert en 2012.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
The Parish Church of St Peter (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université du Middlesex
St Aloysius College (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Période d'activité
à partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Genre artistique
Distinctions
Officier de l'ordre de l'Empire britannique
World Horror Convention Grand Master Award (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
La tombe de James Herbert à Woodmancote, près de Henfield, Sussex de l'Ouest

Biographie

modifier

James Herbert est le troisième fils d’un commerçant. Sa famille vit à Whitechapel, le quartier de la ville où rôda Jack l'Éventreur en 1888. Ce même quartier est sévèrement touché par les bombardements allemands durant la Seconde Guerre mondiale[1].

Enfant, il raconte des histoires aux autres garçons sur les terrains de jeux. Ses autres passions sont la peinture et le dessin. À l’âge de dix ans, il décroche une bourse pour la Grammar School de Saint Aloysius dans le quartier d’Highgate[1].

À seize ans, il entre au collège d’art d’Hornsey, où il étudie le graphisme et la photographie et joue occasionnellement dans un groupe musical. Il trouve du travail dans la publicité comme typographe. Il monte peu à peu les échelons et devient directeur artistique puis chef d’agence publicitaire. Il se marie avec Eileen en août 1967[1].

En 1974, à l’âge de vingt-huit ans, il écrit son premier roman Les Rats en dix mois. Il y décrit un Londres envahi par des rongeurs mutants semeurs de mort. Il envoie son manuscrit à six éditeurs. Il obtient trois réponses dont une positive. Sa carrière d’écrivain est lancée[1].

Dans ses dernières années, il vit dans le Sussex. Il a trois filles et a été honoré de l’ordre de l'Empire britannique en 2010. Il est l’un des principaux auteurs du genre littéraire de l’horreur. Il a vendu plus de cinquante millions de livres dans trente-quatre langues[1].

Thèmes récurrents

modifier

James Herbert explore dans ses ouvrages des thématiques récurrentes. On peut citer les catastrophes (Les Rats et Fog), les fantômes et le paranormal (Survivant, Hanté, Le Secret de Cricklet Hall), le nazisme (La Lance) et la réincarnation (Fluke, Le Jour où je suis mort)[2].

Catastrophes

modifier

Ses deux premiers livres, Les Rats et Fog, sont des romans catastrophes[3],[4]. L'horreur (les rats noirs mangeurs d'hommes dans le premier et une arme chimique accidentellement libérée dans le second) s'ajoutent aux problèmes préexistants : la misère urbaine et la négligence des autorités dans Les Rats et l'incompétence militaire et politique dans Fog[3]. L'origine du problème est, dans Fog, très proche de celle du film de La Nuit des fous vivants (1973) de George A. Romero. Comme dans ce dernier, l'arme chimique induit une violente psychose chez les personnes exposées, les conduisant à un comportement à la fois suicidaire et meurtrier[5].

James Herbert a écrit trois suites aux Rats. Les deux premières sont des romans. Le Domaine des Rats raconte la seconde attaque des rongeurs, non plus dans les bas fonds londoniens mais dans la forêt d'Epping[6]. L'Empire des Rats décrit un monde post-apocalyptique où les rats deviennent l'espèce dominante dans la ville détruite[7]. The City, le dernier ouvrage, est un roman graphique. Il se déroule dans le monde post-apocalyptique déjà décrit dans L'Empire des Rats[8].

Fantômes et paranormal

modifier

Survivant, son troisième roman, est une histoire de fantômes. L'auteur utilise dans ce livre l'horreur surnaturelle et non plus scientifique[4]. Tout comme dans Le Sombre, l'histoire de ténèbres surnaturelles qui aggravent les défauts des personnages en un mal hideux[9].

Les fantômes sont également à l'œuvre dans Hanté / Dis-moi qui tu hantes ?, l'histoire d'un enquêteur en paranormal sceptique trompé par des fantômes malicieux[10]. James Herbert utilise aussi le thème du paranormal dans La Conspiration des fantômes (La suite d'Hanté)[11] et dans Magic Cottage[12]. Le Jour où je suis mort, son vingt-deuxième roman, est conté par un fantôme qui enquête sur sa propre mort et qui en perd toutes ses illusions sur la vie[13].

Dans Ballade pour un ange déchu, le héros, ironiquement dénommé Joe Creed (Creed signifiant foi en anglais) est un paparazzi cynique et léger qui est confronté à des monstres fatigués et peu considérés[14]. L'accroche du livre est d'ailleurs « Les démons sont bien mesquins aujourd'hui. » Le scepticisme du lecteur est encouragé par un narrateur qui lui rappelle régulièrement qu'il ne s'agit que d'un roman. James Herbert se réfère à Joe Creed en l'appelant « notre héros » ou en informant lourdement le lecteur du déroulement de l'action (« Vous venez d'assister à une pause dramatique »)[15].

En 2006, il publie Le Secret de Crickley Hall. Ce roman sur une maison de campagne hantée revisite les phénomènes psychiques d'Hanté et de La Conspiration des Fantômes, l'antisémitisme britannique de La Lance et de 48 et la vie après la mort de Les Autres et de Le Jour où je suis mort[16].

Nazisme

modifier

Son cinquième roman, La Lance traite d'une conspiration néo-nazie en Grande-Bretagne impliquant un général américain d'extrême-droite, diverses personnalités britanniques et un sinistre marchand d'armes[17]. 48 est une uchronie. On y apprend qu'en 1948, la Seconde Guerre mondiale se termine par une épidémie dévastatrice due à un Adolf Hitler fraîchement vaincu. Comme La Lance, ce roman montre des britanniques sympathisant avec des nazis[18].

Réincarnation

modifier

James Herbert traite le thème de la réincarnation dans Fluke, son quatrième roman. Il s'agit de l'histoire d'un chien qui se souvient, plus ou moins bien, de sa vie précédente, lorsqu'il était un homme[19]. Il revient sur ce thème avec Les Autres. Ce roman conte l'histoire d'un détective privé physiquement déformé en raison de son immoralité dans une vie antérieure[20].

Œuvres

modifier

Nouvelles

modifier
  • (en) Maurice and Mog, 1987
  • (en) Breakfast, 1989
  • (en) Halloween's Child, 1990
  • (en) They Don't Like Us, 1997
  • (en) Extinct, 2003
  • (en) Cora's Needs, 2003[1]

Adaptations

modifier

Notes et références

modifier
  1. a b c d e f et g « Meet the author - JAMES HERBERT », sur jamesherbert.com via Wikiwix (consulté le ).
  2. Enjary Philipponneau pour Rewiind, « Le Secret de Crickley Hall de James Herbert  : un best seller terrifiant », sur herbert-secret-crickley-hall.com via Internet Archive (consulté le ).
  3. a et b (en) « James Herbert », sur centipedepress.com (consulté le ).
  4. a et b « James Herbert », sur Evene.fr (consulté le ).
  5. (en) « Cafardcosmique.com », sur cafardcosmique.com (consulté le ).
  6. « Le Figaro - Livres : Actualité de la littérature », sur Le Figaro.fr (consulté le ).
  7. « Le Figaro - Livres : Actualité de la littérature », sur Le Figaro.fr (consulté le ).
  8. « The City - JAMES HERBERT », sur jamesherbert.com via Internet Archive (consulté le ).
  9. « Not Found », sur jamesherbert.com via Wikiwix (consulté le ).
  10. « - Hanté », sur Milady.fr (consulté le ).
  11. « Book Reviews & Recommendations », sur Kirkus Reviews (consulté le ).
  12. « Magic Cottage sur bragelonne.fr ».
  13. « Tous les livres publiés chez Fleuve éditions / Lisez! », sur Lisez! (consulté le ).
  14. Lady Nini, « Ballade pour un ange déchu de James Herbert », sur canalblog.com, Livres de Vampires, (consulté le ).
  15. « jamesherbert.org/Books/15/ »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  16. « - Le Secret de Crickley Hall », sur Milady.fr (consulté le ).
  17. « joubjoub.fr/modules.php?name=N… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  18. « Book Reviews & Recommendations », sur Kirkus Reviews (consulté le ).
  19. (en) « Fluke by James Herbert », sur James Herbert (consulté le ).
  20. « Book Reviews & Recommendations », sur Kirkus Reviews (consulté le ).
  21. a b c d e et f « Auteurs dont le nom de famille commence par la lettre 'a' / Lisez! », sur Lisez! (consulté le ).
  22. a b c d e et f « James Herbert sur bragelonne.fr ».
  23. a b c d e et f « milady.fr/auteurs/view/james-h… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  24. (en) « Wayback Machine », sur jamesherbert.com via Wikiwix (consulté le ).
  25. James Herbert sur le site NooSFere.
  26. « Visas et Classification », sur cnc.fr (consulté le ).
  27. http://www.priceminister.com/offer/buy/2712340/Rats-Attaquent-Les-VHS.html
  28. « VHSdb, base de données internationale de cassettes VHS, Betamax et V2000 », sur vhsdb.org (consulté le ).

Liens externes

modifier