Ouvrir le menu principal

Jacques Camus

peintre et graveur français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Camus.
Jacques Camus
Naissance
Décès
Nom de naissance
Maurice Jacques Yvan Camus
Nationalité
Activités
Autres activités
Formation
Maître
Distinction

Maurice Jacques Yvan Camus est un peintre, graveur, aquafortiste, lithographe et illustrateur Français né à Angers (Maine-et-Loire) le et mort en 1971.

BiographieModifier

Jacques Camus est élève de l'artiste espagnol Claudio Castelucho à l'Académie de la Grande Chaumière à Paris, puis de Lucien Simon à l'École nationale supérieure des beaux-arts. En 1919, il effectue un voyage en Sicile et réalise des fresques murales au palais Florio.

Jacques Camus se consacre à partir de 1920 à la création dans les arts appliqués et les arts décoratifs, ses travaux majeurs publiés en 1920 et 1922 en portfolios restant représentatifs des mutations qui, prenant l'appellation d'Art déco, suivent immédiatement la Première Guerre mondiale[1]. Il est en 1924 professeur à l'École des arts appliqués à l'industrie[2]. Il se lie d'amitié avec Jean Cocteau, Henri Matisse, Raoul Dufy et Moïse Kisling[3]

Formé à l'astronomie par André Danjon, Jacques Camus s'attache à la Société astronomique de France et plus particulièrement à son observatoire, qui est alors situé à Paris au 28, rue Serpente dans l'hôtel des sociétés savantes. Il en assure le fonctionnement de 1930 à 1939. Il s'y fait l'observateur et cartographe des planètes Vénus, Mars et Jupiter, mais se constitue aussi à Hauteville-la-Guichard un observatoire personnel. C'est par là qu'auprès de Jean Perrin, dans le cadre de l'organisation de l'Exposition universelle de 1937, il collabore à l'agencement du Palais de la découverte[3].

À partir de 1937, Jacques Camus se forme en autodidacte aux techniques de la lithographie et de l'eau-forte[2].

ŒuvresModifier

Fresques muralesModifier

 
Le palais Florio à Palerme, où œuvra Jacques Camus en 1919.

PortfoliosModifier

  • Dessins, planches au pochoir, Éditions A. Calavas, 1920.
  • Idées 1, douze planches au pochoir, Éditions A. Calavas, 1922.

Contributions bibliophiliquesModifier

  • Denise Aubriot, À mi-voix, illustrations de Jacques Camus, Éditions de la Caravelle, 1936.
  • Auguste Bailly, La carcasse et le tord-cou, illustrations de Jacques Camus, tirage de 750 exemplaires, Paris, Éditions du Trèfle, 1947.
  • Honoré de Balzac, La Fille aux yeux d'or, eaux-fortes de Jacques Camus, tirage de 200 exemplaires, Paris, Éditions V. de Valence, 1947.
  • Emily Brontë (traduction de Henri Picard), Wuthering Heights, dix illustrations en hors-texte et bandeaux de Jacques Camus, Éditions du Panthéon, collection « Pastel », 1948.
  • Jules Barbey d'Aurevilly, L'Ensorcelée, lithographie de Jacques Camus, Éditions Les Cent Bibliophiles, 1952.

Expositions personnellesModifier

  • Jacques Camus. Dessins, gravures, Paris, galerie Colette Allendy, mars 1953.
  • Exposition non datée : galerie Vibaud, Paris[4].

Expositions collectivesModifier

Vente publiqueModifier

  • Néret-Minet et Coutau-Begarie, commissaires priseurs, Vente de l'atelier Jacques Camus, Paris, hôtel Drouot, 4 février 1987[4].

Collections publiquesModifier

Récompenses et distinctionsModifier

  • Médaille d'argent à l'Exposition internationale des arts décoratifs, 1925.
  • Prix Bidault de l'Isle, 1930.
  • Prix des Dames de la Société astronomique de France, 1934[6].

Notes et référencesModifier

  1. Maggie Kate, Art Deco Designs. 16 arts stickers, Dover Publications Inc., Mineola New York, 2004.
  2. a b et c Dictionnaire Bénézit, tome 3, Gründ, 1999, page 176.
  3. a et b André Hamon, « Jacques Camus (1893-1971) », L'Astronomie, vol. 86,‎ , p. 148 (lire en ligne).
  4. a et b « Atelier Jacques Camus », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°4, 23 janvier 1987, page 20.
  5. Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Éditions Arts et Images du Monde, 1992.
  6. Gabrielle Camille-Flammarion, « Les progrès de la Société Astronomique de France », Bulletin de la Société Astronomique de France, 1934.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Jacques-Henry Bornecque, Paysages extérieurs et monde intérieur dans l'œuvre de Barbey d'Aurevilly, Presses universitaires de Caen, 1968.
  • André Hamon, « Jacques Camus », dans L'Astronomie, vol. 86, 1972.
  • Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Éditions Arts et Images du Monde, 1992.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Alain-René Hardy, Tissus Art déco en France, Éditions Langlaude, 2000 (présentation de l'ouvrage en ligne).

Liens externesModifier