Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hôtel des Sociétés savantes.
Hôtel des sociétés savantes Paris 1.jpg
Détail de la façade.

L'hôtel des sociétés savantes est situé 8 rue Danton à Paris. Il est devenu la Maison de la recherche et est une annexe de l'université Paris IV - Sorbonne, située au 28, rue Serpente, au croisement avec la rue Danton, dans le 6e arrondissement de Paris, dont le bâtiment a été ouvert en 2005.

Sommaire

HistoireModifier

Article détaillé : Sociétés savantes.

En 1864 H. Gaidoz, administrateur de la société de linguistique constate le manque d'un hôtel avec des salles de conférences pour l’accueil des sociétés savantes de Paris[1],[2].

L'Hôtel des sociétés savantes est construit en deux phases, en 1888-1890, puis 1899-1900, par Fernand Delmas. Le portail néo-renaissance de la Société centrale des architectes français au 6 bis, rue Danton, réalisé en 1899-1900, est l'œuvre de l'architecte Paul Sédille et du sculpteur André-Joseph Allar. Le bâtiment est acheté par la Sorbonne en 1985.

Les sociétés savantesModifier

  • La Société de médecine publique et d'hygiène professionnelle
  • La société ophtalmologie
  • La société pour l'instruction et la protection des sourds et muets
  • La société zoologique de France
  • La société de navigation aérienne
  • La société française d'hygiène
  • La société d'Hypnologie
  • La société de sociologie de Paris
  • La Société Centrale des Architectes Français. La porte d'entrée qui lui est dédiée au 6 bis, rue Danton, porte la devise des architectes Le beau, le vrai, l'utile
  • La Société astronomique de France, fondée par Camille Flammarion. La société a construit un observatoire astronomique avec deux coupoles qui occupait tout l'étage supérieur du bâtiment[3].

Quelques conférencesModifier

  • En avril 1896 s'y tient le Congrès féministe international.
  • Trotski le 6 décembre 1907 fait une conférence qui réunit un millier de personnes sur le thème Les étapes de la révolution Russe et la situation politique actuelle[4]
  • Camille Flammarion le 1er juin 1910 dans la grande salle bondée fera de la Comète de Halley l'une de ses causeries.

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. G. Baillière, Revue bleue: politique et littéraire, (lire en ligne).
  2. Bulletin de l'Athénée oriental, fondé en 1864, Maisonneuve et cie, (lire en ligne).
  3. La Revue scientifique (Paris), vol. 80, 1907, p. 274.
  4. Annie Kriegel, « Le dossier de Trotski à la Préfecture de Police de Paris Page 279 », sur http://www.persee.fr (consulté le 14 décembre 2014).