Ouvrir le menu principal
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Intension.
En France, une grève est soumise à une déclaration individuelle d'intention
(photo ː Grève des sardinières à Douardenez en 1924)

L’intention est une action de la volonté par laquelle un individu ou un groupe d'individus fixent le but d'une activité ou encore la motivation qui conduit à intervenir. Ce terme, issu du latin intentio, « action de diriger vers »), peut désigner :

  • un dessein délibéré d'accomplir un acte, volonté.
  • le fait de se proposer un certain but - dessein ferme et prémédité - but même qu'on se propose d'atteindre.
  • dans le concept tissulaire, modulation de l'attention, à laquelle la conscience donne un sens, une forme. Avec l'intention, la conscience envoie une information dans l'espace qu'elle a choisi d'occuper. L'intention permet de formuler une demande. La structure vivante répond à l'intention, mais elle répond selon ses possibilités du moment.

DéfinitionModifier

Le site du CNRTL présente ce terme avec des définitions multiples mais qui se regroupent autour de l'« action de tendre vers un objet, une fin » et par métonymie, « cette fin, elle-même ». C'est également « avoir l'idée, la volonté de faire quelque chose, mais sans que la réalisation en soit assurée »[1].

Ce terme est utilisé dans la vie courant mais également en philosophie, dans le domaine de la religion), dans l'art (notamment la musique et le théâtre), le Droit et les sciences physiques.

Le site du dictionnaire Larousse donne une définition brève et concise : « Disposition d'esprit par laquelle on se propose délibérément un but ; ce but lui-même »

Aspect juridiqueModifier

L'intention criminelleModifier

Le terme d'« intention criminelle » est souvent utilisé par les juristes pour qualifier la volonté d'une personne de concrétiser une action, voire un comportement pénalement sanctionnable. On parle aussi d'élément intentionnel qui se place aux côtés de l'élément légal (l'interdiction inscrite dans la loi) et d'élément matériel (les preuves) [2]. Ces critères sont cumulatifs.

L'élément intentionnel diffère du mobile par le fait que si ce dernier peut être du à des raisons différente, l'intention est lié à la détermination de l'individu concerné. Cette notion n'est pas directement reconnu dans le droit français qui préfère utiliser la notion d'abus de droit[3].

Cependant, dans le droit pénal français reconnait indirectement cette notion lorsque les crimes et délits sont intentionnels, c’est-à-dire qu’ils ont été commis par une personne ayant la volonté consciente et délibérée de commettre l’élément matériel de l’infraction, étant entendu que la connaissance du caractère infractionnel du comportement est présumée en vertu de l’adage « nul n’est censé ignorer la loi ».

La déclaration d'intentionModifier

La notion de « déclaration d'intention » possède plusieurs sens juridiques, notamment dans le domaine de la construction (déclaration d'intention de commencement de travaux), dans le domaine social (déclaration d'une grève), dans le domaine immobilier (droit de préemption).

Aspect philosophiqueModifier

 
G. E. M. Anscombe

La philosophe britannique Gertrude Elizabeth Margaret Anscombe a travaillé en particulier sur les concepts d'intention et s'est opposé à l'approche mentaliste et affirmant que l'intention de l'esprit est à comprendre à partir de la réalisation de l'action intentionnelle, qui n'est pas purement privée [4].

L'IntentionnalitéModifier

L'intentionnalité est un concept majeur de la philosophie de la connaissance du XXe siècle. Le dictionnaire de la philosophie [5] de Larousse donne la définition lapidaire qui suit : « relation active de l'esprit à un objet quelconque ». A ce titre, il inspire plusieurs auteurs de développement personnel [6].

Le procès d'intentionModifier

En philosophie, le procès d'intention est un sophisme consistant à invoquer le discrédit sur une personne en lui prêtant des intentions inavouables et condamnables.

Aspect religieuxModifier

L'intention de prière ( Catholicisme)Modifier

L'intention de prière est une demande effectuée par tout croyant à l'intention d'un prêtre ou d'une communauté religieuse par l"intermédiaire d'un mot, d'une lettre ou d'un cahier de prière ou le site d'une communauté. La paroisse de la Basilique Notre-Dame de Bonsecours de Bonsecours présente l'intention par l'intermédiaire d'un « petit mot » destinés aux visiteurs :

« Amis visiteurs ou pèlerins,
Soyez les bienvenus auprès de Notre-Dame-de-Bonsecours.
Marie prie avec vous et pour vous son divin Fils.
N’hésitez pas à lui confier vos peines, vos soucis, vos souffrances, mais aussi à lui rendre grâce pour vos joies et vos réussites.
Votre intention de prière, écrite sur ce cahier, est partagée régulièrement par des paroissiens.
Puissiez-vous quitter cette basilique le coeur en paix, confiants dans l’amour fidèle de Dieu qui veut la VIE pour tous ses enfants, confiants aussi dans l’intercession de la Vierge Marie,
Elle est vraiment de Bon Secours.»

Niyyah (Islam)Modifier

« Niya » ou « Niyyah » (نية) est un mot arabe désignant la pureté de l'intention d'une croyance (foi) qui existait déjà avant l'apparition de l'Islam mais qui définit aujourd'hui l'intention (dans le sens de la confiance), à Dieu[7].

Aspect sociologiqueModifier

 
La théorie du comportement planifié (TPB) d'après Azjen 1991 (p 182)

La théorie du comportement planifié permet de donner une explication le comportement volontaire de l’individu. Les idées contenues dans cette théorie sont en lien avec la motivation de base d’un individu à effectuer une action.

Celle-ci développe l'iéde que l’intention d’accomplir un certain comportement précède le comportement réel[8]. Il s’agit donc d’une intention comportementale et résulte de la conviction que l’exécution du comportement mènera à un résultat spécifique. La théorie du comportement planifié suggère que des intentions plus fortes conduisent à un effort accru pour effectuer le comportement, ce qui augmente également la probabilité que le comportement soit effectué[9].

L'intention dans la culture populaireModifier

Un des proverbes les plus connus avec ce terme est une phrase attribuée à Bernard de Clairvaux (XIIe siècle) qui déclarait : L'enfer est plein de bonnes volontés ou désirs, citée par François de Sales dans une lettre de 1604 à Jeanne de Chantal[10], transformé en proverbe au XVIIIe siècle, lorsque l'on commença à paver les rues des villes : « L’enfer est pavé de bonnes intentions ».

En littératureModifier

Au-delà des études philosophiques, ce terme peut se retrouver dans les titres de certains romans ou essais :

  • En 1977, l'écrivain français Francis Ryck, publie chez Gallimard, un roman policier dénommé Nos intentions sont pacifiques.

Au cinémaModifier

Dans le monde du cinéma, une note d’intention est un document très court — une à deux pages — expliquant clairement les idées (donc les intentions) du concepteur du projet de film (scénariste ou réalisateur). Ce texte présente le thème abordé, les personnages en posant les bases de l'univers de l'histoire afin de convaincre un producteur de financer le film[11].

À l'instar de la littérature, ce mot se retrouve dans le titre de nombreux films :

RéférencesModifier

  1. page sur la définition du mot intention, consulté le 3 septembre 2019
  2. Cours de droit : définition et éléments constitutifs de linfraction
  3. Site cabinetaci.com, page sur l'intention criminelle, consulté le 3 septembre 2019
  4. L'Intention de Gertrude Elizabeth Margaret Anscombe (Auteur), éditions Broché Vincent Descombes (Préface), Mathieu Maurice (Traduction), Cyrille Michon (Traduction) Dernière édition 30 avril 2002
  5. Dictionnaire de la philosophie, p. 141
  6. Par exemple : Le pouvoir de l'intention, Réalisez tous vos désirs en vous connectant à l'intelligence universelle de Wayne W. Dyer (Auteur), Christian Hallé (Traduction) édition Broché paru le 15 septembre 2006
  7. Site http://theses.univ-lyon2.fr "Des pratiques anté-islamiques", consulté le 3 septembre 2019
  8. "Theory of reasoned action, theory of planned behavior, and the integrated behavioral model". Health behavior : theory, research, and practice. Glanz, Karen, Rimer, Barbara K., Viswanath, K. (Kasisomayajula), (Fifth edition ed.). San Francisco, CA.  (ISBN 1118629051)(OCLC 904400161).
  9. (Davis, F. D., R. P. Bagozzi and P. R. Warshaw (1989). "User Acceptance of Computer Technology: a Comparison of Two Theoretical Models." Management Science 35(8): 982-1003.).
  10. François de Sales, Œuvres complètes, t. 3, p. 89
  11. Site https://devenir-realisateur.com, "La note d’intention : conseils et exemples pour présenter votre film", consulté le 3 septembre 2019

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :