Immunothérapie

L'immunothérapie consiste à administrer des substances stimulant les défenses immunitaires du malade contre des infections, certains cancers hématologiques (autrement dit, du sang), des maladies dégénératives et/ou auto-immunes. Ceci inclut les thérapies utilisant des protéines (anticorps) produites par les cellules du système immunitaire, en particulier les immunoglobulines, sans que l'objectif de cette thérapie soit nécessairement la stimulation de l'immunité. On distingue l'immunothérapie locale (rare) et l'immunothérapie générale (beaucoup plus fréquente).

Des ancêtres de l'immunothérapie contemporaine sont la « thérapie sérique » et l'immunothérapie allergénique mise au point par Leonard Noon et John Freeman en 1911. Les essais modernes d'immunothérapie remontent aux années 1970, basées sur des anticorps polyclonaux. Depuis d'autres molécules sont les immunoglobulines monoclonales, et moindrement les interférons, les interleukines et les inhibiteurs de point de contrôle.

Histoire médicaleModifier

Des ancêtres de l'immunothérapie contemporaine sont la thérapie sérique et l'immunothérapie allergénique mise au point par Leonard Noon et John Freeman en 1911.

Avant la découverte des antibiotiques l'administration passive d'anticorps s'est montrée pertinente pour traiter de nombreuses maladies infectieuses, bien avant les anticorps monoclonaux et l'utilisation récente des "Biomédicaments". Les thérapies sériques étaient déjà basées sur le transfert artificiel d'une immunité humorale d'un organisme à un autre (éventuellement d'une espèce animale à l'homme) ; on parle aussi de transfert artificiel d'immunité passive ou de TIP artificiel (TIP signifiant ici « transfert d'immunité passive »). Parfois très efficace, il a néanmoins posé de graves problèmes (dits « maladie sérique »), mais pourtant utilisé de nos jours pour quelques cas où les alternatives n'existent pas.

Puis à partir des années 1940 la généralisation des antibiotiques et d'autres chimiothérapies antimicrobienne a abouti à la suppression de la plupart des types de thérapie passive par anticorps (elles étaient plus dangereuse en termes d'effets secondaires difficiles à prévoir)[1].

Dans les années 1990 la chimiothérapie antimicrobienne a perdu beaucoup de son efficacité en raison du développement de l'antibiorésistance et de maladies nosocomiales d'une part, et de la forte augmentation du nombre de patients immunodéprimés d'autre part (du fait de maladies telles que le VIH/SIDA, du nombre croissant de greffés et possiblement de facteurs environnementaux tels que la pollution ou l'alimentation qui pourraient affecter l'immunité). Au début du XXème siècle le nombre des maladies émergentes ou ré-émergentes a augmenté.
Une alternative aux antibiotiques a été de développer des anticorps monoclonaux et de générer des thérapies à base d'anticorps humains[1] puis de développer des dizaines de biomédicaments (souvent des anticorps produits par les moyens du génie génétique, via un animal, une plante, un champignon ou une bactérie transgénique biotechnologiquement modifiés pour produire des protéines complexes et de grande taille que l'industrie chimique ou pharmaceutique classique serait incapable de produire).

Au XXIe siècle, alors que l'antibiorésistance continue à se développer et que le risque pandémique augmente, les anticorps et les thérapies sériques ont à nouveau suscité un intérêt. Théoriquement, à chaque microbe pathogène correspond un anticorps qui freinera ou bloquera l'infection au profit de l'hôte. Le génie génétique permet aujourd'hui de reproduire avec plus ou moins de fidélité ces anticorps. Comparées à la chimiothérapie standard, les thérapies à base d'anticorps ont des avantages et des inconvénients importants[1].

En 2020 l'usage à grand échelle de l'immunothérapie aux États-Unis est envisagée dans le cadre de la pandémie de maladie à coronavirus de 2019-2020. Des essais cliniques ont été lancés en France, aux Etats-Unis et en Asie [2],[3].

Objectifs thérapeutiquesModifier

Les thérapies sériques puis plus généralement l'immunothérapie peuvent

  • avoir un objectif général (il est alors atteint via le transfert d'anticorps produits dans le sang d'un organisme sain) ;
  • cibler une maladie spécifique (dans ce cas les anticorps sont transférés avec le sang ou le sérum d'un organismes ayant été infectés par le virus ou la bactéries que l'on souhaite combattre et déjà en voie de guérison) ;
  • cibler une intoxication (le sérum provient alors d'un animal qui a résisté à la toxine en question, toxine botulique par exemple).

À noter que l'immunoscintigraphie est une application diagnostique reposant aussi sur l'utilisation d'anticorps comme sonde spécifique, mais marqués par fluorescence ou radioactivité faible et visualisés in vivo par imagerie. En immunothérapie, on utilise des anticorps modifiés pour être, seulement mais de façon plus critique, « humanisés », afin d'éviter les réactions de défense immunitaire parce que les quantités employées sont justement plus fortes.

Contre les tumeurs et le cancerModifier

Après des décennies de déceptions dans le traitement du cancer, l'immunothérapie a atteint une maturité ayant permis un changement de paradigme dans le traitement de nombreux types de tumeurs et cancers. Avec une compréhension accrue du système immunitaire, la guérison est devenue une possibilité réelle pour de nombreux patients[4].

TechniquesModifier

L'immunothérapie désigne une gamme de traitement destiné à stimuler l'immunité chez un patient. Ces traitements comprennent des vaccins, des inhibiteurs du contrôle immunitaire, des lymphocytes T avec des récepteur d'antigène chimérique (CAR), des immunothérapies à base de virus oncolytique[4].

Vaccination contre le cancerModifier

Transfert adoptif de cellulesModifier

Immunothérapie localeModifier

Utilisé dans le cas du cancer de la vessie pour limiter les récidives à la suite de l'ablation chirurgicale du cancer. Le principe consiste à stimuler l'immunité locale par des irrigations locales de la vessie à l'aide d'une solution contenant du BCG.

Immunothérapie généraleModifier

L'immunothérapie générale consiste à injecter par voie générale des immunoglobulines, des cytokines ou des interférons recombinants, produits par génie génétique. L'interféron alpha et gamma, l'interleukine 2 sont les cytokines les plus souvent utilisées actuellement. L'interleukine 2 est indiquée dans le traitement du cancer du rein métastatique et dans le mélanome métastatique[5], ainsi qu'en traitement adjuvant des mélanomes de mauvais pronostic.

L'utilisation d'anticorps monoclonaux visent à empêcher la prolifération cellulaire en bloquant l'activité de certains récepteurs codés par des oncogènes. Des anticorps monoclonaux sont utilisés dans le traitement de certains cancers.

Le rituximab est indiqué pour le traitement de patients atteints de lymphomes folliculaires de stade III-IV en cas de chimiorésistance ou à partir de la deuxième rechute après chimiothérapie. Cet anticorps monoclonal se lie spécifiquement à l'antigène transmembranaire CD20, une protéine située sur les lymphocytes B et s'exprimant dans plus de 95 % des cellules B des lymphomes non hodgkiniens.

Le trastuzumab est administré aux femmes ayant un cancer du sein résistant au traitement habituel en raison de la présence en surabondance d'un récepteur spécifique dans leurs cellules, appelé HER-2. La présence de ce récepteur en surnombre entraîne la production en excès d'une protéine qui à son tour induit une multiplication incontrôlée des cellules.

En 2016, l'immunothérapie commence également à être utilisée dans le cadre du cancer du poumon métastatique parce qu'elle semble donner, avec le pembrolizumab, de meilleurs résultats que la chimiothérapie dans les stades avancés[6].

Absence de réaction chez un nombre important de patientsModifier

Un grand nombre de patients (environ la moitié[réf. souhaitée]) ne réagissent pas à un traitement par immunothérapie. Cela est dû entre autres à une réaction d'auto-défense des cellules tumorales et à l'action de cellules venant inhiber les cellules T intervenant dans le processus d'immunothérapie, en particulier celle de cellules myéloïdes infiltrantes tumorales (TIM)[7].

Cas particulier des thérapies helminthiquesModifier

Il a été montré que dans un contexte hyper-hygiéniste, des personnes ont été non-exposées ou sous-exposées à des parasites intestinaux ayant co-évolué avec l'Homme. Il a été montré qu'elles avaient — pour des raisons incomplètement comprises —[8],[9] statistiquement plus de risques de développer des maladies auto-immunes, intestinales comme la maladie de Crohn, mais pas uniquement (sclérose en plaques, allergies également).

Une immunothérapie basée sur l'ingestion d'oeufs de trichocéphale (Trichuris suis) et l'ankylostome (Necator americanus) a été testée avec succès pour des maladies immunologiques mais aussi contre les allergies. Cette thérapie helminthique a été étudiée contre la maladie de Crohn[10],[11],[12], contre la sclérose en plaques[13] diverses allergies et l'asthme[14].

Les helminthes, par des mécanismes encore mal compris, modulent ou régulent les cytokines Th1 pro-inflammatoires, l'interleukine-12 (IL-12), l'interféron-gamma (IFN-γ) et le facteur de nécrose tumorale-Alpha (TNF-ά), tout en favorisant la production de cytokines Th2 régulatrices telles que IL-10, IL-4, IL-5 et IL-13[15],[16].

Selon le modèle murin, les mères infectées par des schistosomes transfèrent une protection contre l'inflammation allergique des voies respiratoires à leur progéniture, mais uniquement si l'accouplement s'est produit lors les phases TH1 et régulatrices de la parasitose (pas dans la phase immunitaire TH2) ; on a relié ces effets à des profils d'expression des cytokines et des gènes spécifiques aux schistosomes, profils significativement modifiés dans l'interface fœto-maternelle. Le transfert d'antigènes d'helminthes n'est pas responsable de ce bénéfice ; ce serait l'IFN-γ d'origine maternelle produit en phase aiguë d'infestation qui est essentiel pour le phénotype protégeant immunitairement la descendance[17].
Remarque : on sait qu'inversement, chez la souris un souriceau né d'une mère allergique à un produit risque plus de l'être aussi[18].

On suppose que notre co-évolution avec certains helminthes a façonné des interactions durables, peut-être traduites dans les gènes associés à l'expression de l'interleukine et impliqués dans les troubles immunologiques, tels que la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse et la maladie cœliaque. Sur ces bases, les helminthes pourraient peut-être devoir être reclassés comme hôte naturel de notre microbiote intestinal, hôtes mutualistes voire symbiotes de l'être humain, et être inclus dans l'« hypothèse d'hygiène étendue » comme l'a proposé une équipe scientifique en 2014[17].

Autres immunothérapiesModifier

L'immunothérapie est également utilisée dans de nombreuses autres conditions pathologiques comme les maladies inflammatoires et neurodégénératives. Les anticorps ciblent par exemple la cytokine TNF-alpha dans la polyarthrite rhumatoïde ou la protéine tau dans les tauopathies[19].

Effet secondaires de l'immunothérapieModifier

Contreperformance du traitement anti-cancer chez une minorité de patientsModifier

Depuis 2012 environ les immunothérapies, en dépit d'effets secondaires graves (mais comme il en existe pour la chimiothérapie), ont révolutionné le traitement de certains cancers tenaces[20], cependant, selon deux études récentes[21],[22], chez un petit nombre de patients atteints d'un cancer avancé, certains médicaments de l'immunothérapie qui visaient à traiter ce cancer (inhibiteurs de la PD-1,) peuvent au contraire accélérer très fortement (en une à deux semaines parfois) sa progression, pour des raisons encore mal comprises. Les auteurs appellent à une étude plus large et pluridisciplinaire de ce phénomène pour en comprendre les causes[20].

Les patients concernés par ce problème semblent porter une altération génétique rare (copies supplémentaires des gènes de lutte contre le cancer MDM2 ou MDM4). Un même phénomène est observé chez certaines souris de laboratoire « dont les tumeurs progressent rapidement après un traitement avec une immunothérapie »[20].

Des chercheurs de l'Institut Gustave Roussy de Villejuif (France) ont lancé une étude systématique de la croissance tumorale chez leurs patients et conclu en que sur 131 personnes ayant reçu des thérapies anti-PD-1, 9 % ont été victimes d'une « hyperprogression » de leur tumeur (plus souvent chez des plus de 65 ans)[20]. Le , Kurzrock et ses collègues confirment le phénomène : chez 155 personnes traitées avec des inhibiteurs de la PD-1 et d'autres immunothérapie, six patients présentaient des copies supplémentaires de MDM2 ou MDM4, et 10 présentant des mutations du gène EGFR (associé au cancer). Il ne semblait pas dans ce cas y avoir de corrélation entre l'âge et une aggravation rapide de la maladie, mais chez quatre des patients ayant des gènes MDM2 ou MDM4 supplémentaires et chez deux des personnes atteintes de mutations EGFR, les tumeurs ont rapidement grossi lors du traitement[20].

Une hypothèse est que chez ces patients uniquement, le traitement libérerait des « facteurs de croissance » de tumeurs, pour des raisons qui restent alors à comprendre[20].

Effets neurologiques et psychiatriquesModifier

Les médicaments d'immunothérapies augmentent (plus ou moins selon le type de molécule, mais de manière statistiquement significative) certaines comorbidités, notamment dans le cas de la polyarthrite rhumatoïde ; ils accroissent le risque de dépression (qui peut aggraver la douleur générale, de mauvais pronostic, d'un refus du traitement et de dégradation plus rapide de la qualité de vie du patient), d'anxiété voire d'idées suicidaires, et ce, plus fortement voire de manière « alarmante » pour certains médicaments (ex : méthotrexate, léflunomide, hydroxychloroquine et des médicaments dits biologiques (biotechnologiques) dans la littérature médicale anglophone ou médicaments antirhumatismaux modificateurs de la maladie DMARDs (pour Disease-modifying antirheumatic drug).
Le léflunomide provoquerait le moins de troubles de santé mentale selon une étude de 2013[23]. Dans une étude de 2013 basée sur 105 patients traités pour maladies rhumatismales, ceux qui prenaient des antirhumatismaux « modificateurs de la maladie » présentaient les taux les plus élevés de dépression, d'anxiété et d'idées suicidaires parmi tous les patients étudiés[23].

VaccinModifier

L'immunothérapie antimicrobienne, qui comprend la vaccination, implique l'activation du système immunitaire pour répondre à un agent infectieux.

ImmunosuppressionModifier

La suppression immunitaire vise à tempérer voire supprimer une réponse immunitaire anormale par exemple dans le cadre des maladies auto-immunes ou à réduire une réponse immunitaire normale pour empêcher le rejet d'organes ou de cellules transplantés.

Immunothérapie allergéniqueModifier

L'immunothérapie allergénique (ITA), ou hyposensibilisation, est le seul traitement qui permette de traiter les allergies respiratoires — allergies aux pollens, aux acariens, aux poils de chat, etc. — en s’attaquant à la cause même de la maladie[24]. En effet, l'ITA permet d'altérer le cours naturel de la maladie allergique et entraine ainsi des rémissions de longue durée. Enfin, il est possible que l'ITA évite l'apparition de nouvelles sensibilisation, voire d'un asthme[25].

Le traitement se fait en augmentant graduellement les doses d'allergène (mithridatisation) pour permettre au système immunitaire de construire les anticorps correspondant (sous-classe IgG4). La dose de départ est souvent d'un facteur 1:10000.

Selon l’Académie nationale de médecine[26], la désensibilisation précoce des patients allergiques permet de modifier l’histoire naturelle de la maladie en limitant l’acquisition de nouvelles sensibilisations ou en réduisant chez les enfants atteints de rhinite allergique le risque de développement ultérieur d’un asthme.

Deux formes d’administration du traitement existent : la voie injectable, la plus ancienne, injections sous cutanée faites en cabinet par un médecin toutes les 4 à 6 semaines, et la voie sublinguale, où l’on dispose, soi-même à domicile, quotidiennement, des gouttes sous la langue à jeun, selon la prescription de son allergologue. Plus pratique, et présentant un excellent rapport bénéfice/risque, la désensibilisation sublinguale est la voie majoritairement utilisée aujourd'hui, bien qu'ayant une efficacité inférieure à la voie sous-cutanée[27] et un coût supérieur[28]. Depuis une quinzaine d’années, la voie sublinguale a connu un développement rapide, par la mise à disposition de traitements basés sur des extraits allergéniques administrés sous forme de gouttes et l'arrivée des premiers comprimés de désensibilisation au pollen de graminées avec AMM (autorisation de mise sur le marché).

La désensibilisation est aujourd'hui parfaitement reconnue et codifiée par un consensus international (ARIA ou « Allergic Rhinitis and its Impact on Asthma ») sous l'égide de l'OMS. Ce consensus recommande, avec un niveau de preuve élevé, l'utilisation de la voie sublinguale, chez les patients atteints de rhinite allergique pour qui la désensibilisation est indiquée[29].

Découverte par Leonard Noon et John Freeman en 1911, l'immunothérapie allergénique représente le seul traitement étiologique des allergies respiratoires. Il est le seul médicament connu pour traiter non seulement les symptômes mais aussi les causes de l’allergie respiratoire.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) Arturo Casadevall et Matthew D. Scharff, « Return to the Past: The Case for Antibody-Based Therapies in Infectious Diseases », Clinical Infectious Diseases, vol. 21, no 1,‎ , p. 150–161 (ISSN 1058-4838, DOI 10.1093/clinids/21.1.150, lire en ligne, consulté le 29 mars 2020)
  2. « Covid-19 : comment les dons d'anticorps pourraient guérir les malades », sur Sciences et Avenir (consulté le 30 avril 2020)
  3. (en) CDC, « Immunology and Vaccine-Preventable Disease / Principles of Vaccination » (consulté le 28 mars 2020)
  4. a et b (en) Monika Joshi, Sumanta K Pal et Joseph J Drabick, « Novel Approaches in Cancer Immunotherapy — A Light at the End of the Tunnel », Discovery Medicine, vol. 21, no 118,‎ (lire en ligne, consulté le 13 avril 2017)
  5. L'immunothérapie prolonge la survie de patients atteints de mélanome, lefigaro.fr, 3 juin 2014
  6. L'immunothérapie, «un tremblement de terre dans le traitement des cancers avancés», lefigaro.fr, 13 octobre 2016
  7. Cleo Goyvaerts, « L'immunothérapie antitumorale : comment « apprendre » au cancer à déclencher sa propre guérison? », .
  8. Ricardo T. Fujiwara, Guilherme G. L. Cançado, Paula A. Freitas et Helton C. Santiago, « Necator americanus infection: a possible cause of altered dendritic cell differentiation and eosinophil profile in chronically infected individuals », PLoS neglected tropical diseases, vol. 3, no 3,‎ , e399 (ISSN 1935-2735, PMID 19308259, PMCID 2654967, DOI 10.1371/journal.pntd.0000399, lire en ligne, consulté le 29 mars 2020)
  9. Lucas Carvalho, Jie Sun, Colleen Kane et Fraser Marshall, « Review series on helminths, immune modulation and the hygiene hypothesis: mechanisms underlying helminth modulation of dendritic cell function », Immunology, vol. 126, no 1,‎ , p. 28–34 (ISSN 1365-2567, PMID 19120496, PMCID 2632707, DOI 10.1111/j.1365-2567.2008.03008.x, lire en ligne, consulté le 29 mars 2020)
  10. J. Croese, J. O'neil, J. Masson et S. Cooke, « A proof of concept study establishing Necator americanus in Crohn's patients and reservoir donors », Gut, vol. 55, no 1,‎ , p. 136–137 (ISSN 0017-5749, PMID 16344586, PMCID 1856386, DOI 10.1136/gut.2005.079129, lire en ligne, consulté le 29 mars 2020)
  11. Aditya Reddy et Bernard Fried, « An update on the use of helminths to treat Crohn's and other autoimmunune diseases », Parasitology Research, vol. 104, no 2,‎ , p. 217–221 (ISSN 0932-0113, PMID 19050918, DOI 10.1007/s00436-008-1297-5, lire en ligne, consulté le 29 mars 2020)
  12. C. Laclotte, A. Oussalah, P. Rey et M. Bensenane, « [Helminths and inflammatory bowel diseases] », Gastroenterologie Clinique Et Biologique, vol. 32, no 12,‎ , p. 1064–1074 (ISSN 0399-8320, PMID 18619749, DOI 10.1016/j.gcb.2008.04.030, lire en ligne, consulté le 29 mars 2020)
  13. Jorge Correale et Mauricio Farez, « Association between parasite infection and immune responses in multiple sclerosis », Annals of Neurology, vol. 61, no 2,‎ , p. 97–108 (ISSN 0364-5134, PMID 17230481, DOI 10.1002/ana.21067, lire en ligne, consulté le 29 mars 2020)
  14. P. Zaccone, Z. Fehervari, J. M. Phillips et D. W. Dunne, « Parasitic worms and inflammatory diseases », Parasite Immunology, vol. 28, no 10,‎ , p. 515–523 (ISSN 0141-9838, PMID 16965287, PMCID 1618732, DOI 10.1111/j.1365-3024.2006.00879.x, lire en ligne, consulté le 29 mars 2020)
  15. Simon Brooker, Jeffrey Bethony et Peter J. Hotez, « Human hookworm infection in the 21st century », Advances in Parasitology, vol. 58,‎ , p. 197–288 (ISSN 0065-308X, PMID 15603764, PMCID 2268732, DOI 10.1016/S0065-308X(04)58004-1, lire en ligne, consulté le 29 mars 2020)
  16. Matteo Fumagalli, Uberto Pozzoli, Rachele Cagliani et Giacomo P. Comi, « Parasites represent a major selective force for interleukin genes and shape the genetic predisposition to autoimmune conditions », The Journal of Experimental Medicine, vol. 206, no 6,‎ , p. 1395–1408 (ISSN 1540-9538, PMID 19468064, PMCID 2715056, DOI 10.1084/jem.20082779, lire en ligne, consulté le 29 mars 2020)
  17. a et b (en) Kathrin Straubinger, Sabine Paul, Olivia Prazeres da Costa et Manuel Ritter, « Maternal immune response to helminth infection during pregnancy determines offspring susceptibility to allergic airway inflammation », Journal of Allergy and Clinical Immunology, vol. 134, no 6,‎ , p. 1271–1279.e10 (DOI 10.1016/j.jaci.2014.05.034, lire en ligne, consulté le 29 mars 2020)
  18. (en) Ying Song, Changda Liu, Yiqun Hui et Kamal Srivastava, « Maternal allergy increases susceptibility to offspring allergy in association with T H 2-biased epigenetic alterations in a mouse model of peanut allergy », Journal of Allergy and Clinical Immunology, vol. 134, no 6,‎ , p. 1339–1345.e7 (PMID 25441650, PMCID PMC4261001, DOI 10.1016/j.jaci.2014.08.034, lire en ligne, consulté le 29 mars 2020)
  19. Fondation Alzheimer, « Un anticorps efficace contre la protéine Tau chez des souris atteintes d’Alzheimer », sur fondation-alzheimer.org, (consulté le 25 juillet 2020)
  20. a b c d e et f Heidi Ledford (2017) Promising cancer drugs may speed tumours in some patients Early studies fuel scientists’ determination to understand how immunotherapy may sometimes make disease worse ; Nature News 31 mars 2017
  21. Champiat, S. et al. (2016), Hyperprogressive Disease Is a New Pattern of Progression in Cancer Patients Treated by Anti-PD-1/PD-L1 ; Clin. Cancer Res. https://dx.doi.org/10.1158/1078-0432.CCR-16-1741 (http://clincancerres.aacrjournals.org/content/early/2017/02/06/1078-0432.CCR-16-1741 résumé]).
  22. Kato, S. et al.(2017), Hyper-progressors after Immunotherapy: Analysis of Genomic Alterations Associated with Accelerated Growth Rate ; Clin. Cancer Res. https://dx.doi.org/10.1158/1078-0432.CCR-16-3133 (résumé).
  23. a et b (en) Natalia Pinho de Oliveira Ribeiro, Alexandre Rafael de Mello Schier, Ana Claudia Ornelas et Christina Maria Pinho de Oliveira, « Anxiety, depression and suicidal ideation in patients with rheumatoid arthritis in use of methotrexate, hydroxychloroquine, leflunomide and biological drugs », Comprehensive Psychiatry, vol. 54, no 8,‎ , p. 1185–1189 (ISSN 0010-440X, DOI 10.1016/j.comppsych.2013.05.010, lire en ligne, consulté le 26 mars 2020)
  24. (en) Van Overtvelt L. et al., « Immune mechanisms of allergen-specific sublingual immunotherapy », Revue Française d'allergologie et d'immunologie clinique, no 46,‎ , p. 713-720
  25. (en) Jacobsen L. et al., « Specific Immunotherapy has long-term preventive effect of seasonal and perennial asthma: 10 years follow-up the PAT study », Allergy, vol. 62, no 8,‎ , p. 943-8. (PMID 17620073)
  26. André-Bernard Tonnel (Lille), L'allergie - Désensibilisation et nouvelles thérapeutiques. Quelles avancées ? Académie Nationale de Médecine : Séance à thème du mardi 18 octobre 2005.
  27. (en) Danilo Di Bona, Antonella Plaia, Maria Stefania Leto-Barone et Simona La Piana, « Efficacy of subcutaneous and sublingual immunotherapy with grass allergens for seasonal allergic rhinitis: A meta-analysis–based comparison », Journal of Allergy and Clinical Immunology, vol. 130, no 5,‎ , p. 1097–1107.e2 (ISSN 0091-6749 et 1097-6825, PMID 23021885, DOI 10.1016/j.jaci.2012.08.012, lire en ligne, consulté le 31 août 2017)
  28. Le Figaro, Allergies : la désensibilisation n'est pas la solution miracle, 26 mai 2009
  29. (en) Bousquet J et al. « Allergic Rhinitis and its Impact on Asthma (ARIA) 2008 update (in collaboration with the World Health Organization, GA(2)LEN and AllerGen) » Allergy. 2008; 63 (S86) :8-160.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier