Hippolyte Délié

photographe français

Hippolyte Délié (Marcenay, - Tarbes, ) est un photographe français de la seconde moitié du XIXe siècle, installé en Égypte.

Hippolyte Délié
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
TarbesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Hypolite Délié
Nationalité
Activités
Autres informations
Partenaire commercial

BiographieModifier

Hippolyte[1] Délié naît le 25 mai 1841 à Marcenay, en Côte-d'Or[2], d'un père cultivateur. À partir de 1869[3], il travaille comme photographe en Égypte, où il s'associe à Émile Béchard au Caire. À l'instar de leurs confrères, tels Antonio Beato, Ermé Désiré ou Hippolyte Arnoux, Délié et Béchard photographient les rues des villes et leurs habitants, les monuments et antiquités de l'Égypte, et réalisent des portraits en studio[4]. L'atelier, baptisé Au jardin de l'Esbékieh[5], commercialise de nombreuses photos-cartes auprès des touristes. Au verso de certaines, le timbre à sec comporte la mention « Succursale de la maison Pierson de Paris » ou « Succursale de la maison Pierson, boulevard des Capucines, 3, Paris »[6], témoignant d'un lien établi avec l'atelier de Pierre-Louis Pierson[7].

En 1871, Délié et Béchard sollicitent auprès de l'égyptologue Auguste Mariette l'autorisation de photographier les salles et objets du musée de Boulaq, dont il est le directeur et qu'il a fondé en 1858, en même temps que le Service de conservation des antiquités de l'Égypte. Favorable au projet, Mariette collabore avec eux en choisissant les objets dignes d'intérêt et en écrivant les textes. L'Album du musée de Boulaq[8], illustré de quarante planches photographiques, paraît en 1872. L'ouvrage, un des premiers en son genre, a contribué à faire connaître l'Égypte pharaonique hors de ses frontières. L'association entre Délié et Béchard prend fin en 1873[9]. L'un et l'autre poursuivent seuls leur activité.

Tandis qu'Émile Béchard reste au Caire, Hippolyte Délié quitte l'Égypte et, en 1878, reprend l'atelier d'Eugène Disdéri[10], 6 boulevard des Italiens à Paris. Marié en 1882[11],[12], il revend deux ans plus tard, pour la somme de 60.000 francs, l'atelier de Disdéri à Paul Vieux-Rochas, photographe, et Auguste Clément Bannel, ingénieur[13].

Il quitte Paris pour Tarbes vers 1890, et y reprend l'atelier Sereni, place Brauhauban[14]. Outre des travaux photographiques, il propose pastels, émaux, peintures à l'huile et aquarelles. C'est dans cette ville qu'il meurt, le 11 février 1899[15].

PhotographiesModifier

Atelier Délié & BéchardModifier

Album du musée de BoulaqModifier


RéférencesModifier

  1. Son acte de naissance mentionne le prénom Hypolite.
  2. Acte de naissance n° 4, 25 mai 1841, Marcenay, Côte d'Or, Archives départementales de Côte-d'Or (vue 571)
  3. François Pouillon (éd.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, Karthala éditions, (ISBN 978-2-8111-4105-9, lire en ligne), p. 69
  4. E. François-Levernay, Guide-Annuaire d'Egypte : statistique, administrations, commerce, industries, agriculture, antiquités etc., avec les plans d'Alexandrie et du Caire : année 1872-1873, (lire en ligne), « encart publicitaire »
  5. « [Note de bas de page] », sur Gallica, L'Anthropologie / paraissant... sous la direction de MM. Cartailhac, Hamy, Topinard, (consulté le 17 mai 2020), p. 131
  6. (en) « Carte-de-visite [Portrait d'une femme égyptienne] », sur The British Museum (consulté le 24 mai 2020)
  7. Cette mention figure aussi au verso de photos-cartes éditées sous le nom de « H. Délié et Cie ».
  8. Auguste Mariette, Album du musée de Boulaq : comprenant quarante planches / photographiées par MM. Delié et Béchard ; avec un texte explicatif par Auguste Mariette-Bey, Le Caire, Mourès & Cie, (lire en ligne)
  9. « Émile Béchard (1844-18..?) », sur data.bnf.fr (consulté le 24 mai 2020)
  10. Anne-Marie Garcia, La Photographie avec les arts : Histoire d'une collection, Paris, Beaux-Arts de Paris Éditions, (ISBN 978-2-84056-539-0, lire en ligne), p. 366
  11. Acte de mariage n° 1145, 29 août 1882, Paris, 18e arrondissement, Archives de Paris
  12. « Contrat de mariage [...] entre Hippolyte Délié, photographe [...] et Albertine Gautier », sur www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr, (consulté le 25 mai 2020)
  13. « Vente par Hippolyte Délié, photographe, demeurant 6, boulevard des Italiens, d'un fonds de photographie situé même adresse à Paul Henri Adrien Vieux-Rochas (nommé en famille et aux présentes Rochas seulement) photographe, demeurant 6 et 8, rue de la Préfecture à Tours (Indre-et-Loire), et Auguste Clément Bannel, ingénieur, demeurant 64, rue de Rivoli, ayant la signature sociale dans la société en nom collectif Paul Rochas et Bannel, dont le siège se situe 6, boulevard des Italiens. Le prix est fixé à la somme principale de 60 000 francs. À signaler : l'acte comprend les conditions d'acquisition de l'entreprise d'Adolphe Disdéri par Hippolyte Délié, ainsi que les conditions de location et une copie des statuts de la société Paul Rochas et Bannel. », sur FranceArchives (consulté le 17 mai 2020)
  14. « Photographie Délié », encart publicitaire, sur RetroNews - Le site de presse de la BnF, L’Avenir des Hautes-Pyrénées, (consulté le 17 mai 2020), p. 2
  15. Acte de décès n° 37, 11 février 1899, Tarbes. Archives municipales de Tarbes (vue 19)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :