Ouvrir le menu principal

Émile Cohl

dessinateur et animateur français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cohl.
Émile Cohl
Description de cette image, également commentée ci-après
Émile Cohl vers 1910.
Nom de naissance Émile Courtet
Naissance
Paris (France)
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 81 ans)
Villejuif (France)
Profession caricaturiste
photographe
artiste peintre
réalisateur
Films notables Fantasmagorie
Génération spontanée

Émile Cohl, pseudonyme d’Émile Courtet, né à Paris le et mort à Villejuif le , est un dessinateur et animateur français.

Considéré comme l’un des inventeurs du dessin animé, il a été l’élève du caricaturiste André Gill.

BiographieModifier

 
Émile Cohl (à gauche) en visite chez André Gill à Charenton. Document non sourcé.

Émile Courtet est né à Paris, mais à sept ans, à la suite du décès de sa mère, son père le place dans une famille aux Lilas, en banlieue. À 15 ans, il devient apprenti chez un bijoutier, mais il s’intéresse déjà davantage au dessin et à la prestidigitation[1].

Touche-à-tout de génie, il est tour à tour illustrateur, photographe, auteur de vaudevilles et de pièces de théâtre, comédien, peintre, journaliste, magicien. Caricaturiste reconnu à la fin du XIXe siècle, élève d'André Gill, il flirte avec les mouvements qui influencent plus tard les surréalistes. Il fréquente les cabarets du Chat noir près de Pigalle et du Lapin Agile à Montmartre, et il est membre des groupes artistiques des Hydropathes d'Émile Goudeau, puis des Incohérents. Ses caricatures paraissent dans de très nombreux journaux (La Nouvelle Lune, Les Hommes d'aujourd'hui…). Du au , il dessine les unes de La Libre Parole illustrée (no 24 au no 53)[2], dont quelques-unes présentent un caractère antisémite. Il propose des jeux et des énigmes dans le supplément illustré Nos loisirs (1906).

Il fréquente de nombreux écrivains tels que Victor Hugo et Paul Verlaine. Il rencontre également des cinéastes comme Sacha Guitry et Georges Méliès[3].

 
Caricature de Jules Ferry par Émile Cohl (1887).

Marié en 1881 avec Marie Louise Servat, il a une fille en 1883, qu'il prénomme Andrée, en hommage à André Gill : il organise une souscription pour soutenir son ami enfermé à l'asile de Charenton[4]. Cette même année, il travaille au journal Le Masque avec le photographe Charles Gallot qui l'initie vraisemblablement au maniement du collodion humide, un an avant qu'il n'ouvre son atelier de photographe portraitiste, rue Saint-Laurent à Paris[5].

À partir de 1886, son épouse entretient une liaison avec Henry Gauthier-Villars, dit Willy (qui sera plus tard le mari de Colette) ; les deux amants ont un fils ensemble. Cet épisode provoque le second duel à l'épée de la vie d'Émile Cohl, le , le premier duel l'ayant opposé[pourquoi ?] à Jules Jouy en 1880.

Sa seconde épouse, Suzanne, fille d'Hippolyte Camille Delpy, peintre de l'école de Barbizon, élève de Jean-Baptiste Corot et Charles-François Daubigny, lui donne un fils, prénommé André.

Émile termine sa vie dans une grande pauvreté et il meurt à la suite des brûlures occasionnées par l'embrasement de sa barbe par la flamme d'une bougie. Ses cendres reposent à Paris au columbarium du Père-Lachaise (case n°24023).

Un pionnier du dessin animéModifier

Pauvre Pierrot (1892), réalisé par Émile Reynaud, premier dessin animé français de l'histoire du précinéma.

En 1892, les pantomimes lumineuses d'Émile Reynaud, les premiers dessins animés de l'histoire du précinéma, sont projetées à Paris au musée Grévin à l’aide du Théâtre optique, un système de projection sur grand écran de dessins tracés et coloriés directement sur une pellicule de 70 mm constituée d'une suite de carrés de gélatine protégés de l'humidité par un recouvrement de gomme-laque[6]. Le procédé fut abandonné par la suite car il ne permettait pas le tirage de copies[7].

Humorous Phases of Funny Faces (1906), réalisé par James Stuart Blackton.

En 1906, on découvre un procédé nouveau pour le cinéma, ce que l’on nomme le « tour de manivelle », un « procédé (qui) fut appelé en France « mouvement américain ». Il était encore inconnu en Europe[8] », car le tour de manivelle provient du studio Vitagraph Company qui l'utilise pour mettre des objets inanimés en mouvement. C'est un comédien américain, James Stuart Blackton, qui réalise alors le premier dessin animé sur support filmique de l'histoire du cinéma (ceux d'Émile Reynaud étant directement dessinés sur la pellicule, sans le truchement d'une prise de vues), Humorous Phases of Funny Faces (Phases amusantes de figures rigolotes), où l'on voit, tracé en blanc à la craie sur un fond noir, un jeune couple qui se fait les yeux doux, puis vieillit, enlaidit, le mari fume un gros cigare et asphyxie son épouse grimaçante qui disparaît dans un nuage de fumée, la main de l'animateur efface alors le tout. Le dessin animé filmé sur pellicule de cinéma argentique 35 mm, est né[9].

À son tour, Émile Cohl crée Fantasmagorie, qui est projeté pour la première fois le au théâtre du Gymnase à Paris, pour la société Gaumont.

De 1908 à 1923, Émile Cohl réalise 300 films, pour la plupart des films précurseurs en matière de cinéma d'animation, puisqu'il manie avec autant de bonheur le dessin que les allumettes, le papier découpé ou encore les marionnettes, ou des objets divers comme des citrouilles. Ses films sont réalisés pour les compagnies cinématographiques françaises Lux, Gaumont, Pathé et Éclipse. Il travaille aussi pour les Laboratoires Éclair à Fort Lee aux États-Unis de 1912 à 1914, comme directeur d'animation.

La créativité, aussi bien technique qu'artistique, dont témoigne son œuvre subsistante — seuls 65 films d'Émile Cohl ont été retrouvés — en fait l'une des personnalités les plus inventives et les plus importantes des premiers temps du septième art.

Réalisations dans le cinéma d’animationModifier

FilmographieModifier

PostéritéModifier

  • Son nom a été donné à une distinction qui récompense chaque année un film d'animation : le prix Émile-Cohl.
  • Un square du 12e arrondissement de Paris porte son nom depuis 1959 ; Paul Pavaux, rédacteur en chef du journal Ciné France, pétitionne en ce sens le Conseil municipal de Paris le [10].
  • À Lyon, une école de dessin, l'École Émile-Cohl, a été créée en 1984.
  • Son petit-fils, Pierre Courtet-Cohl (1932-2008), a travaillé pour la diffusion et la reconnaissance de l'œuvre d'Émile Cohl en France et à l'étranger. Très actif dans le milieu du cinéma d'animation et du précinéma, il est notamment à l'origine de la rétrospective du Centenaire Émile Cohl, organisée sous l'impulsion de Xavier Kawa-Topor et du Forum des Images à la Cinémathèque française en 2008, avec le concours des Archives françaises du film et de la Cinémathèque Gaumont.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Sa biographie dans 1895.revues.org.
  2. catalogue de La Libre Parole illustrée.
  3. Qui mourra le même jour que lui, à quelques heures d'intervalle.
  4. Revue de l’Association française de recherche sur l’histoire du cinéma.
  5. Clément Chéroux, La photographie n'est pas un fromage, 1895, p.98-108 (10.4000/1895.2353 en ligne).
  6. Laurent Mannoni et Donata Pensenti Campagnoni, Lanterne magique et film peint, Paris, La Martinière, , 334 p. (ISBN 978-2-7324-3993-8), p. 253.
  7. Marie-France Briselance et Jean-Claude Morin, Grammaire du cinéma, Paris, Nouveau Monde, coll. « Cinéma », , 588 p. (ISBN 978-2-84736-458-3), p. 23.
  8. Georges Sadoul, Histoire du cinéma mondial, des origines à nos jours, Paris, Flammarion, , 719 p., p. 407-408.
  9. Ce film est en ligne sur Youtube.
  10. Paul Pavaux, « Un hommage pour Georges Méliès et Emile Cohl », Ciné France, no 30,‎ (lire en ligne, consulté le 13 octobre 2017) « […] je suggère même que le Conseil municipal débaptise le square des “arts-et-métiers”, pour lui donner à l'avenir, la dénomination de « Square Georges-Méliès-Emile-Cohl » […] ».

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (en) Donald Crafton, Emile Cohl, Caricature, and Film, Princeton, N.J, Princeton University Press, , 432 p. (ISBN 0-691-05581-5 et 978-0-691-05581-7).
  • André Martin, André Martin. Écrits sur l'animation, t. 1, Paris, Dreamland, , 271 p. (ISBN 2-910-02763-5 et 978-2-910-02763-6).
  • Pierre Courtet-Cohl et Bernard Génin (préf. Isao Takahata), Émile Cohl. L'inventeur du dessin animé, Sophia-Antipolis, Omniscience, , 1re éd., 176 p., Broché, avec 2 dvd-rom (ISBN 978-2-916-09716-9, présentation en ligne).
  • Pascal Vimenet (dir.), Émile Cohl, Montreuil/Annecy, Éditions de l'Œil/Communauté de l'agglomération d'Annecy, , 264 p. (ISBN 978-2-351-37063-6).
  • Valérie Vignaux (dir.), Émile Cohl, Paris, Association française de recherche sur l'histoire du cinéma, coll. « 1895 » (no 53), , 359 p. (ISBN 978-2-913-75853-7, lire en ligne).
  • Xavier Kawa-Topor, « Fantasmagorie d'Emile Cohl (1907) », in Xavier Kawa-Topor et Philippe Moins (dir.) Le Cinéma d'animation en 100 films, Paris, Capricci, 2016, pp.10-15.
  • Valérie Vignaux (dir.), « Émile Cohl », 1895, no 53, décembre 2007 (en ligne).

VidéothèqueModifier

  • Émile Cohl. L'agitateur aux mille images, 1908-1910, Gaumont vidéo, Paris, 2009, 323 min (2 DVD).
  • Les Débuts de l'animation, Lobster Films, 2016, Les Pionniers de l'animation, coffret DVD.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier