Villiers-sur-Orge

commune française du département de l'Essonne

Villiers-sur-Orge
Villiers-sur-Orge
L’hôtel de ville.
Blason de Villiers-sur-Orge
Blason
Villiers-sur-Orge
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Intercommunalité Cœur d'Essonne Agglomération
Maire
Mandat
Gilles Fraysse
2020-2026
Code postal 91700
Code commune 91685
Démographie
Gentilé Villiérains
Population
municipale
4 592 hab. (2018 en augmentation de 8,82 % par rapport à 2013)
Densité 2 580 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 39′ 27″ nord, 2° 18′ 00″ est
Altitude Min. 37 m
Max. 89 m
Superficie 1,78 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Sainte-Geneviève-des-Bois
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Villiers-sur-Orge
Géolocalisation sur la carte : Essonne
Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Villiers-sur-Orge
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villiers-sur-Orge
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villiers-sur-Orge
Liens
Site web villiers-sur-orge.fr

Villiers-sur-Orge[1] (prononcé [vilie syʁ ɔʁʒ] Écouter) est une commune française située à vingt-deux kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l'Essonne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Villiérains[2].

GéographieModifier

SituationModifier

 
Position de Villiers-sur-Orge en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 46,8 % 83,56
Espace urbain non construit 18,0 % 32,03
Espace rural 35,2 % 62,80
Source : Iaurif[3]

Plus petite commune de l'Essonne, Villiers-sur-Orge est située à vingt-deux kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame[4], point zéro des routes de France, onze kilomètres au nord-ouest d'Évry-Courcouronnes[5], huit kilomètres au sud-est de Palaiseau[6], trois kilomètres au nord-est de Montlhéry[7], neuf kilomètres au nord-est d'Arpajon[8], quatorze kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes[9], vingt kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais[10], vingt-six kilomètres au nord-est de Dourdan[11], vingt-huit kilomètres au nord-est d'Étampes[12], trente et un kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[13].

HydrographieModifier

La commune est traversée par la rivière l'Orge.

Relief et géologieModifier

Communes limitrophesModifier

ClimatModifier

Villiers-sur-Orge, située en Île-de-France, bénéficie d'un climat océanique dégradé aux hivers frais et aux étés doux, et est régulièrement arrosée sur l'ensemble de l'année. En moyenne annuelle, la température s'établit à 10,8 °C, avec une maximale de 15,2 °C et une minimale à 6,4 °C. Les températures réelles relevées sont de 24,5 °C en juillet au maximum et 0,7 °C en janvier au minimum, mais les records enregistrés sont de 38,2 °C le et −19,6 °C le . Du fait de la moindre densité urbaine entre Paris et sa banlieue, une différence négative de un à deux degrés Celsius se fait sentir. L'ensoleillement est comparable à la moyenne des régions du nord de la Loire avec 1 798 heures par an. Les précipitations sont également réparties sur l'année, avec un total de 598,3 millimètres de pluie et une moyenne approximative de cinquante millimètres par mois.

Données climatiques à Villiers-sur-Orge.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[14],[15].


Voies de communication et transportsModifier

La commune de Villiers-sur-Orge est accessible grâce au :

Lieux-dits, écarts et quartiersModifier

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Villiers-sur-Orge est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[16],[17],[18]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[19] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[22],[23].

ToponymieModifier

L'origine du nom de la commune est peu connue. Elle fut créée en 1793 avec son nom actuel[24].

HistoireModifier

L'histoire de Villiers est assez complexe, puisque ce village fut, jusqu'à la Révolution de 1789, placé sous différentes dépendances, monastiques et seigneuriales. Le déroulement des événements semble avoir été le suivant :

  • Dans un premier temps, par l'intermédiaire d'Épinay-sur-Orge, Villiers et son territoire sont placés sous la tutelle de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés.
  • À partir de 1061 le prieuré de Longpont s'édifie et acquiert une partie du territoire de Villiers qui deviendra Villiers-sous-Longpont.
  • Dans la partie restante s'implantent progressivement les seigneurs de "Villiers-en Partie", ils dépendront de la paroisse d'Épinay-sur-Orge.
  • Enfin les seigneurs de Villiers-Sur-Orge indépendants dans leurs droits seigneuriaux seront rattachés à la paroisse de Longpont.

Villiers-sur-Orge durant la Révolution de 1789Modifier

Les archives municipales de Villiers-sur-Orge n'ont pas été conservées, le premier registre des délibérations n'apparaît qu'en 1806. Cependant, les archives de Versailles et celles de Montlhéry ayant survécu, il est possible de se faire une idée assez précise du rôle de Villiers-sur-Orge durant la Révolution.

Le roi Louis XVI décide en de la convocation des États-Généraux. En conséquence, dans chaque ville ou village, les hommes se réunissent en assemblées d'habitants pour rédiger leur cahier de doléances et remontrances, destiné aux États-Généraux qui doivent se réunir à Versailles.

La paroisse de Longpont dresse le sien concernant l'agglomération et ses hameaux, dont Villiers ; mais les villiérains qui devaient probablement désirer être séparés de Longpont et de son prieuré, sollicitent alors la transformation de leur hameau en commune.

En décembre, l'Assemblée Nationale fait table rase de l'ancienne distribution territoriale.

La France est alors divisée en départements, les départements en districts, ceux-ci en cantons rassemblant plusieurs communes. Le nouveau département auquel appartient Villiers-sur-Orge s'appellera désormais Seine-et-Oise (78), avant de devenir l'Essonne en 1968. Avec sa superficie de 178,39 hectares c'est la plus petite commune du département de l'Essonne.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[26].

En 2018, la commune comptait 4 592 habitants[Note 3], en augmentation de 8,82 % par rapport à 2013 (Essonne : +3,41 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
148153141138214206195236216
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
205201284185199229265260270
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
277290323407464526517535703
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
7542 0122 4553 2983 7043 7533 8043 8864 554
2018 - - - - - - - -
4 592--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges (2009)
Pyramide des âges à Villiers-sur-Orge en 2009 en pourcentages[28].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
0,4 
4,1 
75 à 89 ans
5,0 
15,0 
60 à 74 ans
15,1 
20,3 
45 à 59 ans
21,6 
21,3 
30 à 44 ans
22,5 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
21,8 
0 à 14 ans
19,9 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[29].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Politique et administrationModifier

Politique localeModifier

La commune de Villiers-sur-Orge est rattachée au canton de Sainte-Geneviève-des-Bois, représenté par les conseillers départementaux Frédéric Petitta (PS) et Marjolaine Rauze (PCF), à l'arrondissement de Palaiseau et à la quatrième circonscription de l'Essonne, représentée par la députée Marie-Pierre Rixain (LREM).

L'Insee attribue à la commune le code 91 3 14 685[30]. La commune de Villiers-sur-Orge est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 219 106 853. Son activité est enregistrée sous le code APE 8411Z[31].

Conseil municipal de Villiers-sur-Orge (mandature 2020-2026).
Liste Tendance Président Effectif Statut
« Vivre Villiers » ECO Gilles Fraysse 22 Majorité
« Ensemble pour Villiers » DVD François Dhondt 5 Opposition

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[32].
Période Identité Étiquette Qualité
Jack Freychet PCF  
Gaëtan Alcamo   Ancien aiguilleur du ciel
1997 Jack Freychet PCF  
1997 Claude Chevrier PCF Fonctionnaire
[33]
(démission forcée)
Yves Théron    
[33] Joseph Simons MRC  
Thérèse Leroux-Lamare UMP-LR Retraitée
En cours Gilles Fraysse SE Directeur Projet
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances et résultats politiquesModifier

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales et départementales, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours :

Référendums :

EnseignementModifier

Les élèves de Villiers-sur-Orge sont rattachés à l'académie de Versailles. La commune dispose sur son territoire de l'école maternelle Pierre-Brossolette et de l'école élémentaire André-Malraux[48].

SantéModifier

La commune dispose sur son territoire d'une clinique de rééducation privée nommée Repotel.

Services publicsModifier

La commune dispose sur son territoire d'une agence postale[49].

JumelagesModifier

La commune de Villiers-sur-Orge n'a développé aucune association de jumelage.

Vie quotidienne à Villiers-sur-OrgeModifier

CultureModifier

SportsModifier

À Villiers-sur-Orge, le gymnase, le terrain de foot, le skatepark, le dojo et les courts de tennis sont le long de l'Orge.

Lieux de culteModifier

La paroisse catholique de Villiers-sur-Orge est rattachée au secteur pastoral de Montlhéry-Longpont et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l'église Saint-Claude[50].

MédiasModifier

L'hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

ÉconomieModifier

Emplois, revenus et niveau de vieModifier

En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 24 840 €, ce qui plaçait la commune au 458e rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages que compte le pays et au quarante-cinquième rang départemental[51].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Villiers-sur-Orge 0,0 % 4,4 % 23,9 % 33,7 % 25,5 % 12,3 %
Zone d’emploi d’Orly 0,1 % 4,6 % 15,2 % 27,8 % 30,3 % 22,1 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Villiers-sur-Orge 0,0 % 7,7 % 16,7 % 12,2 % 6,1 % 6,1 %
Zone d’emploi d’Orly 0,5 % 8,1 % 7,2 % 15,0 % 14,3 % 6,3 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[52],[53],[54]

Culture locale et patrimoineModifier

Patrimoine environnementalModifier

Le bois au sud du territoire et les bosquets ont été recensés au titre des espaces naturels sensibles par le conseil général de l'Essonne[55].

Patrimoine architecturalModifier

  • La chapelle Saint-Claude

L'ancienne chapelle, installée dans un bâtiment rural désaffecté, a été remplacée en 1978 par la chapelle actuelle. Bénie le samedi , par Mgr Guy Herbulot, tout nouvel évêque du diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes, cette chapelle fait partie d'une paroisse s'étendant sur les deux communes de Longpont-sur-Orge et Villiers. La construction de cette chapelle a été financée par l'Œuvre des Chantiers du Cardinal, l'architecte est M. Royer et le maître-verrier Michel Petit[56].

  • La maison rouge
  • Château de la mairie
  • Château de la bibliothèque « La Mère Dieu » (cette propriété a appartenu à la famille de monsieur Émile Albert Fouilleret).
  • Château de la Seigneurie (résidence des seigneurs de Villiers sous l'Ancien Régime).

Personnalités liées à la communeModifier

 
Alexandre Balthazar Laurent Grimod de La Reynière.

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Villiers-sur-Orge :

Héraldique et logotypeModifier


Présentation du blason

Les armes de Villiers-sur-Orge se blasonnent : D'azur aux deux étoiles d'or surmontées d'un croissant d'argent, à la champagne ondée du même chargée d'un poisson du champ[57].

Villiers-sur-Orge dans les arts et la cultureModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Le patrimoine des communes de l'Essonne - tome 2, Paris, Editions Flohic, , 1053 p. (ISBN 2-84234-126-0), « Villiers-sur-Orge », p. 575-577
  • Bernard Auguin, Villiers-sur-Orge traverse l'histoire, Soleil natal, (ISBN 978-2-905270-10-8)
  • Jean-Pierre Kolasinski, Villiers-sur-Orge - 100 ans d'histoire,
  • Claude Audigie et Peyrafitte, Villemoisson et Villiers-sur-Orge, Joué-lès-Tours, Alan Sutton, , 1re éd. (ISBN 978-2-84253-591-9)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. Fiche de Villiers-sur-Orge dans le Code officiel géographique sur le site de l'Insee. Consulté le 08/08/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 12/04/2009.
  3. Fiche communale d'occupation des sols en 2008 sur le site de l'Iaurif. Consulté le 16/11/2010.
  4. Orthodromie entre Villiers-sur-Orge et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 29/11/2012.
  5. Orthodromie entre Villiers-sur-Orge et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 29/11/2012.
  6. Orthodromie entre Villiers-sur-Orge et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 29/11/2012.
  7. Orthodromie entre Villiers-sur-Orge et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 29/11/2012.
  8. Orthodromie entre Villiers-sur-Orge et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 29/11/2012.
  9. Orthodromie entre Villiers-sur-Orge et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 29/11/2012.
  10. Orthodromie entre Villiers-sur-Orge et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 29/11/2012.
  11. Orthodromie entre Villiers-sur-Orge et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 29/11/2012.
  12. Orthodromie entre Villiers-sur-Orge et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 29/11/2012.
  13. Orthodromie entre Villiers-sur-Orge et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 29/11/2012.
  14. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009).
  15. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009).
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  17. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  19. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 5 avril 2021).
  20. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  21. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 5 avril 2021).
  22. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 5 avril 2021).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 5 avril 2021).
  24. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  28. Pyramide des âges à Villiers-sur-Orge en 2009 sur le site de l'Insee. Consulté le 08/08/2012.
  29. Pyramide des âges de l’Essonne en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  30. Fiche communale sur le site de l'Insee. Consulté le 17/01/2010.
  31. Fiche entreprise de la commune de Villiers-sur-Orge sur le site verif.com Consulté le 23/04/2011.
  32. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 12/06/2009.
  33. a et b « Yves Théron, le maire sans étiquette de Villiers-sur-Orge, a démissionné », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  34. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  35. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  36. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 09/05/2012.
  37. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  38. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  39. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 24/06/2012.
  40. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  41. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  42. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  43. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 14/04/2010.
  44. Résultats de l'élection cantonale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  45. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 28/01/2013.
  46. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 30/08/2009.
  47. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  48. Liste des écoles du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. Consulté le 28/09/2010.
  49. Coordonnées de l'agence postale de Villiers-sur-Orge sur le site de La Poste. Consulté le 15/05/2011.
  50. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 20/12/2009.
  51. « Résumé statistique national sur le site de l’Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 26/10/2009.
  52. « %5CCOM%5CDL_COM91685.pdf Rapport statistique communal sur le site de l'Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 25/05/2010.
  53. « %5CDL_ZE19901144.pdf Rapport statistique de la zone d'emploi d'Orly sur le site de l'Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 25/05/2010.
  54. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 05/07/2009.
  55. Carte des ENS de Villiers-sur-Orge sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 16/02/2013.
  56. Revue Les Chantiers du Cardinal, no 63, août 1978, p. 15
  57. Blasonnement sur le site de Gaso, la banque du blason. Consulté le 30/08/2009.