Henriette Charasson

journaliste française
Henriette Charasson
Henriette Charasson photographié par Henri Manuel.jpg
photographiée par Henri Manuel, La Revue du Centre, Gallica
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Distinctions
Archives conservées par

Henriette Charasson, née au Havre le et morte à Châteauroux le , est une femme de lettres française d'inspiration catholique. Journaliste et critique littéraire, elle est également poète, dramaturge, biographe, essayiste et nouvelliste. Elle est l'épouse du journaliste et essayiste René Johannet.

Elle a, pendant vingt-cinq ans, tenu la critique littéraire de La Dépêche tunisienne.

BiographieModifier

Amie de Jeanne Sandelion et correspondante dans Comœdia, elle est officier de la Légion d'honneur[2].

Pendant la Première Guerre mondiale, Henriette Charasson rejoint l'Action française[3]. Elle écrit pour La Croix et dans L'Action française à plusieurs reprises sous le pseudonyme d’Orion[4] ce qui accroît sa notoriété dans les cercles intellectuels et masculins du nationalisme[5]. La découverte de la pensée de Charles Maurras est comme une révélation pour elle : « Pour moi, je le répète, la rencontre des ouvrages de Charles Maurras, qui n'est pas croyant, a été mon premier pas sur le chemin de Damas »[5]. Son union avec René Johannet l'amène à se convertir au catholicisme en 1920[6]. Après la condamnation de l'Action française par la papauté en 1926, Henriette Charasson se détourne du mouvement de Charles Maurras[6].

Elle chante les joies du foyer, l'enfance, la foi du charbonnier en versets souples, inégaux, parfois rimes ou assonances :

« Et pendant que je puis encore parler sur terre avec une voix humaine Laissez que je Vous dise merci, merci, mon Dieu, d'avoir été ce chaînon dans votre chaîne. »
Henriette Charasson, Le sacrifice du soir: 1947-1953, Flammarion (réédition numérique), 1er janvier 1954

ŒuvresModifier

RomanModifier

  • Grigri, À la sirène, 1922

PoésieModifier

  • Attente : 1914-1917, Éd. Émile-Paul, 1919
  • Les Heures du foyer, Flammarion, 1926 - Prix de littérature spiritualiste
  • Mon Seigneur et mon Dieu !, Flammarion, 1934
  • Sur la plus haute branche, Flammarion, 1938.
  • Attente de la délivrance : 1939-1944, Flammarion, Paris, 1945
  • Le Sacrifice du soir : 1947-1953, Flammarion, 1953

ThéâtreModifier

  • Le Saut du diable : comédie en 3 actes, Angoulême, Impr. Coquemard, - Prix Paul Hervieu de l'Académie française
  • En chemin de fer : comédie en 1 acte, Théâtre du Grand Guignol, 1933 - Paris, G. Enault, 1949
  • Une robe de soie : pièce en un acte, G. Enault, 1934
  • Madame est sans bonne : farce en un acte, G. Enault, 1934
  • Les Réalités invisibles : pièce en un acte, G. Enault, 1934
  • Séparation : pièce en un acte, G. Enault, 1934
  • Bal masqué : comédie en trois actes à l'usage des scènes familiales, G. Enault, 1936
  • Ruptures : pièce en un acte, G. Enault, 1938
  • Autour d'un berceau : sketch dramatique et musical en 1 acte à l'usage des scènes familiales, Paris, G. Enault, 1944 - Joué à la radio en 1939
  • Dix comédies à une voix, G. Enault, 1949

BiographiesModifier

  • Jules Tellier : 1863-1889, Mercure de France, 1922, coll. «Les Hommes et les idées  »
  • Une Âme élue : sœur Claire de Jésus, religieuse bénédictine (-), Apostolat de la Prière, 1931

EssaisModifier

  • Faut-il supprimer le gynécée ?, Plon-Nourrit, 1924, Prix Fabien de l'Académie française
  • M. de Porto-Riche ou le Racine juif, Éd. du Siècle, 1925, coll. « Les Pamphlets du Siècle »
  • Deux petits hommes et leur mère, Flammarion, 1928
  • La Mère, Nouvelle société d'édition, 1931
  • L'Amour et quelques couples, Flammarion, 1946
  • Le Livre de mon enfant, R. Solar, 1947
  • Une mère se souvient, SEGEP, 1953

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « ark:/36937/s005afeaa5ea6066 », sous le nom CHARASSON Henriette (consulté le )
  2. « Cote 19800035/1166/33134 », base Léonore, ministère français de la Culture
  3. Jacques Prévotat, « Les milieux catholiques d’Action française », dans L’Action française : culture, société, politique, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Histoire et civilisations », (ISBN 978-2-7574-2123-9, lire en ligne), p. 157–172
  4. « Poésie Grande Guerre », sur pgg.parisnanterre.fr (consulté le )
  5. a et b Albert Marty, L'Action française racontée par ellemême, Nouvelles Editions Latines, (ISBN 978-2-7233-0325-5, lire en ligne)
  6. a et b Bruno Dumons, « L’Action française au féminin : Réseaux et figures de militantes au début du XXe siècle », dans L’Action française : culture, société, politique, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Histoire et civilisations », (ISBN 978-2-7574-2123-9, lire en ligne), p. 229–241

Liens externesModifier

  • Jean Rousselot. Dictionnaire de la poésie francaise contemporaine 1968, Auge, Guillon, Hollier -Larousse, Mooreau et Cie.-Librairie Larousse, Paris