Henri Beylie

comptable, antimilitariste, anarchiste individualiste naturien puis communiste libertaire
Henri Beylie
Henri Beylie.jpg
Le Militarisme. Ses causes, ses conséquences, les moyens de le combattre, 1903.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Militant politiqueVoir et modifier les données sur Wikidata

Félix, Camille Beaulieu, dit Henri Beylie, né le à Paris et mort en 1944, est un comptable, antimilitariste, anarchiste individualiste naturien puis communiste libertaire.

BiographieModifier

En 1895 à Paris, il est cofondateur avec Henri Zisly et Émile Gravelle de la revue mensuelle du mouvement naturien La Nouvelle Humanité.

On trouve son nom au sommaire du premier numéro du journal Le Naturien daté du 1er mars 1898, mais c'est sa seule participation à ce journal.

En mai 1902, il est de ceux qui, avec Georges Butaud et Sophia Zaïkowska, Henri Zisly, Émile Armand, Marie Kugel, Henri Prost, Georges Deherme et Paraf-Javal, sont à l'origine de la création d'un milieu libre en France. Le projet se réalise en 1903, à Vaux, un hameau de la commune d'Essômes-sur-Marne, dans l'Aisne, à quelques kilomètres de Château-Thierry.

En 1902, il est à l'origine avec Georges Yvetot et Albert Libertad de la Ligue antimilitariste.

Il participe aux Congrès anarchistes internationaux en 1904 (Congrès antimilitariste d’Amsterdam) et 1907 (Congrès anarchiste international d'Amsterdam).

Inscrit au Carnet B, il est mobilisé pendant la Première Guerre mondiale au 14e régiment d’infanterie territoriale.

Après la guerre, il participe au premier congrès anarchiste qui se tint à Paris les 14 et 15 novembre 1920. Au quatrième congrès, 12 et 13 août 1923, qui se tient à Paris également, il est élu au conseil d’administration du quotidien Le Libertaire auquel il collabore.

En 1935, il est secrétaire du Comité de défense nationale qui secourt les prisonniers politiques.

CommentaireModifier

En 1944, à sa mort, Henri Zisly adresse une brève nécrologie au journal L'Atelier, qui la publie dans son numéro du 18 mars. Zisly la découpe et la place dans un volume de coupures de presse tel qu'il en fabriquait (celui-ci a pour thème : Anarchisme et syndicalisme libertaire, 1901-1939. Documents sur le syndicalisme national, 1944) assorti de ce commentaire manuscrit : « Épilogue d'une double propagande libertaire, de 1894 à 1939 : lancement de brochures et feuillets, rédaction d'articles pour la presse française et étrangère, manifestations, réunions, meetings, causeries, Milieu libre de Vaux (Aisne), Comité de défense nationale, etc. ».

TextesModifier

  • La Conception libertaire naturienne, en collaboration avec Zisly, 1901.
  • Rapport sur le mouvement naturien, en collaboration avec Zisly, 1901.
  • Le Militarisme. Ses causes, ses conséquences, les moyens de le combattre, Lyon, Groupe Germinal, 1903, (notice BnF no FRBNF31812856).
  • Collectif, Communautés, naturiens, végétariens, végétaliens et crudivégétaliens dans le mouvement anarchiste français, Brignoles, Invariance, 1994, sommaire.

BibliographieModifier

  • Arnaud Baubérot, Les Naturiens libertaires ou le retour à l'anarchisme préhistorique, Mil neuf cent, revue d'histoire intellectuelle, n°31, 2013, pp. 117-136, résumé en ligne.
  • Céline Beaudet, Les Milieux libres. Vivre en anarchiste à la Belle Époque en France, Les Éditions libertaires, 2006, 256 p.
  • Tanguy L'Aminot, Jean-Jacques au beau pays de naturie, Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau, Tome 40, Librairie Droz, 1991, p. 199-211.
  • Tanguy L'Aminot, Jean-Jacques Rousseau et le rêve naturien, Études Jean-Jacques Rousseau, n° 8, 1996, p. 161-202.
  • Tanguy L'Aminot, Présentation des quatre numéros du journal Le Naturien suivi de l'exemplaire unique de L'Ordre naturel, réimpression intégrale en fac similé, Reims, A l'Écart, 1992.
  • Tony Legendre, Expériences de vie communautaire anarchiste en France. Le Milieu libre de Vaux (Aisne), 1902-1907, et la Colonie naturiste et végétalienne de Bascon (Aisne), 1911-1951), Les Éditions libertaires, 2006, 167 p.
  • Jean Maitron, Le mouvement anarchiste en France, des origines à 1914, tome 1, Paris, Gallimard, 1992, pp. 379-381.
  • Le Naturien : fac-similé de la collection complète du journal (1898), suivi de L’ordre naturel : clameurs libertaires antiscientifiques (1905), précédé de L’écologie en 1898 par Tanguy L’Aminot, Éditions du Sandre, 2018.
  • René Bianco, Répertoire des périodiques anarchistes de langue française : un siècle de presse anarchiste d’expression française, 1880-1983, thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille, 1987, 3503 pages, page 1495, Le Naturien.

NoticesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier