Henri-Antoine Bon de Lignim

Henri-Antoine Bon de Lignim
Naissance 14 février 1777
Rochecorbon
Décès 23 janvier 1856 (à 79 ans)
Origine Drapeau du royaume de France Royaume de France
Allégeance Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Royaume de France Royaume de France
Drapeau de l'Empire français pendant les Cent-Jours Empire français (Cent-Jours)
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Arme Artillerie
Grade Maréchal de camp
Années de service an III1839
Conflits Guerres révolutionnaires
Guerres napoléoniennes
Distinctions Légion d'honneur
(Commandeur)
Ordre royal et militaire de Saint-Louis
(Chevalier)
Baron de l'Empire

Henri-Antoine Bon de Lignim ( - Rochecorbon), est un général français du XIXe siècle.

BiographieModifier

Henri-Antoine Bon de Lignim est né, le , à Rochecorbon (Indre-et-Loire). Élève de l'École militaire de Châlons (an III), il en sortit, l'année suivante, en qualité de lieutenant au 3e régiment d'artillerie à cheval.

De l'an IV à l'an XIII, il servit avec la plus grande distinction aux armées de Sambre-et-Meuse, du Rhin, du Danube et des côtes de l'Océan, et se signala, comme capitaine d'une compagnie d'ouvriers, puis comme aide de camp du général La Riboisière, aux batailles de Wurzbourg (), de Neuwied et de Hohenlinden.

Sous le premier Empire, il fut attaché à la Grande Armée, et commanda un des corps de réserve spéciaux à Friedland. Nommé inspecteur général du train, il passa en Espagne (1807), se trouva à la bataille d'Ocaña et exerça ensuite les fonctions de directeur général du parc d'artillerie de l'armée du Midi avec le grade de colonel (), de directeur de Bayonne et de directeur général des fonderies. Rappelé en 1813 dans la garde impériale, il combattit à Dresde, à Leipsick, à Hanau ; sa brillante conduite lui valut alors le titre de baron de l'Empire (). Il prit également part aux campagnes de France (1814) et de Belgique (1815).

Licencié avec toute l'armée, M. Bon de Lignim fut bientôt rappelé et jouit des faveurs de la seconde Restauration, qui le nomma d'abord directeur d'artillerie à Rennes (1816), puis colonel d'un régiment de la garde royale avec rang de maréchal de camp ().

Après la révolution de Juillet, il commanda l'École de la Fère (1830) et entra au Comité supérieur d'artillerie (1836). Admis, depuis 1839, dans le cadre de réserve, il a été relevé de la retraite où l'avait fait passer le décret d', par le décret de 1852.

Le baron Bon de Lignim est mort le à Versailles (Yvelines).

Vie familialeModifier

Le baron de l'Empire avait une sœur, Rosalie-Marie Bon de Lignim ( ✝ ) qui épousa Jacques-François Lambron, dont le fils, Henry Lambron de Lignim, garde du corps ( ✝ - Tours), sans postérité avait relevé le nom de son grand-oncle.

État de serviceModifier

CampagnesModifier

Faits d'armesModifier

BlessuresModifier

DécorationsModifier

TitresModifier

Hommage, Honneurs, Mentions,...Modifier

Autres fonctionsModifier

Pensions, rentes, etc.Modifier

ArmoiriesModifier

Figure Blasonnement
Armes du chevalier Bon de Lignim et de l'Empire (lettres patentes du )

D'argent à trois têtes de léopards de sable 1 et 2 accompagnées en pointe d'une tour donjonnée d'azur, ouverte du champ, maçonnée de sable ; à la bordure de gueules chargée du signe des chevaliers légionnaires.[1]

Armes du baron Bon de Lignim et de l'Empire (lettres patentes du )

D'argent à la tour crénelée de sable de trois pièces, ouverte du champ, surmontée de trois têtes de léopards de sable, 1 et 2 ; au franc-quartier des Barons militaires.[1],[2]

BibliographieModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Vicomte Albert Révérend, Armorial du Premier Empire : titres, majorats et armoiries concédés par Napoléon Ier, vol. 3, Paris, (4 vol. in 2) Au bureau de L'Annuaire de la noblesse, (lire en ligne)
  2. La noblesse d'Empire sur http://thierry.pouliquen.free.fr