Hammam Lif

ville tunisienne

Hammam Lif
Hammam Lif
Vue de Hammam Lif depuis le djebel Boukornine.
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Ben Arous
Délégation(s) Hammam Lif
Maire Mohamed Ayari (Nidaa Tounes)[1]
Démographie
Gentilé Hammam-Lifois
Population 42 518 hab. (2014[2])
Géographie
Coordonnées 36° 44′ nord, 10° 20′ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Tunisie
Voir sur la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Hammam Lif
Géolocalisation sur la carte : Tunisie
Voir sur la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Hammam Lif

Hammam Lif (arabe : حمام الأنف) est une ville côtière de la banlieue sud de Tunis, dont elle est distante d'une dizaine de kilomètres.

Rattachée administrativement au gouvernorat de Ben Arous, elle constitue une municipalité de 42 518 habitants en 2014[2].

Elle tire son nom de deux sources thermales émergeant au pied du djebel Boukornine.

Situation géographiqueModifier

Hammam Lif, située dans la banlieue sud de Tunis, est délimitée par la mer Méditerranée et les municipalités d'Ezzahra, Hammam Chott, Bou Mhel el-Bassatine et Mornag.

HistoireModifier

Connue dans l'Antiquité sous le nom de Naro (d'origine punique) puis d'Aquae Persianae, cette localité est rebaptisée Hammet El Jazira (arabe : حامّة الجزيرة) après la conquête arabe. Elle prend ensuite le nom de Hammam Lif formé des termes hammam et anf (nez) car les sources ont pour but principal de guérir les infections liées aux problèmes respiratoires.

Une présence juive régionale est attestée par une inscription latine (sancta synagoga naronitana (« sainte synagogue de Naro ») sur une mosaïque du IIIe ou du IVe siècle retrouvée dans la synagogue de Naro.

Pendant la période arabe, le site n'est guère fréquenté et ce n'est que vers 1750 qu'Ali II Bey fait construire, pour son usage personnel, un pavillon au voisinage immédiat de l'une des sources qui prend le nom d'Aïn El Bey. Il fait aussi édifier des installations pour les voyageurs et les malades à proximité de la seconde source appelé Aïn El Ariane. En 1826, Hussein II Bey fait construire, à côté du pavillon, une résidence pour y habiter avec sa famille et sa cour pendant une partie de l'année. Cette résidence assez modeste est à l'origine du palais beylical dont certains souverains régnants feront leur résidence d'hiver, tout en conservant l'usage des eaux d'Aïn El Bey. L'autre source sert donc à alimenter les établissements à usage public.

La municipalité de Hammam Lif est créée par le décret du [4].

En mai 1943, des violents combats entre les troupes alliées et celles de l'Axe, battant en retraite vers le cap Bon, éprouvent durement la population civile.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

DémographieModifier

En 2014, la population atteint 42 518 personnes, dont 21 615 femmes (51,5 % de la population) et 20 615 hommes (48,5 % de la population)[5].

Secteurs Population (2014) Population (2014 en %) Densité
Cité Mohamed Ali 10 392 24,44 % 1,472 km²
Chaabia 10 056 23,65 % 12,155 km²
Hammam-Lif Centre-Ville 9 945 23,39 % 9,144 km²
Boukornine 12 125 28,52 % 7,833 km²

TransportModifier

La ville de Hammam Lif possède trois gares sur la ligne qui traverse la banlieue sud de Tunis : Hammam Lif (situé au centre-ville), Boukornine (situé dans le quartier du même nom) et Arrêt du Stade (situé près du stade municipal). Elle abrite également une station de bus située près du théâtre de la ville.

SportModifier

L'association sportive qui représente la ville est le Club sportif de Hammam Lif fondé en 1944. Il se manifeste dans de nombreuses disciplines collectives et individuelles, comme le football. L'équipe, quatre fois championne de Tunisie et qui a remporté neuf coupes de Tunisie et une Supercoupe, joue ses matchs au stade municipal. Parmi les sports collectifs, on trouve le volley-ball, le basket-ball et anciennement le handball. Parmi les sports individuels, on trouve le karaté, la boxe, la boxe anglaise et le kick-boxing.

JumelageModifier

Hammam Lif est jumelée avec plusieurs villes[6] :

PersonnalitésModifier

RéférencesModifier

  1. « Régions-Municipales 2018 : poursuite de l'installation des nouveaux Conseils municipaux », sur tap.info.tn, (consulté le 9 juillet 2018).
  2. a et b (ar) « Populations, logements et ménages par unités administratives et milieux » [PDF], sur census.ins.tn (consulté le 9 juillet 2018).
  3. « Gouvernorat de Ben Arous », sur cnss.tn (consulté le 23 mai 2021).
  4. Arfaoui Khémais, Les élections politiques en Tunisie de 1881 à 1956 : colonialisme et libertés politiques, Paris, L'Harmattan, (lire en ligne), p. 138.
  5. « Hammam Lif », sur citypopulation.de (consulté le 3 février 2021).
  6. « Villes jumelées avec Hammam Lif », sur hammam-lif.com (consulté le 22 novembre 2020).
  7. « Jumelage », sur ville-antony.fr (consulté le 22 novembre 2020).

BibliographieModifier

  • Tijani Azzabi, Inoubliable... Hammam-Lif !, Hammam Lif, Communic@tions i, .
  • Tijani Azzabi, Hammam-Lif, une symphonie en cartes postales, Hammam Lif, Communic@tions i, .

Voir aussiModifier