Ouvrir le menu principal

Mornag

ville tunisienne

Mornag
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Ben Arous
Délégation(s) Mornag
Maire Omar Harbaoui (Ennahdha)[1]
Démographie
Population 30 058 hab. (2014[2])
Géographie
Coordonnées 36° 40′ 51″ nord, 10° 17′ 25″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Mornag

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Mornag
Liens
Site web Site officiel de la municipalité

Mornag (arabe : مرناق) ou Cebalat Mornag (سبالة مرناق) est une ville de Tunisie située au sud-est de Tunis. Elle est le chef-lieu d'une délégation du gouvernorat de Ben Arous et le siège d'une municipalité comptant 30 058 habitants en 2014[2].

GéographieModifier

Mornag est principalement connu pour sa plaine agricole dédiée à la vigne et à l'olivier. Il s'agit de l'une des plus riches plaines de Tunisie qui s'étend sur 36 812 hectares dont 19 900 de terres cultivables. Dominée par un sommet, le Djebel Ressas (795 mètres[3]), la commune est traversée par l'oued Miliane et l'oued El Hamma ainsi que par le canal Medjerda - Cap-Bon.

HistoireModifier

Al-Bakri raconte que le général Hassan Ibn Numan livra combat dans la plaine de Tunis aux Byzantins qui se repliaient, semble-t-il sur Carthage, dont le gouverneur Mornaco (nom en latin tardif) entre aussitôt en pourparlers avec les vainqueurs. Le gouverneur consent à livrer Carthage moyennant un établissement pour lui et sa famille dans cette plaine fertile au sud-est de Tunis qui porte aujourd'hui le nom de Mornag.

ÉconomieModifier

Pour la viticulture, les AOC Mornag et Grand Cru Mornag comptent parmi les vins les plus réputés du pays.

RéférencesModifier

  1. « Tunisie – Municipales 2018 : poursuite de l’élection des maires », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le 7 juillet 2018)
  2. a et b (ar) « Populations, logements et ménages par unités administratives et milieux » [PDF], sur census.ins.tn (consulté le 7 septembre 2016)
  3. Ecologia Mediterranea, vol. 4-5, éd. Faculté des sciences et techniques de Saint-Jérôme, Marseille, 1978, p. 133

Voir aussiModifier