Hôtel de Chenizot

hôtel particulier dans le 4e arrondissement de Paris
(Redirigé depuis Hôtel Chenizot)
Hôtel de Chenizot
Hotel de chenizot facade.jpg
Présentation
Type
Architecte
Propriétaire
Propriété privée
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Emplacement
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

L'hôtel de Chenizot est un hôtel particulier situé sur l'île Saint-Louis à Paris, en France[1].

LocalisationModifier

L'hôtel est situé dans le 4e arrondissement de Paris, sur l'île Saint-Louis, aux 51 et 53 rue Saint-Louis-en-l'Île.

HistoriqueModifier

Premiers tempsModifier

L'hôtel est acquis en 1719 par Jean-François Guyot de Chenizot, qui fait appel à l'architecte Pierre Vigné de Vigny pour le transformer en installant un balcon et en décorant les façades.

Siège de l'archevéché de ParisModifier

En février 1831, des émeutiers saccagèrent l’archevêché de Paris situé près de Notre-Dame.

En conséquence du saccage de 1831, le 11 septembre 1840 le préfet de la Seine (agissant pour le compte de l’État) loue l’hôtel Chenizot pour 9 ans (pour 12 000 francs par an) à sa propriétaire Émilie Lafond (épouse de Pierre Paillot), pour héberger l’archevêque de Paris monseigneur Affre[2].

Monseigneur Affre ayant été mortellement blessé près d’une barricade lors des journées de Juin (juin 1848) les Parisiens défilèrent à l’hôtel Chenizot devenu palais épiscopal pour rendre hommage à la dépouille du prélat avant ses funérailles qui eurent lieu à Notre-Dame.

En 1849, l’archevêque monseigneur Sibour (successeur de monseigneur Affre) quitta les lieux pour s’installer en l’hôtel du Châtelet sis 127, rue de Grenelle où ses successeurs resteront jusqu’en 1906 (loi de séparation des Églises et de l’État).

Siège d'un état-major de gendarmerieModifier

Le 19 février 1850, l’État loue à nouveau l’hôtel Chenizot (pour 12 850 francs par an cette fois) qui fut aménagé pour recevoir l’état-major de la 1re Légion de la Gendarmerie (Seine, Seine-et-Marne, Seine-et-Oise) qui reste là jusqu’en 1862[3].

À nouveau, un hôtel particulierModifier

Le jardin est vendu en 1863.

De 1904 à 1930, le métaphysicien René Guénon a habité dans un appartement de l'hôtel[4].

L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 2002[1].

La première phase de rénovation de cet hôtel s'est terminée en août 2013.

DescriptionModifier

ExtérieurModifier

L'hôtel comprend deux cours alignées et reliées par des porches.

La seconde cour, la plus éloignée de la rue Saint-Louis-en-l'Île, qui comprend toujours (en 2016) divers bâtiments liés à d'anciennes activités industrielles légères (cadres d'abat-jour notamment) de la fin du XIXe siècle ou du début du suivant, fait l'objet d'une étude en vue de la conservation ou non de certains éléments. Cette cour possède sur une de ses façades un cadrant solaire semblable à celui de l'hôtel de Lauzun, hôtel également situé sur l'Île Saint-Louis.

IntérieurModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

BibliographieModifier

  • Jacques Hillairet, L’Île Saint-Louis, rue par rue, maison par maison, Les Éditions de Minuit, 1967, 285 pages ; « Hôtel Chenizot », pages 237-244.
  • Christian Baulez, « L’hôtel Chenizot », pages 231-241 in Béatrice de Andia et Nicolas Courtin (études réunies par), L’Île Saint-Louis, préface de Jean Tiberi (maire de Paris), collection « Paris et son Patrimoine », édité par l’Action artistique de la Ville de Paris (à l’occasion de l’exposition organisée en l’hôtel Lauzun), 1997, 254 pages, 29 cm (ISBN 978-2-90511893-6).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b « Hôtel de Chenizot », notice no PA00086284, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Jacques Hillairet, L’Île Saint-Louis, rue par rue, maison par maison, Les Éditions de Minuit, 1967, 285 pages, page 243.
  3. Jacques Hillairet, L’Île Saint-Louis, rue par rue, maison par maison, Les Éditions de Minuit, 1967, 285 pages, page 244.
  4. Paul Chacornac, La vie simple de René Guénon (Paris, Éditions traditionnelles, 1958), pp.26-30.