Hélène Courtois

astrophysicienne française
Hélène Courtois
Description de cette image, également commentée ci-après
Hélène Courtois
à la Cité des sciences et de l'industrie en 2016.
Naissance
France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession
Autres activités
Vice-présidente de l'université Lyon1, Membre senior de l'Institut universitaire de France.
Formation
Distinctions
Chevalier de la Légion d'honneur 2020, Chevalier des Palmes académiques en 2015, Classement Vanity Fair des 50 Français influents dans le monde 2017.

Hélène Courtois née[1] Di Nella[2], est une astrophysicienne française spécialisée en cosmographie. Docteure en astrophysique, elle est professeure et vice-présidente de l’université Lyon 1. Elle est chevalier de la Légion d’honneur[3] et de l'ordre des Palmes académiques et membre senior de l'Institut universitaire de France depuis [4].

Membre de l'équipe de recherche en cosmologie à l'Institut de Physique des 2 Infinis de Lyon (IP2I) et codirectrice de deux consortiums internationaux « Cosmic Flows[5] » et « CLUES[6] », elle est principalement connue pour ses recherches en cosmographie dynamique de l'Univers. En 2006, elle participe à la confirmation de l’accélération de l'expansion de l'Univers par les supernovæ[7]. Son travail se concentre alors sur la compréhension de la distribution de la matière par les grandes structures de galaxies. En , elle a proposé de redéfinir la notion de superamas de galaxies et identifié Laniakea, un superamas cent fois plus vaste que ce qui était appelé auparavant le Superamas de la Vierge. Depuis 2017, elle démontre que les régions vides contribuent également aux déplacements extragalactiques avec un effet répulseur[8], ce serait une explication possible du point le plus froid de la carte du fond cosmologique[9].

CarrièreModifier

Dans les années 2000, Hélène Courtois a d’abord dirigé l’équipe de cosmologie du Centre de recherche astrophysique de Lyon à l'observatoire de Lyon et, depuis 2013, elle dirige le groupe de recherche Cosmologie observationnelle/Euclid[10] de l’IPNL. Elle est un des leaders mondiaux dans le champ de la cosmologie consacré à l'observation, l'analyse et la reproduction numérique de la distribution et la dynamique de la matière noire (plus justement matière transparente) et des galaxies dans l’univers proche.

La découverte des frontières du continent extragalactique dans lequel nous vivons, « Laniakea »[11], premier grand résultat du programme de recherche Cosmic Flows qu'elle a créé en 2006, a eu un impact retentissant dans ce domaine. La vidéo Laniakea: Our home supercluster[12] publiée sur la chaîne YouTube de Nature le , associée à la publication de l'article, est la deuxième vidéo la plus populaire de cette revue (toutes sciences confondues) avec plus de 6,3 millions de vues en (la première étant Have you ever seen an atom? avec plus de 8,6 millions de vues).

Elle est l'auteure de plus de 100 articles de recherches.

Elle a supervisé la création d’un cursus complet d’enseignements universitaires en sciences de l’univers, accueillant annuellement plus de 500 étudiants de Lyon 1. Hélène Courtois est experte auprès de la Commission européenne pour les programmes de recherche et d’éducation en physique et astrophysique depuis 2009. Fervente défenseure de la diffusion de la culture scientifique et de l’éducation pour tous, elle est la marraine bénévole du planétarium de Vaulx-en-Velin[13],[14].

Le [15], elle est nommée membre senior de l'Institut universitaire de France[16],[17]. Le , elle remporte le prix du Festival du film de chercheur pour Cartographier l'univers : à la découverte de Laniakea[18]. Le , elle est promue chevalier de l'ordre des Palmes académiques[19].

En , elle prend la fonction de vice-présidente de l'université Lyon 1, chargée des relations internationales et européennes.

En 2017, elle publie deux découvertes sur des vides répulseurs du dipôle, et du point froid, des structures expliquant une partie du déplacement à deux millions de kilomètres par heure de notre Galaxie la Voie lactée[20],[21]. Elle recoit le prix de l’esprit d’entreprendre dans la catégorie « révolutionner" des acteurs de l’économie, et le prix Ciel et Espace du meilleur livre d’astronomie 2017 avec  « Voyage sur les flots de galaxies ». Elle est classée par Vanity Fair parmi les 50 français les plus influents dans le monde.

En 2018, elle reçoit le Prix du rayonnement scientifique Français remis au Ministère des affaires étrangères et le Prix Eurêka pour ses actions d’enseignement et de diffusion des connaissances scientifiques.

En 2019, elle publie une nouvelle cartographie de l'univers 10 fois plus grande qu'en 2014. Elle est classée 3eme des 50 femmes lyonnaises les plus influentes par le magazine Lyon people.

DistinctionsModifier

Télévision, livres, radioModifier

  • Hélène Courtois a participé à Hawaii, le chant des étoiles, le troisième épisode d'Entre Terre et Ciel, série documentaire sur l'astronomie présentée par Serge Brunier et diffusée sur Arte. Elle a aussi réalisé une émission de quarante minutes sur l'astrophysique émergente dans La Voie est libre diffusée sur France 3[22].
  • Elle a publié deux livres chez Dunod dont un livre-roman grand public : Voyage sur les flots de galaxies[23] qui reçoit le prix du livre d'astronomie Ciel et Espace 2017[24]. Elle publie avec Michel Tognini chez Dunod Explorateurs de l'Espace le .

ArtsModifier

Depuis 2014, plus de cent albums de musiques ont été créés, inspirés par la découverte de Laniakea[25].

Ses recherches ont inspiré la création d'un spectacle de son et lumière Laniakea par les artistes Jérôme Donna et Simon Milleret-Godet, spectacle lors de l'édition 2014 de la Fête des Lumières de Lyon. Ce spectacle a été joué à nouveau durant plusieurs jours devant des millions de personnes à Quito en Équateur en .

En 2015, elle a participé à la création d’œuvres pour l'exposition « Boîtes noires, empreintes du monde et paysages intérieurs » avec l'artiste Sophie Pouille[26].

En 2015, elle a participé à la création d'une œuvre tissée de la fondation Hermès avec l'artiste Célia Gondol[27]. Le tissage d'une longueur de quarante mètres représente l'histoire de la structuration de l'Univers : « Observables d'Apeyron »[28].

Notes et référencesModifier

  1. « Liste de qualification aux fonctions de professeur des universités arrêtée en 2004 par les sections du Conseil national des universités (NOR : MENP0401036K) », Journal officiel de la République française, no 144,‎ , texte no 37, p. 11324 (lire en ligne, consulté le ).
  2. Hélène di Nella, Structure et cinématique de l'univers local, thèse de doctorat sous la direction de Georges Paturel soutenue à l'université Joseph-Fourier - Grenoble 1 (résumé (consulté le 2 octobre 2015))
  3. « Légion d'honneur promotion 31 décembre 2019 », sur www.legifrance.gouv.fr
  4. « Les membres - Institut Universitaire de France », sur www.iufrance.fr
  5. « Page de Cosmic flows sur le site de l'IPNL »
  6. « CLUES-Project », sur www.clues-project.org
  7. (en) Astier P., « The Supernova Legacy Survey: measurement of OmegaM, OmegaLambda and w from the first year data set », Astronomie and Astrophysics, no 447,‎ , p. 31-48 (DOI 10.1051/0004-6361:20054185, lire en ligne).
  8. (en) Yehuda Hoffman, Daniel Pomarède, R. Brent Tully et Hélène M. Courtois, « The dipole repeller », Nature Astronomy, vol. 1, no 2,‎ (ISSN 2397-3366, DOI 10.1038/s41550-016-0036, lire en ligne, consulté le )
  9. Hélène M. Courtois, R. Brent Tully, Yehuda Hoffman et Daniel Pomarède, « Cosmicflows-3: Cold Spot Repeller? », The Astrophysical Journal, vol. 847, no 1,‎ (DOI 10.3847/2041-8213/aa88b2, lire en ligne)
  10. « Page consacrée à Euclid sur le site de l'IPNL »
  11. (en) R. Brent Tully, Hélène Courtois, Yehuda Hoffman et Daniel Pomarède, « The Laniakea supercluster of galaxies », Nature, vol. 513, no 7516,‎ , p. 71-73 (DOI 10.1038/nature13674, Bibcode 2014Natur.513...71T, arXiv 1409.0880, résumé)
    L'article, reçu par la revue scientifique le , a été accepté par son comité de lecture le suivant et mis en ligne le suivant.
    La mise en ligne de l'article a été annoncée par celle de l'article suivant : (en) Elmo Tempel, « Cosmology: Meet the Laniakea supercluster », Nature, vol. 513, no 7516,‎ , p. 41-42 (DOI 10.1038/513041a, lire en ligne [html], consulté le ).
    Elle a été accompagnée de celle d'une vidéo visible ici [vidéo], ainsi que sur le site du CEA.
  12. « Laniakea: Our home supercluster » [vidéo], sur YouTube (consulté le ).
  13. « Liste des partenaires du planétarium de Vaulx-en-Velin » [html], sur planetariumvv.com (consulté le ).
  14. « Le Planétarium est fier de sa marraine, Hélène Courtois » [html], sur leprogres.fr, mis en ligne le 9 septembre 2014 (consulté le ).
  15. Arrêté de la ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche du (NOR : MENS1501115A) publié au Bulletin officiel de l'Enseignement supérieur et de la Recherche no 18 du (lire en ligne, consulté le )
  16. « Trois enseignants chercheurs de Lyon 1 nommés membres de l’IUF », sur univ-lyon1.fr, (consulté le ).
  17. « Institut universitaire de France : 3 lauréats IN2P3 dans la campagne 2015 » [html], sur in2p3.fr, Institut national de physique nucléaire et de physique des particules, nouvelles scientifiques du (consulté le ).
  18. Palmarès de l'édition 2015 du concours Filmer sa recherche [php], sur filmdechercheur-test.inist.fr, Institut de l'information scientifique et technique, (consulté le ).
  19. Liste des candidats relevant de l'académie de Lyon promus ou nommés dans l'ordre des Palmes académiques par décret du 10 juillet 2015 [PDF] (consulté le ).
  20. ARTIFICA, « Poussée par un vide, notre galaxie surfe à plus de 2 millions de km/h - Communiqués et dossiers de presse - CNRS », sur www2.cnrs.fr (consulté le )
  21. Yehuda Hoffman, « The Dipole Repeller », Nature Astronomy,‎
  22. L'astrophysique émergente, sur rhone-alpes.france3.fr.
  23. « Voyage sur les flots de galaxies », Dunod
  24. Livre d'astronomie Ciel et Espace 2017, sur www.cieletespace.fr
  25. Lire en ligne, sur bandcamp.com
  26. « Boîtes noires, empreintes du monde et paysages intérieurs », sur formeselementaires.com
  27. «Résidences d’artistes 2015», Fondation d'Entreprise Hermès, consulté le 15 mai 2020
  28. [vidéo] Célia Gondol presents her work at the Holding Textile Hermès sur YouTube

AnnexesModifier

Liens externesModifier