Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Guy de Malherbe.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Malherbe.

Guy Malherbe
Fonctions
Maire d’Épinay-sur-Orge

22 ans et 5 mois
Prédécesseur Christian Jeu
Successeur Véronique François
Député de la 4e circonscription de l’Essonne

4 ans, 8 mois et 2 jours
Prédécesseur Nathalie Kosciusko-Morizet
Successeur Nathalie Kosciusko-Morizet
Conseiller général du canton de Longjumeau
Prédécesseur Philippe Schmit
Successeur Marianne Duranton
Vice-président de la
communauté d'agglomération Europ'Essonne
Successeur intercommunalité supprimée
Biographie
Nom de naissance Guy, André, Jean-Pierre Malherbe
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Montpellier
Nationalité Française
Parti politique RPR puis UMP
Profession Administrateur civil

Guy Malherbe, né le à Montpellier, est un homme politique français. Membre de l’Union pour un mouvement populaire, il est député de l'Essonne (4e circonscription) de 2007 jusqu'au 22 mars 2012 et maire d’Épinay-sur-Orge de 1995 à 2017.

Sommaire

BiographieModifier

Origines et vie familialeModifier

Guy, André, Jean-Pierre Malherbe est né le à Montpellier[1].

Études et formationModifier

Guy Malherbe est diplômé d’un Diplôme d'études supérieures spécialisées de finances publiques et de fiscalité[1].

Carrière professionnelleModifier

Guy Malherbe entama sa carrière de haut fonctionnaire au poste de chargé de la gestion administrative des administrateurs civils au ministère de l’Intérieur de 1976 à 1978 puis devint attaché principal d’administration centrale en 1978 affecté au ministère de l’Économie et des Finances de 1978 à 1986[1], il devint ensuite conseiller technique auprès des sénateurs Maurice Blin puis Roger Chinaud de 1986 à 1991 après avoir été nommé au grade d’administrateur civil en 1989[1], il fut affecté au ministère de l'Éducation nationale de 1991 à 1994, au ministère de l’Économie et des Finances de 1994 à 1996, il fut nommé conseiller technique auprès du ministre des anciens combattants du second gouvernement d’Alain Juppé Pierre Pasquini de 1996 à 1997[1],[2], il fut nommé au ministère de la Défense de 1997 à 2000[1], puis revint au ministère de l’Économie et des Finances en 2002 et exerça au comité pour l’implantation territoriale des emplois publics de 2000 à 2007[1].

Carrière politiqueModifier

Guy Malherbe a entamé sa carrière politique lors des élections municipales de 1989 à Épinay-sur-Orge sur la liste du maire sortant RPR Christian Jeu, liste élue dès le premier tour avec 57,98 % des voix[3]. Lors des élections municipales de 1995, il fut à son tour élu maire dès le premier tour avec 55,55 % des voix[4]. Il fut réélu lors des élections municipales de 2001 dès le premier tour avec 63,31 % des voix[5] et remporta cette même année lors des élections cantonales le canton de Longjumeau, passé au socialiste Philippe Schmit en 1994, avec 64,07 % des voix au second tour[6]. Lors des élections législatives de 2007, il fut positionné comme suppléant de la députée sortante Nathalie Kosciusko-Morizet, le tandem remportant l’élection avec 56,09 % des voix[7]. Lorsque celle-ci fut nommée Secrétaire d'État à l’Écologie puis à la Prospective et à l’Économie numérique dans le second gouvernement de François Fillon puis ministre de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement dans le troisième gouvernement de François Fillon, Guy Malherbe devint député le [8]. Les élections municipales de 2008 lui permirent d’être réélu maire d’Épinay-sur-Orge sur une liste divers droite avec 53,21 % des voix dès le premier tour[9]. Usager des transports en commun[8], il s’investit pour obtenir une remise à niveau de la ligne C du RER d'Île-de-France[10],[11].

Synthèse des fonctions politiquesModifier

Mandats nationauxModifier

Député de la quatrième circonscription de l’EssonneModifier

Guy Malherbe fut élu suppléant de la députée Nathalie Kosciusko-Morizet le dans la quatrième circonscription de l'Essonne pour la XIIIe législature. Lorsque cette dernière fut nommée au gouvernement, il devint lui-même député à compter du [12].

À l’Assemblée nationale, il est membre du groupe parlementaire de l’Union pour un mouvement populaire[13], membre de la commission des affaires sociales[14] et de la commission spéciale sur le projet de loi relatif à la bioéthique[15]. Il est en outre secrétaire du groupe d’études sur les vols de nuit et les nuisances aéroportuaires[16], membre des groupes d’études sur l’alimentation et la santé[17], sur les biocarburants[18], sur la dépendance des personnes âgées[19], sur la filière du chocolat[20], sur les marchés, le commerce non-sédentaire et le commerce de proximité[21], les médicaments et produits de santé[22], sur les professions de santé[23] et sur la santé environnementale[24]. Il est par ailleurs vice-président du groupe d’études internationales sur les territoires autonomes palestiniens[25]. Au cours de l’année 2010, Guy Malherbe fut présent durant trente-trois semaines dans l’hémicycle et participa à soixante-cinq séances en commission[26]. Son mandat se termine le , la titulaire du siège, Nathalie Kosciusko-Morizet, ayant démissionné du gouvernement.

Mandats locauxModifier

Conseiller général du canton de LongjumeauModifier

Guy Malherbe a été élu conseiller général du canton de Longjumeau le et conserva son siège jusqu’au [1],[12].

Maire d’Épinay-sur-OrgeModifier

Guy Malherbe a été élu conseiller municipal d’Épinay-sur-Orge le puis maire au terme du 1er tour des élections municipales françaises de 1995, réélu lors de celles de 2001 et de 2008[27].

Il est par ailleurs élu en 2008 et 2014[28] vice-président de la communauté d'agglomération Europ'Essonne[29] et, au moins en 2010, siège au comité syndical du syndicat mixte de la Vallée de l'Orge Aval[30].

Il a par ailleurs été désigné en 2009 membre suppléant au comité d’élus francilien de gestion du fonds de solidarité des communes[31], et fut vice-président du conseil d’administration du service départemental d'incendie et de secours de l’Essonne[1] où il siège toujours[32]. En 2010, il est nommé membre de la commission locale d'information auprès du CEA de Fontenay-aux-Roses[33].

Ayant des soucis de santé, il se met en retrait de ses fonctions de maire d'Épinay-sur-Orge au printemps 2016[34], avant de démissionner de cette fonction en novembre 2017, tout en restant conseiller municipal[35],[36].

Décorations et récompensesModifier

Guy Malherbe a été élevé au rang de chevalier dans l’ordre national de la Légion d'honneur[1],[37].

Pour approfondirModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

SourcesModifier

  1. a b c d e f g h i et j Fiche de Guy Malherbe sur l’annuaire du Who’s Who français. Consulté le 30/12/2010.
  2. Arrêté du 23 février 1996 portant nomination au cabinet du ministre sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 30/12/2010.
  3. Résultats de l’élection municipale de 1989 à Épinay-sur-Orge sur le site du quotidien Le Figaro. Consulté le 30/12/2010.
  4. Résultats de l’élection municipale de 1995 à Épinay-sur-Orge sur le site du quotidien Le Figaro. Consulté le 30/12/2010.
  5. Résultats de l’élection municipale de 2001 à Épinay-sur-Orge sur le site du quotidien Le Figaro. Consulté le 30/12/2010.
  6. Résultats de l’élection cantonale de 2001 dans le canton de Longjumeau sur le site du quotidien Le Figaro. Consulté le 30/12/2010.
  7. Résultats de l’élection législative 2007 dans la quatrième circonscription de l’Essonne sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 30/12/2010.
  8. a et b Article Guy Malherbe fait ses premiers pas à l’Assemblée nationale paru le 21 juillet 2007 sur le site du quotidien Le Parisien. Consulté le 30/12/2010.
  9. Résultats de l’élection municipale de 2008 à Epinay-sur-Orge sur le site d’information L’Internaute. Consulté le 30/12/2010.
  10. Article Dix minutes de plus par trajet : la colère des usagers paru le 25 septembre 2009 sur le site du quotidien Le Parisien. Consulté le 30/12/2010.
  11. Article Les élus montent au créneau pour le RER C paru le 9 novembre 2010 sur le site du quotidien Le Parisien. Consulté le 30/12/2010.
  12. a et b Fiche de Guy Malherbe pour la treizième législature sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 30/12/2010.
  13. Liste des membres du groupe UMP pour la treizième législature sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 30/12/2010.
  14. Liste des membres de la commission des Affaires sociales pour la treizième législature sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 30/12/2010.
  15. Liste des membres de la commission spéciale sur le bioéthique pour la treizième législature sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 30/12/2010.
  16. Liste des membres du groupe d’études sur les nuisances aéroportuaires pour la treizième législature sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 30/12/2010.
  17. Liste des membres du groupe d’études sur l’alimentation et la santé pour la treizième législature sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 30/12/2010.
  18. Liste des membres du groupe d’études sur les biocarburants pour la treizième législature sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 30/12/2010.
  19. Liste des membres du groupe d’études sur la dépendance des personnes âgées pour la treizième législature sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 30/12/2010.
  20. Liste des membres du groupe d’études sur la filière du chocolat pour la treizième législature sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 30/12/2010.
  21. Liste des membres du groupe d’études sur les marchés, le commerce non-sédentaire et le commerce de proximité pour la treizième législature sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 30/12/2010.
  22. Liste des membres du groupe d’études sur les médicaments et les produits de santé pour la treizième législature sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 30/12/2010.
  23. Liste des membres du groupe parlementaire sur les professions de santé pour la treizième législature sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 30/12/2010.
  24. Liste des membres du groupe d’études sur la santé environnementale pour la treizième législature sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 30/21/2010.
  25. Liste des membres du groupe d’études internationales sur les territoires palestiniens pour la treizième législature sur le site de l’Assemblée nationale. Consulté le 30/12/2010.
  26. Fiche de Guy Malherbe sur le site nosdeputes.fr Consulté le 30/12/2010.
  27. Liste des maires d’Epinay-sur-Orge sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 30/12/2010.
  28. « Composition du bureau », Mairie de Champlan (consulté le 26 novembre 2015).
  29. Liste des membres élus au conseil communautaire de la communauté d’agglomération Europ’Essonne sur son site officiel. Consulté le 30/12/2010.
  30. Liste des membres du comité syndical du SIVOA sur son site officiel. Consulté le 30/12/2010.
  31. Arrêté du 18 mars 2009 relatif à la composition du comité d’élus de la région Île-de-France sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 30/12/2010.
  32. Trombinoscope des membres du conseil d’administration du SDIS 91 sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 30/12/2010.
  33. Arrêté portant création de la commission sur le site du Conseil général des Hauts-de-Seine. Consulté le 03/04/2010.
  34. Nolwenn Cosson, « Atteint d'un cancer, le maire délègue à son adjoint », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 30 novembre 2017).
  35. Shéhérazade Hamidi, « La ville d’Épinay-sur-Orge a un nouveau maire », Essonne info,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2017).
  36. Gérald Moruzzi, « À la mairie d’Epinay-sur-Orge, le chef d’orchestre change, pas la partition : Si elle s’inscrit dans la continuité de Guy Malherbe, qui vient de mettre fin à 22 ans d’action à la tête de la ville, Véronique François compte montrer sa différence », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2017).
  37. Décret du 31 décemebre 2004 portant promotion et nomination sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/07/2012.