Ouvrir le menu principal

Gouvernement Alain Juppé (2)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gouvernement Alain Juppé.
Gouvernement Alain Juppé II

Ve République

Description de l'image defaut.svg.
Président Jacques Chirac
Premier ministre Alain Juppé
Formation
Fin
Durée 1 an, 6 mois et 26 jours
Composition initiale
Coalition Jusqu'en 1996 :
RPR-UDF-GE
A partir de 1996 :
RPR-UDF-Cap21
Ministres 16
Secrétaires d'État 16
Femmes 4
Hommes 28
Représentation
Xe législature
492 / 577
Drapeau de la France

Le gouvernement Alain Juppé (2) est le gouvernement de la République française du au . Deuxième gouvernement du premier mandat du président de la République Jacques Chirac, il est dirigé par Alain Juppé. Il s'agit du 26e gouvernement de la Ve République française.

CoalitionModifier

Le gouvernement Alain Juppé est soutenu par une coalition gouvernementale de droite et centre droit, formée entre le Rassemblement pour la République (RPR) et l'Union pour la démocratie française (UDF), qui dispose de 492 députés sur 577, soit 85,1 % des sièges de l'Assemblée nationale.

CompositionModifier

Le Premier ministre est nommé le [1]. Les membres du Gouvernement sont nommés le même jour[2].

Premier ministreModifier

Image Fonction Nom Parti
  Premier ministre Alain Juppé RPR

MinistresModifier

Image Fonction Nom Parti
  Garde des Sceaux, ministre de la Justice Jacques Toubon RPR
  Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche François Bayrou UDF-CDS
puis
UDF-FD
  Ministre de la Défense Charles Millon UDF-AD
  Ministre de l'Équipement, du Logement, des Transports et du Tourisme Bernard Pons RPR
  Ministre des Affaires étrangères Hervé de Charette UDF-PPDF
  Ministre du Travail et des Affaires sociales Jacques Barrot UDF-CDS
puis
UDF-FD
  Ministre de l'Intérieur Jean-Louis Debré RPR
  Ministre de l'Économie et des Finances Jean Arthuis UDF-CDS
puis
UDF-FD
  Ministre des Relations avec le Parlement Roger Romani RPR
  Ministre de l'Environnement Corinne Lepage GE
puis
Cap21
  Ministre de la Culture Philippe Douste-Blazy UDF-CDS
puis
UDF-FD
  Ministre de l'Industrie, de La Poste et des Télécommunications Franck Borotra RPR
  Ministre de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Alimentation Philippe Vasseur UDF-PR
  Ministre de l'Aménagement du territoire, de la Ville et de l'Intégration Jean-Claude Gaudin UDF-PR
  Ministre des Petites et moyennes entreprises, du Commerce et de l'Artisanat Jean-Pierre Raffarin UDF-PPDF
  Ministre de la Fonction publique, de la Réforme de l'État et de la Décentralisation Dominique Perben RPR

Ministres déléguésModifier

Image Fonction Ministre de rattachement Nom Parti
  Ministre délégué aux Anciens combattants et Victimes de guerre Premier ministre Pierre Pasquini RPR
  Ministre délégué à l'Outre-mer Premier ministre Jean-Jacques de Peretti RPR
  Ministre délégué à la Jeunesse et aux Sports Premier ministre Guy Drut RPR
  Ministre délégué au Logement Ministre de l'Équipement, du Logement, des Transports et du Tourisme Pierre-André Périssol RPR
  Ministre délégué à la Coopération Ministre des Affaires étrangères Jacques Godfrain RPR
  Ministre délégué aux Affaires européennes Ministre des Affaires étrangères Michel Barnier RPR
  Ministre délégué pour l'Emploi Ministre du Travail et des Affaires sociales Anne-Marie Couderc UDF-PR
  Ministre délégué au Budget, porte-parole du Gouvernement Ministre de l'Économie et des Finances Alain Lamassoure UDF-PR
  Ministre délégué aux Finances et au Commerce extérieur Ministre de l'Économie et des Finances Yves Galland UDF-Rad
  Ministre délégué à La Poste, aux Télécommunications et à l'Espace Ministre de l'Industrie, de La Poste et des Télécommunications François Fillon RPR
  Ministre délégué à la Ville et à l'Intégration Ministre de l'Aménagement du territoire, de la Ville et de l'Intégration Éric Raoult RPR

Secrétaires d'ÉtatModifier

Image Fonction Ministre de rattachement Nom Parti
  Secrétaire d'État à l'Action humanitaire d'urgence Premier ministre Xavier Emmanuelli DVG
  Secrétaire d'État à la Recherche Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche François d'Aubert UDF-PR
  Secrétaire d'État aux Transports Ministre de l'Équipement, du Logement, des Transports et du Tourisme Anne-Marie Idrac UDF-CDS
puis
UDF-FD
  Secrétaire d'État chargé de la Francophonie Ministre des Affaires étrangères Margie Sudre Sans étiquette
  Secrétaire d'État à la Santé et à la Sécurité sociale Ministre du Travail et des Affaires sociales Hervé Gaymard RPR

ActionsModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

1995Modifier

1996Modifier

  • 27 janvier 1996 : dernier des essais nucléaires français souterrains à l'atoll de Fangataufa.
  • février 1996 : début des travaux de démantèlement du Centre d'essais du Pacifique (CEP).
  • 22 février 1996 : annonce par le président Chirac de la suspension du service militaire dans un délai de 6 ans.
  • 18 mars 1996 : occupation à Paris de l'église Saint-Ambroise par 300 étrangers en situation irrégulière, d'origine africaine, demandant leur régularisation. Après avoir été expulsés de l'église Saint-Ambroise, ils erreront d'occupation en occupation pour finir par occuper l'église Saint-Bernard. Dix d'entre eux entameront alors une grève de la faim qui durera deux mois. C'est un redémarrage du mouvement de l'immigration, avec la constitution de collectifs divers, tels que « Des papiers pour tous » en 1996, le « Collectif anti-expulsion » en 1998, etc.
  • 23 août 1996 : évacuation musclée par la police des étrangers en situation irrégulière d'Africains occupant l'église Saint-Bernard. Plusieurs d'entre eux sont renvoyés au Mali. Fin de la grève de la faim. L'un d'eux mourra quelques mois plus tard des séquelles de sa grève de la faim.
  • Mise en bourse de 51 % du capital d'Assurances générales de France (AGF), l'État ne conservant que 2 %.
  • La CGM (Compagnie générale maritime) est mise en vente de gré à gré, pour 20 millions de francs, à la Compagnie maritime d'affrètement (CMA) qui devient CMA-CGM.
  • 8 novembre 1996 : la Compagnie française de navigation rhénane (CFNR) est mise en vente de gré à gré à l'association technique de l'importation charbonnière (ATIC).
  • Vente de gré à gré de BFCE au Crédit national. La fusion de ce dernier avec la BFCE donne naissance à la banque Natixis.

1997Modifier

Impôt sur la fortuneModifier

L'augmentation de 10 % des tranches de l'ISF[3] et la suppression de son plafonnement[4] suscite des débats au sein des partis de droite. Cette modification a notamment pour conséquence que certains foyers fiscaux paient un impôt supérieur à leur revenu[5].

DémissionModifier

Le gouvernement Alain Juppé démissionne le , à la suite d'élections législatives où la Gauche plurielle gagne 319 sièges sur les 577 de l'assemblée.

Féminisation du gouvernementModifier

Article détaillé : Juppette.

Le gouvernement compte quatre femmes ministres, contre douze dans le premier gouvernement Juppé : Anne-Marie Couderc, Anne-Marie Idrac, Margie Sudre et Corinne Lepage.

Déclaration de politique généraleModifier

Le 2 octobre 1996, le Premier ministre obtient la confiance de l'Assemblée nationale par 464 voix pour, 100 contre et 4 abstentions[6].

Détails du vote sur la déclaration de politique générale du 02/10/1996
Position Groupe Non-inscrits Total
COM SOC RL UDF RPR
POUR 0 0 9 200 255 0 464
CONTRE 23 63 12 1 0 1 100
ABSTENTION 0 0 2 1 1 0 4
NON-VOTANT 0 0 0 4 3 1 8

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier