Ouvrir le menu principal

Gustave Noblemaire

ancien directeur de la Compagnie des chemins de fer français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noblemaire.
Gustave Noblemaire
Gravure - Gustave Noblemaire.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Joseph Philippe GustaveVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions

Gustave Noblemaire(1832 - 1924) est un ingénieur des mines et industriel, qui a fait presque toute sa carrière dans les chemins de fer, grand-croix de la Légion d'honneur.

CarrièreModifier

Gustave Noblemaire est le fils d'un officier. Il épouse Mathilde Deville (1843-1889) en 1863, puis sa sœur Clémence Deville (1853-1935), veuve de l'ingénieur polytechnicien Georges Dargnies (1841-1876). Il est le père du député Georges Noblemaire.

Élève de l'École polytechnique et de l'École des mines de Paris, il est nommé en 1856 ingénieur des mines dans le Midi. En 1860, proche de Talabot, il entre au PLM. En 1862, il dirige sa filiale espagnole la Compagnie des chemins de fer du Nord de l'Espagne. En 1869, Talabot lui confie la construction des chemins de fer algériens. À partir de 1881, il lui succède à la tête de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, jusqu'à sa retraite en 1907[1].

Au début de sa carrière, en 1860, il a eu à instruire une demande de concession minière dans la région des Baux. Son rapport tomba entre les mains d'Henri Sainte-Claire Deville, qui faisait des recherches sur l'aluminium à partir d'un minerai assez rare d'Irlande et décida d'exploiter ce qu'il appela la bauxite. Par la suite, devenu proche de ce grand chimiste, Gustave Noblemaire épousa successivement deux de ses parentes, deux sœurs Deville[2].

Il laisse de nombreux écrits.

PublicationsModifier

  • Notice sur la vie et les travaux de Charles Didion, 1883
  • Le prix de revient sur les chemins de fer et la répartition du trafic, 1887
  • Les chemins de fer départementaux, 1889
  • « Les Conditions du travail dans les chemins de fer », dans Revue des deux Mondes, n°7, 1902[3]
  • Hommes et Choses de Chemins de fer, Imprimerie Paul Dupont, Paris, 1905[4]
  • Histoire de la maison des Baux, 1913

Notes et référencesModifier

  1. lire en ligne
  2. Gustave Noblemaire, Histoire de la maison des Baux, introduction, p. VI
  3. fr.wikisource.org : Gustave Noblemaire
  4. Site gallica.bnf.fr : Hommes et choses de chemins de fer / par Gustave Noblemaire intégral (consulté le 14 septembre 2013).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • François Caron, "Gustave Noblemaire 1832-1924", in Jean-Claude Daumas, Alain Chatriot, Danièle Fraboulet, Patrick Fridenson, Hervé Joly (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010, pp. 503-505.

Article connexeModifier

Liens externesModifier