Prix Halphen

prix triennal de l'Académie française (créé en 1856)

Le prix Halphen est un ancien prix triennal de philosophie, créé en 1856 par l'Académie française et décerné à l’auteur de l'ouvrage que l'Académie jugera à la fois le plus remarquable au point de vue littéraire ou historique, et le plus digne au point de vue moral.

LauréatsModifier

  • 1863 : Alexandre Huguenin pour Histoire du royaume Mérovingien d'Austrasie
  • 1866 : Édouard Fournier pour Ensemble de ses œuvres critiques
  • 1869 : François-Tommy Perrens pour Les mariages espagnols sous le règne du roi Henri IV
  • 1872 : Louis de Backer pour Études néerlandaises
  • 1875 : Henri Tivier pour Histoire de la littérature dramatique en France depuis ses origines jusqu’au Cid
  • 1878 : Charles Pierre Victor Pajol pour Kléber, sa vie, sa correspondance
  • 1881 : Édouard de Barthélemy et René Kerviler pour Valentin Conrart, sa vie et sa correspondance
  • 1881 : Henri Welschinger pour Le théâtre de la révolution (1789-1799)
  • 1884 : Antonin Lefèvre-Pontalis pour Jean de Witt, grand pensionnaire de Hollande
  • 1887 : Édouard Droz pour Le Scepticisme de Pascal
  • 1890 : Adolphe Guillot pour Les prisons de Paris et les prisonniers
  • 1893 : Lucien Perey pour Un petit neveu de Mazarin : le duc de Nivernais et la fin du XVIIIe siècle (1763-1798)
  • 1896 : Alexis Martin pour Paris et ses environs, régions ouest et nord
  • 1896 : Jacques Munier- Jolain pour La plaidoirie dans la langue française
  • 1896 : Emmanuel Rodocanachi pour Renée de France, duchesse de Ferrare
  • 1896 : Albert Solanet pour Les Gorges du Tarn illustrées
  • 1899 : Maurice Tourneux pour Diderot et Catherine II
  • 1902 : Marcel Marion pour L’impôt sur le revenu au XVIIIe siècle
  • 1902 : Paul Monceaux pour Histoire littéraire de l’Afrique chrétienne depuis les origines jusqu'à l'invasion arabe
  • 1905 : Émile-Hippolyte Bourdeau pour Le Grand Frédéric
  • 1905 : Raoul-Julien-François de Lartigue pour Monographie de l’Aurès
  • 1905 : Charles Merki pour La reine Margot et la fin des Valois (1553-1615)
  • 1908 : Pierre Berger pour William Blake, mysticisme et poésie
  • 1908 : Henri Hauvette pour Littérature italienne
  • 1908 : René-Louis Huchon pour Un poète réaliste anglais George Crabbe (1754-1832)
  • 1908 : Alfred Roussel pour Un évêque assermenté (1790-1802)
  • 1911 : Jean Brunhes pour La géographie humaine. Essai de classification positive. Principes et exemples
  • 1911 : Princesse Antoine Radziwiłł ou Marie de Castellane pour Duchesse de Dino et Chronique de 1831 et 1862
  • 1911 : Édouard Sitzmann pour Dictionnaire de biographie des hommes célèbres de l’Alsace
  • 1914 : Édouard Dolléans pour Le Chartisme (1830-1848)
  • 1914 : Gustave Noblemaire pour Histoire de la maison de Baux
  • 1914 : Jean-Baptiste Turquet pour Souvenirs d’un brigadier de hussards (1870-1871)
  • 1917 : Auguste Gauvain pour Les origines de la guerre européenne
  • 1917 : Joseph Lenfant pour Notes d’un prêtre mobilisé
  • 1920 : Aldebert de Chambrun et Charles-Constant-Marie de Marenches pour L’armée américaine dans le conflit européen
  • 1920 : Louis Gillet pour Louis de Clermont-Tonnerre (1877-1918)
  • 1920 : Étienne Hennet de Goutel pour Le général Cassan et la défense de Pampelune
  • 1923 : Joseph Burnichon pour La compagnie de Jésus en France. Histoire d’un siècle (1814-1914)
  • 1926 : Henry Fouqueray pour Histoire de la Compagnie de Jésus en France, des origines à la suppression (1528-1762)
  • 1929 : Pierre de Vaissière pour Henri IV
  • 1929 : Eugène Herpin pour Histoire de la ville de Saint-Malo
  • 1932 : Jean-Baptiste Coissac de Chavrebière pour Histoire du Maroc
  • 1932 : Youri Danilov pour Le grand duc Nicolas
  • 1935 : Jacques Zeiller et Jules Lebreton pour L’Église primitive
  • 1938 : Charles Oulmont pour Voltaire en robe de chambre
  • 1938 : Georges Rigault pour Histoire générale de l’Institut des Frères des Écoles chrétiennes. Saint Jean-Baptiste de la Salle
  • 1941 : Roger Avermaete pour Guillaume le Taciturne
  • 1944 : Émile Sicard pour La Zadruga sud-slave dans l’évolution du groupe domestique et La Zadruga dans la littérature serbe, 1750-1912
  • 1947 : Aimé Doumenc pour Le Mémorial de la Terre de France
  • 1947 : Henri Gaubert pour Les charrettes de la guillotine
  • 1950 : Robert Burnand pour Le duc d’Aumale et son temps
  • 1953 : Georges Benoit-Guyod pour Le conscrit de 1913
  • 1956 : Constantin de Grunwald pour Alexandre Ier le Tsar mystique
  • 1959 : Frédéric-Marie Bergounioux pour La préhistoire et ses problèmes
  • 1962 : Marcel Thomas pour L’affaire sans Dreyfus
  • 1965 : Paul Zumthor pour Guillaume le Conquérant et la civilisation de son temps
  • 1968 : Léon Gorny pour Les Politiques européennes face aux États-Unis
  • 1971 : Ferdinand Boyer pour Le monde des arts en Italie et la France de la Révolution et de l’Empire
  • 1971 : Bertrand de La Grassière ou Paul Bertrand pour Le chevalier au vert lion
  • 1971 : Gilbert Charles-Picard pour Vie et mort de Carthage
  • 1974 : Bernard Beugnot pour Jean-Louis Guez de Balzac. Les entretiens
  • 1974 : Gérard Tougas pour Les écrivains d’expression française et la France
  • 1979 : Marcel Gillet pour L’homme et sa structure. Essai sur les valeurs morales
  • 1979 : Jacques Loew et Michel Meslin pour Histoire de l’Église par elle-même
  • 1980 : René Digo pour De l’ennui à la mélancolie
  • 1983 : Jean Chélini pour Les chemins de Dieu. Histoire des pèlerinages chrétiens, des origines à nos jours
  • 1983 : Edgar Morin pour Science avec conscience

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier