Guillaume Angebault

prélat catholique

Guillaume-Laurent-Louis Angebault
Image illustrative de l’article Guillaume Angebault
Priant de Mgr Angebault en la cathédrale Saint-Maurice d'Angers.
Biographie
Naissance
à Rennes (Bretagne)
Ordination sacerdotale
Décès (à 79 ans)
à Angers (Maine-et-Loire)
Évêque de l'Église catholique
Consécration épiscopale par
Mgr Jean-François de Hercé
Évêque d'Angers

Blason
In te confido
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Guillaume-Laurent-Louis Angebault, né le à Rennes et mort le , est un prélat français qui fut évêque d'Angers.

BiographieModifier

Guillaume Angebault naît à Rennes où son père plaide au Parlement de Bretagne. À la suppression des Parlements, ses parents se réfugient à Nantes. Son père le destine au barreau ; sa mère ne peut se faire à l’idée de le voir prêtre, mais Guillaume, brillant élève, de santé fragile, est très déterminé. Il est élève au collège de Beaupréau sous la direction de l'abbé Mongazon, puis s'en va étudier à Paris, chez l'abbé Liautard et ensuite au séminaire de Chavagnes-en-Paillers. Il devient élève au séminaire de Nantes avant d'être ordonné prêtre à Angers en [1].

Nommé vicaire à Saint-Donatien de Nantes, ses nombreuses compétences sont vite reconnues : il est nommé secrétaire à l’évêché en 1817, vicaire général honoraire en 1830 et grand-vicaire en 1832. Mgr de Guérines, évêque de Nantes, l'appelle la « perle de son diocèse ». Il fonde en 1830 le collège Saint-Stanislas de Nantes[1]. En 1833, il lui ajoute la charge de directeur spirituel des sœurs de Saint-Gildas dont il obtient en 1836 la reconnaissance[1].

Appelé à succéder à Mgr Paysant, il devient évêque d'Angers le . Il participe à la construction de plus de 250 églises ou chapelles de son diocèse, mais qui, selon le chanoine Houdebine, « ne sont que des pastiches […] sans caractère et sans nom, […] sans proportion avec les besoins […] des paroisses »[1].

Il établit de nombreuses congrégations religieuses, dont les sœurs gardes-malades de l’Espérance en 1842, les Petites Sœurs des Pauvres en 1855, les Carmélites en 1858, les Visitandines en 1863. Il fait également venir les Lazaristes et les Oblats de Marie-Immaculée en 1860, et les Prêtres du Saint-Sacrement en 1862[1].

Concernant l'enseignement et l'éducation, il se pose en défenseur de la loi Falloux sur la liberté de l'enseignement. Il remet sur pied le séminaire de Mongazon à Angers et le collège de Combrée. Il fonde un des plus anciens cercles ouvriers, le cercle-patronage de Notre-Dame-des-Champs à Angers[1].

Fidèle à Rome, il rétablit la liturgie romaine en Anjou, forçant le clergé à abandonner certains rites locaux[1].

Il aide à la fondation des religieux de Saint Vincent de Paul à Paris, dont le cofondateur, Clément Myionnet, est son fils spirituel.

Il meurt le à Angers. Son tombeau est inauguré dans la cathédrale d'Angers le [1].

ArmesModifier

D'azur à une croix d'argent et une ancre liées de même en sautoir[2].

DécorationModifier

  Chevalier de la Légion d'honneur[3] le .

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g et h Port 1965, p. 30
  2. Comte de Saint Saud, Armorial des prélats français du XIXe siècle, Paris, 1906, H. Daragon, 415p., p.53. Consultable sur Gallica.
  3. « Cote LH/37/69 », base Léonore, ministère français de la Culture

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Abbé L. Gillet, Vie de Mgr Angebault - Évêque d'Angers - Assistant au trône pontifical - Chevalier de la Légion d'Honneur, Angers, Germain et G. Grassin, , 522 p. (lire en ligne)
  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne)

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :