Ouvrir le menu principal

Pour une définition générale de "gueniza", voir l'article ainsi nommé.
Une lettre autographe d'Avraham, le fils de Moïse Maïmonide, l'un des nombreux documents conservés dans la Gueniza

La Gueniza du Caire (hébreu : גניזת קהיר Guenizat Qahir) est un dépôt d'environ 200 000[1] manuscrits juifs datant de 870 à 1880 qui se trouvaient dans la gueniza de la synagogue Ben Ezra du Caire, en Égypte. Au total, les historiens ont identifié plus de sept mille documents dont la moitié ont été conservés dans leur intégralité[2]. Leur importance dans l'enrichissement de l'historiographie est considérable.

Ces textes sont écrits en hébreu, en judéo-arabe et en arabe sur des supports variés (vélin, papier, tissu ou papyrus). Les thèmes abordés sont très divers (vie quotidienne, échanges commerciaux, litiges juridiques, traductions, commentaires et copies de la Torah, grammaires hébraïques, etc.)[3]. Certains textes apportent de nombreuses informations sur Moïse Maïmonide.

L'étude de ces archives a été entreprise à la fin du XIXe siècle par le professeur Solomon Schechter. En 1897, il acheta une grande partie des documents et les apporta à Cambridge. Dans les années 1930, Jacob Mann édita et publia des documents de la Gueniza. Mais c'est Shlomo Dov Goitein (1900-1985) qui consacra sa vie à l'étude de ces archives.


DécouverteModifier

La guenizah est une pièce à archives de la synagogue Ben Ezra du vieux Caire, fondée en 882, où les manuscrits se sont accumulés depuis le Xe siècle. Cette pièce était fermée de tout côté, sans porte ni fenêtre, avec une sorte de grenier dont l'accès se faisait à l'aide d'une échelle puis en rampant. C'est dans ce grenier que les manuscrits ont été découverts[4].

 
Solomon Aaron Wertheimer, pionnier de la guénizah, 1920

L'importance de la gueniza du Caire a été reconnue pour la première fois par Jacob Halevi Saphir, un voyageur et chercheur juif (1822-1886), qui en a donné une description publiée en Allemagne, après son voyage en Egypte en 1864. Il raconte avoir été obligé de supplier les responsables de la synagogue pour avoir accès à sa guénizah[4].

En 1893, le rabbin (en) Salomon Aaron Wertheimer de Jérusalem a déjà acheté plusieurs documents de la guénizah aux antiquaires pour touristes, malgré ses faibles moyens[4], et publie le premier volume de « séminaires » contenant des petits manuscrits du dépôt[5]. Durant plusieurs années, il essaie de vendre à la British Library ces documents de la Guenizah pour quelques centimes de dollar mais beaucoup sont refusés[6],[7]. Véritable pionnier du dépôt du Caire, il semble que l'histoire de lui rende pas justice ; ses descendants s'en plaignent encore[4].

A l'époque et qui plus est après le passage de Salomon Aaron Wertheimer, du matériel de la guénizah commence à sortir du dépôt pour être revendu aux touristes de passage en guise de souvenirs.

Justement en 1896, deux sœurs savantes écossaises, Agnes Smith Lewis et Margaret Dunlop Gibson, visitent Le Caire et achètent dans un magasin d'antiquités plusieurs pages de manuscrit ancien écrites en lettres hébraïques, qu'elles montrent à Solomon Schechter, professeur de littérature rabbinique à Cambridge, qui se rend sans plus attendre au Caire le 13 mai 1896 et en rapporte plus d'un millier de pièces pour ce premier voyage[4].

Le professeur Schechter décrit dans un article publié dans « The Times » de Londres en 1897, à quel point les nuages de poussières soulevés dans l'obscurité de cette guéniza ont failli l'étouffer[4]. Il obtient ensuite une aide spéciale pour les études judaïques du chercheur (en) Charles Taylor (1840-1908). Il demande l'aide d'autres personnalités juives, chrétiennes et de diplomates. Schechter est recommandé, entre autres, par le grand-rabbin d'Angleterre au grand rabbin du Caire afin d'obtenir la coopération des dirigeants communautaires et de ceux de la synagogue Ibn Ezra en Egypte.

C'est donc surtout le travail - dans des conditions pénibles - de Solomon Schechter dans la dernière décennie du XIXe siècle qui a attiré l'attention des érudits et du public sur les trésors que la guenizah contenait[8].

Découverte récenteModifier

En 2006, un lot de documents de la guénizah du Caire, oubliés depuis plus d'un siècle, est découvert à l'université de Genève[9].

Chronologie des premières étudesModifier

Les premières études des documents de la guénizah sont effectuées par les premiers découvreurs : le chercheur Jacob Saphir en 1864 puis le rabbin Wertheimer en 1893, suivi par le professeur Schechter en 1897.

Dans les années 1930, Jacob Mann édita et publia des documents de la Gueniza. Mais c'est Shlomo Dov Goitein (1900-1985) qui consacra sa vie à l'étude de ces archives. Il en a tiré un tableau du quotidien des communautés juives et des liens entre elles. Il a publié son travail à partir de 1967 sous le titre : A Mediterranean Society. The Jewish Communities of the Arab World as Portrayed in the Documentation of the Cairo Geniza, en six volumes dont les deux derniers ont vu le jour après sa mort[2].

ContenuModifier

Nature des manuscritsModifier

 
Fragment d'une Haggadah trouvé dans la guenizah

« Les plus nombreux sont des documents juridiques (dépositions, rapports de tribunaux, contrats de mariage, déclarations de divorce, testaments...). Viennent ensuite la correspondance (lettres commerciales, d'affaires, échanges épistolaires privés...) et les documents administratifs (inventaires, rapports, requêtes diverses) »[8].

« Grâce à eux, il est possible de se faire une idée de la vie quotidienne dans le monde méditerranéen judéo-arabe, en particulier du Xe au XIIIe siècle, avec une qualité de détails que même les sources islamiques ne donnent pas »[10].

S'y trouvent aussi des documents religieux, des fragments de la traduction de la Bible en grec par Aquila de Sinope, du Talmud, de ses commentaires, du Coran, des poèmes liturgiques, de la mystique juive...[4]

A cela, s'ajoutent des grammaires hébraïques, des poèmes...

Le climat sec de l'Egypte a aidé à la conservation de ces documents.

LanguesModifier

Bon nombre de ces documents ont été écrits en langue arabe mais en utilisant l'alphabet hébraïque : c'est ce que l'on appelle le judéo-arabe[11]. Comme les Juifs considèrent l'hébreu comme la langue de Dieu et l'écriture hébraïque comme celle de Dieu lui-même, une langue sainte, il n'était pas possible de détruire les textes, même longtemps après qu'ils ne servaient plus à rien. Devenus inopérants, ces documents ont été placés dans la guénizah car ils étaient écrits à l'aide de l'alphabet hébraïque et certains contenaient même le nom de Dieu.

« Certains documents de la Guenizah sont rédigés en hébreu, d'autres sont écrits en arabe, mais transcrits en lettres hébraïques (judéo-arabe), ou directement écrits et transcrits en arabe »[12].

Période et provenanceModifier

 
Lettre de Baruch ben Isaac d'Alep par Ovadia le Prosélyte, XIIe s. (Bodleian Library, Oxford)

« L'essentiel des documents préservés à la Geniza y a été déposé aux époques fatimide et ayyubide (969-1250). Son « approvisionnement » régulier a pu être établi à partir de l'année 1002 et jusqu'à la fin du XIIIe siècle, puis s'est affaibli durant la période mamelouke (XIVe et XVe siècles). Les quatre derniers siècles (XVIe et XIXe siècles), sont bien moins représentés que l'époque médiévale »[8].

La provenance géographique des manuscrits est diverse. Les juifs d'Égypte n'étaient pas les seuls à déposer là leurs textes. Les Juifs d'Espagne, qui se sont réfugiés au Moyen-Orient en 1492, à la suite de leur expulsion (voir le Décret de l'Alhambra) ont ajouté les leurs ; d'où un accroissement du nombre de documents vers 1500. Ce sont en particulier eux qui ont apporté au Caire plusieurs documents qui jettent un nouvel éclairage sur l'histoire des Khazars et de la Rus' de Kiev, à savoir la correspondance entre Hasdaï ben Shatprut, vizir juif du calife de Cordoue Abd al-Rahman III, et Joseph, souverain des Khazars, dite la Correspondance khazare ainsi que la Lettre Schechter et la Lettre de Kiev. Les Juifs du Liban, de Syrie, du Yémen, du Maghreb (Tunisie, Maroc), de Sicile ont également contribué à enrichir ce dépôt de documents.

Intérêt historiqueModifier

Histoire sociale et économiqueModifier

 
Solomon Schechter étudiant des documents de la Guenizah vers 1895

Les Juifs qui ont écrit les documents trouvés dans la gueniza connaissaient bien la culture et la langue de la société de leur temps ; ces documents ont une valeur inestimable pour établir comment on parlait et comprenait l'arabe à cette époque. Ils prouvent aussi que les Juifs qui les ont créés étaient pleinement intégrés dans la société de leur temps : ils pratiquaient les mêmes métiers que leurs voisins musulmans et chrétiens, y compris l'agriculture ; ils achetaient des propriétés à leurs contemporains, leur en vendaient ou leur en louaient.

On ne saurait exagérer l'importance d'un tel matériel quand il s'agit de reconstituer l'histoire sociale et économique pour la période située entre 950 et 1250. Un spécialiste du judaïsme, Shelomo Dov Goitein, a consacré sa vie à créer pour cette période de temps un index qui rassemble environ 35 000 individus. On y trouve environ 350 « personnalités » parmi lesquelles Maimonide et son fils Abraham, et 200 « familles parmi les mieux connues » ; il y est fait mention de 450 professions et de 450 sortes de biens. Il a identifié des objets en provenance d'Égypte, de Palestine, du Liban, de Syrie (mais pas de Damas ni d'Alep), de Tunisie, de Sicile et même issus du commerce avec l'Inde. Les villes mentionnées vont, d'est en ouest, de Samarkand (Ouzbékistan actuel, en Asie centrale) à Séville (Espagne actuelle) et Sijilmassa (Maroc actuel) ; du nord au sud de Constantinople (aujourd'hui Istanbul, en Turquie) à Aden (Yémen actuel) ; l'Europe n'est pas seulement représentée par les ports méditerranéens de Narbonne, Marseille, Gênes et Venise, car même Kiev et Rouen sont quelquefois mentionnés.

« Grâce à la guenizah du Caire, la vie des femmes, quasiment invisible dans la littérature élevée de l'époque, peut être vue avec une grande clarté. Les femmes étaient nombreuses à avoir des activités rémunérées et, dans de nombreux cas, elles pouvaient conserver leurs gains. L'industrie textile - broderie, filage, tissage, et teinture de la soie - était leur domaine principal, mais elles se livraient aussi à la médecine (non en tant que médecins régulièrement formés mais comme praticiennes d'une médecine populaire, sages-femmes et épilatrices) ; elles étaient astrologues, diseuses de bonne aventure, courtiers engagés dans la vente de produits fabriqués par d'autres femmes »[13].

Le matériel non-littéraire, qui comprend des documents judiciaires, des écrits juridiques et la correspondance de la communauté juive locale (par exemple, la Lettre des Anciens parmi les Karaïtes d'Ascalon), est impressionnant : Goitein a estimé qu'il y avait « environ 10 000 documents d'une certaine longueur, dont 7 000 sont des unités indépendantes assez importantes pour être considérées comme les documents de valeur historique. Seule une moitié d'entre eux a été conservée plus ou moins complètement. »

Histoire de la pensée religieuseModifier

 
Tefiline trouvés dans la guénizah du Caire

Le matériel retrouvé comprend un grand nombre de livres, la plupart sous forme de fragments ; le nombre de leurs feuilles est estimé à 250 000, et elles comprennent des parties d'écrits religieux juifs et des fragments du Coran. Particulièrement intéressants pour les biblistes sont plusieurs manuscrits incomplets du Siracide en hébreu[14], que l'on ne connaissait qu'en grec jusqu'alors[15]. D'un intérêt particulier également fut la découverte d'un fragment dit Écrit de Damas (ou Document sadocite), pour son lien avec le manuscrit de la mer Morte appelé Manuel de discipline (1QS) retrouvé à Qumrân[16], édité en 1910 par Schechter[17], ainsi qu'un texte hébreu des Ecclésiastes datant de 200 avant l'ère commune[8]. Plusieurs fragments des Hexaples d'Origène furent découverts (Rois[18], Proverbes, Psaumes)[19].

Les documents bibliques n'ont montré que de rares variantes, et sont surtout remarquables pour leur vocalisation : en effet, ils indiquent qu'au fil du temps les textes ont été de plus en plus vocalisés selon le système de Tibériade[20]. Paul E. Kahle (en) tira sa théorie des textes multiples principalement de la gueniza du Caire[21].

C'est également grâce aux manuscrits de la Guenizah du Caire que le professeur Norman Golb, de l'Université de Chicago, a pu révéler l'importance de l'académie rabbinique (yeshivah) de Rouen, une des plus prestigieuses d'Europe, où enseignaient des maîtres aussi réputés que Rashbam (petit-fils de Rashi de Troyes), Abraham Ibn Ezra, Menahem Vardimas, Sire Morel de Falaise, Eliezer de Touques ou Samson de Chinon.

« Il n'y a guère de domaine scientifique relatif à la Bible, au judaïsme, au Talmud, à la poésie, à la langue, à l'histoire, qui n'est pas aidé par les trésors cachés à Cambridge »[4],[22].

ArchivageModifier

 
Logotype du projet Caire Geniza dans Zooniverse

En 1897, alors qu'une partie des manuscrits sont déjà dispersés dans diverses bibliothèques du monde (Saint-Pétersbourg, Paris, Londres, Oxford, New York), les 140 000 derniers fragments sont transférés par Schechter à l'université de Cambridge.

Ces documents ont maintenant été archivés dans plusieurs bibliothèques en Amérique et en Europe. Ceux qui avaient été transférés notamment à Berlin, Francfort et Varsovie ont été perdus au cours de la Seconde Guerre mondiale.

La collection Taylor-Schechter de l'Université de Cambridge[23] au Royaume Uni comprend 140 000 manuscrits (près de 350 000 pages), soit entre 60 % et 70 % du corpus[24],[9] ; 40 000 autres se trouvent au Jewish Theological Seminary of America. La Bibliothèque de la John Rylands University à Manchester contient elle aussi une collection de plus de 11 000 fragments, en cours de numérisation pour être téléchargés vers une archive en ligne. D'autres documents sont répartis dans des collections privées et 75 bibliothèques dans le monde : notamment au Westminster College, à Oxford, à Birmingham ; à New York, à Cincinnati, à Philadelphie, à Toronto ; à Paris, à Strasbourg, à Vienne, à Genève ; à Leningrad et en Israël[24].

En 1999, le milliardaire juif canadien Dr Dov Friedberg entreprend un projet (Friedberg Genizah Project) pour localiser toutes les parties du référentiel dispersées dans le monde, enquêter, identifier, photographier et interpréter les milliers de fragments et de documents d'entre eux afin de pouvoir les télécharger sur l'Internet. Plusieurs professeurs de l'université hébraïque de Jérusalem et de l'université Bar Ilan sont investis dans ce coûteux projet[25]. Le site est mis en ligne en 2007 et la qualité de la photographie est telle que les documents sont parfois plus lisibles à l'écran que l'original.

Trois ans plus tard, la plupart des documents ont été photographiés des collections de Cambridge University Press , la collection Jacques Mosseri, la bibliothèque du British Museum, la bibliothèque de l'université de Haïfa, le Séminaire théologique juif de New-York, l'université de Tel Aviv, la bibliothèque nationale de Jérusalem, la bibliothèque des Sciences de Budapest (collection Geniza Kaufman), etc.

Notes et référencesModifier

  1. P. Guillemette et M. Brisebois, Introduction aux méthodes historico-critiques, Fides, 1987, p. 99 ; Ernst Würthwein, The Text of the Old Testament, Wm. B. Eerdmans Publishing Co., Grand Rapids, Michigan, 19952, p. 33 ; voir The Cairo Genizah sur The Friedberg Jewish Manuscripts Society
  2. a et b Sous la direction d'Antoine Germa, Benjamin Lellouch et Evelyne Patlagean, Les Juifs dans l'histoire, Paris, Champ Vallon, , 913 p. (ISBN 978-2-87673-555-2), p.165
  3. Paul E. Kahl, The Cairo Geniza, Basil Blackwell, New York, 1959, p. 12
  4. a b c d e f g et h (he) זאב גלילי, « אוצרות הגניזה של קהיר יגיעו בקרוב לכל מחשב בישראל », sur היגיון בשיגעון,‎ (consulté le 2 août 2019)
  5. (he) Rabbi Moché Wertheimer, « תל־אב יב־ באותם ה י מ י ם » [« Lettre à l'éditeur : Qui a découvert le dépôt du Caire »], sur jpress.org.il, Maariv,‎ (consulté le 3 août 2019)
  6. Reif, Stefan C., A Jewish Archive from Old Cairo: The History of Cambridge University's Genizah Collection, Culture and civilisation in the Middle East. Richmond, Surrey: Curzon, 2000, p. 71. Lire en ligne
  7. (en) Stefan C. Reif, A Jewish Archive from Old Cairo: The History of Cambridge University's Genizah Collection, Psychology Press, (ISBN 9780700712762, lire en ligne)
  8. a b c et d Mireille Tièche-Loubet, « La langue judéo-arabe à travers les documents de la Geniza du Vieux-Caire », Égypte/Monde arabe, Première série, 27-28 | 1996, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 26 mai 2017. URL : http://ema.revues.org/1925 ; DOI : 10.4000/ema.1925
  9. a et b (he) David Rosenthal (Résumé : Une nouvelle collection de documents de la Guenizah du Caire est (re)découverte à l'université de Genève après 110 ans), « אשר ברא יין עסיס ותירוש טוב », הארץ,‎ (lire en ligne, consulté le 4 août 2019)
  10. Raymond P. Scheindlin, "Marchands et intellectuels, rabbins et poètes. La culture judéo-arabe à l'Âge d'or de l'islam", Les Cultures des Juifs, dir. David Biale, éd. de l'Eclat, 2002, p. 301-367 (p. 312)
  11. "C'est l'écriture hébraïque, en matière de graphie, et d'autre part l'arabe, en matière de langue, qui caractérisent les archives d'intérêt documentaire et littéraire de la Geniza", Mireille Tièche-Loubet, « La langue judéo-arabe à travers les documents de la Geniza du Vieux-Caire », Égypte/Monde arabe, Première série, 27-28 | 1996, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 26 mai 2017. URL : http://ema.revues.org/1925 ; DOI : 10.4000/ema.1925
  12. L'autorité de l'écrit au Moyen Âge, p. 278, consultable en ligne : https://books.google.fr/books?id=z7ceJTf2gQwC&lpg=PA278&dq=gueniza%20du%20caire%20jud%C3%A9o-arabe&hl=fr&pg=PA278#v=onepage&q=gueniza%20du%20caire%20jud%C3%A9o-arabe&f=false
  13. Raymond P. Scheindlin, "Marchands et intellectuels, rabbins et poètes. La culture judéo-arabe à l'Âge d'or de l'islam", Les Cultures des Juifs, dir. David Biale, éd. de l'Eclat, 2002, p. 301-367 (p. 313)
  14. S. Schechter et C. Taylor, The Wisdom of Ben Sira, portion of the Book Ecclesiasticus from Hebrew manuscripts in the Cairo Genizah, Cambridge University Press, 1899
  15. E. Würthwein, The Text of the Old Testament, Wm. B. Eerdmans Publishing Co., Grand Rapids, Michigan, 19952, p. 34
  16. E. Würthwein, The Text of the Old Testament, Wm. B. Eerdmans Publishing Co., Grand Rapids, Michigan, 19952, p. 35
  17. S. Schechter, Documents of Jewish sectaries. Volume I : Fragments of a Zadokite Work, Cambridge University Press, 1910.
  18. F. C. Burkitt, Fragments of the Books of Kings according to the translation of Aquila, Cambridge University Press, 1897
  19. M. Harl, G. Dorival et O. Munnich, La Bible grecque des Septante, du judaïsme hellénistique au christianisme ancien, Cerf, 1988, p. 144
  20. P. D. Wegner, Textual Criticism of the Bible, InterVarsity Press, 2006, p. 156
  21. E. Tov, Textual Criticism of the Hebrew Bible, Fortress Press, 19922, p. 185
  22. (en) « Scribes of the Cairo Geniza », sur www.zooniverse.org (consulté le 4 août 2019)
  23. (en) « Search » [« Page de recherche »], sur cudl.lib.cam.ac.uk, Cambridge Bibliothèque numérique (consulté le 4 août 2019)
  24. a et b (he) זאב גלילי (Zeev Galili), « כל הגניזה כבר נמצאת במחשב שלך » [« Chaque dépôt est déjà sur votre ordinateur »], sur היגיון בשיגעון,‎ (consulté le 2 août 2019)
  25. (he) Alex Doron, « « Genizah » : Maintenant en ligne », sur www.makorrishon.co.il, (consulté le 2 août 2019)

Voir aussiModifier

Liens externesModifier