Ouvrir le menu principal

Groupe de ravitaillement en vol 02.091 Bretagne

Groupe de ravitaillement en vol 2/91 « Bretagne »
Création
Pays Drapeau de la France France
Branche French-roundel.svg Armée de l'air
Rôle Ravitaillement en vol
Effectif ~ 500[1]
Fait partie de 31e escadre aérienne de ravitaillement et de transport stratégiques
Composée de 4 escadrilles (BR 108, VR 25, BR 129 et SAL 22)
Garnison BA 125 Istres
Ancienne dénomination GRV 93 « Bretagne »
Équipement C-135FR

Airbus A330 MRTT

Guerres Seconde Guerre mondiale
Guerre de Bosnie-Herzégovine
Guerre du Kosovo
Guerre d'Afghanistan
Première guerre civile libyenne
Guerre du Mali
Fourragères Fourragère de la guerre 1939-1945 aux couleurs du ruban de la Légion d'Honneur
Décorations Croix de guerre 1939-1945 avec six palmes de bronze

Croix de la valeur militaire avec une palme de bronze et deux étoiles d'argent Médaille de la Résistance française avec rosette

Le groupe de ravitaillement en vol 02.091 « Bretagne »[2] est une unité de l'Armée de l'air française spécialisée dans les missions de ravitaillement en vol. Implantée sur la base aérienne 125 à Istres elle est actuellement équipée de Boeing C-135FR et KC-135RG.

Titulaire de six citations à l'ordre de l'armée pendant la Seconde Guerre mondiale, le groupe de bombardement « Bretagne » dont il a repris les traditions s’est vu attribuer la fourragère de la guerre 1939-1945 aux couleurs du ruban de la Légion d’honneur[3].

Sommaire

HistoriqueModifier

Le groupe de bombardement « Bretagne » est créé le à Fort-Lamy, au Tchad, à partir du détachement permanent des Forces aériennes au Tchad (DPFAT). Devenu groupe de bombardement moyen II/20 « Bretagne », il participe aux campagne du Fezzan, de Tunisie à la d'Italie, à la libération de l'Alsace et aux bombardements sur l'Allemagne.

En 1946, il devient un groupe de transport, puis est renuméroté I/63 « Bretagne » en . Il opère en Afrique, jusqu'à sa dissolution en 1963.

L'escadron de bombardement 2/91, créé auparavant le au sein de la 91e escadre de bombardement, reprend les traditions du « Bretagne ». Le , le premier Mirage IVA arrive à l'escadron. Après un largage sur le champ de tir de Colomb-Béchar, l'escadron est opérationnel en et s'intègre dans le plan d'ensemble de la force de dissuasion nucléaire jusqu'à sa dissolution, le .

 
Un C-135FR ravitaillant deux Mirage 2000 français et un F/A-18 américain durant l'opération Southern Watch, le .

La première unité de l’armée de l’air à être équipée de moyens de ravitaillement en vol était le 90e escadre en . Initialement équipés de douze C-135FR, la 90e escadre de ravitaillement en vol (ERV) et les ravitailleurs sont répartis au sein de trois escadres de bombardement mixtes Mirage IV/C-135FR en 1965. En 1976, les escadrons de ravitaillement en vol sont réunis au sein de la 93e escadre de ravitaillement en vol jusqu'en 1993.

Le , les escadrons de ravitaillement en vol 1/93 « Aunis » et 3/93 « Landes » sont dissous. Les moyens de ravitaillement en vol de ces deux escadrons sont regroupés au sein du nouvel ERV 93 « Bretagne » créé le même jour. Il devient alors la seule unité de l'armée de l'air à mettre en œuvre des ravitailleurs C-135FR. Les deux escadrilles du « Landes » (SPA Bi 54 et SAL 22) sont préservées au sein de l'ERV 93, en plus des traditionnelles escadrilles « Rennes » et « Nantes ».

Le , l'ERV perd l'appellation d'escadron pour devenir groupe et devient le groupe de ravitaillement en vol 00.093 « Bretagne ».

Depuis , le « Bretagne » a repris l'appellation groupe de ravitaillement en vol 02.091.

En 2010, l'effectif est d'environ 500 personnes dont 28 équipages composés d'un pilote, d'un copilote, d'un navigateur et d'un opérateur de ravitaillement en vol pour les 14 avions C-135 alors en ligne et 370 mécaniciens[1].

En 2012, les escadrilles « Rennes », « Nantes » et SPA Bi 54 sont dissoutes pour laisser place aux BR 108, VR 25 et BR 129.

Le , la 31e escadre aérienne de ravitaillement et de transport stratégiques est créée sur la base aérienne 125 Istres-Le Tubé[4]. Elle rassemble le GRV 2/91 « Bretagne » et l’escadron des soutiens techniques spécialisés (ESTS) 15/93.

Le 27 septembre 2018, l'escadron réceptionne le premier Airbus A330 MRTT de l'Armée de l'air. L'appareil s'est posé sur la base aérienne 125. Cet avion est le MRTT 41.

Dans les années 2020, les capacités de transport stratégique de l’Escadron de transport 3/60 Estérel équipé en 2018 de 4 Airbus A310-300 et 2 Airbus A340-200 et de ravitaillement en vol du Groupe de ravitaillement en vol 02.091 Bretagne seront fusionnées au sein d'un escadron unique stationné sur la base aérienne 125 Istres-Le Tubé et doté de l'Airbus A330 MRTT Phenix[5].

MissionsModifier

 
C-135FR sur la base aérienne de Manas, au Kirghizistan.

La mission principale de cette unité aérienne s’inscrit dans le soutien ravitaillement en vol et transmissions des Mirage 2000N et des Rafale (F3) des Forces aériennes stratégiques.

En 2010, elle réalise 51 % de ses missions hors métropole, 40 % concernent les opérations extérieures, et elle a effectué 4 000 ravitaillements en vol en métropole[1].

 
Un C-135 en cours de maintenance sur la base aérienne de Manas en 2009.

Depuis les années 1980, les C-135 ont participé aux opérations suivantes :

EscadrillesModifier

Le GRV 2/91 « Bretagne » est composé de quatre escadrilles :

  • BR 108 « Pégase » (pilotes) ;
  • VR 25 « Étoile américaine » (navigateurs) ;
  • BR 129 « Lapin trimardeur » (ravitailleurs) ;
  • SAL 22 « Louve Romaine » (Centre de formation des équipages ravitailleurs).

AppareilsModifier

Ce groupe est actuellement le seul dans l'armée de l'air française à avoir des ravitailleurs en vol :

  • onze Boeing C-135FR, douze exemplaires achetés à l'origine, première livraison en 1964, un perdu en 1972 ;
  • trois Boeing KC-135RG venant de l'US Air Force, achetés en 1997 ;
  • un Airbus A330 MRTT, réceptionné en 2018.

Fin 2014, il est annoncé une commande de douze Airbus A330 MRTT Phénix livrable de à un à deux exemplaires par an à partir de 2018, pour remplacer les quatorze C-135 ainsi que les trois Airbus A310 et les deux Airbus A340 en service à cette date dans l'Armée de l'air française[6]. En septembre 2018, il est annoncé une accélération des livraisons avec 12 appareils livrés en 2023 et une prévision pour 3 autres exemplaires ensuite[7].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Appellations successivesModifier

  1. Groupe de bombardement « Bretagne » : de 1942 à 1943
  2. Groupe de bombardement Moyen II/20 « Bretagne » : de 1943 à 1944
  3. Groupe de bombardement II/20 « Bretagne » : de 1944 à 1946
  4. Groupe de transport II/20 « Bretagne » : de 1946 au
  5. Groupe de transport I/63 « Bretagne » : du à 1963
  6. Escadron de bombardement 2/91 « Bretagne » : du au
  7. Escadron de ravitaillement en vol 94 « Bretagne » : du au
  8. Groupe de ravitaillement en vol 94 « Bretagne » : du au
  9. Groupe de ravitaillement en vol 2/91 « Bretagne » : depuis le

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Hubert Ronsin, Olivier Roquefeuil et Jean-Baptiste Soubrier, L'armée, pourquoi faire ? : 200 questions pour mieux comprendre, Regi Arm, , 121 p. (ISBN 979-1091483001), p. 98.
  2. « Groupe de ravitaillement en vol 02.091 «Bretagne» », sur www.defense.gouv.fr, (consulté le 18 juillet 2018).
  3. « Unités décorées de la croix de la valeur militaire avec palme à titre collectif au titre des opérations extérieures », sur www.legion-honneur-dplv-ls.net (consulté le 18 juillet 2018).
  4. « Les premières escadres de l’armée de l’air », sur www.defense.gouv.fr, (consulté le 19 mai 2017).
  5. Ouest France, « 12 MRTT Phenix en commande pour l'armée de l'air », .
  6. Philippe Chapleau, « 12 MRTT "Phénix" en commande pour l'armée de l'air », sur ouest-france.fr, (consulté le 24 novembre 2014).
  7. Laurent Lagneau, « La ministre des Armées confirme l’accélération des livraisons d’avions ravitailleurs A330 MRTT « Phénix » », sur http://www.opex360.com/, (consulté le 30 décembre 2018).