Ouvrir le menu principal

Griko (Grico)
Κατωιταλιώτικα
Pays Italie
Région Calabre, Pouilles
Nombre de locuteurs 10 500 en Pouilles (environ 20 000 en 1981 en Pouilles)
Typologie SVO syllabique
Classification par famille
Codes de langue
Linguasphere 56-AAA-aia

Le griko ou grico est un dialecte grec, comportant des similarités avec l'italien et parlé dans le sud de l’Italie. Les Grecs l’appellent Katoitaliótika (Κατωιταλιώτικα), « italien méridional ».

Sommaire

DomaineModifier

 
« Grèce salentine » et « Bovésie ».

Il ne subsiste que deux petites communautés parlant le griko, en Calabre, dans la région de Bova, et dans les Pouilles, dans la région du Salento. L’aire de répartition du griko consiste en neuf villages dans la région de Grecìa Salentina (Calimera, Martano, Castrignano de' Greci, Corigliano d'Otranto, Melpignano, Soleto, Sternatia, Zollino, Martignano) pour un total de 40 000 habitants dont environ 10 000 seraient locuteurs en 2017.

L’aire katoitaliótique de Calabre comprend aussi neuf villages en Bovésie et quatre districts de la ville de Reggio Calabria, mais sa population est nettement inférieure et compterait quelque 500 locuteurs en 2017.

HistoireModifier

L’origine de ces communautés a fait l’objet d’une longue controverse. Certains, comme Gerhard Rohlfs[1] ou Anastasios Karanastasis[2], ont soutenu l’idée d’une continuité directe depuis les antiques colonies grecques de la Grande Grèce jusqu’à nos jours, en s’appuyant sur les différences entre griko et grec moderne, et sur l’influence latine, apparemment ancienne dans le premier. D’autres comme O. Parlangeli et G. Morosi au contraire, favorisent l’idée d’une origine plus tardive, liée à l’immigration de populations hellénophones au Moyen Âge, en s’appuyant sur la ressemblance du griko avec le grec moderne, rendant ces deux langues partiellement inter-compréhensibles.

Comme souvent dans ce genre de controverses, les deux hypothèses ne s’excluent pas forcément, car il a pu y avoir immigration médiévale sur un substrat local antérieur, les deux populations s’assimilant.

 
Aperçu diachronique de la diffusion du Griko calabrais : bleu : jusqu’au XVe siècle, violet : jusqu’au XVIe siècle, jaune : jusqu’au XIXe siècle, orange : jusqu’au XXe siècle, rouge : situation présente de la langue.

ExempleModifier

Voici un exemple de Matinata (« sérénade »), une chanson populaire en griko :

GrikoModifier

Εβώ πάντα σε σένα πενσέω,
γιατί σένα φσυχή μου ’γαπώ,
τσαι που πάω, που σύρνω, που στέω
στην καρδιά μου πάντα σένα βαστώ.

Translittération :
Evò panta se sena pensèo,
jatì sena fsichì mu ’gapò,
ce pu pao, pu sirno, pu steo
stin kardìa mu panta sena vastò.

Grec moderneModifier

Εγώ πάντα εσένα σκέφτομαι,
γιατί εσένα ψυχή μου αγαπώ,
και όπου πάω, όπου σέρνομαι, όπου στέκομαι,
στην καρδιά μου πάντα εσένα βαστώ.

Translittération :
Ego panda esena skeftomai,
yiati esena psychi mou agapo,
kai opou pao, opou sernomai, opou stekomai,
stin kardia mou panda esena vasto.

FrançaisModifier

Je pense toujours à toi,
parce que je t’aime, mon âme,
et où que j’aille, où que je me traîne, où que je me trouve,
je te porterai toujours dans mon cœur.

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Gerhard Rohlfs, Vocabolario dei dialetti salentini, Congedo, 1956-57 (lire en ligne)
  2. Anastasios Karanastasis, Γραμματική των Ελληνικών ιδιωμάτων της Κάτω Ιταλίας [« Grammaire des dialectes grecs de l'Italie méridionale »], Athènes, Académie d'Athènes,‎ (lire en ligne)