Reggio de Calabre

ville d'Italie

Reggio de Calabre (en italien Reggio di Calabria /ˈrɛd͡ʒ:o ˌdikaˈlabrja/[2], Reghion en grec, Rège en Calabre en français[3]) habituellement appelée Reggio Calabria, souvent abrégé en R.C., est une ville d’Italie située dans le Sud de l'État, sur la côte de la péninsule. La ville est le siège du conseil régional de Calabre.

Reggio de Calabre
Reggio Calabria
Blason de Reggio de Calabre
Armoiries
Drapeau de Reggio de Calabre
Drapeau
Reggio de Calabre
Noms
Nom français Rège en Calabre
Nom calabrais Rrìggiu
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de Calabre Calabre 
Province Reggio de Calabre 
Maire
Mandat
Giuseppe Falcomatà
2014-2020
2020-
Code postal 89100
Code ISTAT 080063
Code cadastral H224
Préfixe tel. 0965
Démographie
Gentilé Reggini, aschenazi, ausoni (fr) rhégien/ne
Population 170 951 hab. ([1])
Densité 715 hab./km2
Géographie
Coordonnées 38° 06′ 41″ nord, 15° 39′ 43″ est
Altitude Min. 31 m
Max. 31 m
Superficie 23 904 ha = 239,04 km2
Divers
Saint patron San Giorgio
Fête patronale 23 avril
Localisation
Localisation de Reggio de Calabre
Localisation dans la province de Reggio de Calabre.
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
Reggio de Calabre
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
Reggio de Calabre
Géolocalisation sur la carte : Calabre
Voir sur la carte administrative de Calabre
Reggio de Calabre
Liens
Site web Site officiel

Avec 183 528 habitants recensés en 2021, Reggio de Calabre est la plus grande agglomération de la région Calabre, et la 21e au niveau national. Reggio de Calabre est au centre d'une zone touristique considérable de par son importance historique, culturelle et balnéaire ; c'est également un centre universitaire et le cœur d'une zone agricole particulièrement fertile grâce à son climat tempéré, avec la production d'huile d'olive, de vins, d'agrumes et de légumes, parmi lesquels se trouve la production typiquement locale de la bergamote. Cet agrume ne pousse qu'en terres reggine et il est ainsi devenu un des symboles de la ville[4].

Origine du nom

modifier

Au cours de son histoire millénaire, Reggio de Calabre a reçu plusieurs noms ou appellations, dont certains sont formels, qui correspondent à l'évolution de la ville au cours des différentes époques historiques :

Histoire

modifier

Antiquité

modifier
 
Les guerriers de Riace

Reggio de Calabre est, après Cumes, la plus ancienne colonie grecque d'Italie du Sud. Elle fut fondée par des zancléens et chalcidiens au VIIIe siècle av. J.-C. avec pour nom Rhegion, sur des installations remontant au IIIe millénaire av. J.-C. appelées Pallantiòn, auparavant occupées par des populations indigènes telles que les Auzones et les Œnotres du roi Italos (d'après lesquels la péninsule prit le nom d'Œnotrie ou Italie).

Reggio a été une des cités les plus importantes de la Grande-Grèce : elle détint un grand pouvoir politico-économique sous le gouvernement d'Anassile et exerça également une grande influence sur la cité de Zancle, qui lui faisait face. La polis eut également une grande renommée culturelle grâce à son école philosophique Pythagoricienne et ses écoles de sculpture et de poésie d'où sortirent des noms tels que Pythagore et Ibycos ; elle devint l'alliée d'Athènes lors de la guerre du Péloponnèse et fut ensuite vaincue par les Syracusains de Denys l'Ancien en 387 av. J.-C..

Moyen Âge

modifier

Capitale du duché de Calabre à partir du Moyen Âge, la ville subit diverses invasions. Dernière place grecque en Calabre face à l'avancée des Normands de Robert Guiscard et Roger de Hauteville, elle tombe à l'été 1060, et devient un des principaux pôles de l'Italie méridionale. Son histoire est aussi très liée à celle de la Sicile voisine, notamment lors des Vêpres siciliennes en 1282 où elle s'allie avec Messine et d'autres villes de la côte ionienne.

Jusqu'en 1570, les monastères de Reggio de Calabre et en particulier le monastère de San Nicola di Calamizzi, ont produit une énorme quantité de manuscrits connus dans le monde entier pour leurs extraordinaires qualités. Malheureusement, la ville a été dépouillée de ces œuvres qui sont conservées à la Bibliothèque apostolique vaticane de Rome, à la Bibliothèque Marciana de Venise, à la Bibliothèque nationale autrichienne de Vienne, au Monastère orthodoxe Saint-Jean le Théologien de Patmos en Grèce et plusieurs autres bibliothèques dans le monde.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les fréquentes incursions de barbares, les épidémies et la fiscalité oppressive de la domination espagnole ont entraîné le déclin de Reggio de Calabre, aggravé par les deux désastreux tremblements de terre de février et mars 1783 qui ont détruit presque toute la la ville et le sud de la Calabre. On a dénombré plus de 50 000 morts en Calabre et Sicile[5].

En 1806, Napoléon occupe la ville, la transformant en duché et y établi son quartier général. Il nomme son frère Joseph, Roi de Naples (1806-1808), puis Roi d'Espagne (1808-1813), qui fut un personnage important du dispositif mis en place par Napoléon pour asseoir sa souveraineté. Après l'échec de son frère, le 1er août 1808, il nomme son beau-frère, Joachim Murat, sous le nom de Joachim Napoléon Ier, Roi de Naples, trône qu'il occupera jusqu'au 2 mai 1815 avant d'être renversé par Ferdinand Ier. Au cours de ces neuf années d'occupation napoléonienne, de nombreux nobles et roturiers furent condamnés à mort ou à l'exil.

La ville a également été protagoniste de l'Expédition des Mille, fameux épisode du Risorgimento italien. À l'aube du 21 août 1860, y eut lieu la bataille de la Piazza Duomo, à la suite de laquelle Giuseppe Garibaldi a conquis la ville. Le maire, Bruno Antonio Rossi, fut le premier officiel du Royaume à proclamer la fin du règne de François II, roi des Deux Siciles et la prise de pouvoir de Garibaldi qui, en souvenir de la bataille, a écrit :

« « Un pied est enfin posé sur les rives souriantes de Reggio et avec une nouvelle gloire les Argonautes ornent en vain leur front d'épais croiseurs et de nombreuses armées ennemies en vain, le doigt de Dieu conduit la phalange tyrannicide et les armées et les remparts et les trônes sont renversés en vain. la poussière et le saint du droit et de la liberté de l'homme se lèvent à nouveau sur les ruines du crime, et le ciel sourit à l'humanité rachetée. » »

— (Giuseppe Garibaldi)

Époque moderne

modifier
 
La villa Zerbi

Reconstruite après les deux séismes de 1783, Reggio de Calabre est le théâtre de la bataille de la Piazza Duomo le , qui a opposé les troupes de Garibaldi à celles du Roi des deux Siciles lors de l'unification de l'Italie.

Après le tremblement de terre de 1908, qui a quasiment détruit les villes de Messine et de Reggio de Calabre, faisant 50 000 morts[6], la ville calabraise a été reconstruite suivant un plan en damier, urbanisme très en vogue en Italie à cette époque. L'architecture dominante du centre-ville est donc de type Liberty, la variante italienne de l'Art nouveau, mais on peut trouver quelques marques d'architecture néo-byzantine et néo-vénitienne avec la villa Zerbi (it) notamment.

Pendant le fascisme, la ville a abrité plusieurs structures militaires stratégiques pour le régime de Mussolini. C'est ce qui a justifié que les forces alliées, dans le cadre de l'opération Baytown, entre mai et septembre 1943, bombardèrent lourdement la ville pour ouvrir la route aux troupes de la 8e armée britannique. Les quartiers de Santa Caterina, Arangea, Tremulini et Sbarre ont été entièrement rasés, faisant 4 000 morts parmi la population civile, femmes et enfants en majorité.

Après la Seconde Guerre mondiale, la ville s'agrandit considérablement, doublant pratiquement sa population pour atteindre 200 000 résidents, accueillant de nombreux habitants des environs.

Au début des années 1970, Reggio de Calabre connait des bouleversements administratifs après les violentes émeutes de rue dues à la revendication du statut de capitale régionale qui, suite au nouveau statut régional, avait été attribuée à Catanzaro, ville importante située plus au centre de la région. La fin des troubles n'a été obtenue que grâce à un compromis qui prévoyait la division du siège institutionnel. Le gouvernement régional serait établi à Catanzaro, dans le bâtiment appelé Cittadella, avec la Présidence et la plupart des bureaux administratifs, tandis que le Conseil Régional serait à Reggio de Calabre au Palais Campanella.

Dans les années 1970, la ville a traversé une période sombre avec le développement du crime organisé qui a provoqué son déclin mais, à partir du début des années 1990, une période de renouveau que l'on appelle le « Printemps de Reggio » a commencé[7],[8],[9] grâce à Italo Falcomatà, le maire de l'époque, qui a permis à la ville de retrouver son identité et de promouvoir une importante et salutaire relance sociale et économique. La ville a été au centre d'une transformation urbaine et architecturale marquée par la modernité et l'innovation. Parmi les travaux les plus importants et marquants, on peut citer l'achèvement du Lungomare.

De 2002 à 2010, la ville a été dirigée par Giuseppe Scopelliti, créateur du modèle dit de Reggio. Il a organisé plusieurs événements sociaux dans la ville, en subventionnant ces activités avec une politique budgétaire très désinvolte. Après le contrôle des comptes par le gouvernement régional, des irrégularités sont apparues. La maire a été considéré responsable de la dette de 400 millions d'€uros accumulée par la mairie par un arrêt de la Cour de Cassation en 2018 dans l'affaire dite « Fallara »[10].

Lors des élections municipales de 2014, c'est le fils de l'ancien maire Italo Falcomatà (1993-2001), Giuseppe Falcomatà qui a été élu maire de Reggio de Calabre et réélu en 2020. Il est également élu maire de la Ville métropolitaine de Reggio de Calabre[11].

Géographie

modifier

Situation

modifier
Représentations cartographiques de la commune
 
  Municipio
 
Carte OpenStreetMap
 
Carte topographique
1 : carte dynamique ; 2 : carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique

Reggio de Calabre se situe à l’extrême pointe de la botte italienne, sur les pentes de l'Aspromonte, en position centrale dans la mer Méditerranée, sur la rive orientale du détroit de Messine (où l'on place la rencontre entre Ulysse et les monstres mythologiques Charybde et Scylla, décrite par Homère) d'où elle jouit d'un panorama exceptionnel sur la Sicile, sur l'Etna et sur les Îles Éoliennes.

Le territoire de la ville - défini au début du XXe siècle Grande Reggio - se trouve au centre d'un plus vaste ensemble (aire urbaine du détroit) d'environ 391 500 habitants comprenant de nombreuses villes entre Bagnara Calabra au nord et Melito di Porto Salvo au sud, et jusqu'au massif de l'Aspromonte. L'influence économique, culturelle ainsi que la fonction de pôle d'attraction de Reggio de Calabre s'étend du port de Gioia Tauro jusqu'à la Locride. En outre, l'aire urbaine de Reggio de Calabre ainsi que l'aire urbaine de Messine (séparées de 3 km par le bras de mer du détroit de Messine) vont probablement fusionner dans les années à venir en vue de constituer l'Aire urbaine intégrée du Détroit (Area Metropolitana Integrata dello Stretto), dont la population avoisinera les 885 000 habitants.

Topographie

modifier

La ville s'étend sur un territoire de 236 km2, l'altitude minimale est de 0 m (zéro mètre), la maximale de 1 803 m, l'altitude moyenne du site historique est de 31 m. Le site historique s'étend entre la rivière de l'Annunziata (au nord) et la rivière du Calopinace (sud) ; le territoire communal est compris entre Catona (Nord) et Bocale (Sud).

Le climat de Reggio di Calabria est de type méditerranéen, en position abritée grâce au détroit de Messine.
En été, une fraîche brise marine venant du nord, presque toujours présente dans le canal, et celle venant de l'Aspromonte, contribuent à rendre les températures élevées plus supportables. L'hiver est doux et court. La température n'approche presque jamais de zéro degré. La température moyenne annuelle de 17,32 °C et la moyenne des précipitations annuelles est de 547,16 mm. L'ensoleillement est quasiment permanent avec environ 300 jours par an.

REGGIO CALABRIA Jan Fév Mars Avril Mai Juin Jul Août Sep Oct Nov Déc Année
T moyenne maximale (°C) 16 17 20 22 26 31 34 34 30 26 21 17 23.1
T moyenne minimale (°C) 8 8 9 11 15 18 22 22 19 16 12 10 14,2
Précipitations moyennes (mm) 63 52 43 31 17 3 1 2 17 53 63 59 398
Ensoleillement (h/jour) 3,7 4,5 5,4 6,6 8,2 9,7 10,6 9,7 7,9 6,2 4,9 3,7 6,8

La chute de neige du 31 décembre 2014 est historique. La neige a commencé à tomber dans la nuit du 31 décembre et il a continué à neiger pendant une partie de la matinée, blanchissant la ville, y comprise Messine, et les environs. C'est l'une des chutes de neige les plus intenses survenues dans les villes du détroit[12],[13],[14],[15].

Démographie

modifier

Les données recueillies lors des recensements de la population résidant à Reggio de Calabre ont toujours enregistré une augmentation constante du nombre de ses habitants. Ce n'est que lors du recensement de 1911 qu'on a constaté une diminution due aux conséquences du tremblement de terre catastrophique de 1908 qui a fait des milliers de victimes. En seulement cinquante ans, entre 1911 et 1961, la population a plus que doublé, passant de 75 000 en 1911 à plus de 150 000 en 1961. Lors du recensement de 2001, le nombre d'habitants a dépassé le seuil de 180 000, mais les recensements ISTAT de 2011 et 2019 ont enregistré une stagnation démographique[16].

Comme dans de nombreuses villes italiennes, l'aire urbaine s'est transformée au fil du temps et, de ville enfermée dans les frontières municipales, elle est devenue une aire métropolitaine, grâce à l'incorporation progressive des petites communes environnantes pour former un tissu urbain complexe.

Évolution démographique

modifier

Habitants recensés

Nota : le diagramme ci-dessus fait référence à la commune actuelle de Reggio de Calabre depuis 1938. Les données des années précédentes se réfèrent à la somme de la population des différentes communes qui ont été intégrées pour former la commune actuelle.

Groupes ethniques et minorités étrangères

modifier

Au 15 mai 2024, la ville Reggio de Calabre comptait 11 623 citoyens de nationalités étrangères, soit 6,67 % de la population[17].

Population et langue

modifier

Le calabrais méridional et donc aussi le reggino, comme toutes les langues, a évolué au fil du temps, né du grec des premiers colons provenant de Chalcis. Parlé jusqu'à l'époque byzantine, il s'est enrichi du latin pas vraiment sous l'Empire mais dans l'ère médiévale.

Pendant des millénaires, Reggio de Calabre a été la forteresse de la culture grecque en Italie et, en est témoin entre autres, le grec de Calabre Griko parlé dans sa province, dans les communes de Bova, Gallicianò, Roghudi et Condofuri, et dans certains quartiers. La langue amplement diffuse jusqu'à quelques siècles auparavant dans toute la Calabre méridionale, pleine d'influences du grec ancien, a pratiquement disparu aujourd'hui, ayant perdu beaucoup en faveur de l'unité linguistique nationale et donc de l'italien.

Partant de l'italien (le florentin), un type de dialecte et un patois très particuliers se sont développés, qui présentent beaucoup d'analogies et de similitudes avec la langue sicilienne (définie « langue calabro-sicule »), qui donne au dialecte reggino une « cadence » (accent) similaire au sicilien. Le dialecte de la ville dans la zone urbaine comprise entre Scilla et Melito présente une absence des consonnes « dures » typiques du reste de la Calabre, et manifeste des correspondances linguistiques et lexicales avec le dialecte parlé en Sicile. Le reggino et le messinese, deux dialectes très similaires, se différencient seulement par quelques variations dans l'intonation et par peu de variantes dans l'usage des consonnes.

Économie

modifier

Reggio de Calabre ne dispose pas d'un tissu industriel important alors qu'avant le tremblement de terre de 1908, la ville connaissait une activité économique florissante, principalement grâce à l'industrie et au commerce de la soie et des essences de bergamote. Cet épisode douloureux a contraint la ville à repartir de zéro au début du XXe siècle.

Au cours des dernières décennies, plusieurs initiatives industrielles ont été planifiées et mises en œuvre, notamment grâce aux contributions publiques du « Plan Colombo » (it).

Ces dernières années, la ville a tenté de reconvertir une partie de son économie vers le tourisme, étant naturellement favorisée par la présence de nombreux vestiges de sa riche histoire et sa beauté naturelle. À cet égard, certains investissements publics et privés, visant à récupérer le patrimoine historique, ont favorisé la création de nouvelles structures hôtelières (chambres d'hôtes et hôtels). Le secteur est toujours dans une phase de croissance et ne représente pas encore un moteur d’emploi majeur pour la ville.

Les filières agricoles, favorisées par le climat doux et typiquement méditerranéen, traditionnellement exclusives à la région de Reggio de Calabre, sont particulièrement développées, comme la bergamote et certaines variétés de jasmin. Cependant, l'industrie de transformation de ces cultures n'a pas encore atteint des dimensions significatives.

Agriculture

modifier

Grâce à la diversité climatique des différentes zones du territoire, on y trouve des cultures très variées dont certaines qui ne peuvent s'enraciner qu'ici :

  • la bergamote, définie comme « Reine des agrumes » ou « l'Or vert », pousse uniquement le long de la bande côtière de Reggio de Calabre où elle semble être née spontanément, probablement d'une mutation du citron au XVIe siècle). De cet agrume est extrait le Bergamotto (it), l'huile essentielle de Reggio de Calabre, protégé par une AOP, élément essentiel pour l'industrie internationale de la parfumerie. On en tire de nombreux produits comme des huiles essentielles, des cosmétiques et des liqueurs qui sont commercialisés dans le monde entier,
  • le jasmin, sur toute la côte ionienne qui s'étend de la capitale jusqu'à la "Côte du Jasmin" (it) où il est produit depuis son introduction en 1928, par la SSEA - Centre Expérimental pour les industries des Essences et des dérivés d'Agrumes (it).
  • le chérimolier, plante d'origine tropicale cultivée uniquement à Reggio de Calabre et en Espagne, dont le fruit a une saveur ressemblant à un mélange de banane, de fraise et d'ananas.

En plus des produits typiques, de nombreuses autres espèces végétales sont cultivées dans la région, dont les plus répandues sont :

  • l'olivier, à partir duquel est produite l'huile d'olive calabraise au goût prononcé. En effet, les livi ra chjàna, les olives de la plaine de Gioia Tauro sont typiques. L'huile produite dans la vallée de Tuccio, sur la côte ionienne, est très réputée avec un goût plus délicat résultant d'une acidité réduite par rapport à celle de la vallée opposée, sur la côte tyrrhénienne,
  • la vigne, à partir de laquelle sont produits d'excellents vins hérités de la tradition grecque millénaire, parmi les vins (IGT) : le Pellaro (it), l'Arghillà (it), le Sambatello et le Palizzi (it),
  • le châtaignier et le hêtre,
  • des céréales : blé, avoine et maïs,
  • des agrumes variées, dont les célèbres Clémentines de Calabrie AOP (it) et les Oranges de San Giuseppe, cultivées dans le hameau de Villa San Giuseppe[18]

Services et commerce

modifier

Le commerce est l'activité principale de la ville, probablement parce que historiquement Reggio de Calabre exportait des produits locaux comme la soie, des produits semi-finis et surtout les dérivés d'agrumes, vu l'exclusivité de la culture, surtout, de la Bergamote.

Beaucoup de personnes sont employées dans les services, plus particulièrement dans les services publics, tandis que le secteur commercial est plus particulièrement actif au centre-ville, notamment le Corso Garibaldi (it) est traditionnellement le shopping mall de la ville, mais aussi dans les périphéries où, durant ces dernières décennies, de nombreux centres commerciaux de grandes dimensions ont été construits, attirant ainsi des visiteurs et des acheteurs provenant d'autres villes, calabraises mais aussi siciliennes.

Industrie et artisanat

modifier

L'industrie n'est pas particulièrement développée, mais on trouve une multitude de petites et moyennes entreprises. Les plus importantes travaillent dans l'extraction de l'essence de bergamote, la production de parfums, café, liqueurs et conserves alimentaires.
L'activité, dans le secteur industriel, concerne essentiellement la production de machines industrielles et la construction ferroviaire, les matières plastiques et les produits chimiques, les matériaux de construction, les meubles, etc... qui se développent surtout dans les pôles industriels de l'aire urbaine :

Dans la zone de Saline Joniche on trouve également l'"Officina Grandi Riparazioni di Saline Joniche" (it) (OGR) des chemins de fer de l'État Italien (FS) et la "Liquichimica Biosintesi" : usines construites dans les années 1970 grâce au « Plan Colombo » (it), à l'arrêt depuis 2002.

Tourisme

modifier

Reggio de Calabre est redevenue une destination touristique nationale, grâce aux nombreux travaux d'embellissement et de modernisation conduits ces 10 dernières années dans les lieux les plus emblématiques : la Via Marina, le centre-ville, le Musée Archéologique et l'université.

Certaines zones de la ville sont équipées spécifiquement pour le tourisme balnéaire, notamment les quartiers de Pentimele et du Lido. La ville essaye également de développer son port pour en faire un grand port de plaisance dans cette partie de l'Italie. Le tourisme est aussi favorisé par les nombreuses liaisons maritimes vers la Sicile, Naples et les îles Éoliennes.

Curiosité : depuis Reggio de Calabre on peut assister à un phénomène optique mythologique particulier et rare de la Fata Morgana du détroit de Messine. C'est au Moyen Âge que ce phénomène a été rapporté pour la première fois, par des croisés qui, naviguant dans la mer Méditerranée, affirmaient avoir aperçu de fantastiques châteaux se refléter dans la brume près du détroit de Messine (entre la péninsule italienne et la Sicile). Ils attribuèrent ce phénomène à la fée Morgane, d'où le nom italien de fata Morgana adopté par la suite[21], et qui, d'après la légende arthurienne, avait le pouvoir d'élever des palais au-dessus des flots et d'agir sur le vent. La côte sicilienne semble n'être qu'à quelques mètres et il est possible de distinguer les maisons, les voitures et même les personnes.

Voies de communication et transports

modifier
 
Implantation du Pont sur le détroit de Messine entre Villa San Giovanni en Calabre et Sant'Agata en Sicile long de 3,6 km

Pont sur le détroit de Messine

modifier

Le pont sur le détroit de Messine, ouvrage pharaonique italien du XXI, va devenir réalité. Une première tranche d'ouvrages préliminaires avait été engagée sous le Gouvernement Berlusconi IV le 23 décembre 2009 par le titulaire du marché global, l'entreprise italienne Impregilo S.p.A., aujourd'hui Webuild S.p.A., désignée suite à un appel d'offres international lancé en 2005 sur la base d'un avant projet détaillé[22],[23],[24].

Le projet définitif de construction du pont élaboré par le titulaire du marché, a été approuvé par le Comité Technique-Scientifique italien le 29 juillet 2011[25]. Dans le but de réduire la dette du pays, le Gouvernement Monti a décidé de geler le projet[26],[27].

Le 16 mars 2023, le Gouvernement Meloni a promulgué un décret qui réactive la société "Stretto di Messina S.p.A." pour reprendre le processus de construction du pont. Le coût actualisé de l'ouvrage et de l'ensemble des accès ferroviaires, routiers et autoroutiers est établi à 15 milliards d'€uros[28]. Le titulaire du marché, l'entreprise italienne Webuild S.p.A., s'est engagée à démarrer les travaux au cours de l'été 2024[29],[30],[31],[32].

Transport aérien

modifier

La ville est desservie par l'aéroport de Reggio de Calabre « Tito Minniti » (code AITA : REG) en hommage au héros de l'Aeronautica Militare, l'aviation militaire italienne. Cet aéroport est également connu sous le nom d'Aeroporto dello Stretto (aéroport du détroit) et dessert également la Ville métropolitaine de Messine. C'est un aéroport civil ouvert au trafic commercial, national et international situé sur la commune de Ravagnese, à 5 km au sud du centre historique de la capitale de la Calabre.

L'aéroport dispose d'une gare ferroviaire intégrée desservie par des trains-navettes qui le relient directement à la gare de Reggio de Calabre Centrale.

 
Ferry mixte routier-ferroviaire Fata Morgana à double accès des FS assurant la liaison entre Villa San Giovanni et Messine

L'aéroport est accessible en voiture :

  • depuis le nord (zone Tyrrhénienne), par le raccordement autoroutier RA 4 en prolongement de l'autoroute A2 Salerne-Reggio de Calabre, sortie Arangea / Gallina et Ravagnese / Aéroport.
  • depuis le sud (zone ionienne) avec la route nationale SS.106 Reggio-Taranto et le raccordement autoroutier RA 4, sorties de : Ravagnese / Aéroport, Malderiti / Aéroport et Arangea / Gallina.

L'aéroport est relié au centre-ville de :

  • Reggio de Calabre par les autobus de l'ATAM (it), (Société de Transport de la Zone Métropolitaine de Reggio de Calabre) avec des connexions vers le port et la Gare Centrale par les lignes : 15 · 19 · 27 · 27/ · 28 · 35A · 111 · 113 · 114 · 115 · 118 · 119 · 121/122
  • Villa San Giovanni, un service "Volobus" permet de se rendre directement de l'aéroport jusqu'à Villa San Giovanni, à proximité immédiate de l'embarcadère des ferries pour la Sicile.
  • Une liaison directe du centre ville de Messine avec l'aéroport est assurée par le "Métromare" avec des hydroptères, directement depuis l'aéroport.
  • la Locride et le quartier Grecanica - par la ligne d'autobus "Jonica Line" qui relie l'aéroport à Caulonia Marina comme terminal. Les horaires de ces services permettent toutes les correspondances avec tous les vols au départ et à l'arrivée,
  • Messine et la Sicile. Des navettes par autobus assurent la liaison en quelques minutes entre l'aéroport et le port principal. La journée, le port est relié quotidiennement à Messine par des navettes fréquentes d'hydroglisseurs.
 
Ligne du métro "Tamburello"
 
Tracé autoroute A2 jusqu'à Reggio de Calabre
 
Tracé RA.4 (Tangenziale de Reggio de Calabre) reliant l'autoroute A2 au nord à la SS.106 Jonica au sud

Chemins de fer

modifier

La gare centrale de Reggio de Calabre est la plus importante de Calabre. C'est le point de jonction de deux lignes ferroviaires importantes : la "Tirrenica Meridionale" (it) vers Naples et Rome au nord et la "Ferrovia Jonica" (it) vers Tarente et Bari, à l'est.

C'est à partir de la gare voisine de Villa San Giovanni, lorsque le Pont de Messine, le pont suspendu le plus long au monde avec une travée centrale unique de 3,2 km de longueur, pour une longueur totale de 3,66 km, sera mis en service, que les trains rejoindront la Sicile sans être obligés, comme actuellement, de prendre le ferry ferroviaire.

La liaison ferroviaire entre la Calabre et la Sicile s'opère avec des ferries mixtes routier-ferroviaire, entre le port de Villa San Giovanni (it), au nord de Reggio de Calabre et le gare de Messine Marittima (en), en Sicile[33].

Le port de Reggio de Calabre, avec plus de 3 millions de passagers par an, est le cinquième port d'Italie (classement de 2016)[34]. La vocation du port de Reggio de Calabre est essentiellement tournée par le trafic régulier des ferries à destination de Messine, la desserte des îles Éoliennes et de Malte. Le port dispose également d'un secteur complet dédié aux bateaux de plaisance.

Outre la compagnie d'Etat ex Ferrovie dello Stato - FS renommée Bluferries (it) et Blu Jet (it) en 2013, plusieurs compagnies privées assurent également ces services réguliers. Les compagnies locales Caronte et Tourist Ferry Boats ont obtenu une licence en 1966, Meridiano Lines en 1998 et Liberty Lines en 2008. En 2001, Caronte inaugure la première Autoroute de la mer d'Europe, une liaison directe pour camions entre Messine (Sicile) et Salerne (Campanie). Les deux compagnies ont fusionné en 2003 pour donner naissance à Caronte & Tourist S.p.A.. La compagnie et ses filiales transportent plus de 7 millions de passagers par an, avec 29 navires et 510 salariés. Elle assure 78% du trafic passagers sur le détroit de Messine et gère plusieurs autres lignes importantes de transport maritime comme la liaison Catane-Naples depuis 2015.

Transports urbains

modifier

Les transports urbains de l'agglomération de Reggio de Calabre sont assurés, depuis 1998, par l'ATAM (it), une entreprise publique succédant à la société municipale "AMA" créée en 1920, avec 40 lignes urbaines et 4 lignes extra-urbaines, un parc de 110 autobus et autocars dont 20 scolaires[35]. Les autres lignes extra-urbaines sont gérées par des entreprises privées sous délégation de service public avec la région Calabre, comme Federico, SCAR, Costa Viola Bus et Ferrovie della Calabria (it).

Depuis 2008, la ligne de métro "Tamburello", gérée par RFI, relie, le long de la côte, les gares de Rosarno au nord et de Melito di Porto Salvo au sud, desservant toute la zone métropolitaine qui compte 15 gares sur son territoire dont Reggio Calabria Lido, desservant le port, et Reggio de Calabria Aéroport.

Depuis juillet 2009, une liaison par tapis roulants de 440 mètres a été inaugurée pour relier l'avenue côtière Lungomare Falcomatà et le Musée national de la Grande-Grèce où sont exposés les fameux Bronzes de Riace, au centre historique de la ville. L'itinéraire concerne essentiellement la Via Giudecca qui est équipée de 6 tapis roulants. Pour compléter le système, de multiples ascenseurs permettent d'accéder à via Poxidenea (partie terminale du tapis roulant) à via Reggio Campi[36].

Infrastructures routières

modifier

Comme pour les voies ferrées, la ville est le point de convergence des routes venant de Naples au nord et de Bari et Tarente à l'est. La principale infrastructure routière reliant la ville est l'autoroute A2 Méditerranée, la dernière partie de la fameuse autoroute du Soleil qui, de Salerne conduit jusqu'à Reggio de Calabre gratuitement.
Reggio de Calabre est aussi le carrefour des routes européennes ouest-est (E90) avec la route nationale SS.106 Jonica qui part de Tarente, et nord-sud (E45) avec la route nationale SS.18 Tirrena Inferiore (it) (535 km) qui suit le même itinéraire que l'autoroute A2 Méditerranée depuis Naples.

Le périphérique urbain de contournement RA.4 en prolongement de l'autoroute A2 Méditerranée longe une zone vallonnée à l'est de l'agglomération et relie les différents quartiers de la ville entre eux et aux communes voisines à travers 15 échangeurs pour déboucher sur le premier tronçon de la SS.106 Jonica.

Enseignement

modifier

Comme dans toutes la péninsule italienne, l'enseignement est dispensé dans des écoles en très grande majorité publiques réparties entre :

  • jardin d'enfants, non obligatoire, pour les enfants de 3 à 5 ans,
  • maternelle, obligatoire pour les enfants dès 6 ans,
  • secondaire :
    • 16 collèges - 30 heures hebdomadaires de classe pour les enfants de 11 à 13 ans, cycle sanctionné par le brevet élémentaire,
    • 11 lycées - obligatoire jusqu'à 16 ans, sanctionné par l'examen de "maturité", (équivalent du baccalauréat français),
  • 6 universités :
    • Université Méditerranéenne de Reggio de Calabre (INIRC) fondée en 1968, Agriculture, Architecture, Ingénierie et Droit,
    • Université pour étrangers "Dante Alighieri" de Reggio Calabria, université privée fondée en 1984 dans le but de contribuer à la diffusion de la connaissance de la langue et de la culture italienne,
    • Académie des Beaux-Arts (ABARC), la plus ancienne de Calabre, fondée en 1967,
    • Conservatoire de Musique "Francesco Cilea", fondé en 1964,
    • Institut Supérieur des Sciences Religieuses « Mgr Vincenzo Zoccali » (ISSR), fondé en 1975 comme Section de la Faculté Pontificale de Théologie de l'Italie du Sud, érigé académiquement par le Saint-Siège en 1986,
    • Université télématique "Guglielmo Marconi" (UNIMARCONI), université privée fondée en 2004 avec son siège à Rome. Divisée en six facultés : Économie, Droit, Lettres, Sciences de l'éducation, Sciences politiques et Ingénierie avec 6 départements de recherche : Physique nucléaire, subnucléaire et radiologique, Innovation et ingénierie de l'information, Ingénierie du développement durable, Sciences économiques et commerciales, Sciences juridiques et politiques et Sciences humaines[37],
  • 2 instituts de recherche avancée :
    • l'Institut de Biomédecine et d'Immunologie Molécolaire “A. Monroy”,
    • le Centre Expérimental pour les industries des Essences et dérivés d'Agrumes.

Culture

modifier

Reggio de Calabre abrite de nombreuses bibliothèques dont :

  • Archives d'État de Reggio de Calabre, créées en 1852, transférées en 1866 à l'Administration Provinciale, elles deviennent les Archives Provinciales d'État en 1932. Suite au décret présidentiel N° 1409 du 30 septembre 1963, elles sont appelées Archives d'État,
  • Bibliothèque des Archives de l'État, créée en même temps que les Archives d'État, composée de 7 701 volumes et brochures, 244 titres de périodiques, publiés entre le XVIIIe siècle et le XXIe siècle,
  • Bibliothèque du Conseil régional de Calabre "Mattia Preti", fondée en 1973, compte plus de 40 000 volumes. L'accès est autorisé au public, notamment aux étudiants universitaires des facultés de Droit, d'Architecture et d'Ingénierie de l'Université Méditerranéenne. La bibliothèque est composée de trois sections : la section multidisciplinaire avec 30 000 volumes, la section juridique avec 9 000 volumes et bases de données sur CD-ROM et la section dédiée à la Calabre avec 6 500 volumes,
  • Bibliothèque "Pietro de Nava", fondée en 1818, la plus ancienne des bibliothèques calabraises et la seule institution culturelle ouverte sous le règne de Ferdinand Ier de Bourbon. Elle abrite des volumes datant du XIIIe siècle. Le patrimoine bibliographique compte plus de 115 000 ouvrages et le patrimoine émérographique 424 collections. La Bibliothèque De Nava gère également d'autres bibliothèques municipales situées dans les quartiers périphériques de la ville.
  • Bibliothèque du Musée National de la Magna Grecia, riche bibliothèque de plus de 10 000 volumes,
  • Bibliothèque de la Surintendance Archéologique de Calabre,
  • Bibliothèque de l'Archevêque « Mons. Antonio Lanza », compte plus de 35 000 volumes à caractère théologique, biblique et historique,
  • Bibliothèque "San Nilo" du Séminaire Pontifical Pie XI, possède plus de 18 000 volumes à caractère théologique, biblique et historique,
  • Bibliothèque de l'Université pour Étrangers "Dante Alighieri",
  • Bibliothèque de l'Académie des Beaux-Arts de Reggio de Calabre (it),
  • Bibliothèque Zanotti Bianco,
  • Bibliothèque du Centre de Documentation Européenne,
  • Bibliothèque de la Station Expérimentale des Industries des Essences,
  • Bibliothèque de l'Université "Méditerranée" de Reggio de Calabre, située dans le centre universitaire de Feo di Vito, a créé le Catalogue Collectif des Périodiques des Bibliothèques de Reggio de Calabre, promue par l'École Supérieure d'Administration Publique, propose depuis 1999 des supports en format papier et/ou électronique,
  • Bibliothèque Centrale de la Faculté d'Architecture, créée en 1969, comprend des ouvrages de référence généraux, d'urbanisme, de technologie, de conception architecturale, d'histoire de l'art, de restauration, d'histoire de l'architecture, de sociologie, de matières juridiques et économie, sciences et culture générale et d'une section dédiée à la Calabre, regroupant 30 000 monographies, 210 périodiques actuels et 3 200 thèses,
  • Bibliothèque Centrale de la Faculté d'Agriculture, fondée en 1986, comprend environ 2 800 monographies, 150 périodiques ainsi que toute la collection des thèses des étudiants de la faculté depuis 1986,
  • Bibliothèque de l'École Supérieure d'Administration Publique (SSPA), dispose de 19 100 volumes et 312 périodiques,
  • Conservatoire de musique de Reggio de Calabre (it)
 
Les deux statues des Bronzes de Riace, le Jeune et l'Ancien

Musées

modifier

La ville est particulièrement riche en musées avec :

  • Musée archéologique national de Reggio de Calabre, fondé en 1882, contient une importante collection d'éléments trouvés sur différents sites de la Grande-Grèce. Les pièces maîtresses en sont les deux grandes statues (1,99 mètres de hauteur) de bronze dites Bronzes de Riace, découvertes le 12 août 1972 par Stefano Mariottini, au large de Riace, en Calabre.
  • la Galerie d'Art Civique de Reggio de Calabre (it) : abrite des œuvres d'Antonello de Messine représentant l'Apparition des anges à Abraham et au saint Jérôme pénitent, de 1460 et 1465. L'exposition de la collection suit un parcours chronologique qui propose des peintures des XVIe et XVIIe siècles, mettant en avant une influence artistique mixte issue des écoles vénitiennes et méridionales. On distingue notamment Judith et Holopherne, le Martyre de Saint-Barthélemy, attribué à Novelli, et le Christ et la femme adultère de Luca Giordano,
  • Palais de la culture "Pasquino Crupi" (it), ancien orphelinat de la ville puis premier siège de la Faculté d'Ingénierie de l'Université Méditerranéenne, le Palacultura abrite des expositions temporaires mais est surtout une galerie d'art du XXe siècle qui recèle de nombreux chef-d'œuvres de Giorgio De Chirico, Salvador Dalí, Massimo Campigli, Carlo Carrà, Antonio Ligabue, Michele Cascella, Lucio Fontana, Fausto Pirandello et bien d'autres...
  • Musée diocésain de Reggio de Calabre (it),
  • Château aragonais de Reggio de Calabre, exposition permanente de l'histoire ancienne de la ville et accueille de nombreuses expositions temporaires d'art,
  • Musée San Paolo (it), fondé dans les années 1930, il offre l'une des expositions d'objets d'art les plus importantes de la ville avec une riche collection d'éléments médiévaux byzantins et normands. Le musée conserve l'une des plus grandes collections d'icônes d'Italie,
  • Planétarium "Pythagore" (it), consacré à la diffusion et à l'enseignement de l'astronomie et des sciences liées,
  • Musée de Biologie marine et de Paléontologie,
  • Musée des Agrumes, abrite les machines utilisées pour l'extraction des jus et des essences d'agrumes, dont la machine à bergamote "Gangeri", dérivée du modèle Macchina Calabrese inventé en 1840 par Nicola Barillà. Le musée abrite également une collection photographique qui illustre la culture, la récolte et la transformation du jasmin et la culture du pavot à opium,
  • Musée des Instruments de Musique (it), créé par Demetrio Spagna, qui a recueilli plus de 800 instruments de musique provenant du monde entier,
  • Musée de la 'ndrangheta (it), situé dans une villa du quartier Croce Valanidi et confisquée à un gang mafieux. Il a été voulu par les autorités dans le but de démystifier le phénomène mafieux calabrais
  • Musée de l'histoire de la pharmacie et de la bibliothèque Rabainisia, espace aménagé à l'intérieur d'un ancien couvent gréco-byzantin du quartier Ravagnese,
 
La façade imposante de la Cathédrale Santa Maria Assunta de Reggio de Calabre
 
Intérieur de la Chapelle du Saint Sacrement de Reggio de Calabre
 
Église des Ottimati

Monuments

modifier

Au fil des siècles, certains événements naturels ou anthropiques, ont profondément modifié l'apparence de la ville de Reggio de Calabre. L'urbanisme actuel remonte à la reconstruction de la ville intervenue après le tremblement de terre de 1908. De très nombreuses œuvres d'art et bâtiments construits au cours des siècles précédents ont été perdus. Cependant, la ville a pu restaurer de précieux monuments et de nombreux vestiges antiques qui témoignent de son histoire glorieuse.

Architecture religieuse

modifier

Le principal lieu de culte catholique de Reggio de Calabre est sans aucun doute la Cathédrale de Santa Maria Assunta, le plus grand édifice religieux de Calabre, dont la disposition actuelle est le résultat de la reconstruction après le séisme de 1908. Le style architectural est néo-roman-éclectique et présente un large escalier et trois portails d'entrée.

La Chapelle du Saint-Sacrement, contiguë à la cathédrale, reconnue monument national au XIXe siècle, représente un excellent exemple du baroque calabrais du XVe siècle. Ses marbres polychromes, travaillés par des ouvriers locaux en 1539, proviennent de l'ancienne cathédrale endommagée lors du tremblement de terre de 1908.

L'Église des Ottimati (it), bizantino-romanne érigée au Xe siècle abrite de très nombreuses œuvres dont un sol en mosaïque cosmatesque et un retable représentant l'Annonciation, œuvre d'Agostino Ciampelli. C'est le collège des Jésuites situé près de l'église qui l'administre.

Les autres églises remarquables sont :

Architecture civile

modifier

Le centre historique de la ville est principalement composé de bâtiments de style "Art Nouveau".

Le Palais San Giorgio (it), occupé par la mairie de Reggio de Calabre, a été reconstruit en 1921 sous la direction de l'architecte Ernesto Basile. À l'intérieur, il y a 250 œuvres de différents artistes calabrais et cette collection constitue le noyau de la Galerie d'Art Civique. Le théâtre Francesco Cilea est de style néoclassique. Situé en face du Palazzo San Giorgio, il a une capacité de 1 500 places. D'autres palais importants sont le Palazzo Zani (it), dû à l'ingénieur Gino Zani qui a conçu et réalisé l'ouvrage, le Palazzo Barbera (it) et le Palazzo Mazzitelli (it). Il existe de nombreuses villas et villas de style "Art Nouveau" dont le meilleur exemple est la Villa Zerbi, située en bord de mer.

Il y a aussi plusieurs bâtiments de style moderne tels que la Tour Nervi (it), le "Palais de Verre de Sant'Anna", le Centre d'affaires Palazzo CE.Dir, le nouveau Palais de Justice, la "Citadella universitaire" et le Palazzo Campanella (it) de style futuriste.

Un monument inauguré en 1996, situé sur le front de mer de Reggio de Calabre, à la sortie du Zerbi Pineta, commémore le sacrifice du légendaire as de l'air, l'officier Giuseppe Cenni abattu sur l'Aspromonte le 4 septembre 1943, alors que l'armistice avait été signé. Il tentait de protéger les pilotes de son escadrille qui avait tenté d'empêcher l'invasion de la Calabre par les alliés[38],[39],[40].

Architecture militaire

modifier

Le Château aragonais de Reggio de Calabre est situé dans la partie haute de la ville. Sa structure originale était composée de quatre tours et de douves, alors qu'aujourd'hui il ne reste que les deux tours sud-est. Il est considéré, avec les Bronzes de Riace, comme l'un des principaux symboles historiques de la ville. Depuis 1956, il abrite l'observatoire de l'Institut National de Géophysique et accueille des expositions[41],[42].

Pour défendre le détroit, il existait ce qu'on appelle les "mottes" (de l'ancien français motte, « château en position élevée »). Construites par les Normands, elles furent agrandies par les Angevins puis par les Aragonais. Les principales "mottes" connues sous le nom des "Quatre Mottes", sont :

Des tours côtières ont été construites sur le territoire de Reggio de Calabre. Elles faisaient partie du système des Tours côtières du royaume de Naples, pour se protéger des potentielles incursions sarrasines et corsaires comme les tours Ravagnese, San'Agata, Pentimele, Gallico et Pellaro.

Administration

modifier

En Italie, depuis la destitution du Roi d'Italie Umberto II et la création de la République Italienne votée par référendum le 2 juin 1946, les maires étaient élus par les conseillers municipaux, eux-mêmes élus au suffrage universel direct à la proportionnelle. Des changements de majorité et donc de maire pouvaient facilement intervenir en cours de mandat. Depuis la réforme de 1993, les maires sont élus pour un mandat de 5 ans sur leur propre liste électorale au suffrage direct, à la proportionnelle intégrale. Ils ne peuvent exercer plus de 2 mandats[43] à l'exception des maires des communes inférieures à 3 000 habitants, selon la loi N° 56 du 7 avril 2014. En Italie, au 1er janvier 2024, il y avait 7 896 communes dont 4 avec plus de 900 000 habitants : Rome (2,75 M), Milan (1,35 M), Naples (0,91 M) et Turin (0,90 M) et 41 avec plus de 100 000 habitants.

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
23 novembre 1993 11 décembre 2001 Italo Falcomatà DS  
11 décembre 2001 1 juin 2002 Demetrio Naccari Carlizzi Marguerite  
1 juin 2002 14 mai 2010 Giuseppe Scopelliti AN  
14 mai 2010 16 mai 2011 Giuseppe Raffa PDL  
16 mai 2011 9 octobre 2012 Demetrio Arena PDL  
10 octobre 2012 13 novembre 2014 Commissaire préfectoral    
29 octobre 2014 En cours Giuseppe Falcomatà PD  
Les données manquantes sont à compléter.

Symboles

modifier

Le 22 décembre 1934, le Chef du gouvernement italien Benito Mussolini signe le décret[44] qui reconnait à la ville de Reggio de Calabre le droit d'être inscrite sur Livre héraldique des corps moraux et de faire usage de ses armoiries et de sa bannière[45],[46].

Institutions, organismes et associations

modifier
 
Palazzo Campanella - siège du Conseil Régional de Calabre
 
Palais de Justice de Reggio de Calabre

La ville de Reggio de Calabre abrite plusieurs institutions régionales et nationales, notamment :

  • Conseil Régional de Calabre au Palazzo Campanella, organe législatif représentatif de la région de Calabre, créé en 1970,
  • Direction Maritime de Calabre,
  • Douanes de Reggio de Calabre,
  • Surintendance Archéologique de Calabre, au Palais Piacentini, siège du MARRC
  • Surintendance du patrimoine architectural et paysager des provinces de Reggio de Calabre et de Vibo Valentia,
  • Surintendance des Archives de Calabre,
  • Cour d'appel de Reggio de Calabre, au Palazzo dei Tribunali,
  • Bureau du procureur de l'État de Reggio de Calabre,
  • Agence Nationale pour l'Administration et la destination des biens saisis et confisqués du crime organisé (ANBSC), bureau décentralisé responsable pour la Calabre, les Pouilles, la Basilicate et la Sicile (provinces de EN-RG-CL-ME-CT & SR,
  • École des Carabiniers de Reggio de Calabre - Caserne "Fava et Garofalo", indépendante depuis 2005, avec 1200 jeunes en formation, constitue la plus grande structure de ce type en Italie,
  • Consortium Bergamote de Reggio de Calabre[47] organisme public régional garantissant la pureté et la qualité de l'huile essentielle de Bergamote.

La ville de Reggio de Calabre dispose de quatre centres hospitaliers principaux :

  • le Grand Hôpital Métropolitain « Bianchi-Melacrino-Morelli », qui comprend 3 centres hospitaliers :
    • Ospedali Riuniti (it) - Hôpital « Michele Bianchi »,
    • Hôpital « Giuseppe Melacrino »,
    • Hôpital « Eugenio Morelli »,
  • la Polyclinique "Madonna della Consolazione".

Jumelages

modifier

Catona - Gallico - Archi - Gallina - Mosorrofa - Ortì - Pellaro - Croce Valanidi - San Gregorio.

Communes limitrophes

modifier

Bagaladi - Calanna - Campo Calabro - Cardeto - Fiumara - Laganadi - Montebello Ionico - Motta San Giovanni - Roccaforte del Greco - Sant'Alessio in Aspromonte - Santo Stefano in Aspromonte - Villa San Giovanni.

Comme dans toutes les villes italiennes, le sport est un élément constitutif vital de la ville de Reggio de Calabre. La ville est représentée par de très nombreuses équipes de tous les sports pratiqués en Italie, à tous les niveaux de compétition. On compte les clubs suivants, basés dans la commune :

Football

modifier
  • Reggina 1914, club créé en 1914, a fait ses débuts en Serie A (1re division du Championnat d'Italie) le 29 août 1999. De 1999 à 2001 et de 2002 à 2009, il a joué en "Serie A", les autres années, il évoluait en "Serie B" (2e division). Il joue ses matchs à domicile au stade Oreste-Granillo.
  • LFA Reggio Calabria, évolue en "Série D", (3e division semi-professionnelle),
  • HinterReggio Calcio, joue le championnat professionnel de la ligue professionnelle et plusieurs championnats régionaux amateurs, a cessé ses activités en 2015.

Football masculin à 5

modifier
  • Reggio Calcio a 5 (it), le club a été fondé en 1991,
  • ASD Gallinese évolue en Serie C1,
  • Olimpia 2000, évolue en Serie C2 Groupe B,
  • Reggio de Calabre C5, évolue en Serie C2 Groupe B,
  • Maestrelli Futsal, évolue en Serie C2 Groupe B,
  • Zehfir Pellaro C5, évolue en Serie C2 Groupe B,
  • Soccer Lab Academy, évolue en Serie C2 Groupe B.

Football féminin à 5

modifier
  • Polisportiva Pro Reggina 97 (it), club fondé en 1997, a cessé ses activités en 2014. Au cours de la saison 2011-2012, il a remporté le titre de champion de la Serie A et la Super Coupe d'Italie,
  • Bocale Calcio Admo, évolue en Serie C Groupe B,
  • Xenium, évolue en Serie C Groupe B,
  • Reggio Sporting Club, évolue en Serie B Groupe D.
  • ASD San Giorgio Baseball et Softball.
  • Hockey Rhegium Reggio Calabria, a remporté le championnat national italien des moins de 18 ans en 2002.

Volley-ball féminin

modifier
  • Virtus Reggio Calabria, le club a remporté les Coupes d'Italie 2000 et 2001, la Super Coupe d'Italie 2000, la Coupe CEV 2000 et le championnat d'Italie en 2001.
  • Gallico Volleyball, club créé en 1967, a participé aux championnats de la série A1 saison 1987-88, évolue en Serie B2 (1988-90) relégué en Serie C (1991-2012) et promu en Serie B2 en 2012,
  • Nausicaa, le club évolue en Serie A1,
  • Mangiatorella, évolue en Serie A2.

Volley-ball masculin

modifier
  • Luck AS Volley (ex Jonicagrumi, une équipe qui a évolué en Serie A2 en 1984),
  • Volley Sport Catona, a évolué en Serie B2,
  • MyMamy Volley, le club a participé aux championnats de la Serie B1,
  • Domotek Volley Reggio Calabria, joue en Serie B
  • Fencing Academy Reggio Calabria, club créé en 2010.
  • San Giorgio Rugby Reggio Calabria, évolue en Serie B depuis la saison 2011-2012,
  • Reggio Calabria Rugby Sports Society, club créé en 1975 et dissout en 1979.
  • ASD San Giorgio Baseball et Softball.
  • Reggio Sailing Club, fondé en 1882, organise la "Méditerranean Cup", une régate internationale de la classe Optimist.

Événements sportifs

modifier
  • Automobilisme

Dans les années 1950, un important événement automobile a eu lieu sur le front de mer de Reggio de Calabre. Y ont participé des pilotes de niveau national, dont Francesco Siracusa (champion d'Italie sur une Stanguellini) et Pasquale Placido, vainqueur de la course en 1955 sur Jaguar, deux pilotes de Reggio. Le Baron Placido, napolitain d'origine, représentait la bourgeoisie traditionnelle et foncière tandis que le Commendatore Siracusa (concessionnaire Lancia) représentait la ville nouvelle.

  • Athlétisme

La course Corrireggio, un événement organisé par Legambiente Calabria[52] depuis la première édition en 1983, a lieu tous les 25 avril sur le lungomare Falcomatà[53],[54],[55],[56].

Ces dernières années, la ville a accueilli le Salon automobile Arcobaleno dans la zone Tempietto du front de mer, un événement d'importance nationale, qui en est désormais à sa cinquième édition[57].

  • Cyclisme

Reggio de Calabre a été, à de nombreuses reprises, une ville étape du Giro d'Italia :

La ville accueille également le Tour de la Province de Reggio de Calabre, organisé par le Sporting Club 1917 depuis 1920. Le Tour de Reggio fait partie de l'UCI Europe Tour.

  • Volley-ball

Reggio a organisé le Grand Prix mondial de volley-ball féminin en 2004 et 2006.

  • Tennis

En 2009, Reggio a accueilli la finale de la Fed Cup au Rocco Polimeni Tennis Club : la plus haute compétition par équipe du tennis féminin, que l'Italie a remporté avec les joueuses Flavia Pennetta, Francesca Schiavone, Sara Errani & Roberta Vinci.

Installations sportives

modifier
  • Stade Oreste-Granillo - construit en 1932 et entièrement reconstruit en 1999, dispose de 27 544 places. C'est le plus grand stade de la région et accueille les matchs de la LFA Reggio Calabria. Il a également accueilli les matchs de la saison 2012-2013 de HinterReggio Calcio (it),
  • Stade Campoli di Bocale, 3 500 places dont 1 000 couvertes, accueille les matchs de l'équipe locale "Bocale Calcio Admo", équipé d'un gazon synthétique de 45 mm de dernière génération,
  • Stade municipal Ravagnese, 1 500 places, accueillait les matchs de la deuxième équipe de football de la ville, HinterReggio. Il accueille les matchs à domicile de ReggioRavagnese et de ses équipes de jeunes,
  • Stade municipal Gallico Carlo Pontorieri, 1 200 places, accueille les matchs à domicile de Gallico Catona,
  • Stade municipal de rugby de San Cristoforo, 1 400 places, gazon naturel,
  • Stade de baseball/softball de Reggio de Calabre, viale Calabria - 1 800 places couvertes,
  • PalaCalafiore, aussi appelé PalaPentimele, du nom du quartier où il se trouve, est la plus grande salle omnisports de Calabre avec 8 450 places,
  • PalaBotteghelle (it), salle omnisports de 1 500 places située sur la place du même nom,
  • Centre sportif Sant'Agata (it). Ce complexe sportif municipal d'entrainement de 5 hectares abrite une crèche. Sert de terrain d'entraînement de la LFA Reggio Calabria, avec 2 terrains en gazon naturel et un terrain en gazon synthétique aux dimensions réglementaires internationales. Il dispose de 3 autres terrains en gazon synthétiques pour les équipes sénior, junior et minimes. Le centre dispose aussi d'une salle de sport, d'un centre de physiothérapie, d'hébergements et d'un restaurant,
  • Centre sportif « Reggio Village » (ex HinterReggio Village), ancien centre de formation HinterReggio, comprend 5 terrains en gazon synthétique dont un aux dimensions réglementaires internationales avec tribune de 700 places. Il est actuellement utilisé par les sociétés ASD Valanidi Calcio Giovanile - Scuola Calcio Francesco Cozza et ASD Segato, filiale de la Juventus de Turin,
  • Centre sportif « La Pinetina », équipé de 2 terrains de football à 11 et à 5, en gazon synthétique avec une tribune de 200 places. Il dispose d'un bar, d'une salle de conférence et de vestiaires.
  • Centre sportif « Piero Viola », 700 places couvertes. Centre sportif organisé pour la vie et l'entraînement des athlètes, avec des terrains de basket polyvalents équipés électroniquement, des gymnases, 4 courts de tennis, un centre de physiothérapie, un centre de contrôle sanitaire, des services d'hébergement et de restauration,
  • Salle Piero Viola (Scatolone), salle de 500 places, accueille des matchs de basket-ball et de volley-ball,
  • Salle Giulio Campagna (Petit Ballon) - salle de 700 places, accueille les matchs de Volleyball,
  • Salle de Lutte et de Boxe et piscine municipale,
  • Terrain d'athlétisme du CONI, 1 000 places,
  • APAN, complexe sportif qui comprend une piscine semi-olympique agréée CONI, deux terrains de football à 5 et à 7 en gazon synthétique, dont un couvert et un hôtel 4 étoiles,
  • Parco Caserta, complexe sportif multifonctionnel comprenant deux piscines, dont une semi-olympique homologuée, une patinoire avec tribune, des salles de fitness, des salles pour arts martiaux et des gymnases[58],
  • Montechiarello Golf Club avec parcours de 9 trous[59],
  • Club de Tennis « Rocco Polimeni »[60]

Médias - Information

modifier

En Italie, les canaux d'information et d'info-divertissement publics sont assurés par la société publique RAI - Radiotelevisione italiana S.p.A. en 1924. Précédemment, plusieurs opérateurs privés se partageaient l'écoute de la radiodiffusion, sans redevance mais avec de la publicité ! Suite à un appel d'offres et des essais auxquels ont été soumis de nombreux opérateurs radiophoniques. Le 24 août 1924, le gouvernement de Benito Mussolini attribue au groupement URI - Unione Radiofonica Italiana constitué des compagnies Radiofono et SIRAC, une concession de 6 ans. La société est nationalisée le 17 novembre 1927 et devient l'Ente Italiano per le Audizioni Radiofoniche (EIAR), renommé RAI - Radio Audizioni Italiane en 1944 et RAI − Radiotelevisione Italiana en 1954.

Le monopole RAI de la radio nationale a été aboli en 1974 ; celui de la télévision à couverture locale en 1966 et nationale en 1975.

En Italie, jusqu'en 1974, seule la radio publique Radio RAI pouvait émettre ses 3 stations sur les ondes en AM (modulation d'amplitude - ondes courtes (OC) de 3 à 30 MHz et ondes moyennes (OM) de 520 kHz à 1,6 MHz) et en FM (modulation de fréquence). Il n'y a pas de diffusion sur la fréquence grandes ondes (GO) en Italie.
Depuis 1958, la RAI a diffusé 3 stations spécifiques en stéréo par filodiffusion (radiodiffusion par câble) (it), puis 6 de 2003 à 2023.
Dans le nord du pays, trois stations étrangères diffusant leurs programmes en italien pouvaient facilement être captées :

Dès 1970, les premières émissions de radios "pirates" ont commencé à émettre en modulation de fréquence (FM). Les radios "libres" ont été autorisées officiellement à émettre en FM. De nombreuses stations de radio peuvent être captées sur le territoire communal[61].

Les radios nationales sont :

  • les stations Radio RAI : Rai Radio 1, Rai Radio 2, Rai Radio 3, Rai Radio 3 Classica, Rai Radio Tutta Italiana, Rai Radio 1 Sport, Rai Radio Kids, Rai Radio Techete', Rai Gr Parlamento, Rai Isoradio, No Name Radio & Rai Isoradio,
  • les stations Radio Mediaset : Radio 105, R101, Virgin Radio, Radio Monte Carlo & Radio Subasio.

En 2023, parmi la multitude de radios locales et régionales, les plus pertinentes sont :

  • Radio Antenna Febea
  • Radio Tourning 104 (it)
  • Radio Gamma
  • Radio RC International
  • Radio GS
  • Radio Mediterraneo (Mosorrofa

Télévision

modifier

L'Italie a commencé à convertir ses installations de télédiffusion analogique en numérique HD dès le 1er janvier 2005. La Calabre est la dernière région italienne à être passée au numérique terrestre (TNT) en juillet 2012.

En Calabre, toutes les chaînes nationales TNT HD peuvent facilement être captées :

Les bouquets UHD par satellite Tivùsat où sont regroupées :

Autres chaînes via Internet :

  • Discovery, Netflix, Prime Video, Mediaset Infiniti, Mediaset Premium & RaiPlay.
  • 37 chaînes privées indépendantes :
    • gratuites : Juwelo, Padre Pio TV, QVC, Radio Italia TV, San Marino RTV, SoloCalcio, Sportitalia, SuperTennis, TCI, Telepace, TG Norba 24, TV2000, TVA Vicenza, Canale Italia, TV Koper-Capodistria, 7 Gold, Bike Channel, BOM Channel, Donna Shopping, Supersix, TeleTicino, Top Calcio 24, Vatican Media, Class TV Moda, Euronews, MS Motor TV, Radio Italia Trend TV, UniNettuno University TV, Boing · Cartoonito, Boing Plus, LA7, LA7d, Caccia e Pesca, Deejay TV, Donna TV, GM24, Alma TV & Odeon 24,
    • payantes : Class CNBC, Classica HD, Gambero Rosso Channel, Horse TV, Inter TV, Lazio Style Channel, Milan TV & Telelatino, History, DeAgostini Junior & DeAgostini Kids,
  • 15 chaînes Warner Bros.
  • 2 chaînes institutionnelles : Chambre des députés et Sénat italien.

La région est couverte par une multitude de chaînes locales dont les principales sont :

  • Reggio TV, chaîne généraliste locale, en HD depuis le 27 mars 2023,
  • GS Channel 91, chaîne généraliste locale, 1re TV à faire les tests TNT dès 2005,
  • LaC TV, chaîne généraliste diffusant sur toute la région, TNT et satellite,
  • Telespazio TV, chaîne locale ne diffusant que sur les provinces de Catanzaro et Vibo Valentia,
  • Studio 3, chaîne locale ne diffusant que sur la province de Vibo Valentia,
  • Calabria TV, chaîne locale ne diffusant que sur la province de Vibo Valentia,
  • RL Sicilia 1, chaîne généraliste sicilienne diffusant sur la province de Reggio Calabria,
  • TGS, chaîne locale ne diffusant que sur la province de Reggio Calabria,
  • Cominvest, chaîne locale ne diffusant que sur la province de Reggio Calabria
  • Antenna Sicilia, chaîne généraliste créée le 16 juin 1979 à Catane, liée au quotidien La Sicilia, 285 000 téléspectateurs quotidiens en janvier 2021[62].

Presse écrite - Journaux

modifier

Comme dans toutes les régions d'Italie, la presse quotidienne est largement diffusée par un réseau de revendeurs en kiosques (Edicola). Contrairement à la France où les diffuseurs de presse sont des commerçants, souvent appelés marchands de journaux qui vendent plusieurs autres produits, notamment des cigarettes, ou des revendeurs dans les supérettes, en Italie, ce type de commerce est strictement limité à la vente d'articles de la presse quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle et de livres uniquement édités par les maisons de presse. Ils ne peuvent pas vendre d'autres produits. De même, aucun autre commerçant ne peut être un revendeur de presse.

On trouve :

Uniquement en centre ville, on peut trouver les quotidiens gratuits Metro & Leggo.

Personnalités

modifier

Principales personnalités

modifier

« "Reggio est le règne où a commencé la fable qu'est ma vie: l'atelier de couture de ma mère, la boutique de Haute Couture. C'est le lieu où, petit, j'ai commencé à apprécier l'Iliade, l'Odyssée, l'Eneide, où j'ai commencé à respirer l'art de la Grande Grèce." »

— Gianni Versace, février 1992

.

Les personnes qui sont nées à Reggio de Calabre ou qui ont établi des rapports étroits avec la ville sont nombreuses, et de tous les genres. Le nom, la description et les rapports des reggini célèbres sont utiles pour comprendre le rôle de Reggio en bien, en mal, et dans le mythe. - Angelo d'Ambrosio (1774-1822), général au service du royaume de Naples et du royaume des Deux-Siciles,

  • Stellario Baccellieri (1950-), peintre surnommé « le peintre du Caffè Greco »,
  • Giuseppe Benassai (1835-1878), peintre, professeur à l'Institut des Beaux-Arts de Naples, journaliste et écrivain,
  • Enzo Benedetto (1905-1993), peintre et écrivain,
  • Stefania Bivone (1993-), mannequin, élue Miss Calabre puis Miss Italie en 2011,
  • Umberto Boccioni (1882-1915), peintre et sculpteur futuriste influent, a contribué à façonner l'esthétique révolutionnaire du mouvement futuriste dont il est l'une des principales figures. Son approche du dynamisme de la forme et de la déconstruction du massif a guidé les artistes longtemps après sa mort[63]. Ses œuvres sont détenues par de nombreux musées d'art publics. En 1988, le Metropolitan Museum of Art de New York a organisé une importante rétrospective de 100 de ses pièces[64],
  • Emilio Bulgarelli (1917-1993), joueur de water-polo, vainqueur du titre olympique à Londres (1948),
  • Adele Cambria (1931-2015), actrice, journaliste, écrivaine et féministe,
  • Gianna Maria Canale (1927-2009), actrice,
  • Alessandra Carbonaro (1986-), femme politique, députée,
  • Saint Gaétan Catanoso, prêtre catholique, fondateur des sœurs Véronique de la Sainte Face,
  • Pasquale Condello (1950-), chef de la 'Ndrangheta, arrêté en 1993, condamné 4 fois à la réclusions à vie,
  • Giuseppe De Nava (1858-1924), homme politique, député, Ministre du Royaume d'Italie : des Travaux publics, des Finances, de l'Agriculture, de l'Industrie et du Commerce et du Trésor,
  • Démosthène,
  • Giuseppe Falcomatà (1983-), fils d'Italo Falcomatà, avocat et homme politique, maire de Reggio de Calabre (2014-2021),
  • Italo Falcomatà (1943-2001), homme politique et professeur d'histoire contemporaine à l'université, maire de Reggio de Calabre (1993-2001),
  • Francesco Franco (1930-1991), homme politique, syndicaliste et militant, sénateur (1972-1991),
  • Giovanna Maria Giuffrè (1916-1998), chanteuse et actrice des années 1930 et 1940,
  • Ibycos, VIe siècle av. J.-C.[65] ou VIIe siècle av. J.-C.[66], poète,
  • Francesco Jacomoni (1893-1973), diplomate, gouverneur d'Albanie et chef de la milice albanaise avant et pendant la Seconde Guerre mondiale,
  • Antonino Malara (1898-1975), écrivain, homme politique et militant anarchiste et antifasciste,
  • Marco Minniti (1956-), homme politique, Ministre de l'Intérieur (2016-2018), élu député (2001) puis sénateur (2013), secrétaire d'État à la Présidence du Conseil, chargé de la Sécurité de la République,
  • Fabio Mollo (1980-), scénariste et réalisateur,
  • Giuseppe Morabito (1900-1997), poète et écrivain,
  • Demetrio Moscato (1888-1968), archevêque catholique,
  • Michel Musolino (1955-), écrivain naturalisé français spécialiste de l'économie,
  • Francesco Nucara (1940-2022), homme politique, député du PRI (1983-94), Ministre délégué à l'Environnement et à la Protection du territoire (2005-06),
  • Carlo Praticò '2003-), tiktokker, mannequin et danseur,
  • Rosella Postorino (1978-), romancière, a remporté le prix international "Città di Penne" en 2013 et les prix Rapallo-Carige et Campiello en 2018,
  • Cesare Previti (1934-), avocat et homme politique, sénateur (1994-1996) et Ministre de la Défense (1994-95), député (1996-2007),
  • Marina Ripa di Meana (1941-2018), aussi connue sous le nom de Marina Lante della Rovere (née Maria Elide Punturieri, écrivaine, actrice, réalisatrice et styliste,
  • Aurelio Romeo (1923-2017), chimiste, le premier chercheur au monde à étudier l'acide hyaluronique à partir duquel il synthétisa des dérivés et des esters réticulés qui sont très utilisés en chirurgie, en ingénierie tissulaire, en régénération et en médecine esthétique.
  • Demetrio Salazar (1822-1882), patriote et peintre, à l'origine de la création du Musée Archéologique National de Reggio de Calabre,
  • Domenico Salazar (1937-2009), préfet et chef des Services Secrets Italiens SISDE (it),
  • Leo Di Sanfelice (1935-), pianiste, chanteur, compositeur, personnage de la RAI télévision italienne,
  • Francesco Smalto (1927-2015), couturier fondateur de la célèbre marque de vêtements portant son nom,
  • Alessandro Tommasini (1753-1826), archevêque catholique,
  • Franz de Trenck baron (1711-1749), en allemand Franz Freiherr von der Trenck, militaire au service de la Russie, puis des Habsbourg d'Autriche,
  • Felice Valentino (1816-1901), littéraire et juriste,
  • Gianni Versace (1946-1997), styliste et fondateur de la marque Versace, réputée internationalement pour ses créations vestimentaires et cosmétiques,
  • Donatella Versace (1955-), sœur de Gianni Versace, styliste et cofondatrice de la maison Versace,,
  • Giusy Versace (1977-), petite cousine de Donatella, Gianni et Santo Versace, ancienne athlète paralympique, présentatrice de télévision et femme politique,
  • Santo Versace (1944-), frère de Gianni Versace, cofondateur avec son frère Gianni et sa sœur Donatella de la maison Versace, homme politique et député,
  • Ugo Vetere (1924-2013), homme politique, maire de Rome (1981-1985),
  • Claudio Vitalone (1936-2008), homme politique et magistrat,
  • Annunziato Vitrioli (1830-1900), peintre, un des plus importants de l'histoire de l'art du XIXe siècle, frère du latiniste Diego Vitrioli. Artiste de haute conception et à l'imagination fervente, a traité tous les sujets mais particulièrement le religieux, récompensé pour l'œuvre « La Madone au voile » qui connaît un grand succès pour sa tridimensionnalité illusoire,
  • Giorgio Zani (1918-2013), militaire, photographe et dirigent de la République de Saint-Marin,
  • Domenico Genoese Zerbi (1882-1942), ingénieur, a collaboré activement à la reconstruction de sa ville, presque entièrement détruite par le tremblement de terre de 1908. Il a conçu et construit de nombreux bâtiments, parmi lesquels :
  • Giuseppe Genoese Zerbi (1870-1930), homme politique et maire de Reggio de Calabre (1926-1928).

Philosophes pythagoriciens

modifier
  • Piton, qui vécut au temps du tyran syracusain Denys l'Ancien ;
  • Ipon, accusé d'être athée par Aristote ;
  • Hyppis, orateur, poète et premier historien de l'occident grec, auteur d'une histoire de la Sicile, d'un traité sur les origines italiques et de trois livres de dits oisifs ;
  • Astile, auteur de préceptes moraux.

Sont aussi nés à Reggio de Calabre les élèves de l'école de Pythagore suivants :


Voir aussi

modifier

Liens externes

modifier

Notes et références

modifier
  1. « https://demo.istat.it/?l=it »
  2. Prononciation en italien standard retranscrite selon la norme API.
  3. [1]
  4. Consorzio del Bergamotto
  5. Déodat de Dolomieu, Memoire sur les tremblements de terre de la Calabre pendant l'année 1783, Antonio Fulgoni Ed. (Rome)
  6. (it) John Dickie, Una catastrofe patriottica: 1908: il terremoto di Messina, Gius. Laterza & Figli SpA, (ISBN 978-88-581-1346-2, lire en ligne)
  7. (it) « Helios Magazine - Centro Studi e rivista di scienze, cultura e società » [archive du ], (consulté le )
  8. Valeria Bellantoni, « La tesi di Italo ora è un libro » [archive du ] [PDF], sur Il Quotidiano della Calabria, (consulté le )
  9. (it) « Reggio trionfa Scopelliti » [archive du ], sur Corriere.it, (consulté le )
  10. (it) « Caso Fallara, le motivazioni della Cassazione: «Giuseppe Scopelliti ideatore delle falsificazioni» », sur newz.it, (consulté le )
  11. Depuis la réforme administrative de 2014, le législateur italien a créé le concept de "Ville métropolitaine" ou cité métropolitaine, une subdivision administrative de la République Italienne constituée autour d'une grande ville et qui s'est substituée à la province. Il y a actuellement (2023) 15 Villes Métropolitaines en Italie dont celle de Sassari, créée en 2021. Elle correspond au concept international de métropole urbaine. Le maire d'une ville métropolitaine italienne correspond au préfet français.
  12. (it) « Italia al gelo, la neve imbianca il Sud: disagi per i trasporti », sur La Repubblica, (consulté le )
  13. (it) « Neve a Reggio C., imbiancate le spiagge - Calabria », sur ANSA.it, (consulté le )
  14. (it) « 31 dicembre 2014: un anno fa la grande nevicata di Messina e Reggio Calabria [FOTO] », sur MeteoWeb, (consulté le )
  15. (it) « Nevicata storica a Reggio Calabria », sur Lacnews24.it, (consulté le )
  16. (it) « Population résidente au 1er janvier : Calabre », sur dati.istat.it (consulté le )
  17. (it) « Population de nationalité étrangère résidente à Reggio de Calabre au 15 mai 2024 » (consulté le )
  18. (it) « Le Arance di San Giuseppe e l’Annona il marchio Deco », sur Università Mediterranea di Reggio Calabria - Dipartimento Agraria (consulté le )
  19. (it) « O.ME.CA. - Officine Meccaniche Calabresi SpA, Reggio Calabria, Italia », sur carrimerci.it (consulté le )
  20. « Dopo l’acquisizione di SOCIB SpA, la Coca-Cola HBC Italia chiude gli stabilimenti di Reggio Calabria e Bari e rafforza quello di Marcianise », sur Beverfood.com, (consulté le )
  21. « Réfractions extraordinaires connues sous le nom de fata morgana », sur gloubik.info, (consulté le )
  22. (it) « Ponte sullo Stretto: c'è il progetto definitivo », sur La Repubblica, (consulté le )
  23. « Ponte Messina: Matteoli, da Cda via libera a progetto definitivo » [archive], sur Yahoo Italia Notizie
  24. (it) « Parte il Ponte sullo stretto, costerà 800 milioni in più », sur Il Sole 24 Ore, (consulté le )
  25. Composition du Comité Technique Scientifique italien 2010: Giulio Ballio, Milano (coordinateur); Claudio Borri, Firenze (actions du vent); Raffaele Casciaro, Università della Calabria (analyse structurelle); Alberto Castellani, Milano (ingénierie sismique); Piero D’Asdia, Pescara (structures & ponts suspendus); Giuseppe Muscolino, Messina (science de la construction); Alberto Prestininzi, Sapienza (géologie); Giuseppe Ricceri, Padova (géotechnique); Giovanni Solari, Genova (actions du vent); ing. Giuseppe Fiammenghi, Direttore generale Stretto di Messina, ing. Fulvio Maria Soccodato, ANAS; ing. Giuseppe Traini, RFI. Voir lien: https://www.stradeanas.it/it/ponte-sullo-stretto-di-messina-nominato-il-comitato-scientifico
  26. (it) Giorgio Santilli, « Il Governo dice no alla proroga, entro il 1° marzo al via le operazioni per il congelamento dell'opera », (consulté le )
  27. (en) « Sicily bridge project sinks in Italy budget mire », sur Global Post, (consulté le )
  28. (it) « Ponte sullo Stretto di Messina. Il ponte che unisce l'Italia all'Europa », sur webuildgroup.com (consulté le ) : « Combien coûtera la construction du pont ?
    Le montant de la construction du Pont de Messine, est estimé à 4,5 milliards €uros pour le pont uniquement, soit environ 40 % du montant total du projet. Combien coûteront les travaux de raccordement ? Le coût des travaux des connexions routières, autoroutières et ferroviaires prévues du côté de la Sicile et de la Calabre, sont estimés à environ 5,3 milliards d'euros. Une dépense globale de 1,1 milliard d'€uros est budgétée pour la construction d'ouvrages non directement liés au pont comme les trois stations de métro de Messine et le centre d'affaires de Calabre ainsi que les travaux d'aménagements environnementaux.»
     »
  29. (it) « Ponte sullo Stretto: bollinato il Decreto. Al via l'opera da record e green » [archive du ], (consulté le )
  30. (it) « Ponte sullo stretto, cantieri al via a giugno 2024. In vigore anche il codice appalti », sur Il Sole 24 Ore, (consulté le )
  31. (it) « Il preventivo sale da 10 a 15 miliardi di euro », (consulté le )
  32. (it) « Decreto-Legge 31 marzo 2023, n. 35. Disposizioni urgenti per la realizzazione del collegamento stabile tra la Sicilia e la Calabria. (23G00043) (GU Serie Generale n.77 del 31-03-2023) », sur Gazzetta Ufficiale della Repubblica Italiana (consulté le )
  33. « Voyage de Rome à Palerme : Train de nuit sur un ferry », sur Loukian.net, (consulté le )
  34. (it) « Traffico Merci e Passeggeri nei principali Porti Italiani - MIT », sur dati.mit.gov.it (consulté le )
  35. (it) « A.T.A.M. - Azienda Trasporti per l'Area Metropolitana (Città di Reggio Calabria) » (consulté le )
  36. « Système innovant pour la mobilité urbaine mis en service à Reggio de Calabre », sur cipaspa.it (consulté le )
  37. (it) « Présentation : Les départements d'UniMarconi », sur UniMarconi.it (consulté le )
  38. Général Giuseppe Pesce, Giuseppe Cenni, pilota in guerra, Ufficio Storico Aeronautica Militare Rome (2002) p.105-108
  39. Franco Pagliano, Aviatori italiani (Capitaine Valzer), Longanesi & C. Rome (1964) p.278-279
  40. Antonio D'Agostino, Reggio Calabria 3-4 septembre 1943, Jason Reggio Calabria (1996) p.30-35
  41. (it) Francesca Chiara Siclari, Garcilaso de la Vega alcalde di Reggio Calabria 1534-1536, Città del Sole Edizioni, (ISBN 978-88-7351-661-3, lire en ligne)
  42. (es) Garcilaso de la Vega, Obra completa de Garcilaso de la Vega, EDAF, (ISBN 978-84-414-3783-8, lire en ligne)
  43. (it) Giampiero Buonomo, « No a tre mandati consecutivi per i sindaci » [archive], (consulté le )
  44. (it) « D.C.G. di riconoscimento del 22 dicembre 1934 » (consulté le )
  45. « Stemma di Reggio Calabria » [archive du ] (consulté le )
  46. (it) « La storia del gonfalone di Reggio Calabria » [archive du ], sur Fondazione Mediterranea (consulté le )
  47. (it) « Consorzio di Tutela del Bergamotto di Reggio Calabria » [archive du ] (consulté le )
  48. (it) « Comunicazione e Forme » (consulté le )
  49. (it) « www.e-patras.gr - Città Gemellate » [archive du ] (consulté le )
  50. (it) « Omar Masso campione Italian Style bartender 2017 - Notizie Calabria », sur Ntacalabria.it, (consulté le )
  51. (it) « Associazione TECLA - Sito Ufficiale » [archive du ] (consulté le )
  52. (it) « Legambiente Calabria » [archive du ], sur calabria.legambiente.it (consulté le )
  53. (it) « Corrireggio per tutti » (consulté le )
  54. (it) « SCIROCCOnews » [archive du ] (consulté le )
  55. (it) « SCIROCCOnews » [archive du ], sur SCIROCCOnews (consulté le )
  56. (it) « Mnews - Recensioni » [archive du ], sur Mnews - Recensioni (consulté le )
  57. « Arcobaleno Motor Show Reggio Calabria » [archive du ], sur Mondomotoriblog (consulté le )
  58. (it) « Parco Caserta Sport Village · Piscina Palesta e Sport a Reggio Calabria », sur Centro Sportivo Parco Caserta (consulté le )
  59. (it) « Sito del Golf Club Montechiarello » [archive du ], (consulté le )
  60. (it) « Sito del circolo Polimeni » [archive du ],
  61. (it) « Frequenze radio reggio calabria | stazione radio reggio calabria | Radio Online », sur diretta.frequence-radio.com (consulté le )
  62. « Statistiques Auditel.it 1er trimestre 2021 » (consulté le )
  63. « Umberto Boccioni », sur MoMa (consulté le )
  64. (en) Michael Brenson, « Review/Art; Met Retrospective Explores Boccioni And Futurism », sur The New York Times, (consulté le )
  65. Marguerite Yourcenar 2015, p. 111-112
  66. Robert 1981, p. 118