Les Grikos sont une ethnie d'Italie du Sud.

Aperçu diachronique de la diffusion du Griko calabrais : bleu : jusqu’au XVe siècle, violet : jusqu’au XVIe siècle, jaune : jusqu’au XIXe siècle, orange : jusqu’au XXe siècle, rouge: situation présente de la langue.

Ils parlent le griko (deux dialectes), une langue proche du grec moderne mais écrit avec l'alphabet latin et non l'alphabet grec.

Ils vivent dans 2 enclaves : la première en Calabre et la seconde dans les Pouilles (ancienne Apulie).

Autrefois, avant 1500, le sud de l'Italie était de langue grecque, mais avec la chute de Constantinople, la renaissance, l'unité Italienne de 1860 et la période fasciste, entre 1922 et 1943, soit diverses périodes d'Italianisation, l'usage de la langue grecque et de ses dialectes a fortement régressé.

HistoireModifier

Il existe plusieurs hypothèses sur l'existence d'une communauté grecque en Italie méridionale.

1) Elle descend des colons grecs venus pendant la Grande-Grèce qui s'établit de -760 à -272 (Cumes; Tarente...). Malgré la conquête de la Grande-Grèce par Rome, la communauté a su protéger sa culture.

2) Elle descend des colons grecs établis entre la reconquête de l'Italie par les Byzantins sur les Ostrogoths (535 à 552) et la perte de ses territoires (Sicile et Sud de la péninsule) faces aux Sarrasins (Sicile de 826 à 965) et aux Lombards (perte de l'Exarchat de Ravenne en 752).

3) Elle descend de la création du Catépanat d'Italie (898) à sa fin (1071), conquis par les Normands du Royaume de Sicile.

4) Elle descend de réfugiés grecs de l'Empire byzantin après la chute de Constantinople en 1453 devant les Ottomans. Cet évènement contribua au déclenchement de la Renaissance en Italie puis en Europe.

À partir du XVIe siècle, la communauté n'a cessé de régresser et sous la période fasciste, une politique d'italianisation forcée a fortement diminué l'apprentissage de la langue par les nouvelles générations. Mais depuis quelques années, il y a une renaissance culturelle visible dans l'apprentissage de la langue.

NombreModifier

Il y a environ 40 000 Grikos en Italie mais seulement 20 000 locuteurs.

Ils ont été déclarés minorité linguistique par le Parlement.

ReligionModifier

Ils appartiennent à l'Église grecque-catholique italo-grecque comme les Arbereshs.

Voir aussiModifier

Liens internesModifier

Liens externesModifier