Grand Prix d'été de combiné nordique 2017

compétition sportive
Grand Prix d'été de combiné nordique 2017
Description de l'image Nordic combined pictogram.svg.
Généralités
Sport Combiné nordique
Organisateur(s) FIS
Édition 20e
Date du
au
Épreuves 7

Palmarès
Vainqueur Drapeau : Estonie Kristjan Ilves
Deuxième Drapeau : Autriche Martin Fritz
Troisième Drapeau : Autriche Lukas Greiderer

Navigation

Le Grand Prix d'été de combiné nordique 2017 est la vingtième édition de la compétition estivale de combiné nordique. Elle se déroule du au 1er octobre, en sept épreuves disputées sur quatre sites différents.

L'épreuve par équipes à Oberwiesenthal est remportée par l'équipe tchèque composée de Tomas Portyk et de Miroslav Dvořák devant deux équipes allemandes. Les épreuves individuelles sont remportées par l'Autrichien Mario Seidl, les Allemands Fabian Riessle et Eric Frenzel ainsi que le Norvégien Magnus Moan. L'Estonien Kristjan Ilves remporte le classement général devant les Autrichiens Martin Fritz et Lukas Greiderer.

Organisation de la compétitionModifier

Programme et sites de compétitionModifier

Le calendrier de la saison prévoit sept épreuves sur quatre sites[1]. La compétition débute une nouvelle fois à Oberwiesenthal[2]. Les deux courses suivront des étapes de la Coupe continentale féminine de saut à ski 2017-2018 (en)[2]. Une course a lieu à Tschagguns en Autriche et deux courses à Oberstdorf[2]. En marge des courses d'Oberstdorf, des courses de juniors garçons et filles sont organisées[2]. Enfin, deux courses sont organisées à Planica, en Slovénie[2]. Entre 25 000 et 30 000 spectateurs sont attendus sur l'ensemble de la compétition[3].

Les tremplins au programme
Ville Tremplin Image
Oberwiesenthal Fichtelbergschanzen (de)  
Tschagguns Montafoner Schanzenzentrum (de)  
Oberstdorf Tremplins de Schattenberg  
Planica Bloudkova velikanka  

Format des épreuvesModifier

Sur les sept épreuves prévues, le calendrier compte six épreuves individuelles et un sprint par équipes[1].

IndividuelModifier

Les athlètes exécutent premièrement un saut sur un tremplin suivi d’une course de rollerski de 10 km[2]. À la suite du saut, des points sont attribués pour la longueur et le style[4]. Le départ de la course de rollerski s'effectue selon la méthode Gundersen (1 point = 4 secondes), le coureur occupant la première place du classement de saut s’élance en premier, et les autres s’élancent ensuite dans l’ordre fixé[4]. Le premier skieur à franchir la ligne d’arrivée remporte l’épreuve[4]. Les trente premiers athlètes à l'arrivée marquent des points suivant la répartition suivante[5] :

Répartition des points pour les épreuves individuelles
Place 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e 21e 22e 23e 24e 25e 26e 27e 28e 29e 30e
Points 100 80 60 50 45 40 36 32 29 26 24 22 20 18 16 15 14 13 12 11 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1

Pour la première fois, le meilleur sauteur porte un dossard bleu et le meilleur skieur porte un dossard rouge[6].

Sprint par équipesModifier

Cette épreuve est composée par équipe de deux[7]. Les deux athlètes effectuent un saut chacun et des points sont attribués pour la longueur et le style[7]. Le départ de la course de rollerski s'effectue selon la cotation suivante (1 point = 2 secondes). Un des athlètes occupant la première place du classement de saut s’élance en premier, et les autres s’élancent ensuite dans l’ordre fixé[7]. La course de rollerski de 2 × 7,5 km avec changement d’athlète tous les 1,5 km[7]. Le premier athlète à franchir la ligne d’arrivée remporte l’épreuve.

Les nations ne peuvent engager plus de trois équipes pour cette épreuve[8]. Les huit premières équipes à l'arrivée marquent des points suivant la répartition suivante[5]:

Points pour le sprint par équipes
Place 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e
Points 200 175 150 125 100 75 50 25

Dotation financièreModifier

Les organisateurs de chaque course doivent consacrer 10 000€ aux prix en argent (prize money)[8]. La répartition est la suivante : 8 000€ pour le classement de la course (les six premiers de l'individuel et les six premières équipes du Team Sprint)[8]. Les 2 000€ restants sont consacrés à la dotation du classement général[8].

CompétitionModifier

Avant la compétitionModifier

Athlètes pouvant participerModifier

Les nations qui le souhaitent peuvent engager un nombre limité d'athlètes par compétition[9] :

Quotas par pays
Nations Quotas Motifs
  Autriche,   Allemagne,   Norvège 8 Nations classées aux trois premières places du classement des nations de la Coupe du monde de combiné nordique 2016-2017
  France,   Japon,   Finlande 6 Nations classées entre la quatrième et la sixième place du classement des nations de la Coupe du monde de combiné nordique 2016-2017
  Tchéquie,   Estonie,   Italie,   Corée du Sud,   États-Unis,   Slovénie,   Pologne,   Russie,   Suisse 4 Autres nations classées dans le classement des nations de la Coupe du monde de combiné nordique 2016-2017
Autres nations 2 Nations n'ayant marqué aucun point en coupe du monde

La nation « à domicile » peut engager quatre athlètes supplémentaires[8].

Sont sélectionnables, les athlètes ayant[9] :

ParticipantsModifier

La compétition a lieu durant la préparation estivales des athlètes[10],[11]. Ceux-ci visent notamment pour les jeux olympiques[10],[12],[13].

Les favoris sont les athlètes allemands notamment Eric Frenzel et Johannes Rydzek qui ont dominé la précédente édition de la coupe du monde[14]. Les autres athlètes allemands Fabian Riessle, Bjorn Kircheisen et Manuel Faisst ainsi que les Autrichiens, les Japonais, les Finlandais et les Français sont également attendus[14]. L'équipe de France compte deux leaders : François Braud et Maxime Laheurte qui vient de remporter le championnat de France[14],[15]. Jason Lamy-Chappuis qui a annoncé son retour à la compétition au printemps 2017 avec pour objectif les Jeux olympiques de 2018[16] participe à la compétition (à l'exception des deux premières courses d'Oberwiesenthal)[14],[17]. Au contraire, Hannu Manninen n'est pas présent dans l'équipe Finlandaise[14]. Il ne manque que les meilleurs norvégiens qui préfèrent s'entraîner à Planica[10],[18],[12]. Le nouveau coach de l'équipe slovène, Mitja Oranic, espère que ses athlètes brilleront notamment à domicile afin de garantir des places aux Jeux olympiques pour la Slovénie[19].

Lors des courses de Planica, des athlètes comme Mario Seidl, Eric Frenzel choisissent de ne pas participer[20]. Les meilleurs athlètes norvégiens font le choix inverse[20].

Déroulement de la compétitionModifier

OberwiesenthalModifier

 
Eric Frenzel, à domicile, réalise deux podiums en deux courses.

Le , vingt-trois équipes représentant douze nations différentes sont engagées lors du sprint par équipes[12]. Lors du concours de saut, les Autrichiens Franz-Josef Rehrl et Mario Seidl réalisent respectivement un saut à 103 m et un saut à 99,5 m ce qui leur permet dominer ce concours[21]. L'équipe numéro 3 allemande composé de Bjorn Kircheisen et de Terence Weber est deuxième à 5 secondes[21]. Akito Watabe réalise le record du tremplin, 107 m ce qui permet à son équipe d'être troisième à 10 s[21]. La première équipe tchèque est juste une seconde derrière les Japonais[21]. Les Finlandais, la seconde équipe tchèque, les deux autres équipes allemandes suivent de peu[21]. Au total, neuf équipes sont dans la même minute avant le départ de la course de rollerski[21]. Lors de celle-ci, les quatre équipe en tête après le concours de saut se regroupe en tête lors du premier tour[21]. Puis à la-course, trois autres équipes les rejoignent[21]. Les sept équipes sont l'Autriche, la Finlande, la République tchèque, le Japon et les trois équipes allemandes[21]. Les sept équipes restent ensemble jusque dans le dernier tour[21]. Fabian Riessle attaque et il donne le relais à Eric Frenzel en tête[21]. Cependant, Miroslav Dvorak n'est pas loin et il réussit à rentrer sur l'allemand. Finalement le Tchèque l'emporte au sprint devant le quintuple vainqueur de la coupe du monde[21]. La deuxième équipe d'Allemagne composé de Jakob Lange et de Vinzenz Geiger complète le podium[22]. Les Autrichiens, premier après le saut, terminent quatrième à deux secondes du podium[23].

Le lendemain, l'Autrichien Mario Seidl réalise 106 m au tremplin ce qui lui permet de dominer le concours de saut[24]. Il devance les Japonais Akito Watabe qui a sauté à 102,5 m et Hideaki Nagai[24]. Ils sont respectivement à 4 secondes et 29 secondes de l'Autrichien[24]. Le meilleur skieur, Fabian Riessle est cinquième à 40 secondes[24]. Eric Frenzel est à 46 secondes et Bjorn Kircheisen à 51 secondes[24]. Lors de la course de rollerski, Mario Seidl et Akito Watabe font la course en tête jusqu'au 7e kilomètre[24]. À ce moment là, l'Autrichien lâche le Japonais et l'emporte en solitaire[24]. Derrière le groupe de chasse composé d'Eric Frenzel, de Fabian Riessle et de Bjorn Kircheisen reviennent sur Akito Watabe dans le dernier tour[24]. Finalement, Eric Frenzel, à domicile — il a été fait citoyen d'honneur de la ville quelques jours plus tôt[25] — termine deuxième[10]. Il devance Fabian Riessle, Akito Watabe et Bjorn Kircheisen[24]. Environ 3 500 spectateurs ont assisté à la course[26]. À noter que Johannes Rydzek n'a pas disputé ces courses car il a été mis au repos par l'entraîneur allemand, Hermann Weinbuch, en raison d'un printemps chargé[27],[28]. L'équipe de France était absente en raison d'une compétition nationale à Gérardmer[29].

AutricheModifier

Quelques jours plus tard, une course a lieu en Autriche dans la vallée du Montafon[30]. Lors du concours de saut sur le Montafoner Schanzenzentrum (de), Mario Seidl réalise un saut de 104,5 m ce qui lui permet de disposer de 31 secondes d'avance sur Laurent Muhlethaler qui a sauté à 100,5 m[30]. Akito Watabe, vainqueur du saut de réserve la veille, est troisième avec un saut de 98,5 m[30]. Derrière les écarts sont très serrés avec 13 athlètes à moins d'une minute du leader et 48 athlètes à moins de deux minutes[30]. Mario Seidl fait la course de rollerski en tête pendant 7,5 km avant d'être rejoint par un groupe de onze athlètes[30],[31]. La course se joue finalement au sprint et c'est finalement Fabian Riessle le plus rapide[32]. Derrière, Mario Seidl termine deuxième à trois dixièmes de secondes[30]. Pour la troisième place le Finlandais Ilkka Herola domine Eric Frenzel pour un dixième de secondes[30]. Laurent Muhlethaler, deuxième après le saut, termine sixième son meilleur résultat en carrière chez les seniors[32]. La course a rassemblé plusieurs centaines de spectateurs[33].

OberstdorfModifier

 
Mario Seidl signe deux nouveaux podiums dans la compétition.

Le , Harald Johnas Riiber domine le concours de saut avec 133,5 mètres mais il est disqualifié en raison d'une combinaison non conforme[34]. Par conséquent, c'est Eric Frenzel qui est en tête grâce à un saut à 132 mètres[35]. Il devance le Japonais Takehiro Watanabe qui a sauté à 130 m de 6 s[35]. Mario Seidl est troisième à 8 secondes du leader[35],[36]. Akito Watabe est quatrième et il devance Johannes Rydzek qui saute à 132 mètres pour sa première compétition estivale[35]. Il est à 16 secondes du leader[35]. Lors de la course de rollerskis, Eric Frenzel est seul en tête mais il n'a plus que 7 secondes d'avance sur Johannes Rydzek après 1,8 kilomètres de course[35]. Celui-ci rejoint Eric Frenzel et les deux allemands creusent un écart sur un groupe de poursuivants composé de Akito Watabe, de Mario Seidl, de Tomas Portyk et de Maxime Laheurte[35]. Dans l'avant dernier tour, Johannes Rydzek se fait lâché par Eric Frenzel et celui-ci s'impose avec plus de 30 secondes sur son compatriote[35]. Mario Seidl prend la troisième place devant Tomas Portyk qui signe son meilleur résultat[35],[37].

Le lendemain, Mario Seidl domine le concours de saut grâce à un saut de 140,5 mètres réalisé avec un élan moindre que les autres athlètes[38]. En effet, Akito Watabe qui a réalisé 142,5 mètres est relégué à 22 secondes[38]. Takehiro Watanabe est troisième mais à 44 secondes[38]. Les Allemands Fabian Rießle et Eric Frenzel sont ensemble à une minute et 26 secondes[38]. Lors de la course de rollerski, l'Autrichien fait la course en tête et l'emporte[38]. Akito Watabe est rattrapé après 7,2 km par un groupe composé de Eric Frenzel, de Fabian Riessle, de Maxime Laheurte, de Tomas Portyk et de Takehiro Watanabe[38]. Finalement les deux allemands et Watabe se jouent le podium au sprint[38]. Fabian Riessle devance Eric Frenzel et Akito Watabe[38].

Mario Seidl conserve la tête du classement général de la compétition à l'issue de ces deux courses[39]. Par contre, l'Autrichien n'est pas présent à Planica pour les deux dernières courses de la compétition[39].

PlanicaModifier

 
Magnus Moan remporte les deux courses de Planica.

Contrairement aux courses précédentes, les meilleurs athlètes norvégiens sont présents à Planica alors que les meilleurs athlètes allemands et autrichiens sont absents[40].

Le Français Maxime Laheurte domine le concours de saut grâce à un saut à 137 mètres[41]. Il devance l'Estonien Kristjan Ilves de 12 secondes et le Norvégien Jan Schmid de 28 secondes[41]. Laurent Muhlethaler est quatrième à 33 secondes grâce à un saut à 133 mètres[41]. Martin Fritz est cinquième à 35 secondes et le Norvégien Espen Andersen sixième à 41 secondes[41]. Avec un saut de 130,5 m, Magnus Moan est treizième à 59 secondes du leader[41]. Lors de la course de rollerski, Maxime Laheurte fait la course en tête, en partie avec Kristjan Ilves, pendant quatre des cinq tours[41]. Il est repris par un groupe composé des Norvégiens Magnus Moan, Jan Schmid et Espen Andersen, du Japonais Yoshito Watabe, de l'Autrichien Martin Fritz, du Suisse Tim Hug et des Français François Braud et Laurent Muhlethaler[41]. Dans le dernier tour, Magnus Moan, Espen Andersen, Jan Schmid et Martin Fritz se détachent et se jouent la victoire au sprint[41]. Magnus Moan l'emporte d'un dixième devant Espen Andersen et Jan Schmid domine à la photo-finish Martin Fritz pour la troisième place[41],[42].

Le lendemain, Maxime Laheurte domine à nouveau le concours de saut avec un saut à 134,5 mètres[43]. Grâce à un saut de 131,5 mètres, Yoshito Watabe est deuxième à 2 secondes du leader[43]. Jarl Magnus Riiber est troisième à 6 secondes[43],[44]. Les athlètes sur le podium la veille sont sixième (Espen Andersen), neuvième (Jan Schmid) et onzième (Magnus Moan)[43]. Celui a réalisé un saut à 128 mètres ce qui lui permet d'être à 37 secondes du leader[43]. 17 athlètes sont dans la même minute avant le départ de la course de rollerski[43]. Maxime Laheurte, Jarl Riiber et Yoshito Watabe font le début de la course de rollerski ensemble[43]. Ils sont rattrapés par Martin Fritz, Kristjan Ilves et Espen Andersen dans le deuxième tour[43]. Un tour plus tard, Magnus Moan revient sur le groupe de tête et ramène avec lui Jan Schmid et Laurent Muhlethaler[43]. Magnus Moan distance les autres athlètes dans le dernier tour et l'emporte à nouveau[43]. Il devance Jarl Magnus Riiber et Martin Fritz[45].

Bilan de la compétitionModifier

 
Kristjan Ilves remporte le classement général de la compétition.

L'Estonien Kristjan Ilves remporte le classement général car pour remporter cette compétition il faut participer à toutes les courses[43]. Il devance Martin Fritz et Lukas Greiderer[43]. Ces trois athlètes se partagent les 14 000 euros de dotation pour le classement général[45].

Kristjan Ilves est le premier estonien à remporter cette compétition[46]. Il juge qu'il a réalisé un bon été avec des bonnes performances notamment en rollerski[47]. Il espère que la saison hivernale sera une réussite et il vise un top 10 lors des Jeux olympiques de 2018[47].

L'équipe norvégienne a profité de l'intersaison pour apporter des changements dans son fonctionnement[48]. Magnus Moan est très heureux de son été et de ses deux victoires à Planica[49]. Il espère qu'il va garder la forme et faire mieux que la saison précédente qu'il juge comme un « enfer »[49].

Maxime Laheurte juge qu'il a réussi sa saison estivale[50],[51]. Il pense que l'équipe de France progresse et qu'elle peut viser une médaille olympique lors de la course par équipe[50]. Fabian Riessle qui a réalisé trois podiums dans la compétition est heureux de ces performances[52]. Lui aussi espère obtenir de bonnes performances aux jeux olympiques[52].

ClassementsModifier

IndividuelModifier

Contrairement à la coupe du monde, le vainqueur du classement général de la compétition est l'athlète qui marque le plus de points et qui participe à toutes les compétitions[8],[20]. Par conséquent, c'est Kristjan Ilves qui remporte la compétition devant Martin Fritz et Lukas Greiderer[53].

Rang Nom Points
01.   Mario Seidl 340
02.   Eric Frenzel 290
03.   Fabian Riessle 276
04.   Magnus Moan 200
05.   Kristjan Ilves 194
06.   Maxime Laheurte 189
07.   Akito Watabe 181
08.   Martin Fritz 152
09.   Ilkka Herola 135
10.   Tomas Portyk 130
11.   Laurent Muhlethaler 129
12.   Jan Schmid 110
13.   Johannes Rydzek 109
13.   Espen Andersen 109
15.   Jarl Magnus Riiber 106
16.   Bjorn Kircheisen 106
17   Miroslav Dvořák 101
18.   Eero Hirvonen 097
19.   Lukas Greiderer 089
20.   Tim Hug 082
21.   Takehiro Watanabe 073
22.   Terence Weber 067
Rang Nom Points
23.   Yoshito Watabe 065
24.   Taihei Kato 065
25.   Marjan Jelenko 063
26.   François Braud 058
27.   Go Yamamoto 048
28.   Vinzenz Geiger 048
29.   Alessandro Pittin 045
30.   David Pommer 043
31.   Hideaki Nagai 042
32.   Taylor Fletcher 040
33.   Jason Lamy-Chappuis 038
34.   Antoine Gérard 035
35.   Aguri Shimizu 035
36.   Jakob Lange 033
37.   Vid Vrhovnik 032
38.   Bryan Fletcher 030
39.   Manuel Faisst 028
40.   Martin Hahn 028
41.   Mikko Kokslien 026
42.   Arttu Mäkiaho 025
42.   Raffaele Buzzi 022
44.   Espen Bjørnstad 019
Rang Nom Points
45.   Viktor Pasichnyk 019
46.   Magnus Krog 016
47.   David Welde 016
48.   Jørgen Graabak 015
49.   Ondřej Pažout 014
50.   Go Sonehara 012
51.   Szczepan Kupczak 010
52.   Tobias Haug 010
53.   Harald Johnas Riiber 009
54.   Ernest Yahin 009
55.   Karl-August Tiirmaa 008
56.   Tom Lubitz 007
57.   Harald Lemmerer 005
58.   Samuel Costa 005
58.   Pawel Slowiok 005
60.   Hisaki Nagamine 003
61.   Adam Loomis 003
62.   Adam Cieslar 003
63.   Leon Šarc 002
64.   Jan Vytrval 002
65.   Jens Lurås Oftebro 002

Coupe des NationsModifier

Le classement de la Coupe des nations est établi à partir d'un calcul qui fait la somme de tous les résultats obtenus par les athlètes d'un pays dans les épreuves individuelles ainsi que les deux meilleurs résultats du sprint par équipes[8]. Une équipe du pays en tête de ce classement s'élancera en dernier lors du saut de l'épreuve par équipes[8].

Classement de la Coupe des Nations
Rang Nom Points
01.   Allemagne 1 193
02.   Autriche 0779
03.   Japon 0624
04.   Norvège 0612
05.   France 0449
06.   Tchéquie 0447
07.   Finlande 0382
08.   Estonie 0252
09.   États-Unis 0098
10.   Slovénie 0097
11.   Pologne 0093
12.   Suisse 0082
13.   Italie 0072
14.   Ukraine 0019
15.   Russie 0009

RésultatsModifier

1.   Oberwiesenthal
Date Épreuve Vainqueur Deuxième Troisième Leader du Grand Prix
Sprint par équipes
HS 106 / 2 × 7,5 km
  République tchèque I   Allemagne I   Allemagne II Non attribué :
épreuve par équipes
Épreuve individuelle
HS 106 / 10 km
  Mario Seidl   Eric Frenzel   Fabian Riessle   Mario Seidl
2.   Tschagguns
Date Épreuve Vainqueur Deuxième Troisième Leader du Grand Prix
Épreuve individuelle
HS 108 / 10 km
  Fabian Riessle   Mario Seidl   Ilkka Herola   Mario Seidl
3.   Oberstdorf
Date Épreuve Vainqueur Deuxième Troisième Leader du Grand Prix
Épreuve individuelle
HS 137 / 10 km
  Eric Frenzel   Johannes Rydzek   Mario Seidl   Mario Seidl
Épreuve individuelle
HS 137 / 10 km
  Mario Seidl   Fabian Riessle   Eric Frenzel   Mario Seidl
4.   Planica
Date Épreuve Vainqueur Deuxième Troisième Leader du Grand Prix
Épreuve individuelle
HS 140 / 10 km
  Magnus Moan   Espen Andersen   Jan Schmid   Mario Seidl
Épreuve individuelle
HS 140 / 10 km
  Magnus Moan   Jarl Magnus Riiber   Martin Fritz   Mario Seidl

Article connexeModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « FIS Nordic Combined Grand Prix 2017 », sur fis-ski.com (consulté le 30 juillet 2017).
  2. a b c d e et f (en) « Extended Summer Grand Prix 2017 in the starting blocks », sur fis-ski.com, .
  3. (en) « Chat with FIS Race Director Lasse Ottesen », sur fis-ski.com, .
  4. a b et c Blandine Costentin, « Chaux-Neuve 2017 : le combiné nordique en quatre vidéos », sur francebleu.fr, .
  5. a et b FIS 2017, p. 2.
  6. (en) « FIS Summer Interviews: Montafon (AUT) », sur fis-ski.com, .
  7. a b c et d « Val Di Fiemme 2013 : présentation des mondiaux de ski nordique », sur vavel.com (consulté le 9 décembre 2015).
  8. a b c d e f g et h FIS 2017, p. 3.
  9. a et b FIS 2017, p. 4.
  10. a b c et d (de) « Olympia-Vorbereitung: Kombinierer um Frenzel voll im Plan », sur rheinpfalz.de, .
  11. (de) « Nordische Kombination: Sommer-Grand-Prix startet in Oberwiesenthal », sur sportreport.biz.
  12. a b et c (de) Thomas Nahrendorf, « Frenzel und Kircheisen starten mit Heimspiel in Olympia-Saison », sur tag24.de, .
  13. (de) « Kolumne Eric Frenzel: „Der erste Schritt…“ », sur oberpfalzecho.de, .
  14. a b c d et e Mirko Hominal, « Combiné Nordique / Grand Prix 2017 : Le programme complet », .
  15. (en) « Maxime Laheurte French summer champion 2017 », .
  16. (en) « Jason returns - a chance for Team France », sur fis-ski.com, .
  17. « Lamy Chappuis: « Il va falloir que je prouve un petit peu plus » », sur ledauphine.com, .
  18. (no) « Touchdown i Planica », sur ski-tv.no, .
  19. (en) « Mitja Oranic head coach of newly formed team Slovenia », sur fis-ski.com, .
  20. a b et c (en) « Summer Grand Prix culminates in Planica », sur fis-ski.com, .
  21. a b c d e f g h i j k et l (en) « Surprise victory in Oberwiesenthal: Dvorak/Portyk on top », .
  22. (cs) « Sdruženáři Portyk s Dvořákem vyhráli závod letní Grand Prix », .
  23. (de) « ÖSV-Duo verpasst bei Team-Sprint knapp Podest », sur sport.orf.at, .
  24. a b c d e f g h et i (en) « Mario Seidl steals the win in Oberwiesenthal », sur fis-ski.com, .
  25. (de) « Eric Frenzel wird Ehrenbürger des Kurortes Oberwiesenthal », .
  26. (de) « Kombinierer Frenzel und Rießle verpassen Sieg beim Sommer-Grand-Prix », sur tag24.de, .
  27. (de) « Kein deutscher Sieg beim Sommer-Grand-Prix-Auftakt », sur freiepresse.de, .
  28. (de) Thomas Prenzel, « Nur "Super-Mario" besser als Eric Frenzel », sur freiepresse.de, .
  29. Mirko Hominal, « La surprise Tchèque », sur ski-nordique.net,
  30. a b c d e f et g (en) « Fabian Rießle sprints to the victory in Montafon », sur fis-ski.com, .
  31. (de) « Rießle-Triumph nach Aufholjagd », sur vn.at, .
  32. a et b Mirko Hominal, « Laurent Muhlethaler impressionne », sur ski-nordique.net, .
  33. (de) « Publikum beflügelte Nordische Kombinierer », sur vol.at, .
  34. (sl) « PVN: Jelenko tokrat brez točk, zmaga Matica Hladnika », sur sloski.si, .
  35. a b c d e f g h et i (en) « Frenzel returns to winning ways in Oberstdorf », sur fis-ski.com, .
  36. (it) « Nella prima di Oberstdorf torna a vincere Eric Frenzel », .
  37. (cs) « 5. závod Letní Grand Prix: V noční jízdě v Oberstdorfu Portyk sedmý, Dvořák dvanáctý », .
  38. a b c d e f g et h (en) « Mario Seidl strikes back in Oberstdorf », sur fis-ski.com, .
  39. a et b (de) « Was kommt nach Frenzel und Co? », sur freiepresse.de, .
  40. (no) « Kombinertlandslaget til Planica », sur skiforbundet.no, .
  41. a b c d e f g h et i (en) « Triple Norwegian victory in Plancia », sur fis-ski.com, .
  42. (no) « Moan vant da det ble trippel norsk i Planica », sur aftenposten.no, .
  43. a b c d e f g h i j k et l (en) « Moan makes it a double, Ilves wins overall », sur fis-ski.com, .
  44. (no) « Moan i superform - vant igjen i Planica », sur aftenposten.no, .
  45. a et b (de) « Martin Fritz kombiniert sich in Planica aufs Podium ***ÖSV-Duo auf Platz zwei und drei in der Grand-Prix-Gesamtwertung », sur nordische-kombination24.de, .
  46. (ee) « Olümpialootus Ilves krooniti suve parimaks kahevõistlejaks », sur om2018.postimees.ee, .
  47. a et b (ee) Kris Ilves, « Olümpialootus Kristjan Ilves: olen maailma tipule kõvasti lähemal », sur pluss.postimees.ee, .
  48. (no) « Kombinert-Moan hyller drastiske endringer », sur dagbladet.no, .
  49. a et b (no) Henrik Brattli Vold, « Endelig gliser Magnus Moan (34) igjen », sur nrk.no, .
  50. a et b Doris Henry, « Maxime Laheurte : avant les JO, le début des choses sérieuses... », sur magnumlaradio.com, .
  51. « Jérôme Laheurte : « On sent qu’on a franchi un petit cap » », sur nordicmag.info, .
  52. a et b (de) Johannes Bachmann, « Famoser Start in die Olympiasaison », sur badische-zeitung.de, .
  53. Mirko Hominal, « Encore les Norvégiens », sur ski-nordique.net, .