Ouvrir le menu principal

Grand Prix d'été de combiné nordique 2016

Compétition de combiné nordique
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Grand Prix d'été de combiné nordique 2016
Description de l'image Nordic combined pictogram.svg.
Généralités
Sport Combiné nordique
Organisateur(s) FIS
Édition 19e
Date du
au
Épreuves 5

Palmarès
Vainqueur Drapeau : Norvège Jarl Magnus Riiber
Deuxième Drapeau : Autriche Mario Seidl
Troisième Drapeau : France François Braud

Navigation

Le Grand Prix d'été de combiné nordique 2016 est la dix-neuvième édition de la compétition estivale de combiné nordique. Elle se déroule du 27 août au 3 septembre, en cinq épreuves disputées sur trois sites différents.

Les épreuves ont commencé en Allemagne, à Oberwiesenthal, près de la frontière tchèque, se sont poursuivies en Autriche, à Villach, avant de s'achever en Allemagne, en Bavière cette fois, à Oberstdorf.

À Oberwiesenthal, les Allemands Björn Kircheisen et Eric Frenzel remportent le sprint par équipes et le Norvégien Jarl Magnus Riiber l'épreuve individuelle. L'Autrichien Mario Seidl s'impose pour sa part à Villach. Le Norvégien Jarl Magnus Riiber remporte les deux courses d'Oberstdorf, ce qui lui permet de remporter le classement général de la compétition.

Sommaire

Organisation de la compétitionModifier

Programme et sites de compétitionModifier

Le calendrier de la saison prévoit cinq épreuves sur trois sites[1]. Lors de cette édition, il n'y a que des étapes « traditionnelles »[2],[3]. La compétition débute une nouvelle fois à Oberwiesenthal[4]. Les deux courses suivront des étapes de la Coupe continentale féminine de saut à ski 2016-2017 (en)[5]. Une course a lieu à Villach en Autriche et deux courses à Oberstdorf[2]. En marge des courses d'Oberstdorf, des courses de garçons et filles nés entre 1999 et 2001 sont organisées[6].

Des courses étaient envisagées à Sotchi sur les installations des jeux olympiques mais ces courses n'ont pas été intégrées au calendrier[4],[7].

Les tremplins au programme
Ville Oberwiesenthal Villach Oberstdorf
Tremplin Fichtelbergschanzen (de) Villacher Alpenarena (en) Tremplins de Schattenberg
Image      

Format des épreuvesModifier

Sur les cinq épreuves prévues, le calendrier compte quatre épreuves individuelles et un sprint par équipes[1],[2].

IndividuelModifier

Les athlètes exécutent premièrement un saut sur un tremplin suivi d’une course de rollerski de 10 km. À la suite du saut, des points sont attribués pour la longueur et le style. Le départ de la course de rollerski s'effectue selon la méthode Gundersen (1 point = 4 secondes), le coureur occupant la première place du classement de saut s’élance en premier, et les autres s’élancent ensuite dans l’ordre fixé. Le premier skieur à franchir la ligne d’arrivée remporte l’épreuve[8],[9],[10],[11]. Les trente premiers athlètes à l'arrivée marquent des points suivant la répartition suivante[RegFIS 1] :

Répartition des points pour les épreuves individuelles
Place 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e 21e 22e 23e 24e 25e 26e 27e 28e 29e 30e
Points 100 80 60 50 45 40 36 32 29 26 24 22 20 18 16 15 14 13 12 11 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1

Contrairement aux années passées, il n'y aura pas de qualifications d'organisées si le nombre d'athlètes engagés excède 50 afin de permettre aux « petites » nations de participer aux épreuves de la compétition[12]. Les autres changements de règlement concernent les tenues des athlètes lors des concours de saut à skis[12].

Sprint par équipesModifier

Cette épreuve est composée par équipe de deux[13]. Les deux athlètes effectuent un saut chacun et des points sont attribués pour la longueur et le style[13]. Le départ de la course de rollerski s'effectue selon la cotation suivante (1 point = 2 secondes). Un des athlètes occupant la première place du classement de saut s’élance en premier, et les autres s’élancent ensuite dans l’ordre fixé[13]. La course de rollerski de 2 × 7,5 km avec changement d’athlète tous les 1,5 km[13]. Le premier athlète à franchir la ligne d’arrivée remporte l’épreuve.

Les nations ne peuvent engager plus de trois équipes pour cette épreuve[RegFIS 2]. Les huit premières équipes à l'arrivée marquent des points suivant la répartition suivante[RegFIS 1]:

Points pour le sprint par équipes
Place 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e
Points 200 175 150 125 100 75 50 25

Dotation financièreModifier

Les organisateurs de chaque course doivent consacrer 10 000€ aux prix en argent (prize money)[RegFIS 3]. La répartition est la suivante : 8 000€ pour le classement de la course (les six premiers de l'individuel et les six premières équipes du Team Sprint)[RegFIS 3],[14].

Récompense financière par course
Place 1er 2e 3e 4e 5e 6e
Récompense 2 600 € 2 000 € 1 400 € 1 000 € 600 € 400 €

Les 2 000€ restants sont consacrés à la dotation du classement général, laquelle est répartie entre les trois premiers de ce classement[RegFIS 3]. Le vainqueur touche 5 000€, le deuxième 3 000€ et le troisième 2 000€[15].

CompétitionModifier

Avant la compétitionModifier

Athlètes pouvant participerModifier

Les nations qui le souhaitent peuvent engager un nombre limité d'athlètes par compétition[RegFIS 2],[RegFIS 3]:

Quotas par pays
Nations Quotas Motifs
  Autriche,   Allemagne,   Norvège 8 Nations classées aux trois premières places du classement des nations de la Coupe du monde de combiné nordique 2015-2016
  France,   Japon,   Finlande 6 Nations classées entre la quatrième et la sixième place du classement des nations de la Coupe du monde de combiné nordique 2015-2016
  République tchèque,   Estonie,   Italie,   États-Unis,   Slovénie,   Pologne,   Suisse 4 Autres nations classées dans le classement des nations de la Coupe du monde de combiné nordique 2015-2016
Autres nations 2 Nations n'ayant marqué aucun point en coupe du monde

La nation « à domicile » peut engager quatre athlètes supplémentaires[RegFIS 3].

Sont sélectionnables, les athlètes ayant[RegFIS 3] :

ParticipantsModifier

 
Akito Watabe (ici en 2013) est le principal absent de la compétition

Lors de leurs préparations estivales, de nombreux pays organisent des courses de rollerski. Jarl Magnus Riiber a dominé les courses de la coupe de Norvège[16] ainsi qu'une épreuve de la coupe continentale de saut à ski[17]. En Finlande, c'est Ilkka Herola qui a dominé les courses estivales[18],[19]. En Slovénie, Marjan Jelenko domine la première course des Pokal Cockta[20]. Taylor Fletcher a remporté pour la première fois le championnat des États-Unis devant son frère Bryan et Ben Berend[21]. Maxime Laheurte et Antoine Gérard ont remporté les deux courses de rollerski disputées en France[22].

La compétition rassemble la majorité des meilleurs athlètes mondiaux[23]. Contrairement à l'année passée, l'équipe norvégienne a décidé de participer aux courses du Grand Prix d'été[24]. Treize nations sont engagés et les favoris annoncés sont les Allemands Eric Frenzel, Fabian Riessle et Johannes Rydzek ainsi que les Autrichiens dont Bernhard Gruber[23]. Ilkka Herola, Marjan Jelenko, Miroslav Dvorak, Taylor Fletcher, Tomas Portyk et Bjorn Kircheisen sont considérés comme des outsiders[23].

Le principal absent Akito Watabe, deuxième du classement général de la coupe du monde, est absent afin de poursuivre sa préparation qui a été perturbée par une blessure à la main[23]. Lukas Greiderer et David Pommer, pour l'équipe d'Autriche, sont également absents en raison de fractures de la clavicule lors de préparation estivale[25],[26]. Mikko Kokslien, Magnus Krog et Joergen Graabak ont préféré continuer leur préparation estivale dans leur pays[27]. Tim Hug est blessé au genou gauche et est forfait pour la compétition[28].

Déroulement de la compétitionModifier

OberwiesenthalModifier

 
Björn Kircheisen (ici en 2004) a réalisé deux podiums à Oberwiesenthal.

Le , le Grand Prix d'été débute par un sprint par équipe[29]. La première équipe d'Allemagne, composée de Björn Kircheisen et d'Eric Frenzel, domine le concours de saut avec des sauts à 98 m pour Björn Kircheisen et 106 m, soit le plus long du concours, pour Eric Frenzel[29]. La seconde équipe d'Allemagne composée de Fabian Riessle et de Tobias Simon est à s suivi par la troisième équipe allemande composée de Vinzenz Geiger et de Terence Weber qui est à s[29]. La deuxième équipe d'Autriche est quatrième du concours et avec un retard de 26 s[29]. La course de rollerski voit la victoire de la première équipe d'Allemagne qui a mené de bout en bout[29]. Elle s'impose devant la première équipe de Norvège (Magnus Moan et Jan Schmid), qui avait pris le départ en cinquième position avec un handicap de 30 s[29]. La première équipe d'Autriche (Bernhard Gruber et Philipp Orter) termine troisième juste devant leurs compatriotes Franz-Josef Rehrl et Mario Seidl[29]. La première équipe tchèque (Tomáš Portyk et Miroslav Dvořák) a longtemps bataillé pour figurer sur le podium et termine cinquième[29].

Le lendemain, le Norvégien Jarl Magnus Riiber a réalisé le plus saut du concours (101 m) alors qu'il a sauté avec moins d'élan que les autres concurents[30],[31]. Franz-Josef Rehrl qui a sauté à 100 m est à une minute et 9 secondes[30]. Yoshito Watabe est 3e à une minute et 13 s grâce à un saut 99 m[30]. La course de fond a lieu sous une température de 30°[30]. Jarl Magnus Riiber gère sa course de fond et l'emporte avec 2,8 secondes d'avance sur Mario Seidl[30]. Celui-ci a réglé le sprint du groupe de poursuivants qui était composé de Björn Kircheisen, Bernhard Gruber, Jan Schmid, Francois Braud, Mario Seidl, Franz-Josef Rehl, Tomas Portyk et Eero Hirvonen[30]. Björn Kircheisen prend la troisième place[30]. Taylor Fletcher a pris la septième après être parti en 26e position[32],[33]. Il s'agit de la première victoire de Jarl Magnus Riiber dans la compétition[30]. Eric Frenzel termine 14e[34]. En raison d'une périostite, il déclare forfait pour le reste de la compétition[35]. Malade, Johannes Rydzek était forfait pour cette course[32].

VillachModifier

 
Mario Seidl (ici en 2013) l'emporte à Villach

Comme lors des deux courses d'Oberwiesenthal, Johannes Rydzek est forfait pour cette course[36],[37].

Le concours de saut est, à nouveau, dominé par Jarl Magnus Riiber[36]. Il réalise un saut de 91,5 m depuis la porte 8[38]. Il devance Lukas Klapfer qui est à 27 s grâce à un saut de 93,5 m mais dans des conditions de vents différentes[38]. Håvard Klemetsen est troisième à 2 s de l'Autrichien[39]. Juste avant le départ de la course de rollerski, le leader et favori, Jarl Magnus Riiber décide de déclarer forfait, par précaution, en raison de douleurs à une épaule[38],[40]. Lors de la course de fond, Mario Seidl rejoint rapidement Lukas Klapfer et Håvard Klemetsen[38]. Moins rapide sur les skis, le Norvégien puis Lukas Klapfer sont successivement lâchés[38]. Mario Seidl compte 15 s d'avance à 2,5 km de l'arrivée[41]. Il termine la course seul et l'emporte[38]. Derrière, un groupe composé de Fabian Riessle, de Håvard Klemetsen, de Terence Weber, de Lukas Klapfer, de François Braud et de Yoshito Watabe s'est formé pour la lutte pour la deuxième place[38]. Fabian Riessle, parti avec plus d'une minute de retard sur Lukas Kapfer, remporte le sprint de ce groupe et termine 2e[38]. Håvard Klemetsen termine troisième[38]. Âgé de 37 ans, il s'agit de son premier podium depuis sa victoire à Villach en 2013[38]. Il avait terminé 31e trois jours plus tôt à Oberwiesenthal en raison d'un coup de chaud[40],[42].

OberstdorfModifier

 
Jarl-Magnus Riiber remporte les deux courses d'Oberstdorf et remporte le classement général

Johannes Rydzek, fait son retour à la compétition[43],[44] pour les deux courses qui ont lieu dans sa ville (Oberstdorf)[45].

Le , Jarl Magnus Riiber domine le concours de saut[46]. Il a sauté à 122 m depuis la porte 21 (les autres concurrents se sont élancés de la porte 22)[46]. Cependant il n'a pas pu bénéficier de points de compensation car il n'y a pas réaliser 95 % de la taille du tremplin 134 m[Note 1]. Malgré tout, il bénéficie de plus d'une minute après l'épreuve de saut[46],[47]. Tobias Simon est deuxième à min 4 s grâce à un saut de 124 m[46],[48]. Björn Kircheisen est troisième à min 10 s[46]. Johannes Rydzek, pour son retour à la compétition, est quatrième à min 27 s[46]. Jarl Magnus Riiber a suffisamment d'avance et n'est pas repris lors de la course de rollerski[46]. Johannes Rydzek rattrape puis lâche Björn Kircheisen et les Allemands finissent respectivement 2e et 3e[46]. Un groupe composé des Français François Braud et Maxime Laheurte, des Allemands Manuel Faisst et Fabian Riessle et des Autrichiens Mario Seidl et Bernhard Flaschberger se bat pour la quatrième place[46]. François Braud remporte le sprint de ce groupe et il devance Manuel Faisst[46]. Au classement général, Mario Seidl possède 12 points d'avance sur le Norvégien Jarl Magnus Riiber, vainqueur de cette course[49].

Le lendemain, lors du saut, le Polonais, Szczepan Kupczak chute à la réception de son saut et se blesse à nouveau à l'épaule[50]. Le concours de saut est une nouvelle fois dominé par Jarl Magnus Riiber[51]. Celui-ci a sauté à 133 m, ce qui lui octroie 59 s d'avance sur un duo composé du français Maxime Laheurte et du Norvégien Håvard Klemetsen[51]. Mario Seidl, le leader du classement de la compétition, est quatrième à min 11 s[51]. Lors de la course de rollerski, Jarl Magnus Riiber n'est pas inquiété et remporte la course[51]. Derrière, un groupe de poursuivants se forme, composé de Johannes Rydzek, de Mario Seidl, de François Braud, de Maxime Laheurte et de Jan Schmid[51]. Johannes Rydez règle le sprint de ce groupe devant Mario Seidl[51].

Bilan de la compétitionModifier

Jarl Magnus Riiber remporte pour la première fois la compétition[51]. Il devance Mario Seidl et François Braud[51]. Il s'agit de la première victoire norvégienne de la compétition[Note 2],[52]. Ses objectifs pour l'hiver portent sur les championnats du monde et les championnats du monde junior de ski nordique 2017 où il visera le titre en combiné nordique et en saut à ski[52].

Mario Seidl est satisfait de cette deuxième place[53]. François Braud est heureux de cette troisième place au classement général, ce qui est une première pour lui[54]. Il estime avoir progressé en saut au cours de l'été, ce qui le rend optimiste pour la saison suivante de la coupe du monde[54].

Bernhard Gruber se déclare déçu de sa compétition[55]. Ilkka Herola s'est blessé à la main à Oberstdorf et il s'est fait opérer quelques jours plus tard[56]. Le bilan des athlètes polonais est mitigé[57]. Adam Cieslar et Szczepan Kupczak se sont blessés[57]. Pawel Slowiok a, quant à lui, réussi de bonnes performances[57].

Classements finauxModifier

IndividuelModifier


Rang Nom Points
01.   Jarl Magnus Riiber 300
02.   Mario Seidl 272
03.   François Braud 185
04.   Fabian Riessle 176
05.   Bjorn Kircheisen 161
06.   Johannes Rydzek 160
07.   Maxime Laheurte 133
08.   Jan Schmid 121
09.   Terence Weber 103
10.   Tomáš Portyk 096
11.   Håvard Klemetsen 092
12.   Franz-Josef Rehrl 087
13.   Manuel Faisst 085
14.   Bernhard Gruber 085
15.   Taylor Fletcher 078
Rang Nom Points
16.   Yoshito Watabe 076
17   Antoine Gérard 062
18.   Tino Edelmann 060
19.   Lukas Klapfer 040
20.   Kristjan Ilves 040
21.   Pawel Slowiok 039
22.   Jakob Lange 036
23.   Magnus Moan 034
24.   Bernhard Flaschberger 033
25.   Harald Lemmerer 030
26.   Eero Hirvonen 029
27.   Paul Gerstgraser 029
28.   Tobias Simon 027
29.   Adam Cieslar 022
30.   Miroslav Dvořák 019
Rang Nom Points
31.   Eric Frenzel 018
32.   Hideaki Nagai 018
33.   Aguri Shimizu 018
34.   Espen Andersen 018
35.   Philipp Orter 018
36.   Vinzenz Geiger 015
37.   Martin Fritz 014
38.   Ilkka Herola 012
39.   Marjan Jelenko 007
40.   Thomas Jöbstl 006
41.   Laurent Muhlethaler 005
42.   Jan Vytrval (no) 005
43.   Matti Herola (fi) 003
44.   Ernest Yahin 003
45.   Tobias Haug 002

Coupe des NationsModifier

Le classement de la Coupe des nations est établi à partir d'un calcul qui fait la somme de tous les résultats obtenus par les athlètes d'un pays dans les épreuves individuelles ainsi que les deux meilleurs résultats du sprint par équipes[RegFIS 2]. Une équipe du pays en tête de ce classement s'élancera en dernier lors du saut de l'épreuve par équipes[RegFIS 2].

Classement final de la Coupe des Nations
Rang Nom Points
01.   Allemagne 1 043
02.   Autriche 0764
03.   Norvège 0740
04.   France 0385
05.   République tchèque 0245
06.   Japon 0187
07.   Finlande 0144
08.   Pologne 0111
09.   États-Unis 0103
10.   Estonie 0040
11.   Slovénie 0007
12.   Russie 0003

RésultatsModifier

Résultats synthétiquesModifier

1.   Oberwiesenthal
Date Épreuve Vainqueur Deuxième Troisième Leader du Grand Prix
Sprint par équipes
HS 106 / 2 × 7,5 km
  Allemagne I   Norvège I   Autriche I Non attribué :
épreuve par équipes
Épreuve individuelle
HS 106 / 10 km
  Jarl Magnus Riiber   Mario Seidl   Björn Kircheisen   Jarl Magnus Riiber
2.   Villach
Date Épreuve Vainqueur Deuxième Troisième Leader du Grand Prix
Épreuve individuelle
HS 98 / 10 km
  Mario Seidl   Fabian Riessle   Håvard Klemetsen   Mario Seidl
3.   Oberstdorf
Date Épreuve Vainqueur Deuxième Troisième Leader du Grand Prix
Épreuve individuelle
HS 137 / 10 km
  Jarl Magnus Riiber   Johannes Rydzek   Björn Kircheisen   Mario Seidl
Épreuve individuelle
HS 137 / 10 km
  Jarl Magnus Riiber   Johannes Rydzek   Mario Seidl   Jarl Magnus Riiber

Résultats détaillés par athlèteModifier

Le tableau suivant récapitule les places obtenues par les athlètes engagés dans les quatre épreuves individuelles.

Grand Prix de la jeunesseModifier

 
Timna Moser qui signe une victoire et une deuxième place à Oberstdorf.

En marge des épreuves d'Oberstdorf ont lieu pour la troisième année les Grand Prix de la jeunesse, des épreuves destinées aux minimes et juniors masculins comme féminins[62]. Un record d'engagement est enregistré pour cette compétition[62]. En effet, 38 filles et 78 garçons venant de 15 nations sont engagés[62].

Quatre courses étaient au programme[63]. Ainsi, le [64], l'épreuve HS 60 / 2,5 km, destinée aux plus jeunes des athlètes féminines (nées entre 2002 et 2004), est remportée par l'Allemande Jenny Nowak comme l'année passée[64]. Elle devance Emily Franke et la Française Joséphine Pagnier, 2e l'année dernière[64]. Chez leurs aînées, nées entre 1999 et 2001, qui concourent dans les mêmes conditions, HS 60 / 2,5 km, l'Autrichienne Timna Moser remporte cette épreuve, comme les deux années précédentes, devant Lisa Eder et la Norvégienne Hanna Midtsundstad[64]. Chez les garçons, lors de l'épreuve HS 60 / 2,5 km destinée aux athlètes nés entre 2002 et 2004, la course est remportée par Jan Andersen devant Waltteri Karhumaa et Stefan Rettenegger[64]. Dans l'épreuve départageant leurs aînés nés entre 1999 et 2001 (HS 60 / 4 km), Atte Kettunen l'emporte devant Andreas Ilves et Otto Niittykoski[64].

Le lendemain, quatre autres courses sont au programme[65]. Chez les filles, une épreuve HS 60 / 4 km est destinée aux jeunes filles nées entre 2002 et 2004[65]. la course est à nouveau dominée par l'Allemande Jenny Nowak qui s'impose devant la Française Joséphine Pagnier, troisième la veille[65]. Emily Franke, deuxième la veille, complète le podium[65]. Dans l'épreuve HS 60 / 4 km réservée aux athlètes féminines nées avant 2001, l'Autrichienne Lisa Eder s'impose devant Timna Moser et la Norvégienne Hanna Midtsundstad[65]. L'épreuve HS 60 / 4 km départageant les garçons nés entre 2002 et 2004 voit une nouvelle victoire de Jan Andersen devant Waltteri Karhumaa et Daniel Moroder[65]. Enfin, les garçons nés entre 1999 et 2001 participent à une épreuve plus longue (HS 60 / 6 km) ; la course est dominée par l'Ukrainien Dmytro Mazurchuk devant Otto Niittykoski, 3e la veille et Andreas Ilves[65].

Article connexeModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Notes et référencesModifier

  • Notes :
  1. Les athlètes reçoivent des points pour l'épreuve de saut à skis. Ces points sont attribués par cinq juges en fonction de la distance et du style. Des points de compensation sont attribués en cas de changement de la porte de départ et si les conditions de vents changent au cours du concours.
  2. Trond Einar Elden a remporté l'édition 1995 mais celle-ci n'est pas compté par la FIS. Pour la FIS, la première édition remonte à 1998.
  • Règlement de la FIS :
  1. a et b FIS 2016, p. 2.
  2. a b c et d FIS 2016, p. 3.
  3. a b c d e et f FIS 2016, p. 4.
  • Autres références
  1. a et b (en) « FIS Noric Combined Grand Prix 2016 », sur fis-ski.com (consulté le 9 mai 2016).
  2. a b et c (en) « These are the FIS Council approved final calendars 2016/17 », sur fis-ski.com (consulté le 14 juillet 2016).
  3. (en) « We have ambitious goals for the ladies! », sur fis-ski.com (consulté le 14 juillet 2016).
  4. a et b (en) « Preliminary calendars presented at Spring Meetings », sur fis-ski.com (consulté le 9 mai 2016).
  5. (en) « Press Conference kicks off next SGP preparation phase », sur fis-ski.com (consulté le 14 juillet 2016).
  6. (en) « Nordic Combined looking ahead to historic FIS Youth Cup 2016/17 », sur fis-ski.com (consulté le 30 juillet 2016).
  7. « Combiné : la prochaine saison prend forme », sur nordicmag.info (consulté le 18 juillet 2016).
  8. « à propos du sport », sur eyowf2011.cz (consulté le 8 août 2014).
  9. « Ski – combiné nordique », sur olympique.ca (consulté le 16 septembre 2014).
  10. « Combiné nordique », sur espritbleu.franceolympique.com (consulté le 16 septembre 2014).
  11. « L'ABC du combiné nordique », sur eurosport.fr (consulté le 16 septembre 2014).
  12. a et b (en) « No qualifications during Summer Grand Prix 2016 », sur fis-ski.com (consulté le 30 juillet 2016).
  13. a b c et d « Val Di Fiemme 2013 : présentation des mondiaux de ski nordique », sur vavel.com (consulté le 9 décembre 2015).
  14. « Grand prix : François Braud manque le podium d’un rien », sur nordicmag.info (consulté le 14 juillet 2016).
  15. (de) « Aufholjagd zählt sich aus - Johannes Rydzek räumt wieder ab », sur asv-ski.de (consulté le 14 juillet 2016).
  16. (en) « Riiber takes double victory at Norges Cup in Trondheim », sur fis-ski.com (consulté le 16 août 2016).
  17. (en) « COC: Jarl Magnus Riiber wins in Kuopio », sur fis-ski.com (consulté le 29 août 2016).
  18. (en) « Ilkka Herola wins Summer Challenge in Vuokatti », sur fis-ski.com (consulté le 16 août 2016).
  19. (en) « Herola continues to reign in summer competitions », sur fis-ski.com (consulté le 16 août 2016).
  20. (en) « Marjan Jelenko clear winner of first Slovenian competition », sur fis-ski.com (consulté le 16 août 2016).
  21. (en) « First national title for Taylor Fletcher », sur fis-ski.com (consulté le 31 juillet 2016).
  22. (en) « „Johannes Rydzek is our biggest star!“ » [« Antoine Gerard on top in Les Rousses »], sur fis-ski.com, (consulté le 31 décembre 2016).
  23. a b c et d « Prêts pour le Summer Grand Prix », sur fis-ski.com (consulté le 29 août 2016).
  24. (no) « Fornyet tillit til Mikko », sur skiforbundet.no (consulté le 31 juillet 2016).
  25. (en) « David Pommer fractures clavicle », sur fis-ski.com (consulté le 16 août 2016).
  26. (en) « Lukas Greiderer suffers fracture of the clavicula », sur fis-ski.com (consulté le 16 août 2016).
  27. (no) « Klart for Sommer Grand Prix », sur skiforbundet.no (consulté le 29 août 2016).
  28. (en) « Tim Hug sprains knee, sidelined for Summer Grand Prix », sur fis-ski.com, (consulté le 31 décembre 2016).
  29. a b c d e f g et h (en) « Frenzel/Kircheisen with home victory in Oberwiesenthal » [« Victoire à domicile pour Frenzel & Kircheisen »], sur fis-ski.com, (consulté le 27 août 2016).
  30. a b c d e f g et h (en) « Jarl Riiber with first SGP win in Oberwiesenthal » [« Jarl Riiber remporte à Oberwiesenthal sa première victoire dans le Grand Prix d'été »], sur fis-ski.com, (consulté le 4 décembre 2016).
  31. Mirko Hominal, « Riiber sait tout faire », sur ski-nordique.net, (consulté le 4 décembre 2016).
  32. a et b (it) « Jarl Magnus Riiber vince la prima gara di Summer Grand Prix », sur neveitalia.it, (consulté le 4 décembre 2016).
  33. (en) « Fletcher skis fastest in summer heat of Germany », sur steamboattoday.com, (consulté le 7 janvier 2017).
  34. (de) « Kolumne Eric Frenzel: Flossing in Flossenbürg von Eric Frenzel », sur mdr.de, (consulté le 7 janvier 2017).
  35. (de) « Kircheisen meldet sich zurück », sur oberpfalzecho.de, (consulté le 7 janvier 2017).
  36. a et b (en) « Mario Seidl prophet in his homeland, his race of Summer Grand Prix of Villach », sur snowalps.com, (consulté le 31 décembre 2016).
  37. (it) « Mario Seidl profeta in patria, sua la gara di Summer Grand Prix di Villach », sur neveitalia.it, (consulté le 31 décembre 2016).
  38. a b c d e f g h i et j (en) « Mario Seidl with a home victory in Villach », sur fis-ski.com, (consulté le 31 décembre 2016).
  39. (de) « Österreichischer Sieg in der Alpenarena », sur 5min.at, (consulté le 31 décembre 2016).
  40. a et b (no) « Klemetsen slo tilbake etter heteslag i helga: - Burde ha brutt », sur dagbladet.no, (consulté le 31 décembre 2016).
  41. « François Braud tout près du podium », sur ski-nordique.net, (consulté le 31 décembre 2016).
  42. (no) « Klemetsen fra heteslag til pallplass », sur altaposten.no, (consulté le 31 décembre 2016).
  43. (de) « Jarl Magnus Riiber gewinnt als erster norwegischer Kombinierer den Sommer-Grand-Prix in Oberstdorf », sur all-in.de, (consulté le 31 décembre 2016).
  44. (en) « „Air Riiber“ flies to PCR win in Oberstdorf » [« „Air Riiber“ remporte le saut de réserve à Oberstdorf »], sur fis-ski.com, (consulté le 31 décembre 2016).
  45. (en) « „Johannes Rydzek is our biggest star!“ » [« "Johannes Rydzek est notre plus grande star !" »], sur fis-ski.com, (consulté le 31 décembre 2016).
  46. a b c d e f g h i et j (en) « Jarl Riiber continues to win in Oberstdorf » [« Jarl Riiber continue de gagner à Oberstdorf »], sur fis-ski.com, (consulté le 31 décembre 2016).
  47. « Rien à faire contre Riiber », sur ski-nordique.net, (consulté le 31 décembre 2016).
  48. (pl) « LGP w kombinacji norweskiej: Jarl Magnus Riiber najlepszy w Oberstdorfie », sur sportsinwinter.pl, (consulté le 31 décembre 2016).
  49. (no) « Riiber suveren: – Helt rått », sur nrk.no, (consulté le 31 décembre 2016).
  50. (en) « „After all the work I’ve done, I can’t give up now!“ », sur fis-ski.com, (consulté le 31 décembre 2016).
  51. a b c d e f g et h (en) « Riiber continues winning spree, takes day and SGP overall », sur fis-ski.com, (consulté le 31 décembre 2016).
  52. a et b (no) « Jarl Magnus Riiber med historisk prestasjon. », sur aftenposten.no, (consulté le 7 janvier 2017).
  53. (de) « Kombination: Salzburger Seidl Gesamt-Zweiter im Sommer-GP », sur tt.com, (consulté le 7 janvier 2017).
  54. a et b « François Braud : mes ambitions pour l’hiver », sur nordicmag.info, (consulté le 7 janvier 2017).
  55. (de) « „Vorbereitung vielversprechend“ », sur sport.orf.at, (consulté le 7 janvier 2017).
  56. (fi) « Yhdistetyn ykkösmiehen käsi murtui Saksassa - jarruttaa harjoittelua vielä kolme viikkoa », sur yle.fi, (consulté le 7 janvier 2017).
  57. a b et c (pl) « Finał LGP w Oberstdorfie: Riiber z trzecim triumfem, Słowiok ponownie zachwyca! [WYNIKI] », sur skipol.pl, (consulté le 7 janvier 2017).
  58. (en) « FIS SUMMER GRAND PRIX NORDIC COMBINED 1st Summer Grand Prix Competition Oberwiesenthal (GER) », sur fis-ski.com, Fédération internationale de ski.
  59. (en) « FIS SUMMER GRAND PRIX NORDIC COMBINED 2nd Summer Grand Prix Competition Villach (AUT) », sur fis-ski.com, Fédération internationale de ski.
  60. (en) « FIS SUMMER GRAND PRIX NORDIC COMBINED 3rd Summer Grand Prix Competition Oberstdorf (GER) », sur fis-ski.com, Fédération internationale de ski.
  61. (en) « FIS SUMMER GRAND PRIX NORDIC COMBINED 4th Summer Grand Prix Competition Oberstdorf (GER) », sur fis-ski.com, Fédération internationale de ski.
  62. a b et c (en) « Record number of entries for Youth Cup in Oberstdorf », sur fis-ski.com, Fédération internationale de ski, .
  63. (en) « 15 nations fight for Youth Cup victories in Oberstdorf », sur fis-ski.com, Fédération internationale de ski, .
  64. a b c d e et f (en) « FIS Youth Grand-Prix Nordic Combined », sur fis-ski.com, Fédération internationale de ski, .
  65. a b c d e f et g (en) « FIS Youth Grand-Prix Nordic Combined », sur fis-ski.com, Fédération internationale de ski, .
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 21 mai 2017 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 21 mai 2017 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.