Gouvernement Callaghan

Gouvernement Callaghan
(en) Callaghan Ministry

Royaume-Uni

Description de cette image, également commentée ci-après
Le Premier ministre James Callaghan.
Reine Élisabeth II
Premier ministre James Callaghan
Élection 10 octobre 1974
Législature 47e
Formation
Fin
Durée 3 ans et 29 jours
Composition initiale
Parti politique Travailliste
Ministres 23
Femmes 1
Hommes 22
Représentation
Chambre des communes
317  /  635
Chef de l'opposition Margaret Thatcher
Drapeau du Royaume-Uni

Le gouvernement Callaghan (en anglais : Callaghan Ministry) est le 84e gouvernement du Royaume-Uni entre le et , sous la 47e législature du Parlement.

Il est dirigé par le travailliste James Callaghan, successeur de Harold Wilson après sa démission. Il succède au gouvernement Wilson IV et cède le pouvoir au premier gouvernement de Margaret Thatcher après que le Parti conservateur a remporté sa majorité absolue aux élections anticipées de 1979.

HistoriqueModifier

Ce gouvernement est dirigé par le nouveau Premier ministre travailliste James Callaghan, précédemment secrétaire d'État aux Affaires étrangères. Il est constitué et soutenu par le Parti travailliste, qui dispose de 317 députés sur 635, soit 49,9 % des sièges de la Chambre des communes. En raison de la neutralité du président de la Chambre et de ses adjoints, le gouvernement dispose de facto de l'exacte moitié des sièges.

Il est formé à la suite de la démission de Harold Wilson, au pouvoir depuis .

Il succède donc au gouvernement Wilson IV, constitué et soutenu dans les mêmes conditions.

Formation et perte de la majoritéModifier

Harold Wilson annonce sa démission pour raisons de santé le . Une élection s'ensuit au sein du groupe parlementaire afin d'élire son successeur à la tête du parti, donc du gouvernement. Six candidats, tous membres du cabinet sortant, se présentent : Tony Benn, James Callaghan, Anthony Crosland, Michael Foot, Denis Healey et Roy Jenkins. Callaghan, âgé de 64 ans, est considéré comme le plus expérimenté et le moins polarisant de tous : il est élu au troisième tour de scrutin face à Michael Foot le . Il est aussitôt nommé par la reine Élisabeth II et présente son exécutif, au sein duquel siègent tous ses concurrents.

Disposant d'une courte majorité absolue lors de son accession au pouvoir, James Callaghan voit celle-ci lui échapper deux jours après sa prise de fonction, lorsque John Stonehouse abandonne le Parti travailliste et rejoint le Parti national anglais (en) (ENP). En , alors qu'il est minoritaire de dix voix à la Chambre, le Premier ministre conclut une alliance avec le Parti libéral, qui prend le nom de « Lib-Lab Pact ». Cette entente doit assurer la survie de son gouvernement : les libéraux s'engagent à le soutenir lors d'une éventuelle motion de censure en échange de la mise en application de certaines de leurs propositions.

Renversement et successionModifier

Après la fin du pacte Lib-Lab, en , la plupart des observateurs s'attendent à ce que James Callaghan annonce des élections anticipées. En effet, après plusieurs années de marasme économique, le pays a renoué avec la croissance et l'inflation est jugulée, bien qu'il souffre toujours d'un chômage élevé. Les sondages donnent les travaillistes gagnants d'éventuelles élections à l'automne 1978, mais le chef de l'exécutif choisit de les différer jusqu'à l'année suivante, dans l'espoir qu'une année supplémentaire de bonne santé économique assure aux travaillistes de meilleurs résultats électoraux. Ce calcul s'avère désastreux : l'hiver 1978-1979 est marqué par une grande contestation sociale et reçoit le surnom d'« hiver du mécontentement ».

Le , la cheffe de l'opposition conservatrice Margaret Thatcher dépose une motion de censure à l'encontre du gouvernement qui est acceptée par 311 voix pour face à 310 contre. Cela entraîne la dissolution de la Chambre et la convocation de nouvelles élections. C'est alors la première fois depuis que les députés renversent le cabinet. Les élections générales du 3 mai sont remportées par le Parti conservateur, permettant à Margaret Thatcher de former son premier exécutif. Elles inaugurent une traversée du désert de 18 ans pour le Parti travailliste, qui perdra encore trois scrutins avant de retrouver le pouvoir, en .

Composition du cabinetModifier

Initiale ()Modifier

  • Les nouveaux ministres sont indiqués en gras, ceux ayant changé d'attributions en italique.
Fonction Titulaire Parti
Premier ministre
Premier lord du Trésor
Ministre de la Fonction publique
James Callaghan Travailliste
Chancelier de l'Échiquier Denis Healey Travailliste
Lord grand chancelier Elwyn Jones Travailliste
Lord président du Conseil
Leader de la Chambre des communes
Michael Foot Travailliste
Lord du sceau privé
Leader de la Chambre des lords
Malcolm Shepherd Travailliste
Secrétaire d'État aux Affaires étrangères et du Commonwealth Anthony Crosland Travailliste
Secrétaire d'État à l'Intérieur Roy Jenkins Travailliste
Secrétaire d'État à la Défense Roy Mason Travailliste
Secrétaire d'État à l'Éducation et à la Science Fred Mulley Travailliste
Secrétaire d'État à l'Emploi Albert Booth Travailliste
Secrétaire d'État à l'Énergie Tony Benn Travailliste
Secrétaire d'État à l'Environnement Peter Shore Travailliste
Secrétaire d'État aux Services sociaux David Ennals Travailliste
Secrétaire d'État à l'Industrie Eric Varley Travailliste
Ministre du Développement à l'étranger Reg Prentice Travailliste
Secrétaire d'État aux Prix et à la Protection des consommateurs Shirley Williams Travailliste
Secrétaire d'État au Commerce Edmund Dell Travailliste
Secrétaire d'État pour l'Écosse Bruce Millan Travailliste
Secrétaire d'État pour le pays de Galles John Morris Travailliste
Secrétaire d'État pour l'Irlande du Nord Merlyn Rees Travailliste
Chancelier du duché de Lancastre Harold Lever Travailliste
Secrétaire en chef du Trésor Joel Barnett Travailliste
Ministre de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Alimentation Fred Peart Travailliste
Ministre d'État aux Collectivités locales et à la Planification John Silkin Travailliste

Remaniement du Modifier

  • Les nouveaux ministres sont indiqués en gras, ceux ayant changé d'attributions sont en italique.
Fonction Titulaire Parti
Premier ministre
Premier lord du Trésor
Ministre de la Fonction publique
James Callaghan Travailliste
Chancelier de l'Échiquier Denis Healey Travailliste
Lord grand chancelier Elwyn Jones Travailliste
Lord président du Conseil
Leader de la Chambre des communes
Michael Foot Travailliste
Lord du sceau privé
Leader de la Chambre des lords
Fred Peart Travailliste
Secrétaire d'État aux Affaires étrangères et du Commonwealth Anthony Crosland (jusqu'au 21/02/1977)
David Owen
Travailliste
Secrétaire d'État à l'Intérieur Merlyn Rees Travailliste
Secrétaire d'État à la Défense Fred Mulley Travailliste
Secrétaire d'État à l'Éducation et à la Science Shirley Williams Travailliste
Secrétaire d'État à l'Emploi Albert Booth Travailliste
Secrétaire d'État à l'Énergie Tony Benn Travailliste
Secrétaire d'État à l'Environnement Peter Shore Travailliste
Secrétaire d'État aux Services sociaux David Ennals Travailliste
Secrétaire d'État à l'Industrie Eric Varley Travailliste
Ministre du Développement à l'étranger Reg Prentice Travailliste
Secrétaire d'État aux Prix et à la Protection des consommateurs Roy Hattersley Travailliste
Secrétaire d'État au Commerce Edmund Dell (jusqu'au 11/11/1978)
John Smith
Travailliste
Secrétaire d'État aux Transports Bill Rodgers Travailliste
Secrétaire d'État pour l'Écosse Bruce Millan Travailliste
Secrétaire d'État pour le pays de Galles John Morris Travailliste
Secrétaire d'État pour l'Irlande du Nord Roy Mason Travailliste
Chancelier du duché de Lancastre Harold Lever Travailliste
Secrétaire en chef du Trésor Joel Barnett Travailliste
Ministre de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Alimentation John Silkin Travailliste
Ministre d'État à la Sécurité sociale Stanley Orme Travailliste

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier