Anthony Crosland

personnalité politique britannique

Charles Anthony Raven Crosland, né à St Leonards-on-Sea le et mort le , est un homme politique britannique, membre du Parti travailliste.

Anthony Crosland
Ford A9572 Crosland Kissinger crop.jpg
Fonctions
Secrétaire d'État aux Affaires étrangères
-
Membre du 47e Parlement du Royaume-Uni (d)
Great Grimsby
-
Secrétaire d'État aux Transports
-
Secrétaire d’État à l'Environnement
-
Membre du 46e Parlement du Royaume-Uni (d)
Great Grimsby
-
Secrétaire d'État à l'Environnement, à l'Alimentation et aux Affaires rurales du cabinet fantôme
-
Membre du 45e Parlement du Royaume-Uni (d)
Great Grimsby
-
Président de la Commission du Commerce
-
Douglas Jay (en)
Secrétaire d'État aux Affaires, à l'Énergie et à la Stratégie industrielle
-
Douglas Jay (en)
Membre du 44e Parlement du Royaume-Uni (d)
Great Grimsby
-
Secrétaire d'État à l'Éducation
-
Secrétaire d'État aux affaires économiques (en)
-
-
Austen Albu (en)
Secrétaire économique au Trésor
-
Membre du 43e Parlement du Royaume-Uni (d)
Great Grimsby
-
Membre du 42e Parlement du Royaume-Uni (d)
Great Grimsby
-
Membre du 40e Parlement du Royaume-Uni (d)
South Gloucestershire (en)
-
Suppléant de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe
-
Membre du 39e Parlement du Royaume-Uni (d)
South Gloucestershire (en)
-
Membre du Conseil privé du Royaume-Uni
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
OxfordVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Arme
Titre honorifique
Le très honorable

BiographieModifier

JeunesseModifier

Crosland naît à St Leonards-on-Sea dans le Sussex. Son père, Joseph Beardsall Crosland, était un officier supérieur du Bureau de la Guerre et sa mère Jessie Raven est professeure d'ancien français à Westfield College[1]. Ses deux parents étaient membres des assemblées de Frères. Son grand-père maternel était Frederick Edward Raven (1837–1903), fondateur des Exclusive Brethren, une branche des assemblées de Frères, et secrétaire du Royal Naval College (en) de Greenwich. Il grandit dans le nord de Londres et effectue sa scolarité à la Highgate School avant d'entrer au Trinity College d'Oxford. Après être sorti avec les honneurs de deuxième classe en Classical Moderations (en) en littérature grecque et latine, Crosland sert comme parachutiste en Europe durant la Seconde Guerre mondiale, à partir de 1940, et atteint le rang de capitaine.

Entrée en politique : membre du ParlementModifier

Il fait son entrée au parlement en 1950 et est ministre dans quatre gouvernements travaillistes consécutifs entre 1964 et 1970.

Fonctions gouvernementalesModifier

Puis, lors du retour de son parti au pouvoir en 1974, il est nommé Secrétaire d’État pour l’Environnement avant d’être nommé par le premier ministre James Callaghan au poste des Affaires étrangères en avril 1976.

Le , il prend la présidence tournante du Conseil des Communautés européennes.

DécèsModifier

Crosland et sa femme achetèrent un moulin reconverti à Adderbury dans l'Oxfordshire en 1975 tout en gardant leur maison à Lansdowne Road dans le quartier londonien de Notting Hill. Il souffrit, à Adderbury, d'une importante hémorragie cérébrale dans l'après-midi du alors qu'il travaillait sur des papiers liés à la situation en Rhodésie. Ce soir là, Crosland souhaitait travailler sur un discours de politique étrangère sur la détente. Le discours fut par la suite donné par son successeur, David Owen, à la Diplomatic Writers Association le .

Tony Crosland, transporté au Radcliffe Infirmary Hospital d'Oxford, y mourut le après un coma de six jours[2]. Le , ses cendres furent dispersées en mer près de Grimsby.

Ses papiers sont conservés à la London School of Economics[3].

Notes et référencesModifier

  1. Roy Jenkins, « Crosland, (Charles) Anthony Raven (1918–1977) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004, màj 2015 [lire en ligne]
  2. Hansard - 21 février 1977
  3. « London School of Economics and Political Science Archives catalogue », sur London School of Economics (consulté le 16 novembre 2010)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier