Ouvrir le menu principal

Fondation GoodPlanet

(Redirigé depuis GoodPlanet)
Château de Longchamp, bâtiment de la fondation dans le bois de Boulogne (Paris).

Créée en 2005 par le photographe et réalisateur Yann Arthus-Bertrand qui la préside depuis lors, la Fondation GoodPlanet est une fondation reconnue d'utilité publique, ayant pour mission de « placer l’écologie au cœur des consciences et de susciter l’envie d’agir concrètement pour la terre et ses habitants »[1].

OrigineModifier

La Fondation GoodPlanet a été créée par Yann Arthus-Bertrand et par le directeur de BNP Paribas en 2005. Elle est essentiellement supportée financièrement par des grandes entreprises comme Bouygues, Suez, EDF, Oméga, Antargaz Finagaz, Pernod Ricard et Coca-Cola.

ActivitésModifier

La fondation soutient des projets de terrain dans les domaines de l’agriculture, des forêts, des déchets et de l’énergie. Elle aide notamment les populations vulnérables à accéder à une énergie durable et gratuite grâce aux réservoirs à biogaz[2], ainsi qu’à la construction d’écoles bioclimatiques[3].

Elle propose aux entreprises et au grand public de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre en réalisant leur bilan carbone et en compensant leurs émissions de CO2[4] incompressibles.

La fondation développe de nombreux projets de sensibilisation (films, expositions, ouvrages, applications mobiles, site internet d'information environnementale…) qui ont pour vocation d'être diffusés gratuitement auprès du plus grand nombre à travers le monde. 

Le 5 juin 2009, GoodPlanet, qui était une association loi de 1901, est déclarée par décret Fondation reconnue d'utilité publique[5] et devient Fondation GoodPlanet.

En 2010, elle lance le projet « 6 milliards d’Autres » (qui devint 7 milliards d'Autres fin 2011, quand la population mondiale a franchi le seuil des 7 milliards d'habitants) composé de 6 000 interviews filmées dans 84 pays. Présentée au Grand Palais en 2009[6], en 2009, l'installation a été accueillie dans de nombreux pays : Belgique, Brésil, Espagne, Italie, Russie, Corée, Chine, Colombie

En 2012, elle crée un programme pour sensibiliser le public à la beauté et à la fragilité des océans. Centré autour du film Planet Océan[7], ce projet se décline sur différents supports et propose une application Planet Ocean[8] pour une consommation responsable. 

Le film Human de Yann Arthus-Bertrand, projet de la Fondation GoodPlanet, sort en 2015. Composé de témoignages filmés dans 60 pays et de vues aériennes, le film est simultanément diffusé à l'ONU et à la Mostra de Venise[9].

À l'occasion de la COP21, la Fondation lance le programme La solution est dans l'assiette[10], qui promeut soixante solutions et cent initiatives concrètes, pour une alimentation respectueuse de l'environnement.

En 2015, la Ville de Paris attribue à la Fondation GoodPlanet la concession sur 30 ans du château de Longchamp et du parc de 3,5 hectares qui l'entoure (domaine de Longchamp)[11] situé au cœur du bois de Boulogne. Ouvert au public le 13 mai 2017[12] cet espace est le premier lieu consacré à l'écologie et à l'humanisme à Paris[13].

La Fondation GoodPlanet au château de Longchamp accueille expositions, conférences, projections de films, concerts, et ateliers pédagogiques.

PublicationsModifier

  • Le Catalogue GoodPlanet - 1000 façons de consommer responsable, Éditions de La Martinière, 2008, 303 p.
  • 6 milliards d'autres, Éditions de la Martinière, 2009, 316 p.
  • 2 degrés de trop, Éditions de la Martinière, 2009, 190 p.
  • La biodiversité, Éditions de la Martinière, 2010, 184 p.
  • Des forêts et des hommes, Éditions de la Martinière, 2011, 188 p.
  • Vivre ensemble : 7 milliards d'humains, Éditions de la Martinière, 2011, 184 p.
  • Après Fukushima : Quelles énergies pour demain ? Un tour d'horizon en 85 dessins, Éditions de la Martinière, 2012, 199 p.
  • 7 milliards d'autres, Éditions de la Martinière, 2012, 317 p.
  • 20 ans après ... la terre ? Le bilan du développement durable, Éditions de la Martinière, 2012, 188 p.
  • L'homme et la mer, Éditions de la Martinière, 2012, 304 p.
  • Espace Terre : Notre planète vue par les satellites, Éditions de la Martinière, 2013, 250 p.
  • Gaz de schiste - le vrai du faux, Éditions Delachaux et Niestlé, 2014, 154 p.
  • Human le livre, Éditions de la Martinière, 2015, 224 p.

BudgetModifier

La fondation gère pour 2017 un budget de 3.572.000 euros. 90 % des fonds viennent des entreprises, 10% du public[14].

Notes et référencesModifier

  1. https://www.goodplanet.org/fr/la-fondation-goodplanet/
  2. « Solutions de cuisson économes en bois au Sahel », sur Magazine et portail francophone des bioénergies (consulté le 18 janvier 2016)
  3. « Succès pour les écoles bioclimatiques - Écologie & Tradition Construction », sur www.ecologietraditions.com (consulté le 18 janvier 2016)
  4. « GoodPlanet travaille avec Pro-Natura », Environnement et stratégie, no 93, 25 octobre 2006.
  5. Liste des fondations reconnues d'utilité publique, ministère de l'Intérieur de la République française, consulté le 29 janvier 2016.
  6. « 6 milliards d'autres : la nouvelle exposition de Yann Arthus-Bertrand », sur Futura-Sciences (consulté le 18 janvier 2016)
  7. « Planète Océan: le nouveau documentaire de Yann Arthus-Bertrand », sur Le Point, https://plus.google.com/+LePointfr (consulté le 18 janvier 2016)
  8. « Une application pour choisir son poisson sur des critères environnementaux », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 18 janvier 2016)
  9. « Yann Arthus-Bertrand fait parler le monde avec Human | Mostra de Venise », sur La Presse (consulté le 18 janvier 2016)
  10. « Comment manger bien et sain », sur www.lexpress.fr (consulté le 18 janvier 2016)
  11. « Yann Arthus-Bertrand s'installe à Longchamp pour l'écologie - leJDD.fr », sur LeJDD.fr (consulté le 18 janvier 2016)
  12. « une grande fête gratuite pour l’ouverture de GoodPlanet », sur Le Parisien,
  13. « GoodPlanet : Yann Arthus-Bertrand replace l'écologie au cœur de Paris », sur Télérama,
  14. « Rapport d'activité 2017 », sur https://www.goodplanet.org/ (consulté le 7 juillet 2019)

Lien externeModifier