Gilles Masson

pionnier en Nouvelle-France

Gilles Masson, né en 1630, mort en 1715 ou 1716, est un important pionnier de la Nouvelle-France. Il groupe d'autres pionniers et les forme, s'attribue le titre de seigneur de la Côte et seigneurie de Saint-Pierre, en tient le rôle et distribue les terres. Mais son système est ensuite désavoué ; plusieurs procès régularisent la situation.

Gilles Masson
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Activité
PionnierVoir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Gilles Masson est né en 1630[1] à Notre-Dame de Longeville dans le diocèse de Luçon en Poitou[2]. Il est le fils de Pierre Masson et de Françoise Gendrineau[3].

Pionnier en Nouvelle-FranceModifier

Il part pour la Nouvelle-France, et se marie à Québec en 1668[2]. Il défriche plusieurs terres près de Saint-Charles-des-Roches et de Sainte-Anne[4].

En 1681, il est signalé comme étant le deuxième habitant rencontré à Saint-Charles-des-Roches en remontant le fleuve Saint-Laurent[5]. Il y possède trois arpents de terre, et un fusil[3]. Gilles Masson crée des établissements à Levrard (actuellement Saint-Pierre-les-Becquets) vers 1700[6].

Entraîneur des pionniers, seigneur usurpateurModifier

Il laisse « son nom dans l'histoire » pour sa hardiesse de pionnier qui entraîne les autres. Il forme d'autres colons et se donne le droit d'attribuer et distribuer lui-même les terres du roi de France[6]. Il essaye d'établir une seigneurie à Saint-Pierre[4] : il s'octroie le titre de « seigneur de la Côte et Seigneurie de Saint-Pierre »[7].

Il s'établit sur des terres qui paraissent abandonnées, et devance leurs légitimes propriétaires. Il groupe autour de lui d'autres colons de la rive nord du fleuve Saint-Laurent, et leur attribue des emplacements pour qu'ils s'y installent à leur tour[8]. Il octroie des concessions de 1699 à 1713[9]. Il remplit ainsi « à merveille » le rôle de seigneur dont il a usurpé le titre[10].

Mais ce système a des limites : la concession qu'il a faite pour son fils Pierre Masson en 1703[7] est révoquée en 1708, ce qui effraie les autres colons malgré le respect qu'ils ont pour lui[11]. Plusieurs procès ont lieu, régularisant peu à peu la situation créée par Masson[12].

Décès, postéritéModifier

Il meurt en 1715 selon l'Encyclopédie du Québec, et est inhumé le à Sainte-Anne-de-la-Pérade[3]. Selon d'autres sources, il meurt à Sainte-Anne le [4],[1].

Il a épousé le à Québec Marie-Jeanne Gaultier ou Gauthier (morte en 1722), originaire de Remy dans le diocèse de Sens[2], fille d'Honoré Gauthier et de Jacqueline Maville[4]. Il a au moins trois enfants. L'aîné est né vers 1669[13].

Un des fils, Joseph Masson, est l'arrière-grand-père de l'homme d'affaires Joseph Masson (1791-1847), président de sociétés, seigneur de Terrebonne, lui-même père du ministre et gouverneur Rodrigue Masson (1833-1903), et d'Édouard Masson (1826-1875). L'acteur Jean-Pierre Masson (1918-1995) est aussi un descendant de Gilles Masson.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Noms et lieux du Québec, p. 717.
  2. a b et c Sulte 1891, p. 259.
  3. a b et c Landry 1973, p. 984.
  4. a b c et d Douville 1946, p. 159.
  5. Sulte 1891, p. 260.
  6. a et b Sulte 1891, p. 264.
  7. a et b Commission de toponymie du Québec, « Saint-Pierre-les-Becquets ».
  8. Sulte 1891, p. 265.
  9. Les Cahiers des Dix, 1951, p. 159.
  10. Revue d'histoire de l'Amérique française 1952, p. 288.
  11. Sulte 1891, p. 265-266.
  12. Sulte 1891, p. 268-270.
  13. Sulte 1891, p. 259, 260, 266.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Benjamin Sulte, Pages d'histoire du Canada, Montréal, Granger frères, (lire en ligne), p. 259, 260, 264-266, 270.
  • Raymond Douville, Les premiers seigneurs et colons de Sainte-Anne de la Pérade: 1667-1681, Éditions du Bien Public, , p. 76, 77, 89, 124, 159, 169 ; notamment paragraphe « Gilles Masson (illettré) » p. 159.
  • « Gilles Masson », dans Louis Landry, Encyclopédie du Québec, Montréal, Les éditions de l'homme, , p. 984.
  • Henri Masson, « Gilles Masson (1630-1716), “faux seigneur de la côte et seigneurie de Saint-Pierre” », SGCF Mémoires, vol. 17,‎ , p. 162-167.
  • Noms et lieux du Québec : dictionnaire illustré, Gouvernement du Québec, La Commission, , p. 717.
  • Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 6, Institut d'histoire de l'Amérique française, , p. 288.

Autres sourcesModifier