Ouvrir le menu principal

Arpent

ancienne unité de mesure de longueur

Sur les autres projets Wikimedia :

L'arpent (prononcé en français : [aʁpɑ̃]) est une ancienne unité de mesure de surface agraire française ou suisse correspondant à un carré de côté 10 perches, mais qui a varié selon les localités, et l'époque. On trouve en France des valeurs allant de 32 à 78 ares (3 200 à 7 800 m2), et en Suisse jusqu'à 144 ares. Elle est restée en usage en Amérique du Nord où elle désigne également une unité de longueur : au Québec et dans certains états américains, qui jadis appartenaient à la Louisiane française ou à l'empire espagnol.

Le terme a donné arpentage qui est l'action de mesurer la superficie des terres.


Sommaire

Origine du motModifier

Le terme arpent est attesté en ancien français avant 1100[1]. C'est un des rares mots français d'origine gauloise[2]. Il dérive du gaulois arepennis ou arapennis, donné comme unité de mesure de superficie agraire par Columelle[2] ou le recueil des Gromatici veteres[3]. Le terme est composé de are, devant, et penno, tête, et signifiait d'abord « extrémité, bout » puis, dans le cas d'un champ labouré, sa surface[2].

L'arepennis équivaut à l'actus quadratus romain[3], soit environ 12,5[4] ou 12,6 ares[3] (1 260 m2), (l'actus linéaire romain correspond à la longueur optimale d'un sillon tracé par une araire tirée par une paire de bœufs selon Pline l'Ancien ou Columelle[5]). Cependant arpent est utilisé comme traduction de jugerum, unité de base du système agraire romain qui vaut deux actus quadratus, à peu près 25 ares(2 500 m2).[6].

Arpentage et arpenter sont attestés autour de 1300[7].

France de l'Ancien RégimeModifier

L'arpent est l'unité principale de mesure de superficie agraire dans la plupart des régions de France. Il représente toujours l'aire d'un carré de 10 perches de côtés, soit 100 perches carrées. Cependant la longueur de la perche varie. Ainsi au XVIIe siècle la perche dite « des eaux et forêts » vaut 22 pieds du Roi, soit 7,146 mètres[8], d'où un arpent des eaux et forêts, ou arpent royal, ou arpent légal d'environ 51 ares[9], à peu près un demi-hectare. Mais coexistent un arpent de Paris, construit sur une perche de 18 pieds, soit 34,19 ares, et un arpent commun construit sur une perche de 20 pieds, soit 42,21 ares[9]. Ces trois arpents sont ceux utilisés très majoritairement, mais pas exclusivement, dans les communes d'Île-de-France[10]. D'autres arpents encore sont spécifiques à certaines régions[9]. Leurs valeurs peuvent aller de 32 à 78 ares[9],[10]. En Suisse l'arpent peut varier de 35 à 144 ares (51,66 ares à Genève en 1849)[10].

En Normandie, ou un peu plus largement dans le Nord-Ouest, l'acre (terme de racine germanique, utilisé également en Angleterre) prend la place de l'arpent. De valeur souvent autour de 50 ares, l'acre peut varier de 30 à 100 ares[9],[11]. Dans le Nord de la France ou au Brabant le bonier, unité principale du système Carolingien et de valeur plus grande que l'arpent, reste en usage jusqu'à la Révolution[12]. Il vaut autour de 140 ares dans le Nord de la France (entre 81 et 126 ares au Brabant)[12].

La paysannerie lui préféraient d'autres termes concrets précisément synonymes, ou adapté au labeur local, par couple ou moitié. Quelques exemples : champ (cultivé), lanière ou parcelle, planche ou planchette, pré ou hyère (en prairie irriguée), pradelle ou pratelle, fauchée ou soiture, jugère ou journal de bœuf, journal, jour ou journée (de travail, de plantation, de fauche ou de labour)[réf. nécessaire].

Amérique du NordModifier

En Amérique du Nord, l'arpent est également une unité de longueur[1], de valeur le côté d'un carré d'aire un arpent[13]. L'arpent, comme unité de superficie, est alors également nommé « arpent carré ». Le terme reste dans certains usages locaux, autant comme unité de superficie que de longueur[14].

Nouvelle-France pendant la période colonialeModifier

En Nouvelle-France, on préfère comme unité une perche du Roi de 18 pieds. Les étalons de mesure de la Coutume de Paris furent adoptées dès 1634, avec l'arrivée au pays de Jean Bourdon, ingénieur et arpenteur dont les services avaient été retenus par la Compagnie des Cent-Associés. Il écrit en 1635 : « Et d'autant qu'il est nécessaire d'avoir une mesure dans le dit pays pour arpenter, on a jugé à propos de prendre celle de Paris que font dix-huit pieds pour perche et cent perches pour arpans à ce que l'avenir toutes choses soient réglées également. » Dès lors, il faut compter « cent perches pour arpent à dix-huit pieds (français) pour perche ». Ceci donne un arpent de 32 400 pieds du Roi carrés. Ce système de mesure prévaut avant même que l'Édit royal de 1664 en fasse une loi[15].

Les colons français au XVIIIe siècle se répartissaient les terres par parcelles, longues et étroites, le long des cours d'eau principaux, du Sud de la Louisiane en particulier. Chaque propriétaire disposait ainsi d'une façade sur la rivière ainsi que du terrain nécessaire à la culture et à l'habitation. Un numéro de référence était attribué à chaque parcelle. Ce système foncier fut repris par les colons espagnols puis par le gouvernement américain, après l'acquisition de la Louisiane. Il est intégré au Système d'arpentage public américain (PLSS).

Une parcelle typique française mesurait 2 à 4 arpents de large, le long de la rivière, et 40 à 60 arpents de profondeur, tandis que les divisions espagnoles étaient en général de 6 à 8 arpents de large, et 40 arpents de profondeur.

Amérique du Nord aujourd'huiModifier

L'arpent, aussi appelé french acre en Amérique anglophone, est toujours en usage. On peut le lire par exemple dans les annonces de vente de grandes parcelles rurales.[réf. souhaitée]

Étalons officiels de l'arpent (carré) :

  • Québec : 1 arpent vaut 32 400 pieds carrés français, soit environ 36 800 pieds carrés anglais, 0,844 82 acres ou 3 418,89 m2[14]
  • Louisiane, Mississippi, Alabama et Floride : 1 arpent vaut 0,846 28 acres, soit environ 3 424,77 m2[16]
  • Arkansas et Missouri : 1 arpent vaut 0,8507 acres, soit environ 3 442,66 m2[13]

Étalon officiel de l'arpent (linéaire) utilisé au Québec : 1 arpent vaut 180 pieds français soit environ 191,84 pieds anglais ou 58,47 mètres[14].

Notes et référencesModifier

  1. a et b entrée « arpent » du TLFI.
  2. a b et c Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise : une approche linguistique du vieux-celtique continental, Paris, Errance, , 2e éd. (ISBN 2-87772-237-6, ISSN 0982-2720), p. 53.
  3. a b et c Gérard Chouquer, « Dictionnaire des termes et expressions de l'arpentage romain », (consulté le 7 février 2019).
  4. [[#|]], p. 80.
  5. Gérard Chouquer et François Favory, « De arte mensoria, « Du métier d'arpenteur ». Arpentage et arpenteurs au service de Rome », Histoire & Mesure, vol. 8, no 3,‎ , p. 249–284 (DOI 10.3406/hism.1993.1595, lire en ligne), p. 253.
  6. [[#|]], p. 79-80.
  7. Entrées « arpenter » et arpentage » du TLFI.
  8. Jedrzejewski 2002, p. 159.
  9. a b c d et e Jedrzejewski 2002, p. 162.
  10. a b et c Jedrzejewski 2002, p. 276.
  11. Jedrzejewski 2002, p. 272.
  12. a et b Jedrzejewski 2002, p. 165.
  13. a et b (en) Julia A. Jackson, James P. Mehl et Klaus K. E. Neuendorf, Glossary of Geology, Springer, (ISBN 9780922152766, lire en ligne), p. 37.
  14. a b et c Mesure de la longueur et de la superficie au Québec sur le site officiel Énergie et Ressources naturelles, consulté le 19 juin 2017].
  15. Source: BAnQ (Montréal), CN601,P359 - greffe de Jean Saint-Père, 4 janvier 1648.
  16. Pour la Louisiane voir Derouen v. Poirier, 136 So. 2d 131, note 1 (La. 3d Cir. Ct. App. 1961) (dicta).

BibliographieModifier

  • Franck Jedrzejewski, Histoire universelle de la mesure, Paris, France, Ellipses, (ISBN 978-2-7298-1106-8)

Voir aussiModifier