Gilbert Bachelu

homme politique français

Gilbert Désiré Joseph Bachelu
Gilbert Bachelu

Naissance
Dole (Jura)
Décès (à 72 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Arme Génie
Infanterie
Grade Général de division
Années de service 17941824
Commandement 11e Régiment d'Infanterie de Ligne
Conflits Guerres de la Révolution
Guerres napoléoniennes
Distinctions Baron d'Empire
Commandeur de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Hommages Nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile, 30e colonne.
Autres fonctions Député du Jura
Député de Saône-et-Loire

Gilbert Désiré Joseph Bachelu, né à Dole Franche-Comté le , mort du choléra à Paris le , est un général français de la Révolution et de l’Empire.

BiographieModifier

Carrière sous la Révolution et le ConsulatModifier

Fils de Claude Bachelu (conseiller-maître à la Cour des comptes de Dole), marié à Victoire Baptistine Muraire, divorcée du comte Jean-Baptiste Henry Collin de Sussy, puis séparé. Bachelu est reçu, le , à l'école d'application de l'artillerie et du génie, en qualité d'élève sous-lieutenant. Capitaine en 1795, il fait la campagne du Rhin et suit Jean Victor Marie Moreau dans sa retraite en Allemagne. Passé en Égypte, il y est nommé chef de bataillon par Kleber pour sa belle conduite au siège du Caire le . En 1801, il est sous-directeur des fortifications, puis il fait, comme colonel du génie, l'expédition de Saint-Domingue, sous les ordres du général en chef Leclerc qui en fait son aide de camp. Il assiste au combat de la Crête-à-Pierrot où il dirige le placement des troupes dans les lignes de circonvallation établies sur la droite de l'Artibonite. Chargé de porter en France les dépêches du commandant par intérim, le colonel Bachelu revient à Rochefort le de cette malheureuse expédition avec la veuve de son général Pauline Bonaparte.

Officier de l'EmpireModifier

Chef d'état-major de Soult au camp de Saint-Omer (1803-1805), il passe chef d'état-major du génie au camp de Boulogne où il reçoit la décoration de chevalier de la Légion d'honneur le 19 frimaire an XII. Officier du même ordre le 25 prairial, il reçoit le commandement du 11e d'infanterie de ligne en 1805. Sous les ordres du général Marmont qui commande l'armée de Hollande, il participe à la campagne d'Autriche en 1805 où il se distingue à Austerlitz, puis est cantonné dans le Frioul. Il passe, en 1807, en Dalmatie, conquiert les bouches de Cattaro et attaque, le , à Castelnuovo (actuel Herceg Novi), 5 000 Monténégrins, soutenus par deux bataillons russes, et les culbute à la baïonnette. Il effectue une marche à travers la Croatie.

Général de brigade le , après Essling et Wagram (brigade du 11e corps de la division Clausel), il retourne à Fiume et en Illyrie où il combat les Turcs. Baron de l'Empire par décret du et lettres patentes du (Saint-Cloud)), puis commandant en second à Dantzig en 1811, il participe à la campagne de Russie dans la division Grandjean sous Macdonald et commande l'arrière-garde pendant la retraite principalement au siège de Dantzig. Bachelu a chassé les Russes de la position de Stublau (en), et le , il a repoussé l'attaque générale dirigée par Matveï Platov sur les faubourgs de la place. Il s'illustre durant le siège de Dantzig jusqu'à la capitulation du . Le , il est nommé général de division.

Cent-Jours et RestaurationModifier

Après avoir reçu de la Restauration la croix de Saint-Louis le , il suit la campagne des Cent-Jours, commande la 5e division d'infanterie du 2e corps d'armée de Reille, prend part au premier engagement du sur la Sambre, se distingue aux Quatre-Bras. À Waterloo, il est blessé lors de l'attaque de la ferme fortifiée d'Hougoumont. Il rentre à Paris après le licenciement de l'armée de la Loire, et, le , il est arrêté, incarcéré pendant quatre mois, puis exilé. Revenu en France en 1817, il est rayé du cadre de l'état-major par suite de la mesure générale prise par le gouvernement royal en 1824.

Il est brièvement gouverneur militaire de Lyon fin 1830. Le , le département du Jura l'élut[1] député, contre M. Lempereur de Saint-Pierre[2]. Aux élections du , il échoue[3] contre le même M. Lempereur de Saint-Pierre[4], mais, le , le 1er collège électoral du Jura lui rend son siège[5] à la Chambre des députés, contre M. Dusillet[6], maire de Dole. Bachelu vote à la Chambre avec la gauche dynastique. Il n'est pas réélu à la législature suivante, mais, le , le 4e collège électoral de Saône-et-Loire (Chalon-sur-Saône) l'envoie[7] à la Chambre, en remplacement de M. Thiard, qui a opté pour un autre collège : le général-baron a été préféré à M.Lerouge[8]. Il a obtenu la croix de commandeur de la Légion d'honneur le . Réélu[9] dans le même collège, le , contre le général Brunet Denon[10], il échoue[11] aux élections du contre ce même concurrent.

Retraité comme général de division le , il est mort à Paris le , âgé de 72 ans.

Carrière militaireModifier

  • Général de brigade le  ;
  • Général de division le ,
  • Baron de l'Empire le  ;
  • Commandant d'une brigade de la 1re division du 11e corps de l'armée d'Allemagne du au  ;
  • Commandant d'une brigade de la 1re division de l'armée d'Illyrie du au  ;
  • Commandant d'une brigade de la 2e division de l'armée d'Illyrie du au  ;
  • Commandant d'une brigade de la 1re division de l'armée d'Illyrie du au  ;
  • Commandant d'une brigade de la 2e division de l'armée d'Illyrie du au  ;
  • Commandant en second de la place de Dantzig du au  ;
  • Commandant de la 3e brigade de la division Grandjean du 10e corps de la Grande Armée du au  ;
  • Commandant de la 5e division du 2e corps d'observation du au  ;
  • le en non-activité.
  • Exilé, il rentre le , en disponibilité ;
  • En retraite militaire le .

Carrière civileModifier

  • Conseiller maître au parlement de Dôle seigneur de Montmirey-la-ville et de Anne Josèphe Perrey
  • Gouverneur de la division militaire de Lyon le  ;
  • Député du Jura du au et du à 1834 ;
  • Député de Saône-et-Loire du au  ;
  • En retraite le .

DistinctionsModifier

  • Commandeur de la Légion d'honneur le  ;
  • Chevalier de Saint-Louis le  ;
  • Chevalier du St Esprit
  • Il fait partie des 660 officiers à avoir son nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile.

ArmoiriesModifier

Figure Blasonnement
Armes du baron Bachelu et de l'Empire (décret du , lettres patentes du (Saint-Cloud),

Écartelé au premier contre écartelé denché d'argent et de gueules ; au deuxième des barons tirés de l'armée ; au troisième parti : au premier d'argent au chevron de gueules accompagné de trois mains appaumé du même deux en chef et une en pointe, au deuxième de gueules à trois feuilles deux et un d'argent ; au quatrième coupé au premier écartelé d'argent et de gueules, au 2e fascé d'or et d'azur de quatre pièces.[12],[13],[14],[15]

Livrées : les couleurs de l'écu[16].

Notes et référencesModifier

  1. Par 140 voix sur 189 votants et 278 inscrits
  2. 45 voix
  3. Avec 93 voix
  4. .Élu par 110 voix
  5. Par 93 voix sur 166 votants et 267 inscrits
  6. 65 voix
  7. Par 206 voix sur 388 votants et 547 inscrits
  8. 176 voix
  9. par 249 voix sur 461 votants et 548 inscrits
  10. 203 voix
  11. 219 voix contre 251
  12. Source: Armorial du Premier Empire, Vicomte Albert Révérend, Comte E. Villeroy
  13. La noblesse d'Empire sur http://thierry.pouliquen.free.fr
  14. Tout sur l'héraldique : dessin de blasons et d'armoiries sur toutsurlheraldique.blogspot.com
  15. Nicolas Roret, Nouveau manuel complet du blason ou code héraldique, archéologique et historique : avec un armorial de l'Empire, une généalogie de la dynastie impériale des Bonaparte jusqu'à nos jours, etc..., Encyclopédie Roret, , 340 p. (lire en ligne)
  16. PLEADE (C.H.A.N. : Centre historique des Archives nationales (France)).

Source partielleModifier