Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gare du Sud (homonymie).

Gare du Sud
Image illustrative de l’article Gare du Sud
Façade en mars 2014
Présentation
Coordonnées 43° 42′ 34″ nord, 7° 15′ 44″ est
Pays Drapeau de la France France
Ville Nice
Adresse Avenue Malausséna
Fondation 2013
Protection  Inscrit MH (2002, 2005)
Informations
Gestionnaire Commune de Nice

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Gare du Sud

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Gare du Sud

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

(Voir situation sur carte : Alpes-Maritimes)
Gare du Sud
Géolocalisation sur la carte : Nice/Alpes-Maritimes/Provence-Alpes-Côte d'Azur/France
Gare du Sud

La gare du Sud est une médiathèque et ancienne gare ferroviaire française située dans le quartier de la Libération à Nice. Cette gare est l'ancien terminus des lignes à voie métrique des chemins de fer de Provence reliant Nice à Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence) et à Meyrargues via Draguignan.

Sommaire

Histoire et descriptionModifier

DébutsModifier

Elle est construite en 1892 par l’architecte Prosper Bobin pour le compte de la Compagnie des chemins de fer du Sud de la France. Son plan d’ensemble s’articule autour de deux espaces à la fonction, aux matériaux et à l’architecture distincts. Côté cour, donnant sur le boulevard Malaussena, le bâtiment des voyageurs est conçu selon un courant dit rationaliste[1] qui privilégie l’emploi de nouveaux matériaux industriels sans compromis sur l'élégance. Sa façade monumentale avec un pavillon central élevé entouré de deux pavillons latéraux affiche un répertoire décoratif fait de céramiques plaquées et de motifs peints, la pierre de taille soulignant la structure. L’édifice est couronné de matériaux en terre cuite ; la toiture de tuiles est soulignée à la base par des acrotères et au faîte par des épis. Côté voies, la halle métallique (aux dimensions impressionnantes de 23 m de large, 18 m de haut et 87 m de long) abrite les quais. Cette pièce d’architecture inspirée de Gustave Eiffel est créée pour le pavillon de la Russie et de l'Autriche-Hongrie de l'Exposition universelle de 1889 à Paris. Elle est intégrée à la gare du Sud en 1891.

Après la Seconde Guerre mondiale, la ligne de Meyrargues est fermée, seule reprenant l'exploitation de Nice-Digne. Les Chemins de fer de Provence ont fermé la gare du Sud en décembre 1991 et transféré le terminus de la ligne dans une nouvelle gare minimaliste située un peu en amont sur la ligne, la gare de Nice CP.

Le bâtiment a été vendu par l'État à la commune de Nice en 2000, qui prévoyait de démolir la halle métallique et sa verrière et de démonter la façade. Ce projet a soulevé de nombreuses protestations et finalement le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres, s'y est opposé en 2004.

La façade de l'ancienne gare fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [2]. La halle des trains fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [2].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

ProjetsModifier

Si le bâtiment a d'abord été sauvé de la destruction, son avenir est longtemps resté incertain. Plusieurs projets ont été échafaudés, comme l'installation d'associations artistiques à la recherche d'un abri ou celui controversé du transfert de l'hôtel de ville de Nice.

En effet, à la suite de l'échec du projet de 2000, la ville a demandé à l'architecte Pierre-Louis Faloci un nouveau projet qui préserve la totalité du bâtiment des voyageurs ainsi que la halle métallique. Ce projet a fait l'objet d'un accord du ministère de la Culture le 12 mai 2005, prévoyant de surmonter la gare d'un vaste auvent ou ombrière, qui serait recouverte de 2 000 m2 de panneaux solaires produisant de l'électricité. Le projet comprenait également la réalisation d'une médiathèque et d'un complexe sportif, de réhabiliter l'école d'arts plastiques et de créer un parking de 1 300 places.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

RéhabilitationModifier

Durant l'année 2013, la gare est en travaux de réhabilitation pour devenir une médiathèque[3],[4],[5],[6]. Les travaux se terminent en décembre de la même année, suivis de l’inauguration.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les travaux de remontage de la charpente métallique de l'ancienne halle accolée sur le côté ouest du bâtiment se succèdent à l'inauguration de la médiathèque et s'achèvent le 3 juin 2017[7] Les travaux intérieurs se poursuivent pour la réalisation sur deux niveaux d'une halle gourmande d'une vingtaine de commerces d'une superficie de 3000m², dont un espace culturel, des antiquaires, un bar lounge et une discothèque insonorisés. L'inauguration est attendue pour le mois de mai 2019. Le 18 mai 2019, la halle se trouvant derrière la façade rouvre en effet au public, après plus de quatre ans de travaux. On y trouve des enseignes de restauration rapide.

Notes et référencesModifier

  1. Michel Steve, La Métaphore Méditerranéenne: L'architecture sur la Riviera de 1860 à 1914, Éditions Demaistre, 1996, p.88, (ISBN 2841940039).
  2. a et b Notice no PA06000023, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. « Quartier Gare du sud », sur Métropole Nice Côte d'Azur (consulté le 14 août 2013).
  4. [vidéo] « Gare du Sud Visite de Chantier Mars 2013 », (consulté le 14 août 2013).
  5. [vidéo] « Visite de Chantier Gare du Sud Mai 2013 », (consulté le 14 août 2013).
  6. [vidéo] « Gare du Sud Visite de Chantier été 2013 », (consulté le 14 août 2013).
  7. « Inauguration de la halle », sur France 3 Côte d'Azur (consulté le 5 janvier 2019).

BibliographieModifier

  • Paul Barelli, « Le transfert de la mairie de Nice devient un enjeu des municipales », Le Monde,‎ (lire en ligne [html], consulté le 17 décembre 2013)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier