Gare de Biarritz

gare ferroviaire française

Biarritz
Image illustrative de l’article Gare de Biarritz
Le bâtiment voyageurs.
Localisation
Pays France
Commune Biarritz
Quartier La Négresse
Adresse Allée du Mourra
64200 Biarritz
Coordonnées géographiques 43° 27′ 33″ nord, 1° 32′ 45″ ouest
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV
Intercités
TER Nouvelle-Aquitaine
Caractéristiques
Ligne(s) Bordeaux-Saint-Jean à Irun
Biarritz-la-Négresse à Biarritz-Ville
Voies 3
Quais 2 (dont un central)
Transit annuel 337 741 voyageurs (2016)
Altitude 44 m
Historique
Mise en service
Correspondances
Chronoplus   C     8    10   12 
Hegobus  23 
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Biarritz
Géolocalisation sur la carte : Aquitaine
(Voir situation sur carte : Aquitaine)
Biarritz
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
(Voir situation sur carte : Pyrénées-Atlantiques)
Biarritz

La gare de Biarritz (anciennement Biarritz-la-Négresse) est une gare ferroviaire française de la ligne de Bordeaux-Saint-Jean à Irun, située dans le quartier de La Négresse, sur le territoire de la commune de Biarritz, dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par le TGV et des trains TER Nouvelle-Aquitaine.

Elle ne doit pas être confondue avec l'ancienne gare de Biarritz-Ville, fermée en 1980.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 44 mètres d'altitude, la gare de Biarritz est située au point kilométrique (PK) 207,291 de la ligne de Bordeaux-Saint-Jean à Irun, entre les gares ouvertes de Bayonne et de Guéthary. En direction de Guéthary, s'intercale la gare fermée de Bidart[1].

Ancienne gare de bifurcation, elle était l'origine de la courte ligne de Biarritz-la-Négresse à Biarritz-Ville (fermée), qui permettait de rejoindre la gare de Biarritz-Ville (fermée et désaffectée du service ferroviaire)[2].

HistoireModifier

La station de Biarritz (écrit Biarrits[3]) est mise en service le , par la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne (Midi), lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la ligne de Bayonne à Irun, prolongement de sa ligne de Bordeaux à Bayonne. Elle est établie au lieu-dit la Négresse à environ trois kilomètres de la station balnéaire[4]. Cette situation excentrée serait due à un souhait de l'impératrice d'éloigner le chemin de fer de sa villégiature[5].

Au début des années 1900, la gare est saturée par un afflux de touristes. Cela incite les autorités à s'impliquer pour la création d'une nouvelle gare au centre-ville[5]. En 1905, un court embranchement long de 3 200 mètres, ayant pour terminus la nouvelle gare, est déclaré d'utilité publique en 1905. La gare de Biarritz-Ville est mise en service en 1911[6].

En 2016, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare était de 337 741 voyageurs, en 2015, de 388 748 voyageurs[7].

Les différents noms de la gareModifier

L'existence de ces deux gares pour desservir Biarritz a fait évoluer à plusieurs reprises le nom de la gare actuelle. Ainsi, baptisée Biarrits en 1864, elle devient La Négresse en 1911, à l'ouverture de l'embranchement vers Biarritz-Ville, puis La Négresse – Biarritz, modifié en Biarritz – La Négresse en 1926, puis à nouveau Biarritz après la fermeture de l'embranchement.

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

La salle d'attente est ouverte de h 0 à 22 h 15 du lundi au jeudi, de h 0 à h 15 le vendredi, h 0 à 21 h 0 le samedi et de h 30 à 22 h 15 le dimanche[8].

L'accueil se fait de h 50 jusqu'à 21 h 15, tous les jours.

Le guichet est ouvert de 10h00 à 17h15, du lundi au vendredi, mais fermé le week-end[9].

DesserteModifier

 
Une rame TGV Atlantique, quittant la gare en direction de Paris.

La gare est desservie par les trains suivants :

IntermodalitéModifier

La gare est desservie par le réseau de transports en commun Chronoplus, par l'intermédiaire des lignes C, 8, 10 et 12 (autobus).

Notes et référencesModifier

  1. « [655/2] Dax - Hendaye », dans Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0, présentation en ligne), p. 50.
  2. « Biarritz : Gare du Midi », sur Aquitaine patrimoine (consulté le 17 juillet 2016).
  3. A. Dechambre (dir.), Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, t. 9 : BEJ - BLE, Paris, Masson, 828 p. (lire en ligne), p. 226
  4. François et Maguy Palau, 2004, p. 8.
  5. a et b « Gare du Midi », sur Région Aquitaine (consulté le 17 juillet 2016).
  6. François et Maguy Palau, 2004, p. 9.
  7. « Fréquentation en gares en 2016 et 2015 – Biarritz », sur SNCF Open Data, traitement du 15 mai 2017 (onglet informations) (consulté le 17 juin 2018)
  8. « Services | Gares & Connexions », sur www.gares-sncf.com (consulté le 15 février 2019)
  9. « Guichets | Gares & Connexions », sur www.gares-sncf.com (consulté le 15 février 2019)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 3 (1864-1870), Palau, , 239 p. (ISBN 2-950-9421-3-X), « 7.3. Bayonne-Irun : 21 avril 1864 », p. 8-9
  • Didier Janssoone, Biarritz : La Gare du Midi, Éditions Cheminements – 2008 (ISBN 978-2-8447-8642-5)
  • Lucien Chanuc, « De la Négresse à Biarritz-Ville », Connaissance du Rail, nos 336-337,‎ , p. 32 à 37

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier


Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Hendaye Saint-Jean-de-Luz - Ciboure TGV inOui Bayonne Paris-Montparnasse
Hendaye Saint-Jean-de-Luz - Ciboure Intercités Bayonne Toulouse-Matabiau
Hendaye Guéthary TER Nouvelle-Aquitaine Bayonne Bordeaux-Saint-Jean
ou Dax