Gamma Cephei

étoile
Gamma Cephei A / B
Errai
Données d'observation
(époque J2000.0)
Ascension droite 23h 39m 20,8s
Déclinaison 77° 37′ 56″
Constellation Céphée
Magnitude apparente 3,22 / ?

Localisation dans la constellation : Céphée

(Voir situation dans la constellation : Céphée)
Cepheus IAU.svg
Caractéristiques
Type spectral K1 IVe / M1V
Indice U-B 0,94 / ?
Indice B-V 1,03 / ?
Variabilité Suspectée
Astrométrie
Vitesse radiale 8,8 km/s
Mouvement propre μα = −48,85 mas/a
μδ = 127,18 mas/a
Parallaxe 72,42 ± 0,52 mas
Distance 45 ± 0,3 al
(13,8 ± 0,1 pc)
Magnitude absolue 2,46 / ?
Caractéristiques physiques
Masse 1,6 / 0,4 M
Rayon 4,7 / 0,5 R
Luminosité 10,6 / ? L
Température 4 900 / 3 500 K
Métallicité 89−186 % du Soleil
Rotation 781 / ? jours
Âge 3 × 109 a
Binaire
Compagnon Gamma Cephei B
Demi-grand axe (a) 18,5 ua
Excentricité (e) 0,36
Période (P) 74 j
Inclinaison (i) °
Argument du périastre (ω) °
Longitude du nœud ascendant (Ω) °
Époque du périastre (τ) JJ

Autres désignations

Errai, γ Cep, 35 Cep (Flamsteed), GJ 903, HR 8974, BD+76 928, HD 222404, GCTP 5725.00, SAO 10818, FK5 893, HIP 116727, WDS J23393 +7738AB[1]

Gamma Cephei (γ Cep / γ Cephei) est une étoile de la constellation de Cephée. Elle porte également le nom traditionnel Errai, également orthographié Alrai (voire Er Rai).

Gamma Cephei est l'étoile visible à l'œil nu qui remplacera α Ursae Minoris comme étoile polaire nord de la Terre, à cause de la précession des équinoxes. Alrai deviendra plus proche du pôle nord céleste que α Ursae Minoris autour de l'an 3000, et sera à son point le plus proche aux environs de l'an 4000. Puis, ce « titre » passera à ι Cephei aux environs de l'an 5200.

DésignationsModifier

Gamma Cephei est la désignation de Bayer de l'étoile qui est aussi connue par sa désignation de Flamsteed, 35 Cephei (35 Cep).

Son nom traditionnel Errai (ou Alrai) provient de l'arabe الراعي (ar-rā‘ī) qui signifie « le Berger »[2]. De manière ambigüe, l'étoile β Ophiuchi est également parfois appelée Alrai, mais est plus connue sous le nom de Cebalrai ou Kelb Alrai, signifiant « le chien de berger ».

Système hiérarchiséModifier

Gamma Cephei est un système hiérarchisé dont l'objet primaire est l'étoile Gamma Cephei Aa et les deux objets secondaires connus sont la planète circumprimaire Gamma Cephei Ab et l'étoile Gamma Cephei B qui forme, avec Gamma Cephei Aa, une étoile binaire spectroscopique désignée par le nom long du système global, Gamma Cephei (AB).

Gamma Cephei AModifier

Gamma Cephei AaModifier

Gamma Cephei Aa est une sous-géante orange de type spectral K1 IV. Elle est située à environ 50 années-lumière de la Terre. Sa magnitude apparente est de 3,22.

Gamma Cephei AbModifier

La présence d'une exoplanète Gamma Cephei Ab en orbite autour de Gamma Cephei A fut fortement soupçonnée par une équipe canadienne comprenant Bruce Campbell, Gordon Walker et Stephenson Yang en 1988. Son existence fut aussi annoncée par Anthony Lawton et P. Wright en 1989.

Elle aurait été la première planète extrasolaire confirmée, et avait été repérée avec la technique de la vitesse radiale utilisée plus tard avec succès par d'autres équipes. Cependant, la revendication fut retirée en 1992 à cause de la qualité insuffisante des données pour confirmer la découverte. Mais en 2002, la preuve de l'existence de la planète fut considérablement renforcée par les nouvelles mesures faites par Artie Hatzes et ses collaborateurs à l'observatoire McDonald. Elle a été baptisée Tadmor[3] en 2015 par l'IAU à la suite des propositions et du vote des internautes.

Gamma Cephei BModifier

Gamma Cephei B est la composante secondaire de l'étoile binaire spectroscopique Gamma Cephei AB. Il s'agit d'une naine rouge dont l'orbite a été peu étudiée : la meilleure estimation actuelle est qu'elle parcourt une orbite excentrique de 10 à 29 UA sur une période de 70 ± 16 ans, avec une excentricité de 0,439 ± 0,06 (Cochran et al 2002[réf. incomplète]).

Notes et référencesModifier

  1. (en) * gam Cep -- Spectroscopic binary sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  2. « Étymologie des noms arabes d'étoiles », sur selefa.asso.fr, Société d’Études Lexicographiques et Étymologiques Françaises & Arabes (consulté le 30 janvier 2020), p. 10
  3. « NameExoWorlds », sur nameexoworlds.iau.org (consulté le 1er septembre 2016)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier