Annum

unité de temps fixe conventionnelle, dérivée du système SI, correspondant à la durée moyenne de l'année tropique et indépendante de la position géographique, estimée à 365,2422 jours fixes de 86400 secondes, proche de l'année moyenne observée au sol

L'unité annum (l'année en latin) de symbole a, est une unité de mesure du temps, non-SI, valant une année julienne, soit exactement 365,25 jours[a] ou 31,557 6 × 1012 secondes, utilisée dans diverses disciplines scientifiques comme la paléogénétique, des sciences de la Terre ou de l'Univers ou encore la physique nucléaire pour quantifier des durées des échelles de temps phylogénétiques, géologiques, astronomiques ou la période de radioéléments. Elle est adaptée aux mesures de temps présentant des valeurs supérieures à l'année, pour lesquelles l'unité SI qu'est la seconde serait trop petite.

MultiplesModifier

L’unité étant adaptée aux temps longs, elle est surtout utilisée via trois de ses multiples :

  • ka (kiloannum), le millier d'années ou millénaire ;
  • Ma (mégaannum), le million d'années ;
  • Ga (gigaannum), le milliard d'années.

Ces symboles sont internationaux et recommandés par la norme ISO 80000-3:20061 dans l'annexe des unités non-SI[1]. Dans les pays anglophones, on trouve également les dérivés de ya (years ago).

UtilisationModifier

L'annum (a) est relativement peu utilisé isolément, mais on le trouve dans des listes de périodes radioactives, à côté de ses multiples mais aussi du jour (d), de la minute (min) et de la seconde (s).

Le kiloannum (ka) est assez peu utilisé aussi, on le trouve surtout pour l'énoncé d'âges inférieurs à 100 000 ans, tels que ceux obtenus par le carbone 14 (1 à 50 ka).

Le mégaannum (Ma) est adapté pour décrire l'évolution du vivant : ainsi l'explosion cambrienne s’est produite entre −541 et −530 Ma, l’extinction des dinosaures non aviens il y a 65 Ma et l’émergence du genre Homo il y a environ 2 Ma. Les dates exprimées en millions d'années sont toujours orientées vers le passé, le point de départ étant « ce jour », un « aujourd’hui » qui n’a pas besoin d'être précis à quelques années ou centaines d’années près étant donné la précision des dates mesurées avec cette unité[b]. On trouvera aussi bien des dates en valeur absolue (telle 542 Ma) que des dates signées (telle −635 Ma) ; dans tous les cas, il s’agit de dates passées et non futures.

Le gigaannum (Ga) est adapté aux datations liées à l'histoire de la Terre (éons, ères et périodes géologiques), du Système solaire ou de l'Univers. Ainsi, la Terre s'est formée il y a un peu plus de 4,5 Ga (4,5 milliards d'années) et l'âge de l'Univers est estimé à 13,8 Ga. Il s'applique aussi à la demi-vie de certains radioéléments : 48,8 Ga pour le rubidium 87.

Les multiples supérieurs (téraannum, pétaannum, exaannumetc.) ne sont pas encore utilisés, mais ils pourront l'être pour exprimer la période radioactive de nucléides quasi stables, tels que le bismuth 209 (20,1 Ea, soit 2,01 × 1019 a[2]).

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Il s'agit alors de « jours standards » de 86 400 secondes exactes, non pas de jours solaires réels qui eux ont une durée qui augmente lentement d'approximativement 2 millisecondes par siècle.
  2. Une variation d’un millénaire ou dix siècles, rapporté à un million d'années, représente une marge d’erreur de 0,1 %. Les marges d’erreurs associées au découpage des temps géologiques sont indiquées de façon officielle par l’ICS ; elles varient entre un siècle et quatre Ma selon les incertitudes stratigraphiques, pour les périodes bien définies et reconnues par l’ICS.

RéférencesModifier

  1. « Grandeurs et unités -- Partie 3: Espace et temps », sur Organisation internationale de normalisation (consulté le 26 juillet 2017).
  2. (en) G. Audi, F. G. Kondev, M. Wang, W. J. Huang et S. Naimi, « The NUBASE2016 evaluation of nuclear properties », Chinese Physics C (en), vol. 41, no 3,‎ , p. 030001 (DOI 10.1088/1674-1137/41/3/030001, Bibcode 2017ChPhC..41c0001A).

Articles connexesModifier