Gainsborough (cheval)

étalon Pur-sang

Gainsborough (1915-1945) est un cheval de course pur-sang anglais, lauréat de la Triple Couronne britannique, devenu étalon très influent.

Gainsborough
Image illustrative de l’article Gainsborough (cheval)

Race Pur-sang
Père Bayardo
Mère Rosedrop
Père de mère St. Frusquin
Sexe Étalon
Robe baie
Naissance
Pays de naissance Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Mort 1945 (à 30 ans)
Pays d'entraînement Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Éleveur Lady James Douglas
Propriétaire Lady James Douglas
Entraîneur Alec Taylor, Jr.
Jockey O. Madden
Joe Childs
Nombre de courses 9
Nombre de victoires 5 (2 places)
Gains en courses £ 14 080
Distinction Tête de liste des étalons en Angleterre et en Irlande (1932, 1933)
Tête de liste des pères de mères en Angleterre et en Irlande (1931)
Production Hyperion
Principales victoires 2000 Guinées
Derby
St. Leger
Gold Cup

Carrière de course modifier

Une victoire dans les Autumn Stakes, lors de sa troisième sortie, vaut à Gainsborough de compter parmi les meilleurs poulains de sa génération. Mais de retour à 3 ans, il s'affirme clairement comme le numéro 1 en remportant les 2000 Guinées, devenant à cette occasion le premier vainqueur classique portant les couleurs d'une femme, celles de son éleveuse Lady Douglas. Gainsborough enchaîne avec le Derby qui, en cette année 1918, se déroule à Newmarket, qui sera d'ailleurs le seul hippodrome où il se produira, Epsom, Ascot, Doncaster et la plupart des hippodromes britanniques étant réquisitionnés par l'armée en ces temps de guerre. Deux semaines plus tard, il prouve sa tenue en remportant une Gold Cup elle aussi délocalisée à Newmarket. Puis, à l'automne, il poursuit sa série d'invincibilité en remportant le St. Leger, devenant ainsi le treizième lauréat de la Triple Couronne britannique. Le St. Leger sera pourtant sa dernière victoire, puisqu'il s'incline pour ses adieux dans les Jockey Club Stakes. Dans leur livre A Century of Champions, John Randall et Tony Morris placent Gainsborough à la 56e place dans leur liste des 200 meilleurs chevaux du 20e siècle[1].

Résumé de carrière modifier

Date Hippodrome Pays Course Distance Jockey Place Écart Vainqueur ou deuxième
1917, 2 ans
Juillet Newmarket   Royaume-Uni Thurrow Plate 1 000 m O. Madden 4e Giant Killer
Août Newmarket   Royaume-Uni Ramsay Plate 1 100 m O. Madden 3e 3 Violinist
11 septembre Newmarket   Royaume-Uni Autumn Stakes 1 200 m O. Madden 1er 2 Freesia
1918, 3 ans
Avril Newmarket   Royaume-Uni Several Stakes 1 000 m J. Childs 5e Sicyon
1er mai Newmarket   Royaume-Uni 2000 Guineas 1 600 m J. Childs 1er / 13 1 ½ Blink
4 juin Newmarket   Royaume-Uni Derby 2 400 m J. Childs 1er / 13 1 ½ Somme Kiss
18 juin Newmarket   Royaume-Uni Gold Cup 4 000 m J. Childs 1er / 3 1/2 Planet
11 septembre Newmarket   Royaume-Uni St. Leger 2 800 m J. Childs 1er / 5 3 My Dear
2 novembre Newmarket   Royaume-Uni Jockey Club Stakes 2 800 m J. Childs 2e 1 Prince Chimay

Au haras modifier

En 1920, Gainsborough devient étalon au haras de sa propriétaire, Harwood Stud, dans le Berkshire. Il y devient un reproducteur très influent, obtenant deux titres de tête de liste en 1932 et 1933 et un titre de tête de liste des pères de mères. Parmi ses meilleurs produits, citons :

Si plusieurs des fils de Gainsborough ont brillé sur les hippodromes, il n'a pas donné de championnes. En revanche, ses filles ont eu une énorme influence sur l'élevage mondial, son nom étant associé à quelques-unes des plus grandes poulinières de l'histoire et visible dans les familles les plus performantes aux quatre coins du monde. Pour ne prendre qu'un seul exemple, en l'occurrence le plus important, il est le père de Mah Mahal, qu'il a eue avec Mumtaz Mahal, et qui est l'aïeule d'une multitude de champions tels Migoli, Petite Étoile, Zarkava, ou Alpinista. Mah Mahal est aussi la mère de Mahmoud, vainqueur du Derby, tête de liste des étalons américains en 1946, père de Almahmoud, grand-père de Natalma et donc arrière-grand-père du meilleur étalon du XXe siècle, Northern Dancer. Northern Dancer étant issu de Nearctic, par Nearco et une fille de Hyperion, il est inbred 4x5 sur Gainsborough (c'est-à-dire qu'il est présent deux fois dans le pedigree, aux quatrième et cinquième génération), ce qui garantit à celui-ci une forme d'éternité.

En 1940, Lady Douglas, malade, a dû se résoudre à vendre Harwood Stud et Gainsborough. En vertu d'un accord passé avec le nouveau propriétaire, Herbert Blagrave, l'étalon demeura dans son haras jusqu'à sa mort en 1945. Le haras est renommé Gainsborough Stud en son honneur, et en 1981 devient la propriété du Cheikh Maktoum Al Maktoum puis, à la mort de celui-ci en 2006, intègre Darley Stud, l'opération élevage de l'écurie Godolphin.

Origines modifier

Quinze poulains ont remporté la Triple Couronne britannique entre West Australian (1853) et Nijinsky (1970), et les douzième et treizième sont deux fils de Bayardo nés à un an d'écart, Gay Crusader et Gainsborough. Bayardo était un grand champion, lauréat de 22 de ses 25 courses. Et un grand étalon, naturellement sacré tête de liste en 1917 et 1918.

Pedigree modifier

Origines de Gainsborough (GB), mâle bai né en 1915
Père
Bayardo
1906
Bay Ronald Hampton Lord Clifden
Lady Langden
Black Duchess Galliard
Black Corrie
Galicia Galopin Vedette
Flying Duchess
Isoletta Isonomy
Lady Muncaster
Mère
Rosedrop
1907
St. Frusquin St. Simon Galopin
St. Angela
Isabel Plebeian
Parma
Rosaline Trenton Musket
Frailty
Rosalys Bend Or
Rosa May (famille 2-n)[2]

Références modifier

  1. Tony Morris et John Randall, A Century of Champions, Portway Press, (ISBN 1-901570-15-0)
  2. « Pedigree de Gainsborough », pedigreequeery.com (consulté le )