Ouvrir le menu principal

BiographieModifier

Il est né Frederick Liedtke[1] à York dans le Nebraska d'une mère française et d'un père capitaine de la guerre de Sécession, blessé dans la fameuse bataille de Gettysburg. Sous son nom de scène de Fred Niblo il commença sa carrière dans le vaudeville et le théâtre[2]. Après plus de vingt années d'exercice, pendant lesquelles il voyagea à travers le monde, il découvrit l'industrie bourgeonnante du cinéma en tournant ses deux premiers films en Australie.

En 1901, Niblo épouse l'actrice de Broadway Josephine Cohan[3], sœur aînée de George M. Cohan. Elle meurt précocement en 1916, l'année où il débute comme acteur et réalisateur au cinéma. En Australie, il rencontre l'actrice Enid Bennett qu'il épousera plus tard[4]. Il se fait un nom à Hollywood avec Le Signe de Zorro avec Douglas Fairbanks qu'il réalise en 1920. Ils s'associent à nouveau l'année suivante pour Les Trois Mousquetaires[5],[6] (The Three Musketeers) et dirige alors Rudolph Valentino dans Arènes sanglantes. En 1925, Niblo fut le principal réalisateur de l'épique Ben-Hur: A Tale of the Christ[7],[8], l'une des plus coûteuses productions d'alors mais qui généra la troisième plus grosse recette d'un film muet dans l'histoire du cinéma. Niblo enchaîna avec deux œuvres majeures de 1926 : The Temptress avec Greta Garbo pour son second film américain et Norma Talmadge dans Camille. Niblo travailla avec les grands noms de cette période dont Joan Crawford, Lillian Gish[9], Ramon Novarro et Ronald Colman. En 1930 il réalise son premier film parlant, Redemption, avec deux grandes stars de l'époque John Gilbert et Renée Adorée.

Fred Niblo se retire en 1933 après quarante ans d'activité, tournant pas moins de 40 films dans les seules seize dernières années. Il était une personnalité majeure des premiers temps d'Hollywood et l'un des fondateurs de l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences. En reconnaissance de son rôle dans le développement de cette industrie naissante, il a son étoile sur le Hollywood Walk of Fame au 7014 Hollywood Blvd. Son Ben-Hur a été sélectionné par le National Film Registry, dans le but de sa conservation.

Fred Niblo meurt des suites d'une pneumonie[10] à la Nouvelle-Orléans (Louisiane) en 1948. Il est enterré au Forest Lawn Memorial Park Cemetery de Glendale (Californie). Son fils Fred Niblo Jr. (1903-1973), de son union avec Josephine Cohan, fut un scénariste à succès d'Hollywood.

FilmographieModifier

comme réalisateurModifier

comme acteurModifier

comme scénaristeModifier

comme producteurModifier

Récompenses et nominationsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Fred Niblo », sur www.silentsaregolden.com (consulté le 15 mars 2019)
  2. (en) « Fred Niblo, Sr »
  3. (en) « Fred Niblo - Director - Films as Director:, Other Films:, Publications », sur www.filmreference.com (consulté le 15 mars 2019)
  4. (en) The Legendary Estates of Beverly Hills, « Angelo Drive - Fred Niblo », sur The Legendary Estates of Beverly Hills (consulté le 15 mars 2019)
  5. (en) « The Three Musketeers. 1921. Directed by Fred Niblo | MoMA », sur The Museum of Modern Art (consulté le 15 mars 2019)
  6. (en) « The Three Musketeers | Silent Film Festival », sur www.silentfilm.org (consulté le 15 mars 2019)
  7. (en) « Ben-Hur | film by Niblo [1925] », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 15 mars 2019)
  8. (en) « Film Notes -Ben Hur », sur www.albany.edu (consulté le 15 mars 2019)
  9. (en-US) « THE ENEMY », sur Le Giornate del Cinema Muto (consulté le 15 mars 2019)
  10. (en) « Fred Niblo », sur latimes.com (consulté le 15 mars 2019)