Ouvrir le menu principal
Franco-Colombiens

Description de cette image, également commentée ci-après
Drapeau des Franco-Colombiens
Populations significatives par région
Population totale 78 000 (francophones)[1]
Autres
Régions d’origine Drapeau : Québec Québec, Drapeau de la France France
Langues Français, anglais
Religions Christianisme
Ethnies liées Québécois (peuple), Canadiens français, Franco-Albertains,

Les Franco-Colombiens sont les francophones vivant en Colombie-Britannique, au Canada.

DémographieModifier

Le recensement de 2016 dénombre 68 770 francophones en Colombie-Britannique selon la langue maternelle alors que seulement 21 219 personnes parlent français à la maison[2]. Le taux de survie du français comme langue d'usage est donc de seulement 30,9 % et près de sept Franco-Colombiens sur dix abandonnent le français au cours de leur vie. Peu de Franco-Colombiens sont nés en Colombie-Britannique, soit seulement 5 195 personnes ou 7,6 % des habitants de langue maternelle française. Plus de la moitié (52,9 %) est née ailleurs au Canada, essentiellement au Québec. Quelque 4 270 Franco-Colombiens (6,2 %) sont nés en France[3].

GéographieModifier

Il existe une petite communauté à Maillardville, Kamloops, Kelowna, les Kootenays ou Sechelt.

Population francophone des collectivités locales (2016)[4]
Municipalité Français
Maîtrisé Langue maternelle Minorité officielle Parlé à la maison Au travail
Nb %
Squamish . 625 550 . . .

HistoireModifier

Les Canadiens français ont participé en grande mesure dans les explorations et au développement de la Colombie-Britannique, grâce au rôle de la Compagnie du Nord-Ouest, la Compagnie de la Baie d'Hudson et l'Église catholique dans les Districts de la Nouvelle-Calédonie et Columbia. Six voyageurs Canadiens-français accompagnèrent l'explorateur Mackenzie au cours de son expédition à la côte ouest du continent de 1792-1793. Les Sœurs de Sainte-Anne arrivèrent à Victoria en 1845, peu après la construction du fort Victoria, et fondèrent la première école de la colonie. L'école, conservée par le gouvernement provincial, est aujourd'hui le bâtiment de type européen le plus ancien dans la province. Les Sœurs de Sainte-Anne établirent aussi l'hôpital Saint-Joseph, qui est devenu plus tard le Victoria General Hospital. Le premier évêque de l'île de Vancouver, Modeste Demers fit transporter de San Francisco à Victoria une imprimerie utilisée par un Américain pour publier Le Courrier de la Nouvelle-Calédonie pendant quelques semaines en 1858 — le deuxième journal publié en Colombie-Britannique[5]. Un autre ordre religieux français, les Oblats de Marie-Immaculée, fonda en 1859 une mission à ce qui est aujourd'hui la ville de Kelowna. Un religieux de l'ordre des Oblats, le père Fouquet, fonda lui en 1861 une école résidentielle amérindienne à Mission avec l'aide des Sœurs de Sainte-Anne. Avant 1858, quand commença la ruée vers l'or, les Canadiens-français formaient la population plus nombreuse de la partie continentale de ce qui est aujourd'hui la Colombie-Britannique. Après la construction de chemin de fer transcontinental une petite communauté francophone d'ouvriers s'installa à Hatzic Prairie, pas loin de la mission des Oblats à Mission. En 1910, la communauté francophone de Maillardville fut fondée par des colons québécois dans la région de Coquitlam[6].

PolitiqueModifier

SymbolesModifier

Le drapeau des Franco-Colombiens est créé en mai 1981 dans le cadre d'un concours par Raymond Lemoine, directeur de l'École des Pionniers de Maillardville[7]. Il comporte le cornouiller, emblème floral de la Colombie-Britannique, et la fleur de lys, symbole de la France ou de la francophonie. Les lignes bleues se rapportent à la mer dans la partie gauche et aux montagnes dans la partie droite.

SociétéModifier

Société
Événements
Saint-Jean-Baptiste, Squamish[8] Juin

ÉducationModifier

Le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique est la commission scolaire qui gère, depuis 1995, le réseau des établissements scolaires francophones de cette province. Contrairement aux autres commissions scolaires de la Colombie-Britannique, ce conseil scolaire ne couvre pas une zone géographique spécifique, mais coiffe les écoles fondées uniquement sur la langue française. Le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique compte aujourd'hui, dans son réseau, 78 communautés francophones de la province, comprenant plus de 4 500 élèves et 36 écoles, dont 23 écoles homogènes[9].

PersonnalitésModifier

Notes et référencesModifier

  1. http://www.vivreencolombiebritannique.ca/francophonie
  2. Statistique Canada. 2017. Profil du recensement, Recensement de 2016, produit no 98-316-X2016001 au catalogue de Statistique Canada. Ottawa. Diffusé le 29 novembre 2017. BC(tableau). Consulté le 14 octobre 2018. Le nombre de personnes parlant principalement français à la maison est posé égal à la somme de ceux parlant principalement français à la maison, de la moitié de ceux parlant principalement français et une autre langue à la maison, et du tiers de ceux parlant principalement français, anglais et une autre langue à la maison.
  3. Commissariat aux langues officielles - CLO, « Le fait français en Colombie-Britannique », Statistiques,‎ (lire en ligne, consulté le 11 octobre 2018).
  4. Statistique Canada. 2017. Profil du recensement, Recensement de 2016, produit no 98-316-X2016001 au catalogue de Statistique Canada. Ottawa. Diffusé le 29 novembre 2017. [Squamish D (tableau). Consulté le 14 octobre 2018. Le nombre de personnes parlant principalement français à la maison est posé égal à la somme de ceux parlant principalement français à la maison, de la moitié de ceux parlant principalement français et une autre langue à la maison, et du tiers de ceux parlant principalement français, anglais et une autre langue à la maison.
  5. The Fraser River Gold Rucsh and the Victoria Newspaper Boom, University of British Columbia, UBC Library.[1]
  6. Jean Barman, The West beyond the West: A History of British Columbia, 3e éd., University of Toronto Press, 2007, p. 193
  7. http://thelasource.com/fr/2012/03/09/drapeau-franco-colombien-un-symbole-puissant/
  8. Alexandre Brabant, « Donnez votre opinion! La nouvelle bière de la St-Jean-Baptiste in Squamish », Francouver,‎ (lire en ligne, consulté le 22 novembre 2018).
  9. Site officiel du Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique

Voir aussiModifier