Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lix.
Frédéric Lix
Frédéric-Théodore Lix.png
Portrait de Frédéric Lix par Antoine Meyer.
Naissance
Décès
(à 66 ans)
Paris, France
Nom de naissance
Frédéric Théodore Lix
Nationalité
Activité
Lieux de travail

Frédéric Théodore Lix, né à Strasbourg le , mort à Paris le , est un peintre et illustrateur français.

BiographieModifier

Frédéric Lix, élève de François Victor Eloi Biennourry et de Martin Drolling à l'École des beaux-arts de Paris, fut le professeur de Charles-Emile Matthis à l'école des Beaux-arts de Paris [1]. Peintre régionaliste alsacien, il compose des scènes campagnardes aux accents réalistes. Il aborde également le domaine de la peinture d'histoire et de la peinture religieuse.

Il exposa régulièrement des peintures au Salon de 1859 à 1883[2]. À partir de 1871 il exposa des tableaux à motifs patriotiques dont le tableau "Adieu à la patrie" en 1872.

Peintre portraitiste, il réalisa également des scènes historiques souvent extraites de l'histoire d'Alsace. Théodore Lix utilisa de nombreuses techniques, dessin au crayon, en couleur, plume et lavis, sanguine, gravure, lithographie, gouache, aquarelle, peinture à l'huile.

Il est enterré au cimetière du Montparnasse.

 
Tombe de Frédéric Théodore Lix (cimetière du Montparnasse)

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

PublicationsModifier

  • Sous l'empire, 1872
  • L'Alsace, 1873
  • Le roi des prairies
  • Le banni, texte de Erckmann-Chatrian
  • Les vieux de la vieille, texte de Erckmann-Chatrian
  • Loïs, texte de Erckmann-Chatrian
  • Le Hinckende Bote, revue périodique alsacienne
  • Le magasin pittoresque, revue périodique
  • L'Horloge de Strasbourg...

Notes et référencesModifier

  1. François Lotz, Artistes-peintres alsaciens décédés avant 1800 : Avec un complément concernant des artistes-peintres alsaciens ayant œuvré après 1800 (Artistes-peintres alsaciens.), Printek, , 383 p., p. 222
  2. « Fiche de Charles-Émile Matthis », sur data.bnf.fr (consulté le 19 février 2016).
  3. Musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :