Formation de Mörnsheim

Formation de Mörnsheim
Image illustrative de l’article Formation de Mörnsheim
Fossile de Caturus furcatus
Localisation
Coordonnées 48° 53′ 47″ nord, 11° 00′ 00″ est
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Informations géologiques
Période Tithonien inférieur
Âge 150–150 Ma
Formation supérieure Calcaire d'Usseltal
Formation inférieure Calcaire de Solnhofen
Puissance moyenne 30 à 60 mètres
Lithologie principale calcaire
Lithologie secondaire calcaire argileux
Géolocalisation sur la carte : Bavière
(Voir situation sur carte : Bavière)
Formation de Mörnsheim
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
(Voir situation sur carte : Allemagne)
Formation de Mörnsheim

La formation de Mörnsheim est une formation géologique du Jurassique supérieur (Tithonien) du sud de l'Allemagne (Bavière), qui recouvre en conformité la célèbre formation du calcaire de Solnhofen.

CaractéristiquesModifier

Elle est constituée de calcaires fins, parfois lithographiques, de calcaires argileux et de calcaires siliceux dont l'ensemble a une épaisseur totale entre 30 et 60 mètres. Sa diversité lithologique contraste avec les calcaires lithographiques laminés très homogènes du calcaire de Solnhofen sous-jacent.

Milieux de dépôtsModifier

Les sédiments de la formation de Mörnsheim (et du calcaire de Solnhofen) témoignent d'environnements marins chauds très peu profonds déposés sur la marge nord de l'océan Téthys. Les calcaires laminés très fins (lithographiques), non perturbés par de la bioturbation, indiquent probablement la présence d'une tranche d’eau inférieure saturée en sel. Le paysage se complète d’îlots récifaux qui se développent sur d'anciennes constructions siliceuses d'éponges et de microbactéries, sur lesquelles croissent parfois des récifs coralliens. Les apports cycliques de boues micritiques qui se mélangent avec les eaux de fond anoxiques pourraient être liés à un régime de moussons[1].

DatationModifier

Les calcaires et calcaires argileux de la formation de Mörnsheim sont datés du Tithonien inférieur (Jurassique terminal), plus précisément de la partie supérieure de la biozone à ammonites à Hybonotum (Hybonoticeras aff. hybonotum), soit il y a environ 150 Ma (millions d'années)[2].

Il surmonte le calcaire lithographique de Solnhofen, qui correspond à la partie inférieure de la zone à Hybonotum et est daté d'environ 151 Ma (millions d'années). Le calcaire de Solnhofen est de renommée mondiale pour la quantité, la diversité et la qualité de préservation de ses fossiles dont de nombreux vertébrés : oiseaux, dinosaures, ptérosaures[3]...

PaléofauneModifier

Les eaux superficielles normalement oxygénées abritent une faune abondante et diversifiée, dont les organismes à leur mort peuvent être enfouis et préservés dans les sédiments anoxiques de fond de mer. Les événements cycliques, peut-être de type mousson, entraînent aussi régulièrement des corps d'animaux provenant de milieux très peu profonds ou des îles proches[1].

VertébrésModifier

 
Fossile d'Archaeopteryx albersdoerferi, le « huitième spécimen », le seul Archaeopteryx découvert en dehors dans la formation du calcaire de Solnhofen.
 
Vue d'artiste de Furo sp.

Vertébrés remarquablesModifier

  • un spécimen d'Archaeopteryx (référencé SNSB BSPG VN-2010/1). Ce squelette partiel, probablement découvert en 1990, est nommé « spécimen de Daiting », du nom de la localité souabe où il a été découvert, ou « huitième spécimen » dans la chronologie des 12 spécimens d'Archaeopteryx inventoriés. Il est le seul spécimen connu provenant de la formation de Mörnsheim, tandis que tous les autres spécimens ont été découverts dans les calcaires sous-jacents du calcaire de Solnhofen, plus anciens de quelques centaines de milliers d'années. Il a été nommé Archaeopteryx albersdoerferi par Martin Kundrát et ses collègues en 2019 et devient ainsi la deuxième espèce valide du genre à côté d'Archaeopteryx lithographica[4].
  • à côté de cet Archaeopteryx, un genre généralement considéré comme le plus ancien oiseau volant connu, Oliver W. M. Rauhut et ses collègues ont décrit en 2019 un autre fossile d'avialien basal, non rattaché cependant à la famille des Archaeopterygidae. Il s'agit d'un fossile partiel limité à une aile droite isolée. Il a, dans un premier temps, été considéré comme le treizième spécimen d'Archaeopteryx. Les auteurs ont cependant montré que cet animal était différent et un petit peu plus proche des oiseaux modernes qu'Archaeopteryx et l'ont nommé Alcmonavis poeschli[5].

PoissonsModifier

Ils sont très nombreux : Caturus furcatus, Furo[6]...

InvertébrésModifier

Voir aussiModifier

 

Les coordonnées de cet article :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b (de) Viohl, G. (1998): Die Solnhofener Plattenkalke – Entstehung und Lebensräume. – Archaeopteryx, 16: 37-68
  2. a et b (en) O. W. M. Rauhut, A. M. Heyng, A. López-Arbarello et A. Hecker, « A New Rhynchocephalian from the Late Jurassic of Germany with a Dentition That is Unique amongst Tetrapods », PLoS ONE, vol. 7, no 10,‎ , e46839 (DOI 10.1371/journal.pone.0046839)
  3. (en) Bartell K.W., Swinburne N.H.M. and Conway-Morris S. 1990. Solnhofen: a study in Mesozoic palaeontology. Cambridge (transl. and revised from Bartel K.W. 1978. Ein Blick in die Erdgeschichte. Ott.
  4. (en) Martin Kundrát, John Nudds, Benjamin P. Kear, Junchang et Per Ahlberg, « The first specimen of Archaeopteryx from the Upper Jurassic Mörnsheim Formation of Germany », Historical Biology, vol. 31,‎ , p. 3–63 (DOI 10.1080/08912963.2018.1518443)
  5. (en) Oliver WM Rauhut, Helmut Tischlinger et Christian Foth, « A non-archaeopterygid avialan theropod from the Late Jurassic of southern Germany », eLife, vol. 8,‎ , e43789 (PMID 31084702, PMCID 6516837, DOI 10.7554/eLife.43789, lire en ligne)
  6. (en) Wilkin, Jack. (2019). Taphonomy of Tithonian Fishes from the Mörnsheim Formation of Southern Germany. Zitteliana Reihe A: Mitteilungen der Bayerischen Staatssammlung für Palaontologie und Geologie. 93. 83-87