Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Favechamps (homonymie).

Favechamps
Image illustrative de l’article Favechamps
Vue du sommet de la colline
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Province Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Commune Blason de Liège Liège
Quartier Pierreuse
Altitude entre 120 et 160 m
Superficie 4 ha
Caractéristiques
Type espace champêtre
Lieux d'intérêts Bâtiment historique et panorama urbain
Gestion
Propriétaire Ville de Liège
Ouverture au public Entrée libre
Protection Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1999, verger de hautes tiges et terrain boisé, no 62063-CLT-0353-01)
Lien Internet Office du tourisme de la ville de Liège
Accès et transport
Gare Liège-Palais
Ligne 34 : IC, IR, L
Bus TEC Liège-Verviers,
lignes 23 71 72
Localisation
Coordonnées 50° 39′ 03″ nord, 5° 34′ 19″ est

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Favechamps

Géolocalisation sur la carte : Liège

(Voir situation sur carte : Liège)
Favechamps

Favechamps est un espace champêtre de 4 ha du quartier de Pierreuse à Liège. Il fait partie des huit sites qui composent les Coteaux de la Citadelle.

Sommaire

ToponymieModifier

Favechamps signifie, en ancien français, « champs de fèves »[note 1].

Situation et descriptionModifier

De forme triangulaire, cette zone de colline d'un dénivelé de 40 mètres avec une pente moyenne de 10,6 %, bien que située à cinq cents mètres du cœur historique de la Cité de Liège — la place Saint-Lambert —, est la plus champêtre des Coteaux de la Citadelle[1].
Elle est délimitée à l'est par la rue Pierreuse, à l'ouest par la rue Montagne Sainte-Walburge et au sud par la clinique du Péri.
On y voit brouter des vaches, des chèvres et des ânes. Deux mares artificielles ont permis la réapparition de plusieurs espèces de batraciens ainsi que du serpent de verre.

HistoriqueModifier

 
Le collège des jésuites anglais et leur propriété de Favechamps en 1740 par Remacle Le Loup

Favechamps était le maillon faible du système de défense de la Cité de Liège en direction du plateau de la Hesbaye et, tout en haut, s'y élevait le refuge (dit Bastion du clergé) du prince-évêque en cas d'attaque extérieure ou de révolte de ses sujets. Ce n'est qu'en 1204 qu'il est enclavé dans les murailles de la ville.

C'est vraisemblablement par Favechamps, la rue Pierreuse ou la rue Péri que les Six cents Franchimontois, dans la nuit du 27 au , gravissent la colline à l'attaque du campement de Charles le Téméraire et Louis XI[note 2].

Le , les jésuites anglais s'installent à Favechamps pour y fonder leur collègue. Jusqu'au début du XIXe siècle, ils y auront leur jardin potager et leur verger.
En 1618, des Jésuitesses anglaises s'installent à leur tour dans ce qui deviendra la ferme de la vache. Elles sont remplacées en 1644 par des Sépulcrines, également anglaises, jusqu'en 1655, date où les bâtiments sont cédés au prince-évêque.

Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, la ferme de la Vache prend son appellation actuelle, une laiterie s'étant installée dans les bâtiments.

La deuxième moitié du XXe siècle voit la construction, par le CPAS de Liège de la clinique du Péri.
Le , les façades, la toiture et le cloître de la ferme dite de la Vache sont classés au patrimoine de la Région wallonne[2].
En 1995, deux mares artificielles et un jardin de plantes médicinales sont créés dans le cadre du plan communal de développement de la nature (PCDN)[3]
Le , le verger de hautes tiges et le terrain boisé du site de Favechamps sont classés au patrimoine de la Région wallonne[4].

ÉcosystèmeModifier

Les deux mares artificielles ont permis la réapparition de plusieurs espèces d'amphibiens comme le triton alpestre, le triton ponctué et la grenouille rousse ainsi que du serpent de verre.

Le verger de hautes tiges, le bois et un réseau de haies bocagères favorisent la nidification de nombreuses espèces de passeriformes.

ÉquipementModifier

La zone est longée au sud et à l'ouest par le sentier éponyme de Favechamps.

AccèsModifier

Quatre accès sont possibles :

Lieux d’intérêtModifier

  • ferme dite de la Vache,
  • verger de hautes tiges et terrain boisé,
  • point de vue insolite — à la fois rural et urbain — sur la ville dans sa partie supérieure.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Ne pas confondre l'ancien français fave avec le wallon liégeois fåve qui signifie « fable, blague, plaisanterie ».
  2. Tous les historiens semblent d'accord pour l'un de ces lieux proches l'un de l'autre sauf Jean de Looz qui situe la sortie des Liégeois par la porte Sainte-Marguerite.

RéférencesModifier

  1. Benjamin Hermann, « Des vaches à quelques mètres de la place Saint-Lambert », sur http://www.lavenir.net, (consulté le 13 juillet 2012)
  2. Région wallonne, avis de classement de la ferme de la vache [(fr) lire en ligne].
  3. Ville de Liège, le plan de développement de la nature [(fr) lire en ligne].
  4. Région wallonne, avis de classement du site de Favechamps [(fr) lire en ligne].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Vincent Botta et François-Xavier Nève, Les Coteaux de la Citadelle de Liège, 2003, Liège, Les Éditions du Perron (ISBN 2-87114-190-8)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier